Plus de 50 000 signatures pour la pétition qui veut maintenir l'Alsace debout, beaucoup moins pour la Réunification

-- Politique --

Reportage de Christian Rogel

Publié le 20/08/14 0:07 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le 19 juillet, au lendemain du vote honteux des députés socialistes approuvant la modification des limites des régions françaises dans le brouillard et la concurrence dans l'incompétence, le maire UMP de Mulhouse, Jean Rottner, a lancé un site pour recueillir l'adhésion des Alsaciens qui veulent éviter d'être fondus dans le shamallow de la prétendue "réforme" territoriale (CHAMpagne-ALsace-LOrraine).

Comme la plupart des élus alsaciens qui sont pourtant, généralement, dans l'opposition de droite, Jean Rottner n'avait pas dit non avec une fusion de l'Alsace et de la Lorraine, croyant pouvoir négocier avec les Lorrains une position reconnue pour l'Alsace et la fixation de la capitale de région à Strasbourg, ville d'envergure européenne (Parlement européen, Conseil de l'Europe, Cour européenne des Droits de l'Homme).

Avec des élus influents, comme la sénatrice UDI, Fabienne Keller, ancienne maire de Strasbourg, Jean Rottner remet dans le débat public l'idée d'une Alsace rénovée avec de nouvelles alliances territoriales basées sur les métropoles et coopérant avec la Lorraine, Belfort-Montbéliard et les régions allemandes avec lesquelles des partenariats de poids sont établis.

En arrière-plan, il y a la question du droit local alsacien-lorrain, dont l'un des effets est que la sécurité sociale locale spécifique ne coûte rien aux contribuables français, car avec une Lorraine, dont la moitié est sous ce régime, sa pérennité, à laquelle la population est très attachée, serait assurée. L'adjonction de la Champagne-Ardennes romprait cet équilibre et beaucoup d'autres.

L'échec du référendum local du 7 avril 2013 qui avait vu rejeter la fusion des deux départements d'Alsace pèse lourd. Il était le résultat d'un manque de clarté sur le projet et d'orgueil mal placé d'élus du Sud qui étaient jaloux d'une éventuelle promotion de Strasbourg.

Il semble qu'une réaction se dessine pour remettre l'Alsace dans son droit à ne plus être un bouchon flottant sur la mer des fantaisies extérieures.

En un mois, 50 300 adresses ont été recueillies sous un slogan très clair : «Arrêtons de subir ! Nous, Alsaciens, prenons notre destin en main ! ». Mais, nulle pensée d'indépendantisme ou d'autonomisme chez Jean Rottner qui se déclare Français et Alsacien.

En Bretagne, où le grand sujet régional actuel est la Réunification, on pourrait penser que des pétitions puissent obtenir plus d'adhésions dans un territoire trois fois plus peuplé.

Il n'en est, malheureusement, rien, car « Bretagne réunie » a mis une pétition sur son site qui n'a réuni à ce jour que 6 796 signatures (par inscription) de « Bretons, anonymes, élus... » » qui acceptent une « Charte de la Réunification » (voir le site) tandis que le Collectif 44=Breizh a préféré faire héberger sa propre pétition sur le site Mesopinions.com et a recueilli, jusqu'à maintenant 5 322 « signatures ».

L'Union démocratique bretonne a, aussi ouvert une page de pétition sur un site belge lapetition.be (voir le site) et affiche 1 341 signataires.

Le tableau ne serait pas complet, si on ne mentionnait pas la pétition adressée à « M. le Président de la République française » lancé sur le site avaaz.com et qui, malgré le soutien affiché de la confédération Kendalc'h n'a encore suscité que 341 clics (voir le site)

On aura remarqué que le total des pétitions bretonnes ne fait qu'à peine le tiers des résultats de la pétition alsacienne. Il ne semble pas que la pétition soit une chose qui motive les Bretons. S'ils préfèrent marcher dans la rue, ils ont pu et ils vont encore pouvoir le faire (27-09, à Nantes).

Additif du 24-08-14. Dans un commentaire, Breizh-Infos nous informe qu'il a aussi lancé une pétition en ligne sur la question. Les 3 698 signatures obtenues à ce jour ne modifient pas réellement le résultat d'ensemble.

Article de l'Agence Bretagne Presse sur le drapeau alsacien et le parti autonomiste alsacien : (voir le site)

Site de la pétition Alsace : (voir le site)

