Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Premier tour de la présidentielle 2012 : les leçons d'un scrutin
Pendant des années la démarche initiée en 1989 par Blanc c'est exprimé a été suivie par les électeurs. Cela à chaque scrutin lorsque la proposition électorale faite ne correspondait pas à leurs souhaits, à leur inclination politique. Plutôt que de s'abstenir, nombreux étaient ceux qui optaient pour le vote blanc. Toutes les analyses des scrutins le démontrent.
Gérard Gautier pour Blanc c exprimé le 25/04/12 7:21

Pendant des années la démarche initiée en 1989 par l'association à caractère civique Blanc c'est exprimé a été suivie par les électeurs. Cela à chaque scrutin lorsque la proposition électorale qui leur était faite ne correspondait pas à leurs souhaits, à leur inclination politique. Plutôt que de s'abstenir, nombreux étaient ceux qui optaient pour le vote blanc. Toutes les analyses des scrutins le démontrent.


Aussi les Français étaient-ils en droit d'attendre, du fait de leur action citoyenne, une réponse des partis politiques et des parlementaires et de voir le vote blanc enfin reconnu pour redonner une nouvelle vigueur à l'expression de la Démocratie qu'est le vote.

Certes, beaucoup savent - ce qu'ignorent d'ailleurs bon nombre de parlementaires - qu'après le séisme de 2002, une loi, a minima, a été votée le 31 janvier 2003, par l'assemblée nationale. Elle sépare au niveau de leur comptabilisation les bulletins blancs des bulletins nuls. Cela sans pour autant leur reconnaître la valeur d'un suffrage exprimé. Cette loi n'ayant jamais été inscrite en deuxième lecture reste toujours lettre-morte.

Cela malgré la preuve apportée que cette expression a un impact sur la participation et donc sur les voix se portant - il est plus facile de faire 10 % de dix que de cent - sur les candidats xénophobes et racistes. A preuve également le fait que des électeurs qui en avaient oublié le chemin sont revenus vers les urnes. D'autres ont abandonné les votes extrêmes. Certains n'ont pas toujours, de leur propre aveu, voté forcément blanc après en avoir eu l'intention, mais au dernier moment, pour un candidat. Aussi, devant le mépris qui a été opposé à cette expression, par les partis et les politiques, de nombreux témoignages démontraient la lassitude desdits électeurs devant le fait que cela « ne servait à rien de voter,… de voter blanc » d'où la menace exprimée d'un vote extrême.

Avant le premier tour de la présidentielle était pronostiqué un taux record d'abstentions. Cela était justifié par le discrédit grandissant de la classe politique, le niveau calamiteux d'une campagne démagogique, mensongère qui n'a pas été porteuse d'espoir. Sans oublier la volonté, pour une grande majorité de Français, oubliés depuis des années, de « régler des comptes, de changer d'ère » et cela sans pour autant avoir foi dans les solutions de rechange proposées.

Que l'on s'étonne aujourd'hui du succès de l'extrême droite est, à tout le moins surprenant. Entre la volonté de bouter hors l’Élysée son occupant, pour qui certains avaient voté en 2007, ou donner la prime à un challenger professionnel de la politique et ayant également participé à la situation catastrophique de la France, la troisième voie a été choisie entre deux tribuns aussi extrémistes l'un que l'autre, qu'Elle soit de droite ou Lui de gauche.

Si certains électeurs se sont retrouvés dans ses propositions il ne s'est pas agi pour autant d'un vote d'adhésion totale mais, avant tout, d'un vote par dépit le plus souvent, de rejet des deux grands partis majoritaires !...

Il est évident que si le vote blanc avait été reconnu et que les réformes institutionnelles indispensables permettant de redonner crédibilité et légitimité aux élus avaient été entreprises et menées à bien, la face des choses en eut été changée !

La responsabilité totale en revient aux politiciens plus affairés à sauvegarder leurs intérêts qu'à se remettre en cause et à ouvrir la voie à l'obligation qui leur est faite de plus de respect de leurs engagements et des citoyens.


Le deuxième tour risque de connaître de grandes surprises dont les Français paieront, de toutes façons, l'addition.

