Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Nolwenn Leroy au Cornouaille-Kerne
Nolwenn Leroy au Cornouaille-Kerne
Nolwenn Leroy et Alan Stivell aux Francofolies de La Rochelle il y a quelques jours. Photo Facebook site officiel.
Nolwenn Leroy et Alan Stivell aux Francofolies de La Rochelle il y a quelques jours. Photo Facebook site officiel.
- Dépêche -
Nolwenn Leroy au Cornouaille-Kerne : La consécration
Beaucoup de parents avaient amené leurs enfants. Ils regardaient Nolwenn sur les écrans géants avec des yeux émerveillés. Être une star, c'est sans doute cela : des petites filles et des petits garçons de sept ans qui vous connaissent et vous regardent sur scène avec des yeux émerveillés comme si vous étiez un ange descendu du ciel
Philippe Argouarch pour ABP le 23/07/11 2:27

Le public breton est du genre réservé. Il n'applaudit que s'il en a envie, jamais pour faire plaisir. On peut donc dire qu'hier soir à l'espace Gradlon du festival de Cornouaille, les Quimpérois ont aimé sans réserve. Nolwenn émue et presque en larmes a distribué des "merci Quimper" à n'en plus finir tant elle était heureuse d'être là et si bien accueillie.

Elle a entamé la soirée avec un Pardon Spezet plein de panache et autres traditionnels de son CD Bretonne comme Tri Martolod, et maintenu un rythme d'enfer. Elle s'est vraiment déchaînée avec ses six musiciens qui ont chauffé le chapiteau et fait vibrer à l'unisson un public qui en redemandait. Au milieu, une pause : Karantez Vro, en hommage à Anjela Duval, a fait frissonner la foule fascinée par tant de jeunesse et tant de talent, pour une fois tournés vers notre vieux pays et notre langue bretonne à l'agonie. De vieilles bretonnantes pleuraient, touchées par les mots bretons d'Anjela Duval chantés par Nolwenn accompagnée à la flûte par le virtuose finistérien de l'uilleann pipe, ancien du Bagad Landerne, Kevin Camus.

Beaucoup de parents avaient amené leurs enfants qui, trop petits, regardaient Nolwenn sur les écrans géants avec des yeux émerveillés. Être une star, c'est sans doute cela : des petites filles et des petits garçons de sept ans qui vous connaissent et vous regardent sur scène avec des yeux émerveillés comme si vous étiez un ange descendu du ciel. En plus, Nolwenn portait un ensemble noir et or comme un chupen bigouden. De l'or devenu paillettes de stars.

Après Tonnerre de Brest, chanté avec Miossec, en invité surprise, et Je ne serai jamais ta Parisienne, Nolwenn a convaincu qu'elle serait toujours notre Bretonne ! Son superbe Scarborough Fair, qu'elle chantait pour la première fois hier, accompagnée de Michel-Yves Kochman (un musicien d'Alain Souchon), prouve aussi sa dimension internationale incontestable. Simon et Garfunkel n'auraient pu que saluer une telle limpidité, une telle beauté dans la voix cristalline de la chanteuse bretonne. À la fin Dans les prisons de Nantes et La Jument de Michao seront repris en coeur par la foule debout. Nolwenn a fini en apothéose avec un Bro Gozh va Zadoù en solo.

Que le Festival Interceltique de Lorient n'ait pas invité cette année Nolwenn Leroy, qui, en choisissant de chanter en breton et en gaélique et reprenant tous les plus grands traditionnels des pays de culture celtique, personnifie l'interceltisme sans doute autant qu'un Alan Stivell, restera à jamais une maladresse impardonnable. Le Cornouaille cette année avait lui bien compris d'où soufflait le vent des muses celtes.

