Place au peuple...breton

-- Politique --

Le vent des indépendances se lève en Europe et ...en Bretagne ?

Alors que le problème de l'indépendance des peuples sans Etat se pose un peu partout dans le monde, est-il possible aujourd'hui en France, après la révolte qui a embrasé la Bretagne ces dernières semaines, de parler d'une éventuelle indépendance du peuple breton, peuple sans Etat ?

Les nations comme les individus ont la vocation à être libres et indépendants, deux conditions de leur épanouissement. Il est donc anormal qu'une nation vive sous la tutelle d'une autre nation. En près de 70 ans, plus d'une centaine de nations se sont libérées de leur tuteur pour acquérir leur souveraineté et font partie des 193 pays membres de l'ONU. En Europe, la Bretagne, tout en disposant des capacités pour le faire, est une des dernières nations à ne pas se constituer en pays souverain. Une anormalité à corriger ? Comment ne pas penser aux exemples actuels de nations aspirant à devenir des pays souverains et vivant encore sous la tutelle d'une autre nation, comme le Québec sous la tutelle du Canada, l'Ecosse sous la tutelle de la Grande-Bretagne, la Catalogne sous la tutelle de l'Espagne. Dirigés pourtant par des gouvernements indépendantistes, ces nations éprouvent malgré tout des difficultés à s'affranchir, par la voie démocratique des référendums, de la lourde tutelle de leurs nations tutrices.

Régionalisme plutôt qu'indépendance ?

Aujourd'hui en France, il est possible de parler de décentralisation, de régionalisation. La raison d'être de la régionalisation à la française est d'abord de favoriser, mais avec de petits moyens financiers, le développement économique et social, les développements institutionnels, culturels et linguistiques étant secondaires. Ce sont pourtant quelques-unes des retombées attendues de ces fameuses décentralisations en plusieurs actes, le dernier Acte III s'étant ouvert en mai dernier.

On peut s'interroger sur la pertinence pour la Bretagne du concept de régionalisme en lieu et place du concept de nationalisme. Il y a en Bretagne une forte identité collective bretonne. Il y a chez les gens un fort attachement émotionnel et des composantes culturelles et linguistiques évidentes. Or, la région, en France, c'est une construction administrative bureaucratique, résultat d'une dissection géographique, jeu de l'esprit de quelques hauts fonctionnaires. Prisonniers de la géographie administrative, après avoir disséqué la France en des départements à noms de rivières, ces mêmes arithméticiens se sont mis à les agréger dans des ensembles régionaux incohérents. Sans tenir compte de l'irréductible originalité d'ensembles territoriaux à la personnalité fondée historiquement et possédant souvent, par surcroît, une homogénéité géographique comme la Bretagne.

Alors que de nouveaux pays naissent régulièrement dans le monde, nous croyons que la Bretagne doit écrire elle aussi son nom dans le grand livre de l'histoire des peuples. L'aventure de la Bretagne est celle d'une nation qui développe une relation d'égal à égal avec les autres nations européennes, à commencer par la nation française.

Les Bretons ont-ils rendez-vous avec la liberté et avec le pays que portent depuis si longtemps leurs espoirs ?

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 1065 lectures.
mailbox imprimer
yves-françois le coadic youenn-fañch ar c'hoadig

Vos commentaires :

Naon-e-dad
Vendredi 29 novembre 2013

On peut ajouter que, en français, le terme "régionalisme" est porteur d'une connotation folklorique. Voir par exemple, l'organisation et la désignation des rayons livres d'une boutique comme la FNAC, ou encore les chansons, un peu surannées sinon datées, d'un Théodore Botrel.

On peut ajouter aussi que le terme "nationalisme", dans la France contemporaine, est connoté idéologie groupusculaire et violence armée. Voir l'actualité de la Corse et du Pays basques Nord durant les quarante dernières années.

La Bretagne, selon moi, ne peut se reconnaître dans aucun de ces deux vocables, utilisés comme étiquette passe-partout: "régionalisme", "nationalisme".

Cette sémantique appartient trop au registre du vocabulaire "jacobin", ici dénoncé.

Pour dire les choses autrement: ni folklore, ni violence.

Je crois que les Bretons luttent pour faire vivre et reconnaître une culture (langue, musique, danse, peinture, sports, littérature, etc ...mais pas encore les costumes modernisés et adaptés à la vie d'aujourd'hui?) qui est désormais bien affirmée et qui veut perdurer, c'est à dire vivre et se réinventer au fil des temps futurs.

Je crois aussi, qu'après Quévert, la Bretagne a définitivement tourné le dos à la violence politique. Simplement, elle n'arrive pas, pas encore, à structurer et faire émerger ses forces politiques en un outil susceptible de peser dans la balance.

Nous avons besoin de réinventer beaucoup de choses. Cela passe aussi par une réinvention du discours et de la parole.

Ezhomm hon eus lakaat gerioù nevez pe gerioù adnevezaet war hor bed...amañ e Breizh.

Michel Jamin
Vendredi 29 novembre 2013

Une kermesse, un fest-deiz concert sera ce rassemblement de Carhaix! Quelle programmation musicale en effet!!!:

ridicule, grotesque, bien vieillotte, tristounette! Tous les partis bretons nationalistes, le mouvement breton, la FNSEA, l'Institut culturel qui n'a de culturel que le nom, etc... seront là pour dire bien fort ""prenez vos fusils, bien chargés, et partons faire la guerre aux Francs...!!!".

Mais les vrais créateurs, les vrais acteurs d'une Bretagne dynamique, créative, jeune, ouverte au Monde NE SERONT PAS Là!

Les vrais porteurs d'une Bretagne tournée vers l'avenir, les vrais porteurs, promoteurs de toutes les belles musiques bretonnes, de toutes les belles cultures bretonnes, de toutes les belles langues populaires de Bretagne, de toutes les musiques du monde, de toutes les cultures du monde, ne seront pas là! Les vrais artistes, chanteurs, musiciens, techniciens, acteurs culturels, directeurs de centres culturels, écrivains, acteurs sociaux, du patrimoine, de l'environnement, plasticiens, photographes, architectes, gens de théatre, de la danse, bagadoù, cercles de danse trad., groupes de musiques traditionnelles, de jazz, de rock.., chercheurs, historiens, intellectuels, paysans respectueux de la nature, des hommes et des animaux, syndicats, salariés etc.. etc..la liste est très longue! Bref, ils sont par milliers, ceux qui véhiculent, eux, une bonne image de la Bretagne, et ils NE SERONT PAS Là!

Car ils ont compris l'arnaque, la manipulation-récupération-instrumentalisation habituelle chez Troadec!

Car ils veulent le respect de la diversité et non de l' unité BZH de Brest à Vitré!

Car l'ART, la culture, ne se marient pas avec le "rouge-brun"!, ou avec le noir du "gwen ha du", mais avec toutes les couleurs de l'arc en ciel, et avec les nombreux vents d'air frais de nos côtes!

Ils refusent le repli sur soi, le rejet de l'autre:"le jacobin"!, "l'étranger"," le français"...qui "oppriment, disent-ils, le Breton!!!!"

Ils refusent de rejoindre "l'armée"bretonne!. Ils refusent d'obéir, aux ordres des Présidents des grandes coopératives de porcs, aux ordres de Troadec et Merret, pour aller "casser du portique et des radars"!

Non, ces milliers de gens, qui font la Bretagne de demain, dans l'amour de leur patrimoine, dans le respect des autres et le partage, bien loin, bien loin, du délire identitaire et celtico-maniaque, NE VEULENT PAS venir à Carhaix sentir l'odeur puante du mariage entre le nationalisme breton et l'ultra-libéralisme incarné par le couple bien triste et dangereux Troadec- Merret!!

