-- People --

Pourquoi je suis un indépendantiste breton

Je suis indépendantiste depuis l'âge de 12 ans. Et pourtant, fils de militaire, nous n'habitions pas en Bretagne mais dans des villes de garnison un peu partout en France, en Allemagne et trois ans en Algérie pendant la guerre. Je ne suis moi-même pas né en Bretagne mais aux Sables d'Olonne.

43426_1.jpgPhilippe Argouarch

Mon père m'avait alors donné à lire une histoire de Bretagne que j'avais trouvée passionnante. Je savais déjà à 12 ans que j'étais différent des autres Français de ma classe mais en lisant cette histoire et écoutant les explications de mon père, j'ai commencé à m'intéresser au pays de mes ancêtres même si une partie de ma famille est vendéenne. Dans les différentes écoles que j'ai fréquentées, j'ai commencé à dévorer tout ce que je trouvais sur la Bretagne et les Bretons, bien sûr les classiques de la littérature française, de Marie de France à Chateaubriand et à Renan, mais aussi tous les poètes bretons, d'Auguste Brizeux à Corbière. Quand j'avais épuisé la bibliothèque du lycée j'allais à celle de la ville.

La Bretagne devint alors pour moi un pays mythique, une sorte d'eldorado jardin d'Eden, objet de mes rêves d'enfant et puis d'ado. Mon premier contact réel avec ce pays imaginé fut un stage de voile aux Glénan que je me suis payé à 18 ans avec mes économies après mon premier boulot comme aide-cuisinier dans un restaurant. Découvrir la Bretagne aux Glénan c'est un peu comme découvrir un atoll de la Polynésie avant d'arriver en Australie. En 1968 l'archipel des Glénan était une Bretagne à l'état brut juste émergée de l'océan et d'une beauté sauvage, un archipel quasi-tropical les jours de beau temps et un déchainement des éléments les jours de tempête. Probablement l'archipel le mieux préservé de toute l'Europe atlantique. L'ensemble devrait d'ailleurs être un Parc régional.

Après une brève période gauchiste juste après mai 68, en particulier à la Gauche prolétarienne de Nancy où j'étais étudiant, période où j'ai vendu La Cause du Peuple à la porte des restos U, je suis arrivé à Rennes où j'ai commencé à militer dans le mouvement breton mouvance extrême gauche. J'ai commencé à m'intéresser au journalisme et j'ai participé au lancement du journal Gwirionez (Vérité) qui n'a dû avoir que deux ou trois numéros tout au plus. Adepte du terrain, je suis parti à Jersey ramasser les pommes de terre dans le but de faire un reportage sur les centaines de travailleurs saisonniers bretons qui partaient tous les étés y faire les récoltes.

En tant que Breton j'ai refusé le service militaire mais le certificat fait par le brave docteur GC recommandant qu'on me dispense basé sur ma personnalité n'y fit rien. Appelé sous les drapeaux en septembre 1972, j'ai déserté trois mois plus tard (1) le 13e régiment d'Infanterie de Marine. Dans mon armoire de soldat, j'y avais laissé une grammaire de Roparz Hémon et un cours de breton. J'avais en effet commencé les cours par correspondance de Marc'harid Gourlaouenn. Je viens de reprendre mes cours 40 ans plus tard.

C'est alors qu'a commencé un long exil qui durera de novembre 1972 à août 2001 soit au total quasiment 29 ans, en passant par la Belgique, la Cornouailles britannique, l'Irlande, le Canada et finalement les États-Unis où je suis resté 24 ans. Mon arrivée aux États-Unis sans papiers, en traversant la frontière avec le Canada clandestinement, ainsi que mon aventure américaine, pourraient faire l'objet d'une chronique régulière sur ABP si les lecteurs y trouvent un intérêt. Pour le moment il est important de dire que c'est lors de mon séjour dans la Silicon Valley que je suis vite passé d'un gauchisme puéril et romantique franco-breton au libéralisme entrepreneurial californien qui construisait le monde du futur sous mes yeux et générait des millions d'emplois à travers le monde. Oui, Steve Jobs, Sergueï Brin, Larry Page ou même Zuckerberg ont fait plus pour l'humanité que tous les politiques français et américains réunis. Je reviendrai sur cette philosophie californienne un autre jour ou dans un autre contexte.