Christian Rogel

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2509 lectures.
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 52 commentaires
P.L Hélias
Mardi 25 janvier 2022
Impossible pour moi de signer la pétition Bretagne Réunie:
"Erreur lors de l'envoi du message. Veuillez réessayer plus tard ou contacter l'administrateur d'une autre manière."
(0) 
Breizh-info
Mardi 25 janvier 2022
Vous avez oublié la pétition lancée par Breizh-info.com en faveur du référendum, qui a recueilli 3690 signatures à ce jour
(voir le site)
(0) 
Patrick Teigné
Mardi 25 janvier 2022
Bonjour, je suis né en Bretagne et habite en alsace, j'ai signé la pétition du Maire de Mulhouse.
En Alsace il y plus de monde sur le Net que dans la rue.En Bretagne les manifestations font le plein dans la rue, ici non!
(0) 
jo charruau
Mardi 25 janvier 2022
En totalisant les voix exprimées les Alsaciens ont pourtant voté à 57 % pour la réunification de leurs deux départements.
Le pouvoir parisien a imposé son règlement qui dit que le vote est valable si tous les départements votent positivement et , dans l'Alsace, le vote du Haut-Rhin a été minoritaire.
Habitant le pays nantais, la Bretagne à cinq départements doit être réunifiée maintenant avec Rennes comme capitale et aussi il faut un grand Val de Loire unifié autour de Tours : ( Maine, Anjou, Touraine, Orléanais, Berry, Poitou, Vendée ). C'est le bon sens même comme l'a proposé la revue Marianne.
Nous sommes dans la dernière ligne droite.
Nous devons pétitionner, manifester certes,
l'homme breton qui peut influencer l'exécutif actuel et qu'il faut rencontrer dans les jours à venir, c'est, à mon avis, le ministre Le Drian. Qui le connaît bien ?
(0) 
Alwenn
Mardi 25 janvier 2022
"l'homme breton qui peut influencer l'exécutif actuel et qu'il faut rencontrer dans les jours à venir, c'est, à mon avis, le ministre Le Drian. Qui le connaît bien ?"
Malheureusement Ledrian a déjà fait son choix, le statut quo, il ne sera donc d'aucun secours, sinon pour empêcher la fusion.
En voilà un, Ledrian, qui aura raté son rendez-vous avec l'Histoire. On va donc écrire l'Hiroire sans lui.
(0) 
PIERRE CAMARET
Mardi 25 janvier 2022
@Jo Charruau .
Le Ministre Le DRIAN ? je ne le crois personnellement pas . Trop infeode au systeme actuel ......... ou alors il joue parfaitement un jeu ????.
Le pouvoir actuel n'a pas de strategie , il a des idees absurdes pour la majorite des gens ( pas pour lui ).Il les appliquera : il est intelligent et voit loin , Nous sommes C... et n'avons rien compris .. d'abord on ne nous reproche pas de n'avoir rien compris , on nous demande simplement de ne rien dire . Simple ; en compensation nous avons du pain et des jeux .
(0) 
LHERITIER Jakez
Mardi 25 janvier 2022
En Bretagne:plusieurs pétitions avec des textes différents?
Il parait difficile aux organisations de s'unir?Pourtant cela est réclamé.
Bon, on attend aussi le programme des actions de terrains avant la nouvelle manifestation de Nantes du 27 Septembre!
Les distributions de tracts pendant les festivals porteront elles leurs fruits?
Les résultats des élections en Alsace,puis celles à venir d'Ecosse,de Catalogne,etc auront des conséquences en Bretagne ?
Il me semble que se cantonner, qu'au thème de la réunification ,sans démontrer aux bretonnes et bretons en difficultés,sans internet,qui lisent peu les avantages que la Bretagne en tireraient,limite les mobilisations populaires.
Comment faire:une proposition pour le 27 septembre:faire partir des cortèges de voitures,autocars des quartiers populaires des villes bretonnes,puis les faire passer aux permanences des députés le samedi matin avant de rejoindre Nantes?
Il serait intéressant que le système de protection social Alsacien soit expliqué aux Bretons.Cela aiderait aussi à populariser nos combats qui ne sont pas que pour une réunion "administrative".Il faut élargir nos combats pacifiquement,fermement,mais avec des visions pour l'avenir.
(0) 
Le guérandais
Mardi 25 janvier 2022
Si nous voulons avoir des dizaines de millier de signatures sur une pétition, il serait souhaitable qu'il n'y ait qu'une pétition et si possible organisée par une collectivité territoriale. Cette pétition pourrait être soutenue par l'ensemble des associations et faire l'objet d'articles dans les divers médias bretons.
Si nous voulons obtenir la réunification de notre région, il faut aussi que nous nous déplacions en masse fin septembre à Nantes.
Enfin, les politiques ne voyant que les prochaines échéances électorales, il faudrait qu'ils comprennent que sans réunification, leur avenir politique est fini en Bretagne.
(0) 
yanneutch
Mardi 25 janvier 2022
C'était déjà vrai en 2009 suite à la présentation du projet Balladur.
Vrai en Alsace contre la fusion avec la Lorraine, mais vrai aussi en Picardie contre le démantèlement de celle-ci.
A quoi cela est-il du ? D'une part, ces deux initiatives se posaient en contre. On connaît la situation actuelle, on se réfère à un territoire qui existe et qu'on veut défendre. D'autre part, elles sont portées par des élus au nom de leur collectivité et font fonctionner leurs réseaux et leur notoriété.
