Obama donne une leçon de démocratie à François Hollande

-- Politique --

Point de vue
Par Philippe Argouarch

Publié le 10/06/14 9:04 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Un peu occultée par les célébrations autour du 70e anniversaire du débarquement en Normandie, la réponse du président des États-Unis à un journaliste qui le questionnait le 3 juin à Bruxelles au sujet de la demande de Francois Hollande d'intervenir à propos des sanctions financières énormes envisagées contre la BNP Paribas par les autorités de régulation de l'Etat de New York, a vite été oubliée par les médias français ou alors brièvement résumée. Dommage.

Accusée d'avoir violé, via ses succursales aux USA, l'embargo de Washington contre l'Iran, le Soudan et Cuba, la banque française, BNP Paribas essaye d'éviter un procès en négociant directement avec les agences de régulations américaines qui demandent 10 milliards de dollars (1).

La réponse d'Obama vaut pourtant son pesant d'or et on ne peut qu'être surpris que le Chef de l'État ait cru un moment que les Etats-Unis puisse fonctionner sur d'autres principes que ceux définis par Montesquieu (2), principes qui sont régulièrement foulés aux pieds par la République. La séparation des pouvoirs ne semble pas faire partie des valeurs de celle-ci, bien que le concept ait fait partie des promesses électorales du candidat Hollande et même si personne ne peut nier qu'il y ait eu un certain progrès depuis la présidence Sarkozy.

Barack Obama : «My answer on the banking case is short and simple : the tradition of the United States is that the president does not meddle in prosecutions...I do not pick up the phone and tell the attorney general how to prosecute cases.…That is not a unique position on my part. Perhaps it is a different tradition than exists in other countries, but it is designed to make sure that the rule of law is not in any way impacted by political expediency.''

Soit : »Ma réponse au sujet de cette affaire (le cas des infractions de la BNP) sera courte et simple : la tradition des États-Unis est que le président ne se mêle pas de poursuites judiciaires... Je ne prends pas mon téléphone pour dire au ministre de la Justice comment orienter les poursuites... peut-être est-ce une tradition différente que celle qui existe dans d'autres pays, mais c'est fait pour s'assurer que l'Etat de droit n'est en aucun cas impacté par des expédients politiques«.

Francois Hollande et Montebourg sont scandalisés du montant de l'amende, mais quand Jérôme Kerviel, un simple citoyen et non pas la première banque d'Europe, a été condamné à payer 5 milliards d'euros, ils n'ont pas du tout crié au scandale. Silence total aussi quand Kerviel demandait récemment l'immunité pour certains témoins. En France, la séparation des pouvoirs, c'est surtout quand cela arrange l'Etat. La vérité, c'est que l'État français est le premier actionnaire de BNP Paribas avec 17 % du capital et comme disent les Américains »Money talks«. On pourrait dire mieux »Money give the orders". Quand on dirige un Etat aussi endetté, qui doit emprunter 800 millions d'euros par jour pour payer les intérêts sur la dette et pour pouvoir fonctionner, on comprend mieux que l'on veuille ménager les fournisseurs : la BNP et la Société Générale.

(1) Si la BNP Paribas estime la négociation injuste, elle peut toujours aller au procès. De quoi a-t-elle peur ?

(2) Les semaines de discussions qui ont précédé la ratification par les états, en 1786, de la constitution de Philadelphie, ont été conservées. Le philosophe le plus cité est Montesquieu.

Philippe Argouarch

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1150 lectures.
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

PIERRE CAMARET
Mardi 10 juin 2014

Et d'apres ce que j'ai cru comprendre de FABIUS , la France jouerait maintenant son acceptation totale ou partielle de la Grande zone de libre echange , en fonction de l'amende a payer ??? Typiquement francais . C'est ce qu'ils font entre eux ... on va pas loin comme cela .

Comme dit Ph.ARGOUACH que la BNP prenne l'avis d'abord d'une Law Firm , et aille au proces , si elle pense avoir des chances de gagner .

Nous Francais , on a pas de petrole , mais on a des idees ....... sorry de moins en moins de( bonnes )idees .

