Pose de la première pierre de la Résidence Anne de Gaulle à Saint-Anne d'Auray : Sortir les handicapés des asiles
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 24/04/18 11:07 -- mis à jour le 24/04/18 11:47

La Fondation Anne de Gaulle, historiquement implantée dans les Yvelines, a répondu à l’appel du Conseil Départemental du Morbihan de créer une résidence pour adultes handicapés à Saint-Anne d'Auray. La création de Domiciles Groupés Accompagnés est la première étape de son implantation dans le département. La première pierre sera posée le samedi 27 avril en présence de la petite fille du général.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

D'après la fondation "Il s’agit d’un dispositif intermédiaire entre le domicile individuel et l’établissement social et médico-social. Ses missions essentielles sont d’offrir un cadre de vie rassurant, de lutter contre la solitude en favorisant l’échange, de permettre la mise en place d’un accompagnement de la vie à domicile. Il s’adresse principalement à des personnes morbihanaises, en situation de handicap (reconnues par la MDPH, Maison Départementale des Personnes Handicapées) âgées de plus de vingt ans."

Cette initiative permet d’inaugurer d’autres réponses d’hébergement que celles des établissements asilaires à l'exemple de ce qui se fait dans d'autres pays et en particulier en Californie depuis au moins 40 ans. Le système de réinsertion dans la vie sociale grâce à une banalisation des lieux de résidences, a pour but une "normalisation" du handicap. Il s'agit que les handicapés puissent se sentir des personnes "normales", le premier pas vers une réinsertion dans la société.

Voir aussi :

mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 1 commentaires
  Naon-e-dad
  le Mardi 24 avril 2018 19:06
La photo de De Gaulle devant sa fille trisomique est d'autant plus émouvante quand l'on pense - c'est du moins ce qui se disait à l'époque où le Général était aux affaires- qu'il gardait sur lui en permanence la photo de sa fille - Anne donc - avec le code nucléaire.
De quoi faire réfléchir. A-walc'h da lakaat ar prederiañ en-dro.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.