Ici, effet miroir. On défend un projet (donc inexistant actuellement) ce qui est plus difficile à se représenter, et qu'aucun poids lourd ne porte. 3 députés (Molac, le Fur, de Rugy) contre tous les autres, le Drian ne travaille pas publiquement sur le sujet et Massiot est forcé au retrait (la machine PS est à l'oeuvre).
(0) 
Emilie Le Berre
Mardi 25 janvier 2022
Il n'est pas étonnant de compter peu de signature dans les pétitions en Bretagne.
LA seule et unique pétition alsacienne est portée par des élus de poids. Elle est largement diffusée dans les médias.
En Bretagne comme pour le reste chacun défend sa vérité, on se retrouve avec des confettis, parmis eux des groupuscules trosko-gaucho dont personnes n'a envie de leur communiquer son e-mail. De plus les élus ne nous défendent pas, au contraire ils travaillent contre la population. Les médias "main-stream" sont pro-fusion nous bourrant le mou avec du grand-ouest à en avoir la nausée.
(0) 
Alwenn
Mardi 25 janvier 2022
Cette profusion de pétitions montre quand même le chacun-pour-soi et le manque de coordination du mouvement breton, qui se voit à chaque instant.
A noter une pétition "officielle", celle de Philippe Grosvalet, président du Département de Loire-Atlantique : 3.042
Mais c'est pour la "fusion" ! Et c'est semble-t-il la seule pour la fusion.
(0) 
iffig cochevelou
Mardi 25 janvier 2022
Si une pétition était lancée d'une façon précise sur un site spécialisé sérieux, je crois que nous aurions des signatures. Ce qui est regrettable, c'est encore cette manie de lancer ce type d'opération sans concertation préalable.
Les conséquences , ce sont ces résultats ! !
(0) 
PIERRE CAMARET
Mardi 25 janvier 2022
2eme partie a la TV Australienne ce Vendredi soir : The British.
La premiere partie , il y a une semaine montrait la conquete romaine de la GB .
Les Celtes excellents , courageux dans les combats individuels , etaient nuls ,egoistes, pas organises dutout dans une logistique , ( c'est pas leur truc ) d'ou la defaite .
Cela vous rappelle t-il quelque chose ???
(0) 
yanneutch
Mardi 25 janvier 2022
Je ne signe pas de pétition (comme Broudic mais sûrement pas pour la même raison.
Une simple pétition en ligne ? Mais vu nos relais médiatiques, ça veut dire netra tout...
Il faut au minimum une conf de presse (ça passe dans le journal lu par tout le monde) histoire de lontrer sa tronche et donner du réel, voire une une conf dans chaque département (tenir compte de la répartition des rédactions)
et AUSSI
des VRAIS GENS qui font signer les pétitions sur kes marches, les festivals, les concerts, journées du patrimoine...
Donc une conf de presse ça nécessite un accord sur un texte, entre des organisations représentatives, et pas des desiderata de untel ou untel genre Kevre Brein qui ne représente rien.
Je le répète :
- au Pays Basque Nord existe Batera, une structure qui se bat sur 4 revendications et qui a réfléchi aux moyens d'y arriver
- l'année dernière existait une structure "appel de Pontivy"qui regroupait partis et associations. Au minimum une autocritique des responsables mar plij.
Sinon c'est pas la peine de venir pleurer, PUTEN 'C'HAST !
(0) 
jo charruau
Mardi 25 janvier 2022
@ alwenn et pierre camaret
A vous lire, chers amis, vous pensez que le soldat Le Drian n'est plus, à présent, un interlocuteur pro-réunification. Je serai moins catégorique. Le proche avenir nous renseignera sûrement un peu plus.
A Paris, JYLD a quand même un fort pouvoir de dissuasion en faisant plier dernièrement par deux fois le Président et son Premier Ministre en obtenant des moyens militaires supplémentaires pour son ministère et en empêchant la fusion B4/pdl par dessus la tête de ses amis Ayrault et Auxiette, jusqu'ici, le ministre le Drian a bien man½uvré.
Pour finir le travail de la réunification de la Bretagne, reste à convaincre Hollande, Valls, Vallini, qu'il faut pouvoir procéder aujourd'hui au découpage d'une région actuelle, donc il faut un breton proche du pouvoir central, de plus JYLD fait partie des grands frères... il y a de grands débats entre eux.
Je suis de Loire-Atlantique, les nantais sont majoritairement favorables à la Bretagne réunifiée.
Voyant ce qui s'est passé en Alsace, il faut éviter le référendum ultérieur , les contraintes jacobines nous entraînent dans une mission impossible.
C'est maintenant.
(0) 
martine iliou
Mardi 25 janvier 2022
marzhina iliou
Impossible pour moi aussi de signer les pétitions
(0) 
PIERRE CAMARET
Mardi 25 janvier 2022
@Jo Charruau . Moi aussi suis de Loire Atlantique - LE CROISIC .
Bonne Chance .
(0) 
marc iliou
Mardi 25 janvier 2022
Les pétitions d'Avaaz sont de plus en plus impossibles à signer j'ai essayé de le leur signaler mais avec leur foutoir pour se diriger par derrière j'ai toujours abandonné sinon j'aurais signé ! on fini par se demander si ce n'est pas malgré ses actions une multinationale de l'incompétence !
(0) 
Herri Colliot
Mardi 25 janvier 2022
Il y a surtout une grande différence, et de poids !!!
L'Alsace est noyé dans une fusion, la Bretagne pas encore
Si en Octobre, la fusion BZH/PDL se fait, alors là, vous aurez des milliers et des milliers de signatures contre !
Seul Hic, il sera trop tard !!!
(0) 
PIERRE CAMARET
Mardi 25 janvier 2022
@Herri COLLIOT .
Vous me siderez , vous avez un optimisme qui frole la grande naivete .
C'est votre droit d'y croire . C'est mon droit de ne pas y croire .
Have a good times in NANTES 27/9
(0) 
noelle C
Mardi 25 janvier 2022