Ensuite se dérouleront les législatives.

Le « bipartisme » qui leur est imposé ne convient pas aux électeurs : sans proportionnelle, plus de 60 % risquent de ne pas être réellement représentés…

Alors il y a encore de l'espoir de changement. Cela se prépare.

Le mois de juin est prévu très chaud.

Voir aussi :
L’association Blanc C’Est Exprimé a fait, depuis 1989, de très nombreuses propositions pour permettre une meilleure expression de la démocratie, rénover la vie politique et redonner une crédibilité et une légitimité aux élus dans notre Pays.
Voir tous les articles de Blanc c exprimé
Vos 3 commentaires
marc iliou Le Mercredi 25 avril 2012 20:46
Et pourquoi légaliser seulement le vote blanc puisque l\'électeur est allé voter et pas aussi les votes nuls ?
Souvent je fais au second tour mon propre bulletin de vote puisque je veux voter mais pas fatalement pour les candidats qui restent qui ne me conviennent pas.
Tous les votes des personnes ayant voté devraient être pris en compte dans les résultats .
(0) 

S. Talec Le Jeudi 26 avril 2012 23:30
L'auteur M. Gautier dit que c'est sa minuscule association qui a initié (sic) le vote blanc vers 1989.
Il me semble qu'il existait pourtant avant même que ce monsieur soit né.
De plus, et on le voit bien aussi dans d'autres posts de ce Monsieur, qu'il aurait eu l'inititive de parler du vote bien dans le but de détourner les votes vers le FN.
On voit pour qui il roule, en tout cas pas pour la démocratie.
Enfin son article finit en queue de poisson car en réalité il ne propose aucune alternative crédible.
Je précise que je ne suis pas allée prendre part à la mascarade des élections.
(0) 

Gautier Gérard Le Samedi 28 avril 2012 07:56
« J’invite S.Talec à relire - sans arrière pensée- le texte que j’ai écrit :
« Pendant des années la démarche initiée en 1989 par l'association à caractère civique Blanc c'est exprimé a été suivie par les électeurs. »
Je n’ai jamais dit que j’étais le premier à avoir parlé de cela.
En effet le vote blanc existait avant 1852 (voir mon site) et n’est Napoléon le troisième, premier président de la République, qui a amalgamé cette expression avec le vote nul… « pour ne plus avoir d’ennui avec son opposition. »
Il s’agit et chacun l’aura compris de la démarche entreprise pour faire prendre conscience que cette expression démocratique qu’est le vote blanc était un vote « à part entière ».
Comme indiqué sur mon site c’est à la demande du Centre d’Information civique que j’ai créé l’association. Eux militaient déjà pour cette expression mais « n’avaient pas les coudées franches » puisque financés par l’Etat.
L'on sait, lorsque l'on est tributaire uniquement de fonds publics, que l'on perd sa liberté.
Il est bon de rappeler que le Centre d’Information Civique a été remplacé par l'inaudible CIDEM et cela de par la volonté de celui qui « a vu Dieu » … le sus nommé Chevènement.
Il est vrai que l’action engagée à ce moment là était en relation avec la montée du F.N. et j’ai prouvé qu’en mettant un bulletin blanc … plutôt que de s’abstenir, (ce qui favorise, comme indiqué dans les statuts de l’association, la montée des votes extrémistes xénophobes et racistes) on faisait acte dans ce sens.
Pour le reste les propos tenus ne me semblent pas devoir justifier de réponse autre que celle de renvoyer la lectrice, je la souhaite l’esprit libéré de tout à priori, vers la lecture de mon site.
.
Je l’incite également à lire le livre « Vote blanc la longue démarche »
Je sais, prenant mes responsabilités de citoyens et ne détenant pas la vérité, être très souvent, plus critiquable qu’un autre.
Pour autant je me permets de demander à S. Talec ce qu’elle a fait pour la Démocratie, en dehors de… s’abstenir ?
Mon ami, le poète Pol Le Doré me disait souvent : "Gérard, as-tu planté un arbre aujourd'hui?"
Lesz frondaisons de demain sont à prévoir dés aujourd'hui...
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 2 multiplié par 6) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons