Patrick Malrieu : pourquoi je vais voter pour la liste Nous te ferons Bretagne
Patrick Malrieu : pourquoi je vais voter pour la liste Nous te ferons Bretagne

.

Quel a été votre parcours professionnel et extra professionnel?

Sur le plan professionnel : diplômé de l'École Estienne, j'ai fait toute ma vie professionnelle dans l'imprimerie (direction technique imprimerie de Chatelaudren puis Oberthur, responsable d'exploitation au journal Ouest France, direction industrielle groupe Publihebdos / hebdomadaires du groupe Ouest-France).

Sur le plan « culture bretonne » : principalement, j'ai fondé Dastum et en ai été le président de 1972 à 1995. J'ai passé une thèse de doctorat en études celtiques en 1998. En 2003, j'ai été élu président du Conseil Culturel de Bretagne, poste que j'ai quitté en 2009. Et je suis Chancelier de l'Ordre de l'Hermine depuis 2009.


Quelles sont pour vous les priorités pour la nouvelle mandature régionale ?

La concrétisation de ce que tous les partis de Bretagne disent vouloir, sans que cela se traduise dans les faits :

- Une vraie dévolution pour la Bretagne, sur le modèle catalan ou gallois, sans laquelle la Bretagne continuera à stagner tant sur le plan économique et social que culturel ;

- Une politique généralisée, volontariste et d'urgence pour nos langues ;

- La réunification des 5 départements bretons ;

- Une politique volontariste et concrète d'éducation populaire et de transmission des connaissances fondamentales relatives à la culture bretonne et de son histoire.


Quelle est votre opinion sur la précédente mandature?

La mandature présidée par J.-Y. Le Drian a apporté des progrès incontestables et qu'il faut savoir reconnaître :

- Plan de politique linguistique voté à l'unanimité, et assorti de soutiens financiers accrus à l'enseignement bilingue et à la diffusion radio et télé ;

- Résolution en faveur de la réunification, à l'unanimité ;

- Reconnaissance institutionnelle de la culture bretonne avec la mise en place d'un nouveau Conseil Culturel de Bretagne devant jouer, pour la culture bretonne, le même rôle que le CESR pour l'économie et le social ;

- Au fil des opportunités, valorisation de l'identité bretonne (par exemple, « Breizh touch », match Guingamp-Rennes au stade de France, contribution à des organismes européens de défense des langues régionales…) ;


Malheureusement cette volonté affichée et essentielle est aussi restée au milieu du gué :

- l'objectif de 20.000 enfants scolarisés en classes bilingues n'a pas été atteint et la courbe de progression correspond, au mieux, à la poursuite de la courbe antérieure. Chacun sait que la Région n'a ni le pouvoir ni les moyens nécessaires pour compenser les carences (ou la volonté d'éradication) de l'État en matière de langues régionales. Mais, outre les aides accrues (nécessaires, nous l'avons dit plus haut), nous n'avons pas noté d'actions déterminantes vis-à-vis des pouvoirs publics et de l'administration tant en matière d'enseignement que de médias ;

o le non-respect par l'Académie de la Convention État-Région en matière d'ouverture de classes et de formation de professeurs n'a pas provoqué de conflit ;

o De même, le refus ministériel de concrétiser la modification de la constitution par une loi-programme pour les langues régionales n'a pas déclenché de réaction, pas plus que la part toujours confidentielle de la culture bretonne dans les médias de service public ;

o Le fait que les Régions soient majoritairement de Gauche et réunies dans une « Assemblée des Régions » n'a pas servi de levier pour compenser le mauvais vouloir de l'État et de ses administrations…


Ainsi, paradoxalement, de nombreuses actions, plus politiques que financières et totalement gratuites, n'ont pas été utilisées. Et pendant ce temps, la courbe des locuteurs continue à s'effondrer dramatiquement !

- Si la politique linguistique a malgré tout permis des avancées, la politique culturelle (dans les domaines autres que linguistiques) s'est focalisée sur le spectacle dans une espèce d'équation où culture = spectacle = professionnels, laissant à la traîne la dimension pratique de l'identité bretonne. Il faut bien constater qu'à périmètre égal, la « culture » a vu son budget augmenter d'environ 40 % alors que la « culture bretonne » ne l'a vu progresser que de 4 % (c'est-à-dire régresser en euros constants). Et le même constat peut se faire pour la politique du Livre : les aides à l'édition n'étant plus réservées qu'aux seuls éditeurs professionnels alors qu'on sait combien, dans les années passées, le secteur associatif a pu remplir un rôle essentiel en la matière. Et que dire que l'institutionnalisation du Centre régional du Livre qui conduit à sa léthargie.