Paul Chérel
Mardi 10 juin 2014

La réponse OBAMA est bien envoyée. Bravo pour l'avoir diffusée in extenso. Quant au journaliste dont le nom ni l'employeur ne sont dévoilés, c'est l'illustration parfaite de la façon dont les Français sont informés. Le comprendront-ils un jour ? Paul Chérel

Reun Allain
Mardi 10 juin 2014

Moi aussi, j'ai réagi sur ce double langage des dirigeants politiques français. Ça ne les a pas choqué que des juges condamnent un simple individu à verser 5 milliards d'euros à une banque, même Sapin le ministre des finances en a rajouté en traitant Kerviel d'escroc mais quand c'est une grosse banque comme la BNP qui est menacée de 10 milliards de dollars soit moins de 7,5 milliards d'euros, alors là tous les membres du gouvernement jugent la peine disproportionnée.

PIERRE CAMARET
Mardi 10 juin 2014

HAi ?? la BNP est ma Banque .Je repasse le film a l'envers de ce qui a du arriver . Le President de BNP a du approcher HOLLANDE , Mr le President nous avons un probleme avec les USA , pourriez vous en toucher un mot au President OBAMA que vous devez rencontrer etc....vous connaissez la suite .

Typiquement francais aucune connaissance des modes de fonctionnement ... le President a TOUS les pouvoirs , on le voit maintenant . Je Comprends et soutiens OBAMA , il n'a pas a s'en meler . Que la BNP prenne un Conseil juridique .

Je me souviens des affaires avec ma Societe Francaise ... un contrat etait perdu ... alors tout vent arriere, le TOP de Paris arrivait , il fallait voir le Roi ( un cas ) le 1er Ministre , le ..., le....,pour faire changer la decision . CELA NE SE PRODUISAIT JAMAIS.CEs gens avaient une procedure qu'ils respectaient ( C'etait a nous d'avoir ete plus malins......avant).

Les Francais sont incurables ..... en fait comme on ne les guerira jamais , plutot se separer ce dont je n'etais pas partisan jusqu'a ces derniers jours . Trop c'est Trop .

M.Prigent
Mercredi 11 juin 2014

"Nos" politiques ont fait moins de reuz lorsqu'un tribunal international a condamné la France a payer 1 Md$ à l'Etat Taïwanais pour solde des magouilles et retro commissions de l'affaire des Frégates (8 "suicidés" quand même !).

De ce scandale politico financier, le citoyen n'en aura connu que l'écume dont les godasses du Ministre Dumas et ses démélés avec sa maîtresse et plus tard l'invraissemblable affaire Clearstream.

Au fait, l'enquète des sous-marins de Karachi et ses 11 morts, cà avance ?

Apparemment, pas plus vite que pour le Bugaled Breizh...n'est ce pas Mr Le Drian !

Le Gwenn Herve
Mercredi 11 juin 2014

Le candidat Hollande criait la main sur le coeur: " l'ennemi, c'est la finance ! "

Que dire de plus… ceux qui l'ont élu, beaucoup de bretons, se mordent les doigts devant une telle incurie. Quelle honte ! La Machine française fonctionne de cette façon: les copains d'abord. Le problème est que le FN s'en porte tous les jours un peu mieux.

Patrick Yves GIRARD
Mercredi 11 juin 2014

Excellent commentaire, comme toujours, de cette information-scoop.

@Pierre Camaret : EN SORTIR C'EST S'EN SORTIR! En face de nos revendications légitimes un mur de béton et derrière nous des barbelés qui nous rappellent un évènement vieux de 70 ans.

PIERRE CAMARET
Jeudi 12 juin 2014

@Ph.ARGOUACH . Une lecon ce n'est pas assez . Mr HOLLANDE devrait prendre des cours reguliers et assidus vis a vis de toutes les grandes democraties occidentales .

Katia Michel
Jeudi 12 juin 2014

La requête du Président Hollande, n'est pas surprenante du tout, pas plus que ça, comme les renvois d' ascenseur, le piston, les fausses factures, c'est un sport national! C'est un héritage de Philippe le Bel, ou même avant, que de solliciter, et d' aider les banquiers les plus véreux, qu'importe, d' essayer de soudoyer untel ou une telle! Comment Cahuzac a-t-il fait pour échapper au fisc pendant 20 ans Philippe Argouach?

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 3 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.