Permis de construire de la porcherie industrielle de Plovan, annulé par le Tribunal Administratif de Rennes

-- Environnement --

Communiqué de presse de CAFUB
Porte-parole: Jean-Michel Nicolas

Publié le 19/11/20 12:31 -- mis à jour le 20/11/20 10:04

Rappel

Face à la concentration des élevages et aux modes de production peu respectueux de l'environnement, le collectif soutenu par 8 associations de protection de l'environnement, des riverains et des résidents, s'était mobilisé contre l'agrandissement de la ferme usine de la SARL de la Vallée en Plovan. (construction d'une porcherie de 3000 places supplémentaires). Le collectif a soutenu une riveraine dans cette opposition et nous venons de gagner !

Cette ferme-usine est l'une des plus importantes du Finistère, elle apporte son lot de nuisances et pollutions, les odeurs sont nauséabondes. Les bâtiments ne s'intègrent pas dans le site et ni dans les paysages (chemin de randonnée, menhirs, bois, Zone Natura 2000). Il faut aussi noter l'usage de soja transgénique, de cultures céréalières de plus en plus traitées, le non respect des conditions animales (moins de 1m² par animal sur caillebotis et lumière solaire quasiment absente).

En 2016 et 2017 Deux enquêtes publiques se déroulent pour un même projet ; la première étant défavorable, le lobby porcin décroche une deuxième enquête qui devient favorable malgré une opposition massive !

Fin 2018 Le Tribunal Administratif fait suspendre les travaux : c'est un premier pas pour l'annulation du permis.

Il s'ensuit 2 tentatives de permis de construire pour cette porcherie de 3000 places. Le premier permis de construire modificatif (mai 2019) est annulé par arrêté en juillet 2019 sous la pression de la Préfecture ; le deuxième permis de construire apparaît en octobre 2019, celui-ci n'a pas eu de suite du fait de l'avis négatif de la Commission des sites et paysages.

Enfin le Tribunal administratif vient de mettre fin à ces tentatives de passage en force en rejetant les conclusions de la mairie et de l'exploitant.

Depuis plusieurs années, suite aux problèmes environnementaux toujours plus nombreux, au réchauffement climatique et ses conséquences désastreuses, et maintenant à la covid-19, l'attrait du produit local, du produit sans pesticides, n'a jamais été aussi fort. Les marchés locaux se développent et la relation producteur-consommateur s'affirme.

Dans ce contexte de recherche de sens nouveaux, les productions des supermarchés et d'Amazon, des fermes usines, n'ont pas leur place. Ces productions ne répondent qu'à des intérêts financiers, quelles que soient leurs conséquences sur l'environnement, le climat et la santé.

> Article 1er : L’arrêté du 9 juin 2016 par lequel le maire de Plovan a délivré un permis de construire à la SARL de la Vallée ainsi que la décision du 18 octobre 2017 par laquelle il a rejeté le recours gracieux de Mme (....) sont annulés. Article 2 : La commune de Plovan versera à Mme (...) la somme de 1 500 euros au titre de l’article L. 761 1 du code de justice administrative. Article 3 : Les conclusions présentées par la commune de Plovan et la SARL de la Vallée au titre de l’article L. 761 1 du code de justice administrative sont rejetées.

(...) Riveraine

En ce qui concerne les fermes usines, il est bon de rappeler que :

- Les riverains existent et ont droit à de la considération (avec une distance de 3 m pour les pesticides, de qui se moque-t-on !) . Ce sont aussi les odeurs nauséabondes, les transports de lisier, les épandages de pesticides, les routes dégradées.

- Pour les salariés c'est le règne du manager. Le rendement est le maître mot aux dépens des relations humaines.

- Ces fermes-usines raflent toutes les terres cultivables au détriment des autres producteurs qui ont droit aussi à la terre avec des projets plus vertueux!

- pour les Bretons et les touristes, c'est la perte de qualité de l'environnement, avec les algues vertes mais aussi les bactéries et les pesticides qui entraînent la fermeture de plages et la diminution de la biodiversité.

Nous réaffirmons, alors que l'usage des produits phytosanitaires ne faiblit pas, que l'on peut produire autrement. Les porcs peuvent être sur paille, en liberté, en bio. Les maïs peuvent être binés. Les mélanges céréaliers existent et nécessitent peu de traitements si la rotation des cultures est correcte. De nombreuses alternatives au soja transgénique, gorgé de glyphosate, sont facilement réalisables. Ce soja provient de zones de déforestation en Amérique du Sud et il est acheminé par cargos très polluants.

L'opposition aux fermes usines continue. Les projets de méthanisation comme à Beuzec Cap Sizun, ou, les poulaillers du Juc'h sont encore des illustrations de ce modèle agro-alimentaire breton pourtant révolu.

Nous remercions

Nous remercions en particulier la riveraine pour son engagement, y compris financier, l'apport juridique pertinent de Maître Varnoux, les nombreuses associations de défense de l'environnement et les nombreux militants, résidents qui nous ont apporté leur soutien dans le cadre des enquêtes publiques et des différentes manifestations (randonnées, plantation, conférences...) .

Les associations qui nous ont soutenus : Alerte à l'ouest, Sur un Air de Terre, Eau et Rivières , Bretagne vivante, l'association de défense de la baie d'Audierne Gama, Cyberacteurs, le Collectif (National) Plein air, des Coquelicots, sans oublier des membres du collectif des victimes des pesticides directement impactés à la Torche (bulbes) et Combrit (Elevage de Dindes),

Des associations environnementales de Landunvez opposées aussi à une mégaporcherie sont venus à maintes reprises nous soutenir.

Par ailleurs, des mouvements nous ont appuyés : des Gilets jaunes, des écologistes(Verts...), des militants de la France insoumise, de Nouvelle Donne... et nous en oublions certainement.

Enfin ce sont presque 5000 personnes qui ont signé les pétitions ou participé aux enquêtes et manifestations.

mailbox imprimer
Collectif pour une Alternative aux Fermes Usines en pays Bigouden

Vos commentaires :

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 5 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.