Oui, vraiment!: STOP au populisme identitaire breton!

Ghildas Drand Touz.
Vendredi 29 novembre 2013

Ne décourageons pas l'exception qu'est M. Y-F Le Coadic. Même en lui demandant comment "réinventer le discours et la parole" ... universitaire(s) ? ! Certes, comme tant d'autres s'est-il tu! Il se tut pendant tout une carrière d'universitaire français, comme d'autres, et s'est tu pour ensuite enfin prendre la parole ! Lorsqu'il est "Honoraire", ou "Émérite", c'est-à-dite indévissable; alors il prend son courage à deux mains, et décide de vider son sac (son outre d'amertumes et d'idées constructives mélangées) .

C'est déjà cela ! Mais le problème, c'est que cela ne dérange plus le système jacobino-fasciste universitaire français, depuis que cela existe, et notamment depuis l'après Dernière Guerre !

Parlez autant comme autant, tant que vous serez en retraite : du moment que vous ne le fissiez pas avant!

C'est d'abord cela et aussi le système universitaire français, que je connais bien !

Ghildas Durand Touz, Dr. (UHB), DHEE. (COLL. EUR.).

SPERED DIEUB
Vendredi 29 novembre 2013

Michel Jamin toujours le même disque il est de plus en plus usé

Plus intéressant histoire de peuples oubliés

(voir le site)

Yann-Herri Ar Gwicher
Vendredi 29 novembre 2013

Les vrais porteurs d'une Bretagne tournée vers l'avenir, les vrais porteurs, promoteurs de toutes les belles musiques bretonnes, de toutes les belles cultures bretonnes, de toutes les belles langues populaires de Bretagne, de toutes les musiques du monde, de toutes les cultures du monde, ne seront pas là! Les vrais artistes, chanteurs, musiciens, techniciens, acteurs culturels, directeurs de centres culturels, écrivains, acteurs sociaux, du patrimoine, de l'environnement, plasticiens, photographes, architectes, gens de théatre, de la danse, bagadoù, cercles de danse trad., groupes de musiques traditionnelles, de jazz, de rock.., chercheurs, historiens, intellectuels, paysans respectueux de la nature, des hommes et des animaux, syndicats, salariés etc.. etc..la liste est très longue! Bref, ils sont par milliers, ceux qui véhiculent, eux, une bonne image de la Bretagne, et ils NE SERONT PAS Là!

Alors, Michel Jamin,

monsieur qui sait tout, Ils seront où????

Désolé pour le long copier/coller de monsieur Machin (oh! pardon mr jamin)mais clown doit être son métier, c'est super marrant.

A demain à Carhaix.

Yann Torreben
Vendredi 29 novembre 2013

A Michel Jasmin

Décidément, vous n'avez, comme beaucoup de médias, rien compris à ce qui se passe aujourd'hui en Bretagne. Votre grille de lecture type XIXème siècle est périmée. Ce mouvement est d'un type nouveau : ayez l'ouverture d'esprit nécessaire pour regarder froidement ce qui se passe.

Je serai demain à Karaez pour demander de manière pacifique l'autonomie de la Bretagne. Il n'est plus possible de décider à notre place de l'avenir de la BRETAGNE ! Par la suite un embryon politique naitra et regroupera différents courants politique pour réclamer DEMOCRATIQUEMENT nos revendications.

Naon-e-dad
Vendredi 29 novembre 2013

@Michel Jamin

Vous semblez bien renseigné sur ce qui peut se passer à Karaez demain...

Par ailleurs, vous faites montre d'une grande virulence...

Vous pensez être seul à goûter les couleurs! Pourquoi?

nota: pour le "rouge-brun", dont vous parlez et que je ne connais pas :-), je vous en laisse volontiers l'usage. Je me contenterai de la symphonie des couleurs de l'arc-en-ciel (comme les Ecossais, ce pays celtomaniaque (???) qui doit aussi vous énerver?)