J'ai eu aussi la chance d'être au bon endroit au bon moment car j'ai travaillé au début des années 90 sur le premier site web aux États-Unis et en fait le deuxième ou troisième au monde, celui du SLAC, du Stanford Linear Accelerator Center, où j'ai opéré pendant plus de sept ans un accélérateur de particules. Si j'avais été plus commercial ou plus intéressé pour devenir riche, j'aurais pu persister dans les start-up californiennes dont plusieurs sont devenues des Google, mais non, je suis rentré en France par passion pour la Bretagne, pour ajouter ma pierre à cette nouvelle Bretagne que nous construisons sur la route d'une indépendance dans une Europe des peuples.

Mon militantisme breton n'a pu reprendre qu'à mon retour en France.

J'ai alors rejoint le tout nouveau Parti Breton, un parti indépendantiste de centre droit, devenant un moment secrétaire de la section Île-de-France et membre du Conseil National.

À mon travail, comme directeur technique du site web de l'International Herald Tribune, et en lisant la PQR, le Ouest France que l'on trouve dans les kiosques parisiens, j'ai été sidéré par les pages régionales consacrées aux accidents de la route. Devant ce vide, j'ai alors réalisé qu'il fallait lancer au plus vite un webmédia breton. L'internet, cette invention du «grand satan ou du grand capitalist pig américain», selon les obédiences islamiste ou gauchiste, offrait des possibilités incroyables.

En octobre 2003, j'ai lancé avec l'aide de Ronan Le Flécher, le webmédia Agence Bretagne presse ou ABP, devenu 14 ans plus tard abp.bzh. Un site consacré uniquement à la Bretagne. À l'époque, les blogs et wordpress n'existaient pas et cela a représenté un sacré boulot, et plusieurs nuits blanches, de mettre tout ça en place.

Pour cause d'incompatibilité avec mes activités dans la presse, j'ai quitté le Parti Breton quelques années plus tard. Je me positionne aujourd'hui comme un indépendantiste breton du centre droit, en fait très proche politiquement d'un Carles Puigdemont en Catalogne, un journaliste de profession qui oui a créé l'agence catalane de Brest.

L'indépendantisme breton ou corse ou catalan ou écossais est avant tout une adhésion émotionnelle et donc irrationnelle. Ce n'est pas basé sur la logique politique, encore moins sur une idéologie. C'est quelque chose de très profond qui a à voir avec la dignité, la connaissance du passé et en particulier le sens d'une filiation avec ses ancêtres, et bien sûr un sens aigu de l'injustice.

Philippe Agouarch

(1) Condamné à 15 mois de prison avec sursis mais dispensé du service pour «soutien de famille» en 1981.

Voir aussi :
©agence bretagne presse

Cet article a fait l'objet de 2746 lectures.
mailbox imprimer
logo
philippe argouarch est un reporter multi-média abp pour la cornouaille. il a lancé abp en octobre 2003. auparavant il a été le webmaster de l'international herald tribune à paris et avant ça, un des trois webmasters de la wells fargo bank à san francisco. il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de stanford. (voir le site) et (voir le site)

Vos commentaires :

Yannig Coraud Santez Rouanez Breizh
Vendredi 27 octobre 2017

En cette heure superbe où la Catalogne vote l'Indépendance "Catalonia Parliament Votes To Declare Independence from Spain" d'apres les Informations American On Line issues de Huffpost Uk Style 58 minutes ago, je me réjouis d'une déclaration très claire de Philippe Argouarch et partage ses convictions d'indépendantiste .

Sincèrement je pense que la Bretagne n'a aucun avenir dans la France.

Je continue à croire que les Etats Unis d'Europe en tant que Confédération est la seule voie démocratique possible , un projet à mi chemin entre la Suisse et les Etats Unis d'Amérique.

La première démarche est de supprimer les états nations liberticides comme la France ou l'Espagne .C'est en marche . Même en Bretagne où quelque fois nous sommes enclin à en douter . Il faut savoir le dire et le répéter comme des compatriotes le déclare de temps en temps, lisez Bretons certains on ce courage, comme Philippe Argouach ... Et plus nous serons nombreux plus les bretons se décomplexerons ..

Un deiz e vo sklaer an amzer war Breizh

Chans vat

.

Paul Chérel
Vendredi 27 octobre 2017

Je crois, moi ausi que l'indépendance est la seule voie, surtout en France. Le pays est sclérosé. Il ne comprend rien à l'évolution du monde. La Bretagne (les Bretons) doivent au plus vite s'échapper du désastre. Paul Chérel

Yann D
Vendredi 27 octobre 2017

Emotion pour ce territoire si particulier fait de mer, de granit, de vent qui a façonné ses habitants, leurs maisons, leur histoire. Pour gérer cette terre tendue résolument vers l'océan il faut des hommes qui en soient amoureux. Oui donc à l'éducation des jeunes- ceux aussi des banlieues des villes- à la connaissance de la Bretagne . Ensuite un rassembleur charismatique ouvert à tous les courants pourra se lever.

