oratorio l'inconnu me dévore
Evenement de DIHUNERIEN

Publié le 22/06/07 18:15 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

A Xavier, notre Albatros

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

C'est avec beaucoup d'émotion et d'humilité, que j'aborde l'univers de Xavier Grall. Je découvris notre grand poète il y a quelques trente années, lors de ma trop longue errance parisienne. Dès la première lecture, cet halètement verbal me fascina. Comment exprimer dans une oeuvre lyrique, une œuvre aussi riche, une personnalité aussi complexe, que celle de Xavier ? Si Bretagne est poésie, Xavier était la poésie faite homme. Bientôt un quart de siècle qu'il est parti voguer vers le Tir Na Nog, le jardin de l'éternelle jeunesse des Celtes. Ce temps qui passe inexorablement nous le rend encore plus présent, plus grand. SOLO, ces pages admirables, très proches de François Villon, suintent de son avidité de l'absolu. Jamais poésie n'a été aussi forte, lumineuse, pleine d'espoir pour les temps à venir. Xavier Grall a su se forger lui-même sa langue, et créer un univers qui lui est propre. La sublime musique de sa poésie sera magnifiée dans cet oratorio, et c'est cette lourde tâche que se sont assignée ses réalisateurs.

Michel Chauvin Initiateur du projet

Document PDF 7333_1.pdf . Source :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1594 lectures.
Production et diffusion de spectacles.
Déjà créés : Opéra Anne de Bretagne, Cantate pour la Paix, Oratorio Mor-Bihan, Oratorio "L'Inconnu me dévore" sur les textes de Xavier Grall....
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.