Et la diversité, dans votre diatribe? De manière générique, la diversité présuppose de laisser vivre et d'accueillir ce qui ne nous ressemble pas. Y avez-vous seulement pensé?

Allez, A galon paotr! Et le bonjour aux "vrais" bretons à l'occasion. Aux autres aussi d'ailleurs :-).

Aes eo kompren petra eo ur Breizhad, evit gwir: unan hag a chom e Breizh (5 departamant)!

Mes petra an diaoul eo ur Breton gwir? Satordallik! N'eo ket aes respont! Matres a-walc'h ez eo diposubl tout respont d'ur goulenn e-giz-se?

YANN TORREBEN
Samedi 30 novembre 2013

TOUS A KARAEZ !

Michel Prigent
Samedi 30 novembre 2013

Puisque Mr Michel Jamin nous ressort ici quasiment le même discours anti-Troadec qu'il tenait dans les réactions des lecteurs commentant l'évènement intitulé sur ABP :"C.Troadec sifflé et insulté par les cégétistes et cédétistes à Lorient", je m'estime légitimement autorisé à y réitérer le mien.

"Il est bizarre ce Michel Janin ?

Est-il de gauche, voire extrème ? De droite, voire extrème ?

On ne sait pas, il n'aime pas le nationalisme (breton sans doute) ni l'ultra-libéralisme.

Il me fait penser au site internet drivé par une dame dans les parages de Carhaix lors des dernières régionales qui tirait à boulets rouges sur la gestion municipale de Troadec aidé en celà par une liste concurrente et éphémère sous marin du PS.

Et l'épisode de l'hopital de Carhaix ? Même l'UDB s'en était pris à Troadec.

Il ne m'étonnerait pas si je m'en réfère aux bagarres électorales homériques entre un certain Ferrand du PS et le maire de Carhaix que nous ayons cette fois-ci encore affaire à une entreprise mandatée par les camarades de la gauche «officielle»."

X. Rouari
Samedi 30 novembre 2013

Les parasite ne seront pas à Carhaix parce qu'il n'y aura pas de subventios à y recevoir.

X. Rouari
Samedi 30 novembre 2013

Ha Nolwenn Leroy, emen vo-hi ?

Billy zekick
Samedi 30 novembre 2013

Sans pour autant reprendre les propos de Michel Jamin (auxquels je ne comprends pas tout), j'ai du mal à assimiler ce mouvement des "bonnets rouges" à une véritable mobilisation de l'ensemble de la société civile de notre pays.

La sociologie déjà : des artisans, des commerçants, des paysans, des ouvriers, des patrons d'industries agroalimentaires, des transporteurs... Bref, pas de quoi identifier l'ensemble de la diversité bretonne. Ou étaient les artistes (sauf les sonneurs), les intellectuels, les informaticiens, les profs, les cadres du tertiaire, les assistants sociaux, les soignants, etc. De ma bulle rennaise, j'ai du mal à m'identifier à ces gens coiffés d'un bonnet rouge que les médias jacobins qualifient comme "les Bretons" et non comme "des Bretons". Comme si la Bretagne en tant qu'entité n'était identifiée par les gens - bretons comme français - comme étant un repère de paysans et d'industries agroalimentaires exclusivement. Dois-je rappeler que le chômage a baissé de 1,2% en Bretagne administrative en octobre ? Grâce aux nouvelles technologies, aux nouvelles entreprises, à des métropoles dynamiques et attirantes.

Ce mouvement finalement me laisse dubitatif. On a l'impression d'un gourou, Troadec, qui fédère une partie des mécontents, mais en étant hyper clivants dans sa démarche. En outre, ces mécontents, à la base manifestent juste contre les licenciements et moins pour de réelles motivations politiques. Troadec est juste un magnifique récupérateur.

