Précarité d’exploitants agricoles et de conjoints d’exploitation à la retraite

-- --

Communiqué de presse de Le blog de paul Molac
Porte-parole:

Publié le 8/02/18 8:30 -- mis à jour le 08/02/18 09:00

QUESTIONS AU GOUVERNEMENT – Question écrite n° 4974 à M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur la précarité d’exploitants agricoles et de conjoints agricoles à la retraite.

Question publiée au JO le : 30/01/2018

Texte de la question

M. Paul Molac attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur la situation préoccupante des exploitants agricoles retraités et des conjoints d’exploitation retraités qui ne touchent qu’une faible pension de retraite. Malgré la réforme des retraites de 2014 qui a élargi l’accès à la majoration des retraites pour les exploitants agricoles et leurs conjoints, et a instauré une revalorisation progressive sur trois années afin d’atteindre une retraite plancher à 75 % du SMIC net en 2017, soit 891 euros, un certain nombre d’entre eux vivent dans des conditions précaires puisque qu’ils perçoivent des revenus inférieurs. Quand on sait que le vieillissement fragilise l’autonomie des retraités, les difficultés financières qui en découlent sont largement accentuées, et ce malgré les divers dispositifs d’aides qui existent, par exemple dans le cadre du financement d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Aussi, il lui demande quelles mesures pourraient être envisagées afin de sortir de la précarité les exploitants agricoles retraités et les conjoints agricoles à la retraite qui bénéficient d’une faible pension de retraite afin que ceux-ci puissent vivre dignement, et ce malgré les difficultés liées au vieillissement.

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.