Nouveau courrier à l'attention des 24 municipalités de Vannes Agglo : "le collège public de Plescop s'appellera Polig Monjarret, il en va de notre dignité"

-- Cultures --

Lettre ouverte de Bemdez
Porte-parole: Bertrand Deléon

Publié le 21/02/12 22:42 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
24934_1.jpg

Madame, Monsieur le Maire,


Le 17 janvier dernier, l'association culturelle Bemdez vous faisait parvenir, ainsi qu'à l'ensemble de vos homologues des 24 municipalités de Vannes Agglo, un courrier au sujet de l'action de Polig Monjarret et de la nécessité de lui offrir des espaces publics portant son nom. Vous avez pu suivre dans l'actualité la naissance d'une polémique concernant l'appellation du futur collège de Plescop, alimentée par une poignée d'individus malveillants. Depuis, notre association tente de rétablir la vérité historique à travers différentes actions (voir le site) face aux mensonges d'une infime minorité et à l'ignoble diffamation relayée dans les colonnes de certains journaux. Nous sommes des milliers de sonneurs, militants culturels, associations, organisations à vouloir crier haut et fort combien il est injuste de salir la mémoire d'une personne et de la Bretagne de cette manière. Face au silence médiatique régnant après des mois de calomnies, nous sommes actuellement obligés de confronter d'autres vérités historiques pour obtenir justice.

Ainsi, nous requérons votre courage politique afin que l'ensemble des Bretons attachés à leur culture et en soif de justice puissent sortir la tête haute de ce conflit. Le collège public de Plescop devra s'appeler Polig Monjarret, il en va de notre dignité.

Nous vous remercions de l'intérêt que vous porterez à cette question, et nous vous prions de croire, Madame, Monsieur le Maire, en l'expression de notre considération distinguée.


Pour Bemdez,

Bertrand Deléon.

Voir aussi :
mailbox imprimer

Vos commentaires :

Michel Prigent
Mercredi 22 février 2012

Très instructif, votre site qui nous apprend la vérité sur les états de service de personnages au passé collaborationniste incontestable que, sans honte, nos édiles locaux honorent sur des panneaux de nom de rues comme de bons petits soldats obéissants aux ordres du politburo national jacobin.

Yann LeBleiz
Mercredi 22 février 2012

Bonne continuation pour votre action.

Il est clair que cette différence de traitement, en fonction qu'une personne soit de nationalité française ou de nationalité bretonne, est innacceptable.

Surtout, quand les fait reprochés à la personne de nationalité bretonne ont été clarifiée et que cette personne a été innocenté devant un tribunal officiel!

Il y a bien un ségregation vis à vis de la mémoire, ce que les élites politiques bretonnes (membre de partis français) acceptent honteusement, leur carrière étant à la discression des élites françaises et non des citoyens bretons*.

(* : M. Le Guen, député UMP de Bretagne, ayant affirmé que les investitures étaient du ressort des états majors parisiens... ce que l'on comprend comme décorélé de la volonté des électeurs bretons).

ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 9 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.