Sa vision de la Bretagne est également tout à fait folklorique : des paysans, des ouvriers de l'agroalimentaire et basta. Bref, il milite pour sa chapelle : Carhaix, son coin, le centre Bretagne. Au fait, où sont les pêchous ?

La question nationale se posera vraiment le jour où la Bretagne manifestera, de Fougères à Douarnenez, en passant par Rennes et Nantes, d'une seule voix, main dans la main avec toutes les composantes de la société bretonne. Et pas juste quelques "bonnets rouges", à mille lieues de cette Bretagne dynamique et innovante que des centaines de milliers de citoyens font vivre chaque jour et qui sont l'avenir de cette région/pays. Quand l'industrie agroalimentaire et les camionneurs en sont les empoisonneurs (au propre comme au figuré). Il faut voir au long terme et pas sur des bases qui n'ont plus d'avenirs.

Une Bretagne indépendante, oui. Mais pas uniquement une Bretagne de paysans. Il est temps de tourner cette page et de rentrer de plein pieds dans le 21ème siècle, afin que notre pays se reconvertisse et mérite vraiment son indépendance. Si c'est pour avoir une vieille région agroalimentaire qui pourrit ses sols, ses rivières et ses côtes. Autant rester français.

eugène le tollec
Samedi 30 novembre 2013

Billy,

Soit mais pour moi ce mouvement montre un ras le bol d'une partie du monde du travail où l'aspect économique est primordial.

Billy je suis un retraité et j'analyse ce qui se passe en Bretagne( vous devez savoir que pour faire bouger. Nos bretons il faut. Atteindre le fond du trou.

Il faut donc un début à tout et c'est pourquoi j'insiste pour que le mouvement s'étoffe en revendications,unité et couvre l'ensemble du panel "breton".

Billy zekick entendez vous le cri des soumis et asservis

À tout cri de désespoir il y a,un peuple(avec toutes ses couches sociales) qui s'exprime.

Je m'exprime avec eux(paysans-ouvriers- marins- techniciens -cadres -intellectuels - bons à rien- clodos - mais bretons)

Yann-Herri Ar Gwicher
Samedi 30 novembre 2013

A michou machin Trou des fesses? (jamin)

J'étais aujourd'hui à CARHAIX, et bien, j'ai rencontré des ouvriers, marins, paysans, artisans, commerçants, entrepreneurs et femmes et hommes du monde culturel et plus...

Ils étaient tous présents, ce 30/11/2013 et c'était les vrais. Bonne nuit mr jamin.

BREIZH DIEUB A GALON

PIERRE CAMARET
Dimanche 1 decembre 2013

J'ai vu la manifestation a la TV Australienne ( retransmise par BBC ) impressionant avec la sequence de la "Blanche Hermine "

Le sol est laboure ... maintenant il faut planter .

Tres bien meme cette manifestation , pas de casse , une dignite .

Michel Prigent
Dimanche 1 decembre 2013

Billy Zekick s'étonne de ne pas prouver représenté à carhaix l'ensemble de la société civile.

La réponse est pourtant simple: il existe en France 2 catégories de citoyen, ceux qui doivent leur statut et/ou leur existence au financement ou aux subventions de l'Etat et ceux qui appartenant au secteur privé n'ont droit en cas de coup dur qu'aux minimum sociaux.

C'est cette deuxième catégorie qui était très largement représentée à Carhaix: artisans, PME, agriculteurs, salariés du secteur productif aux petits revenus.

La première catégorie de français qui bénéficie des largesses de l'Etat qui dispose de 57% du PIB (1 100 ¤/an) est très vaste:

-Ce sont les fonctionnaires nationaux et territoriaux au nombre de 5,4 Millions;

-Le personnel des hôpitaux.

-Les services sociaux dont la Sécu.

-Les associations qui reçoivent 34 Milliards ¤ de subventions leur permettant de créer 1,7 million d'emplois permanents.