La vraie richesse culturelle de la Bretagne tient au dynamisme de sa vie culturelle et associative !

- De même, la convergence d'opinion et de déclarations de la Région administrative « Bretagne » et du département de Loire-Atlantique pouvait faire espérer un changement déterminant en matière de réunification. Mais là aussi le temps passe, sans vagues… (et il est évident que la réunification ne pourra s'obtenir avec l'assentiment du président de la Région Pays de Loire !)

Il ne m'appartient pas d'analyser les raisons de ces paradoxes entre « résolutions » et « actions » (blocages liés au « politiquement correct » ou à la « politique de Partis » - les appareils parisiens se moquant éperdument des langues régionales tout autant que de la réunification…. - ou éternelle distorsion entre les annonces politiques des Présidents et les applications qui en sont faites par les Commissions ou les Services ?). Par contre, comment ne pas constater ces anomalies ?

Donc un bilan positif par rapport aux blocages antérieurs, mais en demi teinte entre déclarations suscitant de grands espoirs et des réalisations qui ont du mal à aboutir.


Pourquoi soutenir la liste « Nous te ferons Bretagne » ?

- Parce que les élections régionales sont des élections à 2 tours : le 1er permet de soutenir celui qui prend le mieux en compte nos attentes et dont, s'il obtient un résultat significatif, le programme pourra influer au 2e tour le programme des coalitions restant en lice ;

- Parce que cette liste n'est inféodée à aucun parti hexagonal. On ne sait que trop que les élus bretons sont sensibles et généralement prêts à partager nos attentes (plus de pouvoir régional, respect des langues, réunification, développement de notre identité…) mais que, au niveau hexagonal, ces soucis sont totalement ignorés des appareils qui, par contre, imposent une discipline de parti… une logique où les minorités sont toujours perdantes. C'est ainsi qu'on doit voir des élus, tant à Gauche qu'à Droite, condamnés au grand écart entre leurs convictions, les mots d'ordres parisiens et les amitiés partisanes : ceci se vérifie tous les jours, et pour tous les sujets les plus importants pour la Bretagne. Pas facile d'avancer dans ces conditions ! Pour que les « grands partis » osent concrétiser une spécificité bretonne, il faut que les « petits partis » rentrant dans leurs coalitions soient forts ;

La plupart des partis politiques de Bretagne disent vouloir plus de moyens et de compétences pour la Région mais on ne peut pas dire que leurs réactions aient défrayé la chronique face à ce grave danger représenté par le projet de réforme fiscale en cours qui supprimerait aux Régions toute levée d'impôt et ferait que les moyens des Régions seraient attribués par l'État ! Chacun peut imaginer les conséquences !

- Parce qu'elle reprend dans bon nombre de domaines, et de manière affirmée, la quasi totalité de nos attentes tant économiques que sociales ou culturelles.

Merci !

Le programme de «Nous te ferons Bretagne»

en français : (voir le site)

e brezhoneg : (voir le site)

Le blog de campagne : (voir le site)

Le blog «Régionales» du Parti Breton : (voir le site)

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 2078 lectures.
mailbox imprimer

Vos commentaires :

REUN KOUPA
Mardi 31 août 2010

Bravo Patrick puisse ton message motiver les nombreux militants qui luttent sans succès notoire depuis des années pour sauver leur langue. Ils devraient quand même se rendre compte que nos manifs à Rennes, Nantes etc bien qu'indispensables, n'ont pas influencé nos politiques coincés dans un système jacobin que les bretons doivent changer par eux-mêmes . Même si le Parti Breton et ses partenaires n'y arriveront pas du prmier coup, il faut, dimanche, donner un coup de semonce c'est plus facile et plus important qu'une manif aussi suivie soit-elle! Reun Koupa Fondateur et ex président de la fédération Startijenn ar Vro Vigoudenn

dominique le vot
Mardi 31 août 2010

A-du ! Tout à fait d'accord. Les autres listes sont sous le diktat des ordres de paris. Les verts seront avec le ps au 2e tour, et ds le 44 du ps Auxiette la réunification passera aux oubliettes ! Ne reste plus comme liste bretonne crédible que celle de "nous te ferons bretagne" de mr Troadec. quel titre ! que d'espoirs ! Ur spi, un huñvre !

Écrire un commentaire :

Combien font 6 multiplié par 6 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.