Postes d'enseignants du breton : quand l'Etat ne respecte pas sa signature !
Communiqué de presse de Kelennomp

Publié le 18/12/22 2:00 -- mis à jour le 18/12/22 17:27
56571_1.png
...

Publication du nombre de postes ouverts aux concours enseignants 2023 du second degré (CAPES/ CAFEP) langue bretonne : Quand l'Etat ne respecte pas sa signature !

Le Ministère de l’Education Nationale vient de publier le nombre de postes langue bretonne ouverts aux concours du second degré enseignement public (CAPES) et enseignement sous contrat (CAFEP) pour Diwan et l’enseignement catholique.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Si depuis 10 ans, le nombre de postes oscillait entre 4 et 5 chaque année, cette année le nombre tombe à 3 (2 postes CAPES et 1 poste CAFEP) entre les deux académies de Rennes et Nantes. Il faut remonter aux années 2008 et 2009 pour avoir un nombre de postes aussi faible.

Cela constitue, selon nous, une véritable provocation quand, dans le même temps, il était écrit dans la convention État-Région 2022-2027 sur la transmission des Langues de Bretagne, signée le 15 mars dernier, l‘article 30 suivant :

«L’État affirme sa volonté d’aboutir à la parité horaire effective de l’ensemble du second degré en renforçant le recrutement et la formation à la langue bretonne d’un nombre adéquat d’enseignants de disciplines non linguistiques. L’objectif de l’enseignement bilingue est la parité de compétences en langues française et bretonne.»

Nous ne voyons pas comment, à l’aune du nombre de postes ouverts aux concours d’enseignants du second degré, il puisse y avoir un quelconque début d’application de cette convention pour la rentrée 2023 dans le second degré et ce d’autant plus que la carte des pôles acté par le recteur prévoit expressément pour la rentrée prochaine des ouvertures de nouvelles filières bilingues dans 3 lycées et 6 collèges publics.

Le président de région avait écrit le 22 mars 2022 au premier Ministre de l’époque, M. Jean Castex, une lettre s'offusquant déjà du faible nombre de postes (4) proposés au CAPES / CAFEP du concours 2022 pour le second degré par le Ministre de l’Education Nationale, M. Jean-Michel Blanquer, quelques jours après la signature de la convention État-Région sur la transmission des Langues de Bretagne.

Malgré les discours de "soi-disante ouverture" du nouveau Ministre de l'Education Nationale aux langues régionales, nous ne pouvons que constater que le nombre de postes proposés pour l’année 2023 a encore diminué et est tombé à un niveau historiquement bas !

Plus généralement, si le ministère de l'Education Nationale ne respecte pas sa signature sur ce point précis, nous voyions mal pourquoi il en irait autrement sur les autres points de la convention, en vue de la préparation de la rentrée scolaire 2023.

Nous allons interpeller l'ensemble des députés bretons et notamment celles et ceux qui avaient répondu au questionnaire législatives du collectif "Pour que vivent nos langues" dont nous sommes cofondateurs avec d'autres associations de Langues de France.

Nous leur demanderons également d'intercéder auprès du ministère de l'Education Nationale pour que le ministre réponde enfin à la demande de rencontre du collectif adressée fin octobre.

Kevredigezh an holl gelennerien ha stummerien war ar brezhoneg hag e brezhoneg

Association de tous les professeurs et formateurs de et en breton

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
L’objectif de l’association est de regrouper toutes celles et ceux qui enseignent le breton et en breton dans les écoles maternelles, primaires, collèges, lycées, dans les écoles supérieures de professorat et d’éducation (ESPE), dans les universités, dans l’enseignement public, catholique et Diwan, par correspondance, dans les centres de formation et dans les cours du soir pour développer l’enseignement du breton.
Vos 2 commentaires
  Jiler
  le Mercredi 21 décembre 2022 09:55
Préparons des actions fermes, du genre désobéissance civique, les plaintes n'ont jamais servi à rien ! Les militants ne comprendraient pas qu'on reste sans rien faire !
Il est bien évident que Blanquer , avant de partir, a bien formaté le nouveau ministre.
(1) 
  Burban xavier
  le Mercredi 21 décembre 2022 14:43
Les "Mariannick" veulent faire disparaître les langues minoritaires en France , c'est leur crédo , rien à attendre , il faut faire de nous-même !
(1) 
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.