Nouveau logo du Pays bigouden sud : où est le breton ?
Communiqué de presse

Publié le 15/10/22 14:16 -- mis à jour le 15/10/22 14:17

Stéphane Le Doaré a dévoilé le nouveau logo de la communauté de communes du Pays bigouden sud lors de la foire-expo de Pont-l’Abbé. Notre intervention ne juge aucunement l’opportunité ou non de changer de logo, ni la qualité de celui-ci. Nous regrettons cependant le choix de ne pas le mettre en bilingue, c’est-à-dire d’y ajouter la langue bretonne. Le community manager de leur page Twitter a évoqué la possibilité d’une déclinaison en breton du logo, mais ce n’est pas satisfaisant, car jamais cette version ne sera utilisée dans les documents officiels, ou bien de manière caricaturale, quand il sera question de langue bretonne, justement. Douarnenez Communauté vient également de changer de logo, et celui-ci est bilingue.

Est-ce vraiment une surprise ? Le Pays bigouden sud est la collectivité du Finistère la plus en retard sur la question du breton à l’école. Seulement 4 % des enfants sont inscrits dans une filière bilingue (publique ou privée) ou à Diwan (chiffres Office public de la langue bretonne). Alors que la moyenne dans le Finistère est de 9 % des élèves dans le primaire. Ce chiffre n’est déjà pas satisfaisant en soi, mais, dans le Pays bigouden, il n’est clairement pas à la hauteur de l’enjeu. Les élus locaux doivent réagir. Le sentiment de honte est-il toujours présent aujourd’hui ? Brezhoneg yezh ar vezh ?

Maxime Touzé, responsable de la section UDB Kornôg Kerne – Ouest Cornouaille

L’article Nouveau logo du Pays bigouden sud : où est le breton ? est apparu en premier sur UDB.Ce communiqué est paru sur UDB

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Vos 3 commentaires
  philippe jolivet
  le Lundi 17 octobre 2022 18:22
On se demande encore ce que veut dire "pays bigouden" chez ces gens-là,obnubilés par le tourisme(la coiffe et l'habit breton mais pas la langue parlée par ceux qui les portaient:le breton),le bétonnage environnemental(toujours plus de constructions s'étalant hors des centres) et le service zélé,au nom de l'attractivité du pays,pour retraités aisés de l'île-de-france(le repas des "anciens" est devenu le repas de gens hors sol)?
Ces "mevelien"ont perdu depuis longtemps leur âme bretonne pour obéir aux maîtres parisiens.
La plate langue française les a rendu exterminateurs de la langue de leurs aïeux(ils ou elles se veulent plus républicain que leurs maîtres parisiens) et ce logo fait penser à l'affiche grotesque d'une "fashion week" parisienne.
(2) 
  Krisk
  le Jeudi 20 octobre 2022 19:29
Ce logo est pretentieux, reducteur, hors sol pour plaire aux hors sol... Enjoy begood....
(0) 
  Alain E. VALLÉE
  le Mercredi 26 octobre 2022 11:28
Etant de passage à Vannes, il y a un an ou deux, un nouveau logo pour la ville sinon une proche communauté, venait juste d'être publié. La méthode était celle décrite dans cet article, supra, ce dont on déduit une politique.
Soit, d'abord un logo en français puis, on ne sait précisément quand, un autre, le même ?, en breton.
Normal, sans doute, avec les co-financements tels qu'ils fonctionnent, servant prioritairement à la promotion du français hexagonal.
En conséquence, on imagine qu'une collectivité qui refuserait les co-financements, serait libre de ses choix, de ses logos et de tant d'autres choses. C'est un état d'esprit. De manière plus banale, on doit se souvenir qu'ordinairement c'est celui qui paie qui décide, sauf que souvent l'État ne paie pas ou peu ou tard, mais décide quant même.
AV
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.