Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- sommaire -
Où en est la musique bretonne ? 1) Intro
Effondrement des ventes de disques, avènement d'Internet, labels aux abois… L'industrie musicale traverse depuis plusieurs années une zone de turbulences. La musique bretonne, touchée par la crise, cherche son second souffle. Serait-elle moins populaire ?
Anne-Edith Poilvet pour Armor Magazine le 3/07/10 9:02

Effondrement des ventes de disques, avènement d'Internet, labels aux abois… L'industrie musicale traverse depuis plusieurs années une zone de turbulences. La musique bretonne, touchée par la crise et une certaine désaffection du public, cherche son second souffle.

La Bretagne reste plus que jamais une terre de musiques. Avec 48 % de la production musicale, notre région se classe au second rang français derrière l'Île de France. Le dynamisme de ses festivals s'ajoute à la créativité sans cesse renouvelée des groupes et des bagadoù. Nul n'a oublié ces années fastes, du succès de l'album Again de Stivell en 1993 à L'Héritage des Celtes en passant par l'émergence de Denez Prigent mariant la gwerz et les musiques électroniques, le duo Kemener-Squiban sans oublier le retour de Servat avec L'Albatros Fou. Dan ar Braz a même représenté la France lors du concours de l'Eurovision. Au début du troisième millénaire, les Nuits Celtiques du Stade de France remplissaient le chaudron de Saint-Denis comme un œuf, jouant à plein le rôle de vitrine de cette musique, expression même de la Bretagne. Cette vague celtique a culminé durant près d'une décennie, mais semble retombée.

La musique bretonne serait-elle moins populaire ? Peut-être. Les signes d'un moindre intérêt sont là : diminution du nombre de festoù-noz et de ses assidus, fréquentation plus ou moins bonne des dernières éditions du Festival Interceltique, disparition d'I3C. Cette filiale du FIL dirigée par Jean-Pierre Pichard et chargée de mettre sur pied de grands shows à Paris, Rennes, Nantes et bien sûr Lorient, a subi une liquidation judiciaire début 2009. La faute à la crise économique, mais pas uniquement selon Jakez Bernard : « En matière d'événements, il y a une règle de mise : ne pas en faire trop, partout et toujours sur le même modèle. »

Enquête publiée dans le magazine armor

Voir aussi :
logo
Magazine indépendant crée par Yann Poilvet en 1969, armor est diffusé depuis plus de 40 ans dans les cinq départements bretons. Dans un constant souci d'objectivité, ce mensuel généraliste donne la parole aux femmes et aux hommes qui font l'Armorique d'aujourd'hui avec la volonté d'affirmer une identité bretonne forte. Direction, rédaction, administration, publicité 7, rue St-Jacques - B.P. 90206 - 22402 Lamballe Cedex. Tél. 02 96 31 20 37 / Fax: 02 96 31 22 12 Courriel: contact(AT)armor-magazine.com
Voir tous les articles de Armor Magazine
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 8 multiplié par 7) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons