Nos cousins Corniques obtiennent le statut de minorité nationale
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 25/04/14 12:05 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Annoncé sur ABP en anglais par la ligue celtique dès le 23 avril (voir le site) , et hier par la BBC, les Cornouailles Britanniques, en anglais le Cornwall et en Breton et cornique Kernow, qui jusqu'à maintenant faisait partie de l'Angleterre, sans statut particulier, a été reconnue comme une minorité nationale au sein du Royaume-Uni au même titre que le Pays de Galles et l'Ecosse. Cette décision est l'aboutissement de 15 ans de campagne par les Corniques, les Cornouaillais de Grande-Bretagne, nous rappelle la Ligue Celtique.

Le gouvernement britannique a décidé que les Cornouaillais pouvaient bénéficier du statut de minorité tel que défini par la convention européenne de 1995 (voir le site) Déjà en 2002, la langue cornique, une langue très proche du breton, avait obtenu le statut de langue officielle du Royaume-Uni.

La décision a été annoncée par Danny Alexander, un des leaders du parti Libéral Democrat, aussi Ministre des finances (Secretary to the Treasury), qui a déclaré hier "Le peuple des Cornouailles a une histoire fière et une identité distincte (1). Je suis ravi que nous ayons été capables de reconnaître ceci officiellement et allouer aux Cornouaillais le même statut que les autres minorités du Royaume-Uni".

Paradoxalement, le même jour, le président François Hollande a déclaré à propos de l'Ukraine, que la France était prête à aider l'Ukraine afin d'avoir "une constitution qui puisse assurer le respect des minorités et une décentralisation..." . "On ne peut que suggérer au président de jeter un coup d'oeil sur sa propre constitution avant de s'occuper de celles des autres" a suggéré un leader du mouvement breton.

