Postes enseignants de breton : le compte n’y est toujours pas !

-- --

Communiqué de presse de Kelennomp
Porte-parole:

Publié le 29/05/20 13:14 -- mis à jour le 01/06/20 08:41

Dans la convention additionnelle au contrat de plan État-Région sur le bilinguisme signée en novembre 2015 et dénommée  « Convention spécifique pour la transmission des langues de Bretagne et le développement de leur usage dans la vie quotidienne – Pacte d’avenir pour la Bretagne »  il était ainsi mentionné l’engagement suivant (page 7) de la part de l’Etat : pour  le nombre de postes proposés au concours pour les professeurs des écoles bilingues (CRPE) sur la période 2015 -2020 , “l’’objectif est de disposer de 15 % de postes bilingues parmi les postes ouverts au concours dès 2016 et d’aller au seuil de 20 % dans les meilleurs délais, en fonction des besoins de l’Académie et en veillant à respecter la qualité attendue du recrutement” .

Le nouveau recteur de l’Académie de Rennes ne respectera pas l’engagement de l’Etat à la fin du contrat de plan Etat-Région sur le bilinguisme qui s’achève en 2020 . Si la situation est meilleure que du temps de la gouvernance (éphémère) de sa prédécesseure Mme Armande Le Pellec Muller https://kelennomp.bzh/fr/actualites/2019/02/la-rectrice-declare-telle-la-guerre-a-la-langue-bretonne-nombre-postes-enseignants-bilingues-crpe-convention-etat-region/ , cela n’en reste pas moins le symbole du non respect de la parole de l’Etat.

Il manquera en effet 4 postes sur les 34 qui étaient attendus au concours soit 17,9 % des postes pour le bilingue sur l’ensemble des postes offerts au concours de Professeur des Ecoles en 2020 au lieu des 20 % prévus par la convention (voir graphique ci-dessous). L’évolution du nombre des postes bilingues depuis 2005 offerts au concours CRPE est visualisable dans ce document ici

Ce communiqué est paru sur Kelennomp kelennomp.bzh

Voir aussi :
mailbox imprimer
L’objectif de l’association est de regrouper toutes celles et ceux qui enseignent le breton et en breton dans les écoles maternelles, primaires, collèges, lycées, dans les écoles supérieures de professorat et d’éducation (ESPE), dans les universités, dans l’enseignement public, catholique et Diwan, par correspondance, dans les centres de formation et dans les cours du soir pour développer l’enseignement du breton.

Vos commentaires :

burban xavier
Dimanche 31 mai 2020

Les chiffres sont inquiétants et de surcroît , le breton est classé par L'Education Nationale comme langue "étrangère" comme l'anglais ou l'espagnol ce qui veut dire que les élèves choisiront comme première langue obligatoire l'anglais . Quid du breton à la rentrée 2020/2021 ???

Vraiment tout est fait pour discriminer le breton et le faire disparaître autant que possible par le pouvoir centralisé .

Resterons-nous sans réaction devant cette décision sauf à nous réjouir de nous considérer étrangers sur notre sol !

Aman ez eus koll sont !

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 0 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.