Pour que le breton fasse partie de l’avenir de la Bretagne / Skoaz-ouzh-skoaz evit ma vo ar brezhoneg

-- --

Communiqué de presse de UDB
Porte-parole:

Publié le 12/03/21 8:33 -- mis à jour le 12/03/21 10:04

A l’occasion du lancement de Mizvezh ar brezhoneg, le mois du breton, nous constatons qu’une fois de plus le gouvernement démontre son peu d’intérêt pour la sauvegarde et la promotion de la langue bretonne. Il est temps de changer la donne.

Tentative d’interdiction du tilde de Fañch, tentative de réduction du nombre d’heures de breton à Diwan, manquement à la parole donnée sur le forfait scolaire, et maintenant blocage de la convention Etat-région au sujet de la langue bretonne…

Tout montre qu’il faut sortir d’une situation ou l’avenir de la langue bretonne se décide à Paris.

La grande majorité des Bretonnes et Bretons veut plus de breton dans les médias, à l’école, dans les services publics. 43% des personnes âgées de 15 à 39 ans veulent que leurs enfants apprennent le breton, mais moins de 10 % des écoles le proposent !

L’union Démocratique Bretonne, Ensemble sur nos territoires et Europe Ecologie Les Verts Bretagne proposent que la Région Bretagne prenne réellement en charge la politique linguistique en élaborant un statut de co-officialité, en doublant le budget actuel du breton, en proposant des évolutions majeures comme un statut public régional pour Diwan et en fixant les besoins de recrutement et de formation d’enseignants bilingues. Il faut aussi obtenir un partage du pouvoir législatif et règlementaire sur la politique linguistique, comme dans bien d’autres domaines.

La politique des petits pas a montré ses limites.

C’est un saut quantitatif et qualitatif qu’il faut effectuer.

Si les Bretons, unis, soutenus et relayés par leurs élus y compris leur représentation parlementaire, se mobilisent pour obtenir ces avancées, aucun gouvernement ne pourra les leur refuser. Le conseil régional sera naturellement moteur pour créer ce mouvement.

Nous serons à Quimper le 13 mars, pour manifester contre les attaques répétées du gouvernement et pour que la langue bretonne vive.

————————

Da vare deroù Mizvezh ar brezhoneg e vez stadet gant UDB, ESNT ha EELV e tiskouez ar gouarnamant, ur wech ouzhpenn, e zispriz evit la labour saveteiñ ha treuskas ar brezhoneg. Poent eo cheñch penn d’a vazh.

Klasket ez eus bet mirout ouzh implij tildenn Fañch, digreskiñ an niver a eurvezhioù brezhoneg evit skolajidi Diwan, n’eo ket bet dalc’het endalc’h ar gouarnamant war ar skodennoù-skol, he bremañ setu ma n’eo ket bet sinet ar c’hendiviz Stad-rannvro evit yezhoù Breizh…

Kement-se a ziskouez splann eo dav mont maez ur saviad ma vez divizet e Pariz diwar-benn dazont ar brezhoneg.

Fellout a ra d’ar brasañ niver eus ar Breizhadezed ha Breizhiz ma vo muioc’h a vrezhoneg er mediaoù, er skol, er servijoù foran. 43% eus an dud oadet eus 15 da 39 bloaz o deus c’hoant ma tesko brezhoneg o bugale, met kinniget e vez ar c’helenn brezhoneg e nebeutoc’h eget 10% eus ar skolioù!

Kinnig a ra al listenn UDB, ESNT ha EELV ma vo Rannvro Breizh e karg da vat eus ar politikerezh yezh, dre sevel ur statud a genofisielded, dre zaougementiñ budjed ar brezhoneg, dre ginnig emdroadurioù pouezus evel ur statud foran rannvroel evit Diwan ha dre dermeniñ an ezhommoù tuta ha stummañ skolaerien ha kelennerien divyezhek. Dav eo neuze gounit ul lodenn eus ar galloud lezenniñ ha reolenniñ war ar politikerezh yezh, evel war tachennoù all.

Erruet eo en un hent-dall politikerezh an araokadennoù bihan.

Ul lamm war-raok zo d’ober, a-fed kementad koulz hag a-fed kalite.

Ma stourm ar Vretoned unvanet, skoazellet gant o dilennidi hag en o zouez o c’hannaded, evit kaout o gwirioù, ne vo gouarnamant ebet evit o nac’hañ outo. Evel-just e vo ezhomm eus ar c’huzul-rannvro evit kas al luskad war-raok.

E Kemper e vimp d’an 13 a viz meurzh, evit manifestiñ a-enep tagadennoù niverus ar gouarnamant hag evit ma vevo ar brezhoneg.

Union Démocratique Bretonne

Europe Ecologie les Verts Bretagne

Ensemble sur nos Territoires.

