Ouest France : vivement une succession à François-Régis Hutin

-- Media et Internet --

Communiqué de presse de OMEB
Porte-parole: Gilles Delahaye

Publié le 9/03/09 5:09 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

François-Régis Hutin fêtera le 26 juin prochain son 80e anniversaire. Il sera ainsi un des patrons de presse les plus âgés de France et du monde. Il a en effet deux ans de plus que le milliardaire anglo-australien Rupert Murdoch, le patron de presse le plus puissant de la planète, qui vient, lui, d'avoir 78 ans. Plusieurs dauphins successifs ont bien été pressentis à la tête du groupe Ouest France, mais aucun n'a pu durablement s'entendre avec le P.-d.g. du plus grand journal français. Les uns sont aujourd'hui en retraite ou même, pour l'un, décédé, et deux sont retournés à leurs précédentes activités : Michel Nozière, puis Francis Teitgen, avec un gros chèque chaque fois pour ne pas «faire de vagues»...

François-Régis Hutin a bien eu cinq enfants dont quatre filles, mais, à son grand désespoir, aucun d'entre eux n'a eu la capacité ou l'envie de prendre la très lourde charge que représente aujourd'hui la responsabilité d'un tel groupe. Son fils Paul n'a jamais été attiré par le monde des affaires. François-Régis Hutin a bien essayé de propulser sa fille aînée, Jeanne-Emmanuelle, épouse d'un musicien, Gildrus Gapsys, à un poste de responsabilité, mais sans succès ; en revanche, elle s'est fait sa place dans la rédaction et son nom apparaît fréquemment dans les colonnes du journal, ce qui n'est le cas d'aucune de ses trois sœurs plus jeunes, Marie-Pascale, Sophie et Claire-Hedwige. Cette dernière a épousé Axel, le dernier des cinq enfants du docteur Louis-Charles Jarnaouen de Villartray, médecin à Vitré et appartenant à une vieille famille de Haute Bretagne. C'est sans doute un autre de ses gendres qui pourrait bien demain succéder à François-Régis Hutin. Sa fille Sophie a en effet épousé un garçon que son beau-père apprécie beaucoup et qui semble désormais programmé pour lui succéder : Mathieu Fuchs, aujourd'hui âgé de 42 ans. Mathieu est titulaire d'un DES d'économie et d'un DESS en management de la presse écrite et il est entré dans le groupe depuis déjà de nombreuses années.

Certes, François-Régis Hutin dont le père est mort à 86 ans, a pris la précaution de s'adjoindre un vice-président directeur général, Louis Échelard, pour le cas où il aurait un gros problème de santé ou le cas où il viendrait à disparaître soudainement. Il y aurait ainsi toujours un capitaine à bord du navire. Mais Louis Échelard qui a fait une grande partie de sa carrière précédente au Crédit Mutuel, n'est pas vraiment un homme de presse, c'est davantage un financier et un gestionnaire, ce qui est capital dans un groupe aujourd'hui très diversifié, disposant de nombreuses filiales et ayant aussi beaucoup d'autres participations. Mathieu Fuchs qui est lui aussi d'abord un gestionnaire, est en train de gravir peu à peu les échelons qui le mèneront bientôt jusqu'au fauteuil de son beau-père. Il a été directeur du développement de Publi-Hebdos, la filiale de la holding du groupe, la SIPA, qui contrôle les nombreux journaux hebdomadaires rachetés les uns après les autres par Ouest France, en Bretagne, dans l'ouest de la France et en région parisienne principalement. En même temps, il a été le directeur de l'édition dominicale Dimanche Ouest-France. Il y a trois ans, le groupe Ouest France a repris trois quotidiens du groupe Hersant : Le Maine Libre (OJD 2008 : 99 253 exemplaires), Le Courrier de l'Ouest à Angers (46 333 ex.) et Presse Océan à Nantes (41 318 ex.).

Mathieu Fuchs a alors été nommé directeur général adjoint de la filiale couvrant ces trois titres : Journaux de Loire, et il a été confronté à un défi de taille : réussir l'intégration de ces trois quotidiens et, en particulier de tous leurs journalistes, dans un groupe ayant une culture d'entreprise et des méthodes bien différentes de celles du groupe Hersant, les redynamiser et les faire évoluer de manière à renouveler leur lectorat. C'est ainsi que le quotidien nantais Presse Océan est passé au format tabloïd (imprimé désormais à La Chevrolière au sud de Nantes) et a complètement changé sa mise en pages.

Mathieu Fuchs s'en est plutôt bien tiré et, le 27 février dernier, il a été nommé PDG de la société Journaux de Loire. François-Régis qui était entre dans le journal familial à 30 ans, pour apprendre peu à peu le métier auprès de son père, s'était retrouvé seul aux commandes à la mort de ce dernier, quand il avait 46 ans. Son gendre en a 42 aujourd'hui...

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 6437 lectures.
mailbox imprimer
logo
L'Observatoire des Médias en Bretagne est basé à Rennes. Il est composé d'un collectif de plusieurs journalistes.

Vos commentaires :

Yves Koziel
Mardi 31 août 2010

Merci à l'OMEB et à Gilles Delahaye pour ces renseignements très éclairants.

Effectivement on comprend mieux le climat interne à l'entreprise et ses conséquences sur certains choix éditoriaux. Ouest-France est un journal d'opinion. Il a pris le parti du découpage actuel, peut-être pour des raisons politiques, sûrement par intérêt : il coïncide parfaitement avec sa zone de lectorat. Ce découpage lui confère une position commerciale dominante et une influence politique. C'est le premier quotidien français. Si la Normandie était réunifiée et si un vrai Val de Loire voyait le jour, OF serait réduit, voir minorisé, dans ces nouvelles régions. C'en serait terminé des « dans l'ouest » à tout bout de champs ! Sauf logiquement dans un grand-ouest à 3, Bretagne-pays de Loire-Normandie…

Comme toute la presse écrite, OF souffre déjà de la baisse des ventes et de la publicité (dont une bonne part est institutionnelle, payée par les élus locaux). Comme le dit Philippe Argouarc'h dans Bretons, la presse française est sous perfusion. Pourquoi prendre des risques supplémentaires ?

Dans ce contexte, le rapport Balladur a poussé pour de bon OF dans les rangs des opposants à la réforme. Ses intérêts rejoignent plus que jamais ceux du PS et de certains barons de la droite. C'est ainsi qu'il faut entendre l'interprétation des résultats du sondage. Car, s'il faut entendre et analyser ces résultats qui déroutent, notamment les promoteurs du référendum, on ne peut qu'observer le ton et la rapidité des conclusions tirées. Tel un ouf de soulagement, qui tombe à pic ! OF joue en partie son avenir dans cette affaire, dans un contexte interne et externe d'incertitude.

M-Rose Brissier
Mardi 27 octobre 2020

Longue vie à Ouest-France,Mme Jeanne Emmanuelle Hutin-Gapsys,ses éditorios sont très argumentés,cela me plairait bien que notre journal bien-aimé reste dans la famille,je suis pour la transmission d'héritage familliale,le contenu et la pagination me conviennent,

Une pensée à MrFrançois-Régis Hutin .

Cela fait presque sept décennies que je lis Ouest-France,bon vent à toute l'équipe du journal

ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 0 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.