-Les médias privés gratifiés de plus de 1 Md¤ d'aide de l'Etat sous diverses formes et dont les 38 000 journalistes bénéficient d'un régime fiscal privilégié (déduction de 7 650 ¤/an de leur revenu imposable).

-Le personnel des grosses sociétés prétendument "privatisées" comme EDF (85% à l'ETAT), GDF (37% à l'état), France Télécom dont nombre d'employés sont recasés avec un bon grade dans les collectivités, Air France (au déficit abyssal), la DCN, et même encore Renault...bref toutes ces sociétés anciennement nationale où l'Etat a une participation et ou les anciens employés ont gardé ou eu à choisir entre leur ancien statut d'"ouvrier d'état" ou privé y compris dans les HLM.

-Le monde culturel très dépendant des subventions et du budget de la culture (7,4 Md¤/an) et dont les intermittents coutent 1 Md¤ de déficit à leur caisse de chômage.

-Mais aussi le MEDEF qui par le biais de niches fiscales et de subventions locales (les PDL sont très généreux en la matière) encaisse de 80 à 120 Md¤/an profitant surtout aux grosses sociétés y compris aux gros agriculteurs de céréales principaux bénéficiaires de la PAC.

-Ne pas oublier les syndicats nationaux subventionnés à hauteur de 4Md¤ par l'état.

-Sans compter aussi les agences et prescripteurs de l'Etat (haute autorité, observatoire, comités, bureaux d'études...) au nombre indéterminé (entre 650 et 1 400) qui reçoivent 5 Md¤ et que la cour des comptes jugeait "coûteux, pléthoriques et inefficaces".

Ces agences, comme les Conseils économiques et sociaux tant national que régionaux sont un excellent refuge pour les "copains" non élus et participent beaucoup à "neutraliser" le potentiel "pouvoir de nuisance et de contestation du système" des représentants de la société civile qui y trouvent "leur soupe".

-Ah ! J'allais oublier nos 600 000 élus, beaucoup peu rémunérés il est vrai.

Vous voyez, cher Billy que cela fait beaucoup de monde dépendant de l'état providence surtout si l'on y ajoute tous les bénéficiaires improductifs, voire assisté sociaux particulièrement bien traités en France.

Evidemment, toutes ces catégories ne risquaient pas de se retrouver à Carhaix où des téméraires osaient en plus demander plus d'autonomie et de responsabilité au niveau local, une véritable insulte à notre état providentiel jacobin.

En ce sens, les personnes présentes à Carhaix ce 30 novembre pouvaient se revendiquer au sens propre du terme "Bonnets rouges", une catégorie de français représentant la classe laborieuse (Y c les petits patrons) surtaxée et négligée par la prodigalité du pouvoir central.

D'ailleurs les manifs de ce 30 novembre illustraient caricaturalement cette fracture de la société française;

Pendant que les "40 000 selon les organisateurs, 17 000 selon la police" manifestaient à Carhaix, "25 000 selon les organisateurs, 4 000 selon la police" personnes manifestaient contre le racisme à Paris (diversion ?) dans un cortège constitué d'une centaine d'assos, des responsables des syndicats "officiels" (CGT, CFDT, UNSA, FSU...).

De même à Carhaix, il y a 15 jours, une contre manifestation (?) rassemblait 3 000 personnes de "syndicalistes, de fonctionnaires et de retraités".

J'ai mis longtemps à l'admettre, mais je dois reconnaître que si l'on analyse le comportement humain sur le critère de ses intérêts et non sur son prétendu idéal, la sociologie et la politique étaient beaucoup plus compréhensibles.

La gamelle...il n'y a que çà de vrai !

Jack Sinclair
Dimanche 1 decembre 2013

Le meilleur de la Bretagne était à Carhaix et portait le bonnet rouge. Merci à eux.

PIERRE CAMARET
Dimanche 1 decembre 2013

@Michel PRINGENT.Tres interessant tous ces chiffres.