Philippe Argouarch

Note

(1) A un moment, au haut Moyen-âge, les deux Cornouailles ont fait partie du même royaume brittonique qui s'étendait à la fois en Grande et en Petite Bretagne, en particulier sous le règne du roi Marc'h, un monarque que l'on retrouve d'ailleurs dans la légende de Tristan et Iseut, commune aux deux branches de l'ancien royaume.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1545 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 10 commentaires
Ar Vran
2014-04-25 17:42:46
Enfin !
Pour ceux que cela chante, je les invite à consulter les sites web en rapport avec la Cornouaille et la langue cornique. Ils seront supris de voir que le cornique est très proche du Breton et qu'avec un peu d'effort on arrive à comprendre les articles écrits en cornique...
Il est dommage que peu de bretons s'intéressent à ce joli pays et que les échanges culturels et économiques soient si peu développés
(0) 
alan stivell
2014-04-26 10:27:30
Je ne veux pas pinailler mais juste remarquer que vous mettre Cornish appelation anglaise dans une phrase en francais au parlant d une certaine liberation des Cornouaillais ou Kernewiz n est pas ultra logique.
Je remarque ce type de "coquille" un peu partout. Ex une serie irlandaise adaptee en breton ou on fait prononcer a l anglaise Brian, Micheal, etc.
J admets que ce n est pas gravissime. Mais si personne ne le dit....
Alan
(0) 
P. Argouarch
2014-04-26 14:23:14
@Alan : Ok tu as raison, j'ai changé et mis "Corniques". On me dit que l'on peut utiliser soit Cornique soit Cornouaillais. Cornouaillais étant utilisé pour la Cornouaille bretonne, je pense que "Cornique" est plus approprié sauf qu'il signifie aussi la langue cornique mais bon c'est la même chose pour "breton". Le breton , plus précis a Kerneveurad pour les habitants et Kernewek pour la langue il me semble... J'en profite pour signaler que cette information n'a été reprise en France que par un seul journal "Le Figaro" et oui après l'ABP.
(0) 
alan stivell
2014-04-26 16:41:58
Ok. Merci d avoir tenu compte de cette remarque. Il est vrai que j enervais deja mes copains des l enfance quand je faisais ce type de remarques.
Rejouissons nous surtout que des quasi- bretons soient reconnus.
A galon,
Alan
(0) 
Péri Loussouarn
2014-04-26 19:55:43
@ Ar Vran : "échanges culturels et économiques soient si peu développés" : Vous avez sans doute raison, certainement, les échanges, notamment économiques pourraient être développés. Mais sur d'autres plans, notamment culturels, des échanges existent, de nombreuses communes sont jumelées avec des villages des Cornouailles. Sur le plan sportif, on peut noter la course poursuite à la voile Helford River - l'Aber Wrach qui chaque année marque la rencontre des bretons et des cornouaillais, il s'agit d'une rencontre et confrontation sportive mais aussi festive : l'accueil à quelques jours d'intervalle de part et d'autre du Channel est une source de fraternité entre les deux communautés qui laissent en général de très bons souvenirs....
(0) 
Ker itron al lann
2014-04-26 22:48:23
Pour avoir passé une nuit étoilée sur un rocher près du Minack theatre suivi d'un bain dans l'eau claire de Porthcuno, je garde une souvenir magique de la Cornouailles.
Il est dit que ce lieu est marqué par la présence de l'Emrys, mais je n'ai trouvé aucune justification livresque à cette affirmation.
Auriez vous une piste?
Mersi.
(0) 
alan stivell
2014-04-27 10:28:08
La Bretagne ayant 3 metropoles, je trouverais evident
que Brest se charge a la fois des relations generales avec le monde anglo-celtique, et des relations structurees ( bureaux permanents, coordinations de choix pratiques, etc) avec d abord la Cornouailles, puis Devon, Galles et Irlande ( et si possible les 2 autres nations celtes). Equilibrant le role que continuera d avoir Nantes en bzh avec l ouest france et les pays latins.
(0) 
ar hole bris
2014-04-29 02:12:14
Les Anglais me siderent. Les militants en faveur du nom a l'independance de l'Ecosse avec Cameron en tete s'empetrent dans des arguments catastrophes jouant en leur defaveur et dans le meme temps trouvent bon le moment pour reconnaitre la Cornouaille !
Apres les Saozon milliget on a les Saozon digoret. L'Anglais de base trouve son identite a travers la famille royale, cela lui suffit, alors que les Francais trouvent la leur dans des concepts d'egalite egalitariste et des concepts mathematique d'indivision ha me oar me.