Jack Le Guen
Samedi 28 octobre 2017

Eamon de Valera est né à New-York, d'un père espagnol et d'une mère irlandaise. Il est considéré comme un des pères de la République d'Irlande. Il en fut même un des présidents. Certains Bretons nés en dehors de la Bretagne sont plus bretons que d'autres qui y ont vécu toute leur vie et ne savent même pas qu'ils sont héritiers d'une langue et d'une culture différente et que leur région a été autrefois une nation indépendante .

Jacques
Samedi 28 octobre 2017

Merci à Philippe pour cet article.

Il faut savoir qu'avec 13 siècle (6ème - 18ème siècle) d'une Bretagne disposant de ses propres institutions (son propre état et sa propre souveraineté), la situation actuelle depuis 2 siècles d'une Bretagne sous tutelle de la France apparaît comme une anomalie.

La situation actuelle est donc tout sauf la normale...

Mais le chemin va être long tant les Bretons et le mouvement breton sont à des années lumières de la prise que conscience qui s'opère partout en Europe.

Pour certains le seul fait de jouer du biniou leur suffit, pour d'autres c'est danser en festoù-noz, Diwan fait face à une problématique sérieuse Dihun et Divyezh n'en sont pas émues, le milieu politique est déstructuré et surtout inconnu de la population, il nous manque des médias de grandes diffusions dont une TV, le mouvement breton ne s'adresse qu'au seul milieu associatif et culturel et délaisse totalement le milieu économique... etc...etc...

Ce qui est intéressant, c'est que l'indépendance de la Catalogne nous permet de mesurer le professionnalisme atteint par nos méditerranéens et de le comparer à l'amateurisme des Bretons, chacun représentant en l'Europe les 2 extrémités de ce mouvement d’émancipation.

Et pourtant, la Bretagne ne manque pas d'avantage pour se structurer à nouveau :

son économie est correct,

son potentiel de développement économique (notamment avec les nouvelles technologies) est particulièrement favorable,

le niveau d'étude est élevé,

la Bretagne attire les créateurs d'entreprise,

la volonté d'apprentissage de la langue est forte, notamment chez les adultes,

son patrimoine culturel et historique est exceptionnel,

etc...etc...

Sauf que les Bretons se refusent d'y croire au titre que cela serait mal penser...

Pire encore les Bretons se comportent comme des imbéciles, égocentrisme chez les acteurs culturels et archaïsme chez les acteurs politiques.

Nos ancêtres ont construit un petit pays par la taille mais grand par le rôle qu'il a joué durant plus de 1000 ans d'histoire européenne, le tout intégré à l'une des cultures les plus emblématiques de l'occident.

Ce patrimoine au vu de la situation actuelle est difficile à assumer pour les Bretons...

Mais la déprime est une situation qui finie par lasser.... car elle n'apporte rien de constructif...

Même si avec un retard évident, je n'ai aucun doute que les Bretons surprendrons l'Europe entière en participant nous aussi à l'aventure moderne : "se réapproprier sa culture, se réapproprier son pays, construire un avenir pour ses enfants, vivre libre... pour avoir des choses passionnantes à échanger avec les autres...!"

P. Argouarch
Samedi 28 octobre 2017

@Jacques : Vous êtes le bien venu à ABP pour y écrire une chronique hebdomadaire sur un sujet d'actualité ou un sujet de votre choix. Certains de vos textes méritent une plus grande exposition que celle que vous offre la section des commentaires.

Fañch Ar Vilin
Samedi 28 octobre 2017

A Philippe Agouarc’h

« L'indépendantisme breton ou corse ou catalan ou écossais est avant tout une adhésion émotionnelle et donc irrationnelle. Ce n'est pas basé sur la logique politique, encore moins sur une idéologie. C'est quelque chose de très profond qui a à voir avec la dignité, la connaissance du passé et en particulier le sens du respect de ses ancêtres et bien sûr un sens de l'injustice exacerbé. »

Vous résumez parfaitement ce qui m’a conduit aussi à devenir indépendantiste Breton.

A Jacques

Je lis régulièrement avec beaucoup d’intérêt vos commentaires pertinents, clairvoyants et je dirais novateurs.

