Pillage du trésor d'Auray : les pistes de l'enquête
Reportage de Louis-Benoît Greffe

Publié le 16/10/11 21:03 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Après le pillage jeudi soir du trésor de la basilique Sainte-Anne d'Auray, l'heure est venue de faire le point sur l'enquête.

Rappelons les faits : jeudi soir, des voleurs ont brisé les vitrines (voir le site) où étaient exposés les ex-votos ou objets précieux ou non, donnés en reconnaissance à Sainte Anne suite à une prière ou un voeu qu'elle aurait exaucé par son intercession auprès du Seigneur. Car, rappelons-le, les saints ne réalisent pas de miracles, ils les rendent possibles par leur intercession entre l'homme et Dieu.

Seuls les objets en argent et or ont disparu. Le dernier pillage du trésor remonte à quelques années et visait les pierres précieuses, les objets volés avaient été retrouvés dans la LaÏta, dépouillés de leurs pierreries.

Aujourd'hui, quatre pistes s'offrent à l'enquête.

– La première, la moins probable, est l'acte d'un ou de plusieurs déséquilibrés . C'est souvent la façon la plus simple de retrouver les objets, car ces gens-là que rien ne prédestine à ce type de délits se font prendre en tentant de revendre les objets.

– La deuxième, possible, est le forfait d'une bande de pilleurs d'églises comme il y en a eu en Seine-et-Marne et dans les Ardennes. Il faudrait, pour accréditer cette version, se pencher sur tous les vols passés dans les églises des environs, dans un rayon de 100 à 150 km (sud des Côtes-d'Armor, Cornouaille, pays de Vannes et de Nantes). Ces bandes opèrent en nombre, disposent de leur propre réseau de revendeurs, se caractérise par des modes d'actions rapides, primaires (pied de biche) et violents. Elles profitent aussi du fait que les églises sont mal sécurisées et qu'il n'y a eu que très peu d'inventaires des objets du culte depuis 1905, quoi que certains diocèses commencent à le faire (notamment ceux d'Orléans et de Blois en France, suite à... des vols nombreux). S'il y a une chaîne de vols dans les églises bretonnes, il est probable que le casse d'Auray puisse y être rattaché. C'est donc du côté des négociants en or et des fondeurs que se portera l'attention de la force publique.

– La troisième est la "commande" d'un collectionneur étranger , peu plausible dans le cas présent. Au fil des affaires, les enquêteurs se sont rendu compte que certains particuliers collectionneurs d'objets d'art "commandaient" des vols en rétribuant grassement des exécutants passés maîtres dans l'art de voler. Les modes d'action sont rapides, souvent précis et peu violents. Les chances de retrouver les objets, minimes, puisqu'en général, une fois parvenus à leurs commanditaires, ils ne reparaissent plus dans les ventes à l'étranger... ou des décennies après.

– La quatrième, la plus probable, est un casse lié à la flambée des cours de l'or : en effet, l'or, à 1.680 dollars l'once (28,3 grammes), atteint des sommets et un retournement du marché est anticipé depuis plusieurs semaines. Plus la crise dure, et plus l'or est la valeur refuge des investissements, qui se retirent de l'économie réelle et donc la plongent encore plus dans la crise. Rien ne semble vouloir arrêter le cercle vicieux. Dans ces conditions, les reliquaires des églises et les trésors des basiliques et des cathédrales, souvent richement pourvus d'objets en or, sont des cibles de premier choix . Là encore, l'attention des forces publiques va se porter, s'il n'est pas trop tard encore, sur les fondeurs, les négociants en gros en métaux précieux, et toute la chaîne de recyclage de l'or, sachant que les voleurs vont essayer de se débarrasser des objets le plus vite possible et peut-être à l'étranger .


Quoi qu'il en soit, après le casse d'Auray et suite à la multiplication des vols ces dernières années (depuis 2005), peut-être que l’Église de France prendra enfin des mesures simples pour sécuriser les objets précieux du culte. Ne serait-ce que changer les serrures vieillottes des sacristies et faire l'inventaire, dans chaque église, des objets du culte et des statues, principales cibles des vols. Afin qu'on ne débouche pas, à la longue, sur des églises fermées, claquemurées, faute de fidèles et par cause de vols incessants.


Louis Bouveron

Louis-Benoît Greffe

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1090 lectures.
Délégué départemental de la SPPEF (Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de la France), association d'utilité publique qui a pour but de défendre, depuis sa création en 1901, le patrimoine historique, architectural et naturel français.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.