Philippe Argouarch

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 4427 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 23 commentaires
stéphane pichon Le Samedi 23 juillet 2011 10:05
Nolwenn a su apprécier à sa juste valeur la chaleur humaine d'une foule complètement conquise, se fut un concert magique, un grand merci Nolwenn et bravo à toi !!!!!!!
(0) 

jean Le Samedi 23 juillet 2011 14:15
chapeau (breton) Nolwenn!
(0) 

jean Le Samedi 23 juillet 2011 14:54
chapeau (breton) Nolwenn! lol
(0) 

Caroline Le Douarin Le Samedi 23 juillet 2011 15:41
Bravo Nolwenn !
Sans vouloir remuer le couteau dans la plaie ni faire de la pub à un hebdo français d'information, et encore moins à son journaliste, rappelons tout de même l'énorme critique de son CD Bretonne de ce printemps qui a engendré maints commentaires : mélange de préciosité, de mépris et essentiellement de bêtise, amalgame tellement basique, un article puant... À découvrir sur
ainsi que le droit de réponse de Nolwenn Leroy : que le Grand Druide de Bretagne a mentionné dans son discours de cette année : sur ABP en PDF.
On pourra prendre connaissance aussi de la réponse du journaliste à Nolwenn :
et des commentaires indignés suscités à nouveau...
Bon, il ne reste qu'à convier ce journaliste au prochain concert de Nolwenn en Bretagne ! Oserait-il quitter Paris ?
(0) 

Georges Le Samedi 23 juillet 2011 15:42
Pour info ça n'est pas Robert Le Gal qui l'a accompagné sur Scarborough Fair mais Michel-Yves Kochman (Souchon)
Super spectacle sinon.
(0) 

Philippe Le Samedi 23 juillet 2011 17:02
Oui j'avais justement des doutes là-dessus. C'est corrigé. Robert Le Gall, ancien musicien multi-instrumentaliste d'Alan Stivell, fut aussi trés impressionnant hier soir, comme tous les autres d'ailleurs.
(0) 

Kristen al Lae Le Samedi 23 juillet 2011 18:56
Il y a beaucoup de souffrances et de pauvretés dans notre peuple; Nolwenn, par son immense talent et sa générosité non feinte, sème du bonheur parmi les Bretons en les ramenant à leurs trésors ("Va bro, va yezh ha va frankiz"); la joie, la générosité et la vérité finissent toujours par gagner.
Bennozh deoc'h Nolwenn, chomit evel ez oc'h !
Kristen
(0) 