J’avais la même réaction que Philippe Agouarc’h : Vos analyses méritent qu’elles fassent l'objet d'une chronique régulière sur l’ABP.

A galon ganeoc'h

Galerne René
Samedi 28 octobre 2017

Merci pour votre article.

Breton exilé en Suisse, j'observe tous les jours les avantages de ce modèle à commencer par la défense farouches des diverses langues qui en font une de ces richesses.

Modèle fédéral dont beaucoup de "grands pays d'Europe" feraient bien de s'inspirer!

Le Bris Jonathan
Samedi 28 octobre 2017

OSONS LE DIRE,

JE SUIS MOI MÊME INDÉPENDANTISTE !...

Peut être dut au fait que je sois expatrié de Bretagne sans avoir put le choisir, peut être dut a ma courte expérience de vie qui, sur bien des plans m'a ouvert les yeux sur les réalités d'une france dite "des droits de l'homme" mais laissant ce droit aux plus offrants, peut être par mon ressentit de toujours me sentir " différent " ou ne jamais réellement ,me sentir a ma place si ce n'est quand je suis de passage en Bretagne...Peut importe mes raisons en réalité , peut importe nos raisons, elles appartiennes qu'a notre appartenance a un peuple , elles n'appartiennent qu'a un territoire , elles appartiennes a la Bretagne ...

Je suis indépendantiste Breton , pour mieux dire fédéraliste Breton pour une Bretagne souveraine et de plein droits, ces droits fondamentaux et internationaux que la F-rance ne respect pas !

Dominig YVON
Dimanche 29 octobre 2017

SNP écossais ; centre gauche avec une petite dose de centre droit

Jordi Pujol (détenteur du collier de l'Hermine), Arthur Mas, Carles Puidgemont : Centre Droit toujours associé dans leur démarche à la Gauche Indépendantisite Catalane (CUP)

Pays Basques : Centre Droit en alliance avec la Gauche Basque...

Vous compléterez vous-même pour la Corse, la Flandres , le Kurdistan, la Kanakie.....

Bref, pour les médias frañcais, tous de dangereux extrémistes, aventuriers politiques d'un futur cataclysmique .....ou peut-être de dangereux démocrates pour l'ordre établi, auxquels je m'honore de faire humblement partie.....

Même si la construction sera longue , la prise de conscience a aussi commencé en Bretagne....

Parler d'indépendantisme aujourd'hui, comparé à ne serait ce qu'une dizaine d'année, suscite maintenat de la curiosité la où il y a 10 ans, agressivité ou ironie aurait été de mise....

Certes , il reste beaucoup de chemin et de travail, mais comme tu l'écris, Philippe, ce travail commence par l'affirmation de soi et de ses convictions....

Et on ne peut que constater que la plupart des indépendantistes , qui font avancer leur pays réellement, sont d'horribles centristes, humanistes, démocrates....Un vocabulaire qui semble avoir disparu du dictionnaire des partis politiques se prévalant d'un état nation.....

.Mais l'histoire s'écrit un peu tous les jours, et nous sommes des humains indépendantistes aussi patient(e)s, que passionné(e)s et déterminé(e)s ....

Pauline
Dimanche 29 octobre 2017

L'europe des régions ne semble plus d'actualité.

Tristan
Lundi 30 octobre 2017

Je suis indépendantiste breton.

même si nous sommes à des années lumières d'une conscience politique, (en comparaison à l'Ecosse, la Corse, la Catalogne, la Vénétie, etc...) Et étant complétement impuissant devant ce désert politique déstructuré, je m'efforce de faire évoluer les mentalités. Je reste indépendantiste dormant. En effet, je n'adhère à aucun parti politique. Je pense, je vis, je fais pour que notre, ma, Bretagne soit un peu plus entendu, tous les jours. Oui, je suis seul dans mon coin de Bzh, peut-être. Mais je suis convaincu qu'à l'échelle humaine, en faisant un peu tous les jours, je mets ma pierre à l'édifice.

Mersi bras Philippe !

Anne Montpellier
Lundi 12 novembre 2018

Je suis toujours un peu étonnée par le désir d'indépendance de certaines régions, même si je comprends votre attachement à votre culture et à votre histoire qui n'a pas été que française. J'aimerais savoir ce qui, dans votre identité, vous éloigne du sentiment d'appartenance à la nation française; serait-ce l'irrédentisme celte hostile au socle gallo-romain ?

Ou bien la politique d'uniformisation de la langue imposée à toute les régions? Ou tout à la fois?

Qu'est-ce qu'être français pour vous?

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 7 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.