Malgre tout, cela doit etre lourd pour le pays de Galles de se voir coller un prince de Galles anglais. C'est la un outil de propagande efficace. Pour le Francais lambda (et meme le Breton souvent) le pays de Galles c'est assurement l'Angleterre puisque que le prince de Galles est anglais, un sillogisme pervers. Je me souviens, il y a quelques annees, le prince Charles s'etait rendu au Pakistan pour une visite officielle, et dans une foule hostile on pouvait voir une banderolle sur laquelle apparaissait les mots "prince of Wales", ca va loin...
Mais bon, ces memes Gallois obtenait S4C sous Thacher a peu pres au meme moment ou cette derniere laissait Bobby Sand mourir de faim.
Pour revenir a la Cornouaille c'est vrai que j'aime la magie du pays, une espece d'hybride entre la Bretagne et le pays de Galles, une histoire riche, familiere le tout avec des paysages pretant aux reves. Il parait qu'il y aura bientot plus d'Anglais que de Cornouaillais a y habiter. Le prix des maisons y est tres eleve, c'est vrai que c'est un peu la Cote d'Azur de la-bas, coin tres prise par les Londoniens posh et pourtant, autre paradoxe, la cote y est extremement bien preserve, la-bas point de verue ni betonnage. Comment font-ils ?
(0) 
Ker itron al lann
2014-04-30 11:44:29
Ils sont très respectueux de leur patrimoine (National (et oui) Trust), et en particulier de leur patrimoine maritime. D'autre part, les agriculteurs y ont un autre état d'esprit (moins de cochons et de poulets).
Quant à affirmer que "la Cornouaille est une espece d'hybride entre la Bretagne et le pays de Galles", c'est un peu réducteur. Y voir cette espèce hybride truffée d'anglais, c'est comme considéré la Loire Atlantique empestée d'infâmes ligériens, aux relents jacobins bien sûr. Alan Varveg, an distro!!!
Arrêtons les effets de muscles purs celtes, bitte shöne!
De nombreux Gallois, Cornouaillais s'estiment britanniques, quant aux Tudor, ils ne venaient pas de Brighton.
Comme vous, j'aime l'histoire et la magie, et je m'enthousiasme à me remémorer le royaume de Domnonée, à cheval sur la mer de Bretagne.
A cette époque, la Bretagne ne s'arrêtait pas au Morbihan, comme actuellement sur les cartes et dans bien des esprits… elle ne s'arrêtait pas non plus sur les rives de l'Odet!
Les cervelles étriquées voient aujourd'hui une Cornouaille, version réduite, séparée du Dorset, Devon et Sommerset. C'est peu connaître notre histoire et notre âme.
Certains sont déjà horrifiés à l'idée de voir l'Anjou alliée à la Bretagne!!! Satanée Grand Ouest, tueur d'identité bretonne!!!!! Evel just, Damned!!!
ARTHUR REVIENT VITE, HAST BUAN MAR PLIJ!!!!!!!
Un infame breton lambda de loire Atlantique, amoureux de la Cornouaille, du Devon, du Dorset, du Sommerset, mais aussi du Pays de Galles, du pays Reghed, de sa belle Bretagne armoricaine, des côtes d'armor, de la loire atlantique et de l'Anjou!
Et amoureux également de tous ceux qui aime leur pays, leur région, leur patrimoine, leur histoire, leur langue, la beauté du monde, dans un esprit de paix, d'émerveillement, et de partage, sans l'obsession permanente des frontières.
L'odieux Ker Itron Al Lann.
(0) 
Lousi Le Bars
2014-04-30 14:47:28
@ Ker Itron al Lann, vous faites référence aux mythes arthuriens qui révèlent surtout une conscience fort ancienne (1000 ans au moins) de nations celtiques distincts de la nation anglaise. Les avez-vous lu ? Les sites évoqués dans les divers écrits de cette saga montrent justement l'ancienneté de ces réalités nationales et géographiques.
Nulle doute que cette légende(basée sur une réalité historique et géopolitique)a une grande importance dans la reconnaissance contemporaine du peuple cornouaillais.
Qu'il existe un sentiment britannique est normal, après tout ces 4 peuples (anglais, écossais, gallois, cornouaillais) sont sur une même île et le sentiment britannique ne signifie pas sentiment anglais et rappelle même plutôt les liens antiques entre les 3 nations celtiques actuelles de cette île.
Le Dorset et le Devon appartiennent à une même sphère géographique que la Cornouailles, c'est inscontestable, mais il ne reste plus rien de la langue brittonique depuis bien plus longtemps qu'en Cornouailles et les mouvements de population qu'ont connu ces comtés anglais (colonisation anglo-saxonne) sont différents de ceux de la Cornouailles (tourisme et retraités du XXème siècle). Il y a donc une grande différence dans les sentiments d'appartenance.
Quant à l'Anjou, abonnée absente des romans arthuriens, elle n'a jamais parlé breton, ne fait pas partie de la sphère géographique bretonne et symbolise à merveille avec d'autres, l'identité française. La Bretagne est bien trop faible, et les bretons ont trop conscience par son histoire, sa singularité géographique, ses équilibres interne, que sa force et sa prospérité résident dans la stabilité et la neutralité. Laissons le Drang nacht osten ou western à d'autres...
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.