Non à l'acharnement politico-judiciaire !!! Non aux juridictions d'exceptions !!!
Communiqué de presse de Skoazell Vreizh

Publié le 24/11/08 16:25 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le mercredi 19 novembre, la Cour d'assises spéciale a considéré irrecevable l'appel envers nos trois compatriotes. C'est un véritable camouflet infligé au gouvernement français qui, par la voix du Procureur général de Paris, avait fait appel de l'acquittement des trois militants indépendantistes bretons inculpés à tort dans l'affaire de Quévert. L'État français n'a pas hésité à s'asseoir sur ses propres lois pour tenter de jeter l'opprobre sur le mouvement breton. Les motivations politiques de cet appel n'auront échappé à personne.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Le parquet général a décidé, dès le lendemain de cette décision de la cour d'assises spéciales, de se pourvoir en cassation. La preuve, s'il en était encore nécessaire, d'un acharnement sans limite de l'État français à vouloir faire condamner à tout prix des gens acquittés en première instance. Le parquet général dit se pourvoir en cassation pour "l'intérêt juridique de la question posée", c'est-à-dire qu'il le fait au mépris des souffrances vécues par toutes les parties pendant 8 ans en rajoutant aux délais irraisonnables un énième recours qui prendra du temps.

Skoazell Vreizh dénonce fermement l'acharnement judiciaire, les délais irraisonnables de la procédure et les agissements de la 14e section du parquet de Paris. Comme dans de nombreux autres dossiers nous avons assisté à des présomptions de culpabilité basées sur les engagements politiques des militants bretons. Tout cela parce qu'il faut trouver des coupables à tout prix quitte à renvoyer aux assises des innocents pour délit d'opinion. Le vrai coupable de tout ce gâchis est sans conteste l'amateurisme de cette 14e section du parquet de Paris.

C'est pourquoi Skoazell Vreizh demande la dissolution des juridictions d'exceptions que représentent la 14e section du parquet de Paris et la cour d'assises spéciale. Celles-ci, aux ordres directs de l'État français, ne sont que le témoin d'une justice politique contraire aux Droits de l'Homme, dénoncée à maintes reprises par bon nombre d'organisations internationales, notamment par la cour européenne des droits de l'Homme.

Désavoué à deux reprises par l'acquittement dans l'affaire de Quévert, en mars 2004 puis par l'irrecevabilité de l'appel le 19 novembre 2008, le parquet de Paris poursuit dans son acharnement en se pourvoyant en cassation. Une fois de plus, en oubliant qu'on parle d'hommes et de femmes, le parquet de Paris montre son visage froid et inhumain à cent lieux de la patrie des Droits de l'Homme qu'il doit représenter.

Aussi, nous appelons les citoyens, l'ensemble des organisations politiques et culturelles de la société bretonne à s'associer à notre demande de dissolution des juridictions d'exceptions et ainsi lutter contre ces manques de démocratie récurrents et toujours plus nombreux dans notre société.

Solidarité avec Kristian, Paskal et Gaël !

Pas de démocratie sans solidarité !

Skoazell Vreizh, le 24 novembre 2008

Document PDF 13062_2.jpg . Source : Skoazell Vreizh
Voir aussi :

mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.