Plan pour l'eau : des incohérences graves
Communiqué de presse de Eaux et Rivières de Bretagne

Publié le 7/01/04 22:01 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Madame la Présidente,

Monsieur le Président,

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Notre région est confrontée depuis plusieurs années aux problèmes graves que pose la concentration excessive des élevages industriels hors-sol :

pollutions des eaux par les nitrates, marées vertes qui défigurent le littoral, concentration excessive de phosphore dans les sols, concentration d'ammoniac dans l'air, dégradation des paysages.

Les quelques tentatives pour réguler et maîtriser cette concentration se heurtent à la résistance des groupes industriels, dont la soif de profits n'a d'égale que leur retard à pendre en compte les exigences environnementales ou de qualité des produits et leur mépris pour les conditions sociales des producteurs.

Sous leur pression, la Ministre de l'Ecologie et du Développement durable, s'apprête à relever les seuils d'autorisation au titre des installations classées, des élevages de veaux (de 200 à 400 places) et des élevages de volailles (de 25 000 à 30 000 animaux équivalents) !

Ce projet, préparé dans le plus grand secret, n'a fait l'objet d'aucune concertation avec les associations : répondant à la demande d'Eau & Rivières

de participer au groupe de travail mis en place entre le ministère et les seules organisations agricoles, Madame Bachelot nous répondait le 30 octobre dernier : " vous ne manquerez pas d'y être associés dès lors qu'ils concerneront les problématiques défendues par votre association " !

Associés, non ! Mis devant le fait accompli, puisque ce projet sera présenté le 18 décembre prochain au Conseil Supérieur des Installations Classées !

Ainsi demain, si ce projet aboutit, il sera désormais possible d'exploiter un élevage de 35000 poulets, sans étude d'impact, sans aucune enquête publique, sans avis des conseils municipaux, et sans avis des conseils d'hygiène !

Ce relèvement du seuil d'autorisation est d'autant plus pernicieux et dangereux, que par circulaire du 1er avril 2003, la ministre de l'Ecologie avait demandé aux préfets de ne plus faire étudier les dossiers de déclaration d'élevages par les inspecteurs des installations classées !

Aucun examen technique du projet, et notamment des modes d'élimination des fumiers ou lisiers, ne sera donc fait ! Aucune vérification de l'absence de

superposition des terrains d'épandage ou du respect des règles de distance d'implantation du bâtiment ! En outre, cette circulaire rappelle aux préfets qu'ils ne peuvent juridiquement refuser un élevage soumis à simple déclaration et qu'ils doivent systématiquement délivrer le récépissé de déclaration.

Si ce projet passe, toutes les conditions seront réunies pour laisser libre cours à la multiplication des poulaillers soumis à simple déclaration, et donc à l'extension des zones d'excédent structurel !

Inacceptable au plan environnemental, ce projet est également absurde au moment où les contribuables doivent financer par leurs impôts un second plan

de cessation d'activité pour 720 000 m2 d'élevages de volailles !

Nous avons cru devoir vous alerter sur ce projet en vous demandant, comme nous le faisons nous-mêmes, d'alerter les parlementaires, et de saisir la

Ministre de l'Ecologie d'une demande de retrait de ce projet. (Ministère de l'écologie, 20 avenue de Ségur 75302 Paris 07 sp)

Nous sommes à votre disposition pour toute information complémentaire : vous pourrez également trouver sur notre site internet les courriers échangés avec le Ministère, ainsi que la circulaire du 1er avril 2004.

Vous remerciant par avance de votre attention et de vos interventions,

Nous vous prions de croire à l'assurance de nos sentiments associatifs.

LE PRESIDENT

Jean-François PIQUOT

© Eau et Rivières de Bretagne

12, rue Lanveur

56100 Lorient

Site Internet : (voir le site)

Guingamp, le 3 décembre 2003


mailbox
imprimer
Eau & Rivières de Bretagne travaille avec un réseau : 107 associations membres en 2017. Grâce à lui, l'association a imposé la question de l'eau dans le débat public et relayé un des sujets de préoccupation majeure des Bretons. Association agréée au titre de la protection de la nature, de la défense des consommateurs. Libre de toute appartenance politique, syndicale, professionnelle et confessionnelle, Eau & Rivières de Bretagne oeuvre en toute indépendance et de manière désintéressée dans les cinq départements bretons, et la Manche, pilotée par un Conseil d'administration, aidée d'une équipe de 18 permanents. L’association s'appuie également sur un réseau d'adhérents fort de plus d'un millier de personnes, et bénéficie du soutien de plus de 100 associations membres réparties dans
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.