Présidentielle 2017 : Plus de 250 parrainages pour Paul Mumbach le candidat régionaliste
Communiqué de presse de Les Alsaciens Reunis

Publié le 21/09/16 18:38 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le maire de Dannemarie et président des maires ruraux du Haut-Rhin assure avoir déjà réuni près de la moitié des 500 parrainages d’élus nécessaires pour être candidat à l’élection présidentielle de 2017.

« On en est à la moitié. Je n’ai pas beaucoup de doute », assure Paul Mumbach.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

En février dernier, le maire de Dannemarie et président de l’association des maires ruraux du Haut-Rhin s’était lancé à son tour dans la course aux 500 signatures, se présentant comme « le candidat des maires en colère » avec son mouvement Les Fédérés.

Renverser la table

Fin de la Ve République, suppression du Sénat, organisation de référendums sur la très contestée fusion des régions, décentralisation sur le modèle fédéraliste, nouvelle répartition des recettes fiscales entre État et collectivités locales, remise à plat de la politique sociale, etc.

Autant de propositions chocs avec lesquelles le candidat entend faire la différence, « renverser la table », bousculer l’échiquier politique et surtout « permettre aux citoyens de se réapproprier une parole et un débat jusque-là monopolisés par les grands partis politiques ».

« Je suis passionné », avoue d’emblée Paul Mumbach, qui pronostique ni plus ni moins qu’un « effondrement du capitalisme » si rien ne change.

Mais pour se présenter, il lui faut encore - comme tout prétendant à l’Élysée - parvenir à réunir quelque 500 signatures d’élus provenant d’au moins 30 départements différents, soit 50 signatures maximum par département. « Je suis très satisfait de la tournure que ça prend », indique le Sundgauvien, qui affirme avoir déjà recueilli environ 250 parrainages ou promesses de parrainages. « Au niveau local, le Sundgau est bien représenté », assure-t-il.

Son coeur de cible : les maires ruraux, évidemment. « Des maires en colère, il y en a beaucoup », assure Mumbach, qui avait mené cette année une âpre bataille contre la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) aux côtés des Alsaciens réunis, présidés par Frédéric Turon, et du Mouvement Franche-Comté de Jean-Philippe Allenbach, désormais en charge de sa campagne.

La médiocrité du débat actuel

Région par région, le candidat Mumbach continuerait donc de creuser son sillon et de rallier des élus à sa cause, sur fond de ras-le-bol généralisé contre la loi NOTRe, les transferts de compétences ou la baisse des dotations de l’État. Pour mieux engranger les soutiens, Mumbach s’appuie sur des relais locaux, de la Savoie à la Bretagne, où des déplacements sont encore prévus dans les prochaines semaines.

« J’étais en Haute-Saône il y a peu. Évidemment, je n’ai pas des salles pleines de milliers de personnes comme les grands partis, mais ça prend… ».

La semaine dernière, un courriel a encore été envoyé à tous les maires de France. « Ça va monter en puissance », assure l’édile, qui ne doute « pas une seconde » d’obtenir ses 500 parrainages. Et de déplorer la « médiocrité absolue du débat actuel » comme le « déferlement médiatique sur les candidats traditionnels ».

(Source journal L'Alsace)

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Nous sommes un collectif citoyen de plus de 11000 membres.Nous nous battons pour obtenir plus de démocratie participative. Nous réclamons un référendum sur la fusion de l'Alsace avec la Lorraine et la Champagne Ardennes qui nous a été imposé de force sans consultation des citoyens alsaciens.
Vos 1 commentaires
Lheritier Jakez
2016-09-21 19:56:25
Pour une candidature commune, derrière un programme et un candidat unique des peuples pour l'élection présidentielle de 2017.
Mr Troadec (Bretagne) et Mr Mumbach(Alsace) ont ils discuté?
Est ce envisageable?
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.