Le peu d'empressement des Bretons à signer une de ces pétitions, c'est que justement, il semble impossible à ceux qui les créent de s'entendre. Les Bretons veulent bien une réunification de la région mais pas, en arrière plan, entendre parler d'indépendance ou d'ambitions personnelles... ou autres idées qui n'ont pas à voir avec la seule réunification. A pétition claire, vote clair !!!
(0) 
MANSKER
Mardi 25 janvier 2022
A Pierre Camaret, les Celtes courageux, mais nuls, égoïstes, pas organisés ........
Les Celtes ne sont pas ceux que décrivent les médias d'où qu'ils soient. Il doit très certainement exister une source commune historique qui doit déprécier ceux qui sont toujours pourtant nos ancêtres. Comme l'AFP, source d'inspiration pour tous les journaux de France. Attendez vous alors à des scoops !!! Ce serait oublier, Brenus, qui ravagea Rome. La reine Boudica qui fit trembler aussi l'empire Romain. Vercingétorix, qui lutte lui aussi vaillamment contre les envahisseurs. Et bien d'autres inconnus... Les Celtes installés sur la péninsule ibérique résistèrent aussi vaillamment aux Romains. Ce sont eux qui introduisirent le mot Guérilla (petite guerre), dans le dictionnaire. Au devant de forces plus puissantes, ils innovèrent l'art de la guerre dans une série d'embuscades et de guerres éclairs d'où ils en sortirent vainqueurs. Les Romains les craignaient, mais aidés par des "collaborateurs", ils assiégèrent leur dernière place forte pendant de longs mois, Numancia. Plutôt que de se rendre, car ils connaissaient le sort réservés aux vaincus (jeux du cirque, esclaves,...), ils préférèrent mourir (poison) que de se rendre (Potuis morir quam feodari), Plutôt mourir que de leur cirer les pompes (excuser ma traduction non conforme). Cet adage semble une constante dans ce que fut l'empire celte. Ce que la TiVi australienne ignore certainement (elle ne doit en aucun cas être responsable de la qualité des programmes), c'est que lors du départ des Romains de l'Île de Bretagne (la Grande Bretagne actuelle, en opposition à notre petite Bretagne), pratiquement rien ne resta des coutumes romaines, c'est tout dire... A contrario, je dirais que les Celtes sont patients, très patients, modérés, mais gare aux limites !!! Dommage que la majorité des Bretons ne voient pas l'intérêt d'une, ce qui est plutôt convenable d'appeler, une Restitution de territoire historique. Mais à qui la faute ? Aux historiens ? Fiers d'être Bretons ? avec un bras en moins ? Kenavo !!
(0) 
PIERRE CAMARET
Mardi 25 janvier 2022
MANSKER . Mais c'est exactement ce que je dis .Courageux jusqu'a l'extreme , mais mal organises .Ils ont ete vaincus dans la GB malgre une heroisme que tout le monde reconnait . Vaincus en Gaule car incapables de s'unir : Si les 17 tribus gauloises s'etaient unies , cela en etait fait de Cesar et Alesia aurait ete une autre Histoire .
Ce n'est pas la TV Australienne , mais la BBC relayee par SSB1 ( TV Australienne ).
EN GB les romains ont occupe les grandes agglonmerations , il n'y a pas eu , une politique d'assimiliation comme en Gaule .
Ne croyez vous pas que si 70 a 80 % des Bretons marchaient ensemble avec des Chefs ,meneurs d'hommes ..... nous l'aurions rapidement notre reunification , notre autonomie .
Les francais connaissent notre courage ... ils l'utilisent ..... mais aussi nos defauts .. ils s'en servent .
(0) 
Eflamm Imaro
Mardi 25 janvier 2022
Essayé plusieurs fois de signer la pétition sur le site de Bretagne Réunie, toujours le même message d'erreur depuis des semaines... Ce n'est pas très sérieux de leur part et cela empêche effectivement d'avoir une idée précise de l'ampleur du mouvement...Une seule et unique pétition commune, relayée par tous les médias bretons auraient plus de poids.
(0) 
SPERED DIEUB
Mardi 25 janvier 2022
Excusez moi de la provocation mais les girondins ,qu'il ne faut pas confondre avec les fédéralistes ,étaient aussi centralisateurs que les jacobins En fait on a accusé les girondins d'être des fédéralistes ,c'était le prétexte pour les éliminer voir les exterminer
(voir le site)
(0) 
Christian Rogel
Mardi 25 janvier 2022
@Sperd Dieub
Si les Girondins sont vus comme ennemis de la centralisation, ce n'est pas du fait de textes qu'ils auraient proposés, mais, du fauit de leur opposition aux pressions des sections révolutionaires parisiennes instrumentalisées par la Montagne.
Ils demandaient que ce soit le peuple qui soit souverain et non les piques des sectionnaires sans-culottes. Is préconisaient que l'administration locale soit faite au niveau des département.
C'est le pasteur protestant, député du Tarn, Marc David Alba-Lasource qui a prononcé en septembre 1792, la célèbre phrase : "il faut réduire Paris à 1/83ème d'influence". Il a pourtant participé au Comité de défense générale, ancêtre du Comité de Salut public, mais les Montagnards l'ont fait guillotiner fin 93.
Jacobins : les débats de la Convention étaient préparés au Club des Jacobins, d'où l'idée que la centralisation forcenée de 93 est une réalisation jacobine.
(0) 
PIERRE CAMARET
Mardi 25 janvier 2022
ALSACE . Je lis en ligne les "Dernieres Nouvelles d'Alsace ". La Bretagne et la Corse sont tres souvent donnees en exemple dans leur opposition au Nouveau Decoupage .