Facile a interpreter . Les Gouvernements Francais "les "tiennent comme cela ..... en achetant les gens .

Qui peut retablir un semblant d'equilibre, de justice dans tout cela .Je dirai a priori Bruxelles??? .

La Republique monarchique ne renoncera pas facilement a ses magouilles ...... qui etaient celles de l'ancien Regime.Louis XIV dans sa toute jeunesse ,avait ete traumatise par la "FRONDE" c'est pour cela qu'il a voulu tous les "Trouble makers" les Grands Seigneurs a l'Epoque , a sa botte ... a Versailles et non ailleurs .... et bien on en est encore la.

Mercredi 4/12 sera publie le "Pacte d'Avenir "pour la Bretagne elabore (,j'ai eu une information aujourdhui,) par des Experts de la question Ah! Bon ??? Je crois plutot a des Hauts Fonctionnaires , venant de l'ENA , qui comme d'habitude ont tout compris , sans avoir rien vu , et qui voudront defendre avant tout , "les valeurs de la Republique " .Encore de la magouille , encore de la langue de bois, encore des negociations en sous mains , pour "acheter "ceux d'éntre nous , qui semblent les plus dangereux .

BEVET BREIZH

eugène le tollec
Dimanche 1 decembre 2013

Michel Prigent

Exact,j'ose dire une chose la philosophie républicaine telle que nous l'avons construite ne donne que des déviances de pensée et de comportement.

Elle a coupé la France en deux morceaux,le corps privilégié d'etat et le reste.

Tout ce monde baignant dans un individualisme parfois outrancier,certains sont poussés par un carrierisme,d'autres sont écrasés ou subissent.

Cette république a aussi inventé le laxisme d'État à des fins partisanes.

Elle a fait d'une politique d'émigration le vecteur principal d'un changement de société.

Cette république est hors du bon sens...

Le cahier de doléances breton doit lister ,en préambule ,toutes ces anomalies et dysfonctionnements des structures...la république française est dans l'obsolescence.

Peut-on la faire durer encore 200 ans....?

eugène le tollec
Dimanche 1 decembre 2013

Et oui ce pacte d'avenir qui va être présenté n'est qu'une arnaque de plus ,comme dit M.Camaret,fait par l'état français afin de mieux museler les impertinences et autres revendications.

Les gens "à la manoeuvre" seront de type "le Branchu" aidé par une flopée d'énarques.

J'espère que le bon peuple breton va refuser cette mascarade et que notre ramassis d'élus montera au créneau.

FERMETÉ ET PRÉSENTATION DE NOS OBJECTIDE devra être la réponse

Léon-Paul Creton
Dimanche 1 decembre 2013

Michel Prigent, excellente mise au point! C'est un constat effrayant sur le trop plein de lest qui plombe et menace le navire inexorablement et sur les tarets qui le percent et le rongent.

Le "peuple shadock" productif, n'en peut plus de pomper pour le maintenir à flot. Surtout quand les "Maîtres des Pompes" fuient le navire et se délocalisent avec pompes et bagages, en laissant peu de canots de sauvetage à ceux qui restent là... Piégés!

OoooH!Ils reviendront un jour! Quand il faudra reconstruire sur les ruines et épaves...Il seront gaillards pour recommencer le cycle favorable des subventions et de l'exploitation.

Donbzh
Dimanche 1 decembre 2013

@M J et Billy

Certains nous avaient prédits un enterrement de 1° classe à Karaez !!!!

Je ne sais si c'était la pensée jacobine qu'il nous fallait inhumer, en tous les cas , il y avait beaucoup de monde à l'enterrement.

Devrait-on s'excuser de n'être que des manuels ne faisant pas partie d'une soit-disant élite Bretonne ? (Les vieux schémas ont encore quelques beaux jours à vivre)

Excusez moi de me servir d'un ordinateur pour envoyer mon commentaire. En ai-je le droit ?