Emilie Cervella Le Samedi 23 juillet 2011 22:39
Bonsoir,
Etant Lorientaise et adepte du Festival Interceltique depuis plusieurs années, j'ai été outrée par la conclusion de votre article, et je me permets de réagir à ce sujet.
Vous dites: Que le Festival Interceltique de Lorient n'ait pas invité cette année Nolwenn Leroy, qui, ces temps-ci, personnifie l'interceltisme plus qu'aucun autre artiste, restera à jamais une maladresse impardonnable. Le Cornouaille, lui, avait bien compris d'où soufflait le vent des muses celtiques cette année. ■
Qu'est-ce que cette petite phrase insinue? Que le FIL serait ringard, dépassé, ou je ne sais quoi encore tout ça parce qu'il ne s'est pas laissé séduire par les sirènes du showbiz?!!! En effet, une rumeur avait couru dans la presse en février dernier, confirmant la participation de Nolwenn Leroy au FIL 2011. Bruit largement relayé entre autres par vos collègues journalistes d'Ouest France. Mlle Leroy, se croyant incontournable parce que son album cartonne, s'y voyait déjà de façon sûre! Mais cette rumeur était totalement fausse. Le lendemain du "scoop", M. Lombardia, le directeur du FIL, a apporté un démenti très ferme dans les colonnes du Télégramme concernant cette rumeur. Le Télégramme, très ironique à l'égard de Nolwenn, employait d'ailleurs des mots tels que "oeillades aguicheuses", "appel du pied" ou "séductrice". En général, je n'apprécie pas ce vocabulaire, mais sur ce coup là, l'auteur de l'article avait entièrement raison! Lorsque le programme du FIL a été dévoilé en avril, j'ai été ravie de deux choses: 1) primo, que Nolwenn ne soit pas dans la programmation 2) secundo, d'y voir des artistes que j'admire, tels les Tri Yann ou Denez Prigent. Ces artistes, qui sont de vrais artistes, originaux et créatifs, se battent depuis de nombreuses années pour défendre la langue et la culture bretonne (depuis 40 ans, record de longévité d'un groupe français pour Tri Yann, depuis bientôt 20 ans pour Denez). Ils ne le font pas brusquement sur un coup de tête pour remplir le porte-monnaie!! Pour le coup, je vais paraître directe et incisive, mais c'est mon opinion et j'ai le droit de l'exposer: je ne crois pas un instant en la sincérité de la démarche de Mlle Leroy! Pour moi, ce n'est qu'un vaste coup marketing destiné à relancer sa carrière. Je sais que beaucoup de gens ne partagent pas cet avis, et je me fais peut-être avocate du diable, mais c'est mon avis et je tiens à le dire.
Pour en revenir au FIL: le Festival a eu bien raison de ne pas l'inviter! Le FIL a toujours été maître de ses choix et de sa programmation depuis 40 ans, et il ne vend pas son âme face aux coups commerciaux! Ce qui n'est malheureusement pas le cas du Cornouaille...
Quant aux "muses celtiques", s'il y a bien une étoile montante de la scène bretonne qui fait beaucoup parler d'elle en ce moment, c'est Cécile Corbel! Elle est maintenant connue jusqu'au Japon, où elle est en train de devenir une star, car les Studios Ghibli l'ont sollicitée pour la bande-son d'Arrietty. Ce n'est pas Nolwenn qui pourrait en dire autant!
Pour finir, je tiens à dire que le FIL a toujours connu une énorme fréquentation (800 000 spectateurs en 2010, ce n'est certainement pas le Cornouaille qui pourra se vanter de tels chiffres!), et cela, sans faire appel à des "pointures" du style Nolwenn Leroy ou James Blunt!
Le Festival n'a pas commis "d'erreur impardonnable". Au contraire, il n'a pas commis l'erreur de se laisser avoir par le coup médiatique sur lesquels beaucoup de festivals français ont été aveuglés! Vous devriez creuser un peu plus la question avant d'écrire de pareilles bêtises.
A bon entendeur...
Salutations
(0) 

Philippe Le Dimanche 24 juillet 2011 00:52
En ce qui concerne les motivations de Nolwenn Leroy, j'ai demandé il y a quelques mois l'avis d'Alan Stivell et il a clairement déclaré aimer et soutenir son initiative. Alan est bien plus expérimenté que vous et moi sur le sujet et vous pouvez vérifier sur son blog son soutien sans réserve à Nolwenn avec qui il a chanté à Brest et aux Francofolies. Ce que vous écrivez revient à dire que non seulement je dis des bêtises mais Alan aussi, ce qui est un peu prétentieux de votre part non ? De toutes façons, les motivations des gens ne m'intéressent pas en tant que journaliste. Pour un journaliste, les seules choses qui comptent sont les faits et les dires. Au final, il n'y a que cela qui compte. Le reste est de l'ordre de la psychanalyse, des cours de justice et, à une autre époque, heureusement révolue, du grand inquisiteur ou des commissaires politiques.
(0) 