Valls a jete de l'huile sur le feu en disant "Qu'il n'etait pas favorable ,a une Alsace repliee sur elle meme . Comprenez bien une Alsace seule ; les grands jacobins devant l'Eternel voient toujours Alsace + Lorraine + Champagne .
J'ai lu qu'une grande manifestation etait prevue pour le 11 Octobre ( similaire a la notre du 27/9/2014)a Strasbourg .
J'ai appris que l'Alsace etait la premiere Region exportatrice de France et la 5eme a attirer les investissements etrangers .
L'argument de ce Monsieur VALLS , est qu'une superRegion avec l'Alsace , la rendra plus forte a l'echelon europeen ?????? une autre , une autre . Leur vieux slogan idiot , devient fatigant a la fin .
Manque d'imagination .Argument use jusqu'a la corde ,pour defender la Une et Indivisible .Raz le bol de la Gouvernance francaise . .
(0) 
eugène le tollec
Mardi 25 janvier 2022
Christian Rogel
C'est pourquoi je dis et répète à l'encan .
Il faut revisiter les théories girondines en les adaptant à notre temps...c'est ce jus'appellent girondinisme moderne qui irait chercher son inspiration dans un fédéralisme français à partir d'une restructuration administrative de la France dont 13régions équilibrées( dont le B5...) une loi de dévolution...des lois de rétrocession .
Abandon du centralisme actuel.
(0) 
SPERED DIEUB
Mardi 25 janvier 2022
Décidément les idées reçues ...les girondins étaient départementalistes ,et la décentralisation qui était au départ un des objectif de la révolution a été un échec total au niveau du département .Celui ci est devenu le meilleur relais et aussi la courroie de transmission du colonialisme francilien sous couvert de l'égalité et des droits de l'homme. Ce territoire ,bien que pas toujours artificiel ,mais de petite taille était la proie idéal pour le pouvoir central
A contrario si pour la mise en oeuvre de cette dévolution, par opposition à la monarchie absolue centralisatrice , les anciennes provinces auraient été retenues, la France aurait été une république ou un royaume fédéral à l'exemple des états unis de l'époque .
(0) 
An Floc'h
Mardi 25 janvier 2022
@Christian Rogel
@SPERED DIEUB
Il y a une différence entre tenir un discours politique facilement identifiable et faire une thèse universitaire.
Les Jacobins n'étaient pas plus centralisateurs que le roi à l'origine. Ils viennent du Club des Bretons.
Ca nous avance à quoi de le dire au public ?
Tout comme Pétain à qui on a forcé la main pour mettre Nantes sous l'administration d'Angers ?
Dans l'esprit du grand public: girondin = fédéraliste / jacobin = centralisateur / Pétain = Belzébuth.
La question est de savoir s'il y a un avantage à utiliser une partie du mythe révolutionnaire, sans renier le mythe breton.
Bref, laisser l'honnêteté intellectuelle au placard quand le discours politique est abordé.
"Girondisme" ne vaut peut-être pas mieux que "République Fédérale Française".
Peu importe. Le sujet reste le même: la Bretagne s'en sortira-t-elle toute seule en se concentrant uniquement sur les Bretons en ne tenant qu'un discours breton (forcément teinté d'anti-France) ou a-t-elle plus de chances en s'alliant ?
Les Alsaciens nous donnent une leçon sur cette histoire de pétition. Ce ne sont pas les seuls.
(0) 
Louis Le Bars
Mardi 25 janvier 2022
Pendant ce temps là une manifestation "Loire-Bretagne" à Orléans : (voir le site)
Le Grand-Ouest est en marche :-)) !!
(0) 
Louis Le Bars
Mardi 25 janvier 2022
Concernant les pétitions, la grosse différence entre l'Alsace et la Bretagne, c'est que le projet de loi et le vote de l'Assemblée n'ont pas fusionné la région Bretagne avec d'autres régions. Sinon bien sûr, la mobilisation aurait été certainement importante en Bretagne !!
(0) 
An Floc'h
Mardi 25 janvier 2022
@Louis Le Bars
Avec plusieurs pétitions différentes ? Des soucis techniques pour signer ?
Certainement que la fusion va provoquer une plus forte réaction.
Mais il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt. La Bretagne est loin de remplir son rôle de locomotive que lui confère sa démographie.
Les Corses, les Alsaciens, les Basques sont meilleurs que nous.
(0) 
SPERED DIEUB
Mardi 25 janvier 2022
Louis Le Bars trugarez evit ar liamm se
C'est vraiment dommage que cet article ne concerne pas la seule Bretagne, car il est d'une certaine qualité ,et pourrait même faire l'objet d'un débat contradictoire en ce qui concerne l'agriculture bretonne ,y compris au sein des bonnets rouges Par le passé il y avait eu une confrontation publique très constructive entre Alexis Gourvennec et Jean Claude Pierre d'eaux et rivières ,alors je suggère et je demande aujourd'hui un débat de ce genre entre par exemple Merret et René Louail ou pourquoi pas Alain Glon et René Louail
(0) 
Christian Rogel
Mardi 25 janvier 2022
@louis Le Bars & Spered Dieub
Quand le journaliste mentionne les 36 départements Loire-Bretagne, c'est parce que, pour des raisons géographiques et pratiques, et, sûrement pas, politiques, l'Agence de bassin Loire-Bretagne pour la gestion des eaux de surface et souterraines couvre ce périmètre.
On pourrait imaginer une agence de bassin Bretagne, mais, elle ne couvrirait pas les 3/4 de la Loire-Atlantique.
(0) 
Louis Le Bars
Mardi 25 janvier 2022
"La Bretagne est loin de remplir son rôle de locomotive que lui confère sa démographie.
Les Corses, les Alsaciens, les Basques sont meilleurs que nous."

