Oui à la fermeture de 17 réacteurs nucléaires, non à l'EPR de Flamanville !

 

L'Union démocratique bretonne accueille avec intérêt l'annonce de Nicolas Hulot de fermer un certain nombre de réacteurs nucléaires, "jusqu'à 17" selon ses propres mots. Pour l'UDB, l'industrie nucléaire fait peser un risque permanent sur la population. Elle produit des déchets dangereux à très longue durée de vie et fonctionne grâce à des matériaux épuisables. Il est clair que le nucléaire ne peut constituer une solution durable pour remplacer les énergies fossiles. Une volonté assumée de tourner progressivement la page du nucléaire pourra en revanche stimuler puissamment l'innovation et la recherche dans le secteur des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique.

S'il faut saluer la volonté affichée de réduire réellement la dépendance de la France au nucléaire, on ne peut en revanche que s'alarmer de la mise en activité prévue de l'EPR de Flamanville. Comment comprendre qu'une nouvelle centrale soit mise en activité, alors même qu'on sait à quel point le démantèlement des centrales existantes sera long et difficile ? L'EPR de Flamanville souffre par ailleurs de malfaçons qui le rendront plus dangereux encore qu'une centrale "classique". L'UDB appelle Nicolas Hulot à s'engager pour un moratoire sur la mise en service de nouvelles centrales nucléaires, comme il a su le faire pour les forages d'hydrocarbures.

.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Communiqués

Agence de relations de presse

Vos commentaires :

Alain MOCCHETTI
Mercredi 12 juillet 2017

COMPARATIF ENTRE L'AP1000 AMERICAIN, L'EPR EUROPEEN ET LE WER RUSSE

L’AP 1000, l’EPR et le WER sont des réacteurs de 3ème génération à eau pressurisée. L’AP1000 fournit une Puissance Electrique de 1154 MégaWatts, l’EPR une Puissance de 1600 MW et il existe 2 versions de WER : le Réacteur de 1000 MW et celui de 1500 MW. Bien que très ressemblant au niveau du type de Réacteur, c’est au Niveau de la Sûreté Nucléaire qu’ils sont très différents. Le Réacteur le plus sûre est indéniablement l’EPR Européen. Il présente une Redondance importante au niveau des composants Mécaniques, Electriques et Informatiques, tous les Ordinateurs sont doublés. C’est la marque de fabrique de FRAMATOME le concepteur de l’EPR et des 57 Réacteurs de 2ème Génération actuellement en service. Les 57 Réacteurs sont vieillissants et seront remplacés progressivement par 35 EPR qui seront construits dans l’Hexagone, EPR de Flamanville compris. La mise aux norme Fukushima de l’AP1000, de l’EPR et du WER est prévue et est indispensable, ce qui augmentera considérablement le prix de vente de ces Réacteurs. Le plus coûteux est l’EPR dont le prix de vente devrait se situer dans une fourchette 10 à 15 milliards d’euros, vient ensuite l’AP1000 et ses 10 milliards de dollars. Le WER de 1500 MW devrait avoisiner les 10 milliards d’euros. TEPCO construit un Réacteur de 2ème Génération sans commune mesure avec l’AP1000, l’EPR et le WER. Son prix de vente est de 5 milliards d’euros, qui est le prix de ventre entreautre de nos 57 Réacteurs vieillissants, mais ayant fait leurs preuves. Les Accidents de Tchernobyl (1 Réacteur) et de Fukushima (6 Réacteurs) démontrent que les potentiels Acheteurs dans le monde entier devront choisir le Niveau de Sûreté Nucléaire comme premier critère de choix. La mise aux normes Fukushima concerne les Réacteurs à venir, mais aussi les Réacteurs construits ces 50 dernières années, Quelles sont les normes Fukushima et Post Fukushima ?

L'Autorité de sûreté nucléaire a dévoilé les décisions imposées à EDF. Les équipements devront résister à des séismes intervenant tous les 20.000 ans. Presque six ans après l'accident nucléaire de Fukushima, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a publié, pour chacun des 19 sites nucléaires français, ses prescriptions concernant la mise en oeuvre d'un noyau dur d'équipements destinés à éviter ou à faire face à un accident nucléaire. Aboutissement d'un long processus, leurs contours sont connus : il s'agit, par l'installation d'équipements supplémentaires (centre de crise antisismique, diesels, appoint d'eau supplémentaire...), d'assurer une protection ultime des installations vis-à-vis des agressions. EDF s'y prépare depuis 2012 et a d'ailleurs déjà commencé à lancer des appels d'offres. Mais ces nouvelles décisions conduiront EDF à retenir des aléas notablement majorés pour les matériels du noyau dur, en particulier pour le séisme et l'inondation, indique l'ASN (Agence de Sûreté Nucléaire). Après de multiples échanges avec EDF, l'Autorité de sûreté lui a demandé que les matériels d'ultime secours soient dimensionnés pour des séismes ayant une probabilité de survenir tous les 20.000 ans. Une démarche différente de celle qui avait présidé lors de la construction des réacteurs : EDF avait alors retenu une marge par rapport au plus fort séisme connu dans les archives dans la zone d'implantation, correspondant peu ou prou à une probabilité de séisme entre 1.000 et 10.000 ans. L'ASN demande aussi à l'électricien de réviser à la hausse la résistance de ses équipements de secours en matière d'inondation pour les centrales de Gravelines et du Blayais, qui avait souffert lors de la tempête de 1999. Consultées, les associations anti-nucléaires ont notamment pointé la nécessité de prendre davantage en compte le changement climatique.

Alain Mocchetti

Ingénieur en Construction Mécanique & en Automatismes

Diplômé Bac + 5 Universitaire (1985)

UFR Sciences de Metz

alainmocchetti [at] sfr.fr

alainmocchetti [at] gmail.com

@AlainMocchetti

Écrire un commentaire :

Combien font 0 multiplié par 3 ?

Publicités et partenariat