Ce communiqué est paru sur UDB

Voir aussi :
mailbox imprimer

Vos commentaires :

Francoise Amerel
Vendredi 12 mars 2021

L'UDB est toujours dans la"mystique nationale", dans la pure lignée de Roparz Hémon, et du Parti national Breton: "le breton dans toutes chaumières, dans toutes les écoles, de Douarnenez à Fougères",quelle mépris pour les milliers de personnes de tradition gallèse!

Kerbarh
Samedi 13 mars 2021

Mettre la langue bretonne et le gallo sur le même niveau est une infamie et un bon moyen de rabaisser la culture et la langue bretonne et de lui donner le coup de grâce. Le gallo n’est pas une langue mais un dialecte de langue d’oïl. Le pouvoir royal parisien a normalisé la langue d’oïl pour en faire le français que l’on connaît aujourd’hui. La langue bretonne, n’a pu être normalisée que tardivement car elle n’a jamais pu s’appuyer sur un état. Je ne suis pas bretonnant mais de tradition gallèse.

Kerbarh
Samedi 13 mars 2021

Roparz Hemon n’est ni un nazi ni un lache un peu trop idéaliste. Facile de le juger aujourd’hui. Que penser alors de Jules Ferry ?

Kerbarh
Dimanche 14 mars 2021

Roparz Hemon n’est ni un nazi ni un lache un peu trop idéaliste. Facile de le juger aujourd’hui. Que penser alors de Jules Ferry ?

Burban xavier
Lundi 15 mars 2021

Le français est normalisé par L'Académie Française(sous Louis XIV ) véritable institution renforcée après la Révolution c'est à dire très tardivement par un Etat français soucieux d'unir un patchwork de langues basées sur la langue Oil et celle de L'Oc afin de "normaliser" le français .

Cette démarche fut une longue affaire pour l'Etat français moderne . Le Gallo est issu de L'Oil c'est à dire d'une langue issue du "bas latin " face au latin originel et une langue mute forcément .

Le breton est une langue issue du brittonique (comme le gallois , le cornique ) , il se normalise à son tour en empruntant aussi comme toute langue . Il a n'a pas cessé géographiquement parlant de reculer depuis

le 11ème siècle après le passage des Normands et leurs ravages dans la péninsule , son extension maximale à l'Est était le Mont St Michel , Mordelles , Bains de Bretagne , Nozay , St Herblain . Certes , il y avait des zones mixtes au-delà de cette ligne admises par Jean Loth ... car des îlots bretonnants existaient ailleurs ;" La Bretagne des origines" Fleuriot Léon excellent ouvrage pour se documenter , apprendre la tolérance et se faire une opinion .

De nos jours le problème est le suivant pour la Bretagne : il faut sauver nos langues !

Le breton peut s'apprendre partout dorénavant (à Nantes / Naoned / Nauntt ,e Gwened/Vannes . Sant Brieg / Sant Brieuc , Rennes/ Roazhon , le gallo doit pouvoir trouver une vraie place dans l'éducation car aucune ligne linguistique géographique ne s'impose plus désormais pour une langue avec les supports existants ,médias et périphériques c'est à dire qui veut l'apprend mais il faut des écoles , des enseignant(e)s et des moyens à la hauteur de la demande et construire des filières .

Les 5 départements font bien trop peu pour subvenir aux besoins culturels bretons . çà devrait devenir un enjeu .

Le nombre de locuteurs bretons 200 000 maxima est insuffisant pour maintenir cette langue , quant au gallo il est clairement menacé aussi , je ne connais pas le chiffre exact des Breton(ne)s qui le parlent encore .

Vendredi sur "échappée belle" Ch Pitorin nous a présenté son émission sur la 5 , j'ai découvert un homme Jean -pierre Jeulin "un maraîchin" du Bas Poitou qui parle cette langue et qui défend les langues minoritaires , un homme d'esprit , clairvoyant et humble qui nous dit ceci en résumé " dans un monde technologique , il nous faut nous inspirer Moyen -Age " en créant mais aussi en conservant à l'esprit que la culture peut allée jusqu'à l'inutilité (oeuvres) . En effet pourquoi restaurer un château , une abbaye , un village , un talus et le bocage ect ? ...parce que c'est inscrit dans la mémoire collective et mms les sons d'une langue égayent nos vies , leur donnent un aspect poétique et sensoriel .

Mais chacun sait que lorsque nous aurons asséché la diversité culturelle et naturelle , l'humanité sera en péril .

C'est pourquoi défendons le breton , le gallo , le basque, le romanche , le walser , le corse , l'occitan , le catalan , le flamand .... le provençal ...L'Europe est riche de cultures présentes faisons les vivre en somme comme ailleurs !

Faisons de nous -mm . Rendons nos langues vivantes par tous les moyens au quotidien aussi !

Gant revil evit an holl !

ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 1 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.