Porcherie industrielle de Plouvorn : Eau & Rivières demande l’arbitrage du Ministre
Communiqué de presse de Eaux et Rivières de Bretagne

Publié le 29/07/04 12:28 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Porcherie industrielle de Plouvorn :

Eau & Rivières demande l’arbitrage du Ministre

Eau & Rivières de Bretagne a été reçue par Serge LEPELTIER, à l’occasion du déplacement du ministre de l’Ecologie et du Développement Durable à PERROS-GUIREC (Côtes d’Armor). L’association a exprimé son inquiétude face aux reculs de la politique de l’eau et a demandé l’arbitrage du Ministre sur le projet d’extension de la porcherie industrielle de Plouvorn (29).

En choisissant Perros Guirec pour son déplacement en Bretagne, le Ministre de l’Ecologie a choisi d’éviter les marées vertes, causées par les nitrates, qui empoisonnent chaque été le littoral breton.

Reçus par Serge LEPELTIER, JF PIQUOT porte-parole d’Eau & Rivières, et G Huet délégué général, ont fait part au Ministre de leurs vives inquiétudes face aux divers reculs de la politique de l’eau :

- remise en cause du plan d’action pour le développement pérenne de l’agriculture et la reconquête de l’eau signé en février 2002 ;

- contournement de l’interdiction d’extension des élevages hors sol dans les zones en excédent structurel de lisier ;

- projet ministériel de relèvement des seuils d’autorisation pour les élevages industriels de volailles

- abandon par le gouvernement de la redevance pollution sur l’azote.

Eau & Rivières a rappelé au ministre que seule, la cohérence des politiques agricoles et environnementales, permettrait de restaurer la qualité des eaux bretonnes, de préserver les chances de développement économique de la région, et de rétablir son image de marque. Ces différents reculs renforcent le risque d’une condamnation de la France par la Cour Européenne de Justice à cause des piètres résultats de la lutte contre la pollution des eaux en Bretagne

L’association a également demandé au Ministre, d’arbitrer rapidement sur le projet de régularisation d’une importante porcherie industrielle de PLOUVORN (Finistère). En situation illégale depuis 10 ans, déjà condamné à deux reprises par les tribunaux et convoqué une nouvelle fois en septembre devant le tribunal correctionnel de Morlaix, cet élevage souhaite doubler sa production (15 000 places) en zone d’excédent structurel ! Les excédents de phosphore et potasse sur le plan d’épandage, l’incompatibilité avec la réglementation en vigueur, le caractère profondément immoral de ce qui serait une « prime à la fraude » doivent conduire le Ministre à rejeter cette demande.

Le 29 juillet 2003

Contact : Jean-François PIQUOT : 02 99 06 74 39

Gilles HUET : 06 80 25 21 90

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Philippe Argouarch


mailbox
imprimer
Eau & Rivières de Bretagne travaille avec un réseau : 107 associations membres en 2017. Grâce à lui, l'association a imposé la question de l'eau dans le débat public et relayé un des sujets de préoccupation majeure des Bretons. Association agréée au titre de la protection de la nature, de la défense des consommateurs. Libre de toute appartenance politique, syndicale, professionnelle et confessionnelle, Eau & Rivières de Bretagne oeuvre en toute indépendance et de manière désintéressée dans les cinq départements bretons, et la Manche, pilotée par un Conseil d'administration, aidée d'une équipe de 18 permanents. L’association s'appuie également sur un réseau d'adhérents fort de plus d'un millier de personnes, et bénéficie du soutien de plus de 100 associations membres réparties dans
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.