Avons nous le droit au sortir de la manifestation de s'intéresser à l'université populaire de philosophie bretonne, ou n'avons nous pas suffisamment de neurones pour en capter la substantifique moelle (Burp !)

Le peuple breton s'est uni à Karaez.

A la fois humble et fier d'être là quand la solidarité le commande.

Beau et émouvant quand Jean Hourmant,chevalier de la légion d'honneur (excusez le peuple qui résiste)est suivi par un BRO GOZH MA ZADOÙ entonné par un enfant du peuple déjà Bilingue à 5-7 ans....

La Bretagne qui gagne son pain, sans attendre les hypothétiques subsides venues d'ailleurs s'est offert une journée exceptionnelle.

Merci à ce peuple , auquel j'espère humblement mériter l'honneur d'en faire partie .

Et merde à l'arrogance ....

eugène le tollec
Dimanche 1 decembre 2013

À lire et réfléchir depuis quelques temps sur les différents commentaires,je tire une conclusion

Le peuple breton peut effacer quelques divergences de sensibilités,Carhaix est la preuve que nous pouvons être que breton et avoir la même philosophie de PEUPLE.

Nous pouvons être nous mêmes.

Que nos élites se donnent la main et construisent enfin le chemin du futur.

Ces élites doivent travailler pour la sphère de vie bretonne.

Donbzh
Dimanche 1 decembre 2013

@Eugène LE TOLLEC

Tout à fait d'accord , d'ailleurs une grande part de l'élite bretonne était ou soutenait le manifestival de Karaez.

Elle a été présente bien avant d'ailleurs par le biais d'article sur l'ABP, par exemple, ou par une présence le plus souvent très accessible sur les différentes manifestations.Elle apporte son soutien et sa capacité d'argumenter grâce à ses universitaires aussi bien que par l'expérience de ses membres.

Dommage que leur présence dans les médias télévisuels soit si discrète, contre leur gré et le notre,on aurait bien besoin que la volonté bretonne soit exprimée sous toutes les formes possibles et couvrent les différents secteurs de la sphère de vie bretonne. possibles

Billy zekick
Dimanche 1 decembre 2013

Dans les gens que je fréquente, je n'ai jamais vu davantage d'ouvriers du privé, de paysans ou de patrons de PME avoir des velléités d'autonomie. Bien au contraire. Les plus sensibles au "combat breton" sont plutôt des CSP¨+, bossant dans l'enseignement (donc payés par l'Etat français), la recherche, la culture ou les milieux associatifs.

Et fondamentalement, c'est assez paradoxal que la plus grosse partie de la frange indépendantiste soutienne ces industriels, puisque c'est précisément à cause de l'Etat français que la Bretagne a accueilli toutes ces entreprises qui ont pollué durablement ses eaux, ses sols et ses côtes. La France a voulu faire de la péninsule l'égout de l'Europe en y concentrant les 3/4 de la production porcine de l'hexagone, en y encourageant des élevages de poulets en batterie, en y défendant une agriculture ultra productiviste. Et aujourd'hui, on voudrait l'indépendance en conservant ce modèle qui a détruit notre environnement ? Et qui subsiste comme un symbole de la Bretagne, valet de la France prête à tout accepter, même à salir son "corps" ?

Non merci. Je ne veux pas d'une Bretagne indépendante sur ce modèle là. Il faut revoir les modèles de production, se restructurer, dans un souci de notre environnement et arrêter de se conformer à la vision folklorique et parisienne de la Bretagne : des paysans (et quelques pêcheurs) et des bombardes.

Paotr an Avel
Mardi 3 decembre 2013

@ Billy,

Vous cherchiez des informaticiens et des soignants ?

L'électronicien et informaticien travaillant dans l'énergie éolienne que je suis ainsi que ma soeur infirmiere et ses jeunes enfants, nous étions présents à Carhaix. Avec moi il y avait medecin, marin, élue municipale...

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 2 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.