Maryvonne Cadiou Le Dimanche 24 juillet 2011 01:04
Madame Cervella
Merci de lire ABP
Mais quel chauvinisme ! Que de rivalités vous construisez : Lorient / Kemper, Leroy / Corbel...
Je crois que la petite phrase n'insinue rien que ce qu’elle dit. Dommage que Nolwenn Leroy ne soit pas aussi à Lorient cette année. Espérons l’année prochaine ! Vous ne serez pas obligée d’aller au concert !
Je ne veux pas entrer dans les détails de vos longs propos point par point. Je tiens simplement à signaler deux choses :
1) Nolwenn Leroy est connue hors de France, elle aussi. Elle a donné une interview à un journal francophone de Suisse (décembre 2010) :  http://www.lenouvelliste.ch/fr/news/culture/la-bretagne-c-est-ma-madeleine-de-proust_14-239390
Elle est citée pour son disque dans le Guardian (mars 2011) en début d’un article sur « Ce que la Bretagne a de meilleur à offrir ». Elle fait rayonner la Bretagne.
Cécile Corbel, même si elle est connue jusqu’au Japon, eveljust, et sans lui dénier quoi que ce soit de son talent, en dehors d’être bretonne, fait rayonner sa musique, a interprété Anne de Bretagne dans l’opéra rock d’Alan Simon, c’est une artiste classique qui ne parle pas de la Bretagne. ABP a fait plusieurs articles sur elle. Voir nos photos d'elle aujourd'hui.
2) La deuxième chose et c’est surtout celle-là qui me tient à coeur, c’est que les journalistes de Ouest France ne sont pas les collègues de ceux d’ABP ! Surtout pas ! Mais nous avons la preuve que certains lisent ABP !
Ouest France ignore ABP depuis 2003. Ne l’a citée qu’une fois pour critiquer, et surtout, ABP expose ce que ne dit pas Ouest France et/ou le dit autrement. De la vraie information sur la Bretagne. Ouest France est un journal français en Bretagne et ailleurs dans ce qu’ils appellent avec délectation le « Grand Ouest ».
PS : 800.000 spectateurs à Lorient en 2010 ! Franchement je ne souhaite pas à la Ville de Kemper et aux festivaliers d’avoir à supporter 800.000 spectateurs pour son festival !
Maryvonne Cadiou, correspondante ABP
(0) 

PHILIPPE BRILLANT Le Dimanche 24 juillet 2011 05:37
salut
Y a du vrai, certainement, dans ce que dit Emilie sur l’album de Nolwenn mais ce n'est que des querelles de chapelle comme dans beaucoup de cas en Bretagne car même si c'est un coup marketing ce que je doute fortement parce que Nolwenn semble être quelqu'un de sincère et quand bien même que l'album est "commercial" ce n'est pas grave car c'est fait joliment et avec authenticité et a partir du moment que c'est la BRETAGNE qui est mise en avant et qu'elle ressort gagnante et bien c'est quant même ça le principale car dans le passé la Bretagne était tellement dénigré donc tout ce qui peut sublimer la Bretagne et bien moi je dis que ça mérite largement mon soutien et en conclusion si tout les bretons se soutenaient sans différence de chapelle et bien la BRETAGNE en ressortirait grandi.
(0) 