Je comprends pas ce que vous voulez dire exactement...les basques n'ont rien et les alsaciens se retrouvent avec Nogent-sur-Seine et Reims. Quant aux Corses, ils vivent sur une ile et ils réclament pas le rattachement d'un département issu de PACA ... donc il faut quand même comparer le comparable.
La Bretagne dépassera largement les 50 000 signatures dans une pétition si elle se retrouvait dans un Gross West d'autant qu'aucun argument de taille ne permet de le justifier.
A mon avis le vrai souci c'est surtout le manque d'engagement en Loire-Atlantique.
(0) 
Louis Le Bars
Mardi 25 janvier 2022
"Quand le journaliste mentionne les 36 départements Loire-Bretagne, c'est parce que, pour des raisons géographiques et pratiques, et, sûrement pas, politiques, l'Agence de bassin Loire-Bretagne pour la gestion des eaux de surface et souterraines couvre ce périmètre."
Certes, je ne dis pas le contraire !! Quoique je ne vois pas trop le côté pratique à diluer la Bretagne avec 36 départements (jusqu'en Auvergne et Languedoc)...alors que la Région Bretagne n'a pas la moindre rivière qui constitue un affluent (même lointain) de la Loire !
Cette manif' d'agriculteurs a bien lieu à Orléans...et je rappelle que depuis pas mal de temps on nous présente le "Grand-Ouest" comme quelque chose de technico-pratique, et non politique...alors qu'il est clair que la Sarthe ou l'Anjou ne partagent pas grand chose avec la Bretagne (en tout cas moins que la Bretagne avec la Normandie par exemple). Il est bien évident qu'il y a une grosse dimension politique là-dedans.
(0) 
Christian Rogel
Mardi 25 janvier 2022
On reproche souvent à l'Etat de surdimensionner ses administrations, mais convenez que s'il avait créé une micro-Agence pour la Bretagne 4 en face des bassins versants de la Loire, de la Seine, de la Garonne et du Rhône, ç'eût été plutôt curieux. Que l'agence de bassin soit basée à Orléans est logique, puisque c'est à peu près à mi-parcours de la Loire et que se déplacer dans le Massif central n'est pas facile.
(0) 
An Floc'h
Mardi 25 janvier 2022
@Louis Le Bars
Les Basques votent basque. Les Corses votent corse. Les Alsaciens ont une économie solide.
Vous commencez à comparer des situations qui ne se sont même pas présentées.
L'article fait un constat dur mais essentiel. Le mouvement breton ne souffre pas que des divisions gauche / droite ou des vilains jacobins. Se voiler la face en pensant que s'il y a une Bretagne dissoute, il y aurait plus de signatures, c'est facile. En proportion de population, je ne mettrais pas ma main au feu.
Evidemment que les situations sont différentes. Mais au final, force est de constater que la Bretagne, qui a le plus gros poids démographique, n'est pas exemplaire parmi les minorités. Il faut regarder la réalité en face.
Quant à la LA, oui il y a un manque certain. Mais pas plus flagrant que dans le reste de la Bretagne.
Ouvrez pleins d'abbatoirs dans le Finistère, le GO passe comme une lettre à la poste.
(0) 
Louis Le Bars
Mardi 25 janvier 2022
Ces agences de l'eau respectent scrupuleusement les bassins versants, il s'agit de géographie pure qui fait totalement fi des frontières administratives régionales ou départementales...on est donc pas dans une question d'aménagement du territoire. Donc pourquoi n'y a t-il pas effectivement une agence de l'eau pour les fleuves côtiers armoricains (Bretagne + Ouest-Normandie) ??
Quels sont les problématiques communes entre un fleuve côtier breton et les affluents du fin fond de la Nièvre et de l'Allier ?
Il existe bien une agence de l'eau "Artois-Picardie" ... (voir le site)
(0) 
Louis Le Bars
Mardi 25 janvier 2022
@ An Floc'h : 50 000 pétitionnaires sur 2,3 millions d'alsaciens, ce n'est pas non plus énorme soit dit en passant !! Combien font les listes alsaciennes par rapport aux listes de Troadec en Basse-Bretagne?? Et les listes basques ?
Strasbourg va se retrouver avec Nogent-sur-Seine, normal qu'ils se mobilisant un minimum...pour rappel les réactions étaient plus que faibles après l'annonce de la fusion avec la Lorraine ! Il a fallu que le maire UMP de Mulhouse se lance pour qu'il y ait une pétition...sans doute d'ailleurs c'est en premier lieu des sympathisants UMP qui l'ont signés.
"Quant à la LA, oui il y a un manque certain. Mais pas plus flagrant que dans le reste de la Bretagne."
Si clairement, il y a une énorme différence en % de mobilisation entre Haute et Basse-Bretagne...
(0) 
Christian Rogel
Mardi 25 janvier 2022
La logique de traiter la totalité du bassin versant est évidente, puisque l'eau, pure ou polluée, va de l'amont vers l'aval.
A contrario, les Länder allemands géraient comme des grands leurs cours d'eau, mais, à la suite d'inondations dantesques de l'Elbe, ils ont du créé une structure commune, tant la cacophonie avait été grande et les ratages nombreux. Suivre les divisions administratives a donc une limite, celle de l'efficacité en cas de catastrophe.
