OpenHydro, l'entreprise irlandaise qui a compris comment manoeuvrer les hydroliennes
Dépêche

Publié le 2/09/11 3:28 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Les hydroliennes ne sont pas nouvelles, plusieurs ont été installées pour observation en Grande-Bretagne et même une en Bretagne dans l'estuaire de l'Odet ( voir l'article )

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Une énergie durable

Contrairement à l'énergie éolienne qui n'est plus disponible quand le vent tombe, l’énergie marémotrice est continue, silencieuse, invisible et prévisible (on sait prédire les marées avec exactitude). Une énergie renouvelable dont l'exploitation n'a aucun impact sur l'environnement. Ce qu'on ne savait pas c'était comment construire sous la mer une installation industrielle rentable. OpenHydro semble avoir trouvé la solution : (voir le site) . Le coût du KW sera toutefois très supérieur au côut actuel et cela pour encore pas mal de temps.

Une entreprise irlandaise innovante

OpenHydro est une entreprise irlandaise lancée en 2005 qui installe des hydroliennes au Canada, aux États-Unis, dans les Îles anglo-normandes et en Écosse. Elle a décroché un contrat de 40 millions pour installer 4 hydroliennes au large de l'île de Bréhat pour EDF. Si OpenHydro construit les turbines en Irlande, elles sont assemblées à Brest par la DCNS. La DCNS a acheté 8 % du capital d'OpenHydro et apporte son savoir-faire, en particulier dans les revêtements anti-corrosion.

Basée au nord de Dublin à Greenore, OpenHydro a inventé un moyen simple de transporter, immerger et récupérer les hydroliennes. Elles sont justes posées sur le fond et leur masse (1000 tonnes) les tient en place. C'est une percée qui va permettre l'exploitation industrielle. À noter aussi qu'OpenHydro a su innover : les turbines de 16 mètres sont lentes et n'ont pas d'impact sur la faune marine, qui peut traverser la turbine en son centre : Une autre innovation d'OpenHydro. Des turbines “durables“ donc.

La Bretagne a des atouts exceptionnels du côté des énergies issues de la mer

Du Raz Blanchard dans le Cotentin jusqu'au raz de Sein, la Manche est dotée de courants exceptionnels allant jusqu’à 12 noeuds. Des zones en Bretagne sud comme l'entrée du golfe du Morbihan offrent aussi des potentiels. Les moulins à marée ont d'ailleurs existé en Bretagne, en particulier sur la Rance, depuis le Moyen Âge et peut-être même avant. Le dernier a été fermé au siècle dernier mais on peut toujours en voir sur la Rance, à Trégastel ou dans le golfe sur l'île d'Arz.

Un premier chantier d’usine marémotrice commença à l’Aber Wrac'h en 1925 mais fut malheureusement abandonné en 1930 pour des raisons qui restent à éclaircir. L'usine marémotrice qui a vu le jour en 1966 sur le barrage de la Rance est restée la plus grande au monde pendant 45 ans, avant d’être détrônée en 2011 par la centrale de Sihwa Lake (Corée du Sud).

Si le système qui va être installé au large de Bréhat ne fournira que 2 mégawatts, EDF pense un jour pouvoir fournir 2 gigawatts avec ces hydroliennes. Mille fois plus.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 3108 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 1 commentaires
Yann Le Bleiz
2011-09-02 15:30:30
L'hydrolienne de l'entreprise de Quimper est maintenant à Océanopolis (au musée). A l'époque, le CR communiquait beaucoup sur ce sujet comme étant un élément visible du dynamisme de la recherche bretonne et du soutien de l'administration régionale.
Finalement, la France s'est emparé du dossier, évincée l'entreprise bretonne (sans connaître la raison) investie dans une entreprise d'Irlande du nord (ayant le soutien de son gvt régional), et plus de nouvelle du CR.
La Bretagne ayant les plus grandes ressources énergétiques hydroliennes d'Europe, il est intéressant de voir que ce n'est pas la Bretagne qui leade la technologie et donc les emplois associés.
Les pays ayant du pétrole, comme la Norvége et l'Ecosse bénéficie de la mane financière associée à cette richesse qui est directement utile à la population.
De même, le Danemark, pays de taille comparable à la Bretagne, est devenu le leader mondiale des éoliennes, beaucoup d'emplois créés.
Question : Quel sera le retour sur la population bretonne de l'exploitation de nos richesses hydroliennes par la France?
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.