Normandie avec le bassin de la Seine ? C'est normal puisqu'au moins un tiers en fait partie.
Les petits fleuves sont courts et donc faciles à suivre, surtout dans un Massif armoricain imperméable.
Petites agences dans le Nord et à l'Est? Pour la Picardie, le casse-tête des nappes dans le Crétacé et les cours d'eau internationaux peuvent le le justifier. L'international doit aussi être la raison de la petite agence Meuse et Sambre (influence des Néerlandais, puisque la Meuse débouche chez eux?). Apparemment pas valable pour la Moselle.
(0) 
Louis Le Bars
Mardi 25 janvier 2022
@ Christian Rogel : "Suivre les divisions administratives a donc une limite, celle de l'efficacité en cas de catastrophe. "
Je disais exactement la même chose, et je ne comprends pas bien pourquoi les limites de bassin versant entre Loire et Seine sont scrupuleusement respectées d'un côté, alors que la Région Bretagne et le Nord du 44 ne font absolument pas partie du réseau ligérien et se retrouvent rattachées à Orléans...pire la région de Fougères est rattachée à la Seine-Normandie !...d'un point de vue hydrographique une agence Bretagne (avec le Nord 44)-Cotentin (etc) se justifiait complétement, c'est uniquement un choix politique qui explique cette entorse à la géographie naturelle.
La banlieue d'Orléans est rattachée à l'agence de l'eau Seine-Normandie : c'est à contrario le respect de la géographie hydrographique pure (à la limite du ridicule). Alors qu'Orléans est le chef-lieu de la "Loire-Bretagne" pourtant (Tours était bien plus logique, c'est l'évident noeud fluvial de la Loire (Cher, Indre, Creuse,Vienne...)...le choix d'Orléans est uniquement lié à la proximité de Paris, choix politique, donc, une nouvelle fois !
Tout ceci parait anodin, mais cela joue grandement sur les représentations du territoire...on nous fait du "naturel" avec de l'artifice complet.
"Normandie avec le bassin de la Seine ? C'est normal puisqu'au moins un tiers en fait partie."
Donc les deux-Tiers, n'en font pas partie. En quoi le Cotentin (et même le pays de Fougères) devraient ils être plus rattachés à l'agence de la Seine (qui inclut la Champagne etc) qu'à une agence des côtiers bretons ?? Ce n'est pas logique.
(0) 
eugène le tollec
Mardi 25 janvier 2022
À TOUS
Pour détruire le centralisme française toutes les approches sont bonnes..
Pour en définitive arriver à des fonctions régaliennes d'État des fonctions de subsidiarité...pour moi cela devient d'une évidence absolue....tout le reste est du pipeau
(0) 
An Floc'h
Mardi 25 janvier 2022
@Louis Le Bars
L'article met simplement en lumière qu'une pétition alsacienne est plus efficace qu'une (les) pétition(s) bretonne(s).
C'est un fait qui appelle une remise en cause des Bretons. Pas la recherche d'excuses ou le bercement d'illusions.
J'ai assez écris ici et là sur l'ABP que j'ai de grands espoirs en Troadec mais jusqu'à aujourd'hui et preuve du contraire, il reste un épiphénomène.
Il a fait un score important aux Européennes, certes. Élections qui ne sont pas représentatives, arrivant moins d'un an après ses prises de positions médiatiques, tapageuses et courageuses.
Sur les municipales, il est loin d'être le seul candidat de petite ville à faire des scores de dictateurs.
Sur le mouvement Bonnets Rouges, il ne faut pas oublier que la question identitaire n'est pas la principale, c'est avant tout une histoire sociale et économique.
La Haute-Bretagne ne traverse pas une crise aussi grave et ne voit pas encore le risque d'être autant déclassée. Et si cela malheureusement arrive (ça a d'ailleurs commencé, comme dans le reste de l'Europe), cela sera moins rapide, les secteurs de productions étant plus variés. Moins spectaculaire, le potentiel de prise de conscience collective ne s'en trouve que limité.
De plus, objectivement, en ce qui concerne la LA (vous n'aviez pas parlé de HB), elle a longtemps été la département avec le plus d'associations culturelles bretonnes (peut-être l'est-elle toujours). Elle subit une politique de débretonnisation dont les Bas-Bretons ne réalisent pas toujours l'ampleur. Le savoir est une chose, le vivre au quotidien, une autre. Elle est aussi le département qui a vu le plus de nouveaux résidents sans attaches, ni intérêts pour la Bretagne.
Entre tout un bar à Carhaix où résonnent quotidiennement les "yec'hed mat" ou un cercle breton dans le vignoble nantais qui se réunit au mieux une fois par semaine, il y a une différence dans la résistance individuelle et collective.
Entre un producteur de cola qui estampille "Produit en B" son ersatz et le vigneron qui met une hermine sur le sang du terroir, il y a une différence de confort, on va dire.
Je trouve alors maladroit de relancer cette opposition Haute / Basse-Bretagne, tout comme celle de gauche / droite.
Quant aux Basques, qui sont une goutte d'eau en terme de population, je crois que dans les communes équivalentes à celle du Finistère, oui, ils votent bien plus basque que les Bretons. Leur langue semble aussi avoir un relais générationnel plus efficace (sur ce point, la HB n'a pas l'air de devoir rougir face à la BB).
Il ne s'agit pas d'être défaitiste mais lucide. J'ai peur que si elle rate le coche, notre génération sera celle qui verra la Bretagne disparaître.
Parce que l'heure est grave. Mais pas seulement pour les risques, aussi pour les opportunités.
Dans le même temps, je ne crois pas que la Bretagne moderne a jamais eu autant de possibilités pour reprendre son destin en main.
(0) 
Léon-Paul Creton
Mardi 25 janvier 2022
C'est quoi une pétition... EFFICACE?
(0) 
Christian Rogel
Mardi 25 janvier 2022
@Louis Le Bars
J'ai du mal à suivre votre fixation sur les limites des agences de bassins : il est normal que les interfluves soient scrupuleusement respectés, donc, comme le Loing est un affluent de la Seine (dans laquelle la Loire se jetait à l'origine), pas étonnant que l'Agence Loire-Bretagne n'empiète pas sur le bassin de la Seine. L'eau n'a que faire des limites, elle coule d'un côté ou d'un autre, mais, pas les deux à la fois.
Le bassin du Couesnon rattaché à la Normandie? Le fleuve s'y jette ou bien, on a voulu renforcer la Normandie, face une agence LB déjà énorme..
La logique scientifique impliquait de ne même pas regarder les limites adminstratives.
(0) 
PIERRE CAMARET
Mardi 25 janvier 2022
@LP CRETON . J'ai fait parvenir copie de la Petition alsacienne, chez les ronchons.
(0) 
PIERRE CAMARET
Mardi 25 janvier 2022
LP CRETON . Cela depend de l'ambiance culturelle de chacun . Pour les Suisses cela est tres important , car cela est suivi d'effets . Pour les Bretons , il y en a eu trop ( Reunification) et biensur avec le systeme HAAZEBOCK ( j'expliquerai plus loin la traduction de HAAZEBOCK) jamais suivi d'effets , donc les gens sont lasses .
Je relisais les dernieres Nouvelles d'Alsace DNA. Les memes doleances que les Bretons : ils ont une dent contre les elus socialistes Alsaciens qui pensent le Parti d'abord avant leurs electeurs , et les menacent de sanctions aux prochaines elections . Je l'avais cite plusieurs fois deja : Ce livre et ce merveilleux Film l'AVEU dont le principal interprete etait Yves MONTANT ....... ou le Parti ( dans un pays de l'Est ) NE POUVAIT PAS AVOIR TORT . Il fallait trouver des coupables volontaires,pour les erreurs commises , qui seraient juges et après liberes ....En effet....... ils ont ete juges et........ executes .
HAAZEBOCK signifie LIEVRE en dialecte alsacien et c'est comme cela qu'ils appelent les francais de l'interieur .
La proposition a la Grande Region ,de Messieurs HOLLANDE/VALLS les revolte : Alsace devient un faubourg de Paris ???? Certains verraient mieux une fusion avec le Bade Wurtemberg : l'Alsacien et le Badois ont le meme dialecte.On verra quelle sera l'amplitude de leur manifestation a Strasbourg le 11/10 en comparant avec la notre 27/09.
Mon avis personnel : le binome Hollande/ Valls s'en fout ... ils suivent l'Ídeologie du Parti. Les valeurs de la Republique , Contre l'identitarisme , Une et Indivisible , Detruire une fois pour toutes ces particularismes ( qui font la beaute de l'environnement )en creant des superregions pour etre competitives en Europe pou , pou , pou mon camarade Di Que Dao ( Vietnamien ) toi fou de la tete .
(0) 
PIERRE CAMARET
Mardi 25 janvier 2022
DERNIERES NOUVELLES D' ALSACE.
Mr RICHERT qui a rencontre Mr VALLS ,a declare que le 1er Ministre n'etait pas oppose au principe du Conseil Territorial d'Alsace a condition que les 2 chambres soient d'accord .
Selon Mr RICHERT rien n' est encore fige sur les limites territoriales .
(0) 
PIERRE CAMARET
Mardi 25 janvier 2022
La petition a reuni 56300 signatures.
Une grande manifestation pour le CUA (Conseil Unique d' Alsace ) aura lieu le 10/10 . 10 000 a 15 000 manifestants sont attendus .
Mr Ph.RICHTER qui a rencontre M.VALLS Vendredi passé , a dit que celui n' etait pas dutout oppose au CUA et que rien n'etait definitivement ferme au sujet de la reforme territoriale.
(0) 
PIERRE CAMARET
Mardi 25 janvier 2022
Entre 7000 et 30000 manifestants . Pas mal .
Entre l' Ouest ( Bretagne ) et l' Est ( Alsace) les jacobins parisiens , vont ils ENFIN , comprendre . Honnetement j' en doute . L' Ideologie est la priorite , dans tous les cas d' especes .
Solution facile et sans discussion .Modifier mieux , garder ou retablir les limites des anciennes Provinces et faire la reforme administrative a l' interieur, tenant compte des traditions et des coutumes .Certains alsaciens ne se sont pas trompes , en reclamant une France Federale.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.