Tangi Louarn Le Dimanche 24 juillet 2011 09:04
Chère Nolwenn,
Merci d'abord pour ce plaisir que vous nous donnez. Et bravo aussi pour tout ce que vous apporter à la culture bretonne, à la musique et au chant et en particulier à la langue bretonne. Non seulement vous en faites une magnifique promotion par votre talent, mais vous avez fait la démarche d'apprendre le breton de façon sérieuse pour participer pleinement à cette vie culturelle.
Vous savez peut-être déjà que le 31 mars 2012 aura lieu à Quimper une grande manifestation pour le breton au cri de «Deomp De'i», comme il y aura d'autres manifestations le même jour à Toulouse «Anem Oc» pour l'occitan, à Bayonne pour le basque, à Perpignan pour le catalan, à Strasbourg pour l'alsacien, en Corse pour le corse, ainsi que pour les langues d'Oïl et les langues créoles et les autres langues autochtones dans leurs différents territoires, en Martinique, Guyane, à la Réunion sans doute, avec le soutien de nombreux artistes dont l'appel sera publié dans les prochaines semaines.
Le récent débat au Sénat sur une proposition de loi pour les langues régionales le 30 juin dernier, tout comme les attaques stupides et à caractère raciste d'un hebdomadaire parisien, vous reprochant vos origines, ont montré combien les «élites» françaises qui nous gouvernent sont totalement dépassées lorsqu'elles s'accrochent à un monolinguisme officiel pour une prétendue «unicité du peuple français» qui interdit toute reconnaissance de la diversité des langues et des cultures. Ainsi, en continuant sa politique d'extermination des langues propres de nos différents peuples, en refusant de ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, en refusant de donner à ces langues les moyens légaux de vivre, à l'école, dans les medias, dans la vie publique et sociale, la France, avec les Grèce et la Turquie, est à contre-courant des autres pays européens, de nos valeurs communes et des droits de l'homme.
C'est pourquoi, l'occasion est belle pour nous de vous demander d'apporter votre soutien à cet appel et à ces manifestations festives qui réuniront des dizaines de milliers de personnes un peu partout en France pour affirmer que nos langues et cultures appartiennent au patrimoine de l'humanité et sortir de ces archaïsmes qui enferment les nouvelles générations dans des frontières mentales d'un autre âge et les prive d'un bilinguisme et d'un multilinguisme porteurs d'épanouissement et d'ouverture pour un monde respectueux de sa diversité et de la plénitude droits de l'homme.
Tangi Louarn
Pour Kevre Breizh, coordination des associations culturelles bretonnes - kevre.breizh [at] orange.fr
et EBLUL-France, membre de la coordination européenne des langues
(0) 

Rémy Garreau Le Dimanche 24 juillet 2011 11:30
Une maladresse de la part du FIL ? Il me semble qu'il n'y a aucune obligation à inviter telle ou telle personne, je crois que les dirigeants du festival sont encore libres de leurs faits et de leurs opinions, non ? Tellement d'autres artistes, qui s'investissent réellement dans le renouvellement de la culture bretonne (c'est-à-dire qui créent une musique vraiment nouvelle et ne se contentent pas de sortir un album de reprises à peine retravaillées...), n'ont jamais eu et n'auront peut-être jamais la chance d'être invités en grande pompe à un festival de cet ampleur... Et il me semble que rares sont ceux qui prennent cela pour un scandale... Alors Nolwenn Leroy, prétendument "star" de Bretagne, vend peut-être des centaines de milliers d'albums, mais j'aurai été bien déçu de voir que les organisateurs du FIL pouvaient choisir un artiste pour le poids financier qu'il représente plutôt que pour son apport musical... Celui de madame Leroy étant plus que douteux (avis personnel). Un album de reprises reste au final une compilation. Et une compilation ne sauvegarde pas une culture.
(0) 

Emilie Le Berre Le Dimanche 24 juillet 2011 12:21
Voila une nouvelle guéguerre dont les bretons ont le secret. Et puisque j'en fais partie il n'y a pas de raison que je m'en prive . Le FIL ne se laisse pas séduire par les sirènes du showbizz mais privilégie les vins de Bordeaux au détriment des vins bretons et http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=18971
La pensée des tenants de la culture en Bretagne ( faire la différence avec la culture bretonne tout comme on parle de presse en Bretagne et de presse bretonne) calquée sur la pensée française ne peuvent concevoir qu'une artiste puisse émmergée hors de leurs circuits officiels. Quelque soit la sincérité de Nolwenn Leroy, elle a fait bien plus en quelques semaines que bien des artistes dits bretons.
Je ne crois pas que chanter le "Bro gozh ma Zadoù" soit un atout pour relancer sa carrière, au contraire. Bien que faisant partie des septiques sur cet album, je veux croire que bien des personnes, gràce à elle, auront l'envie de creuser un peu plus dans la culture de notre pays. Notre époque a tendance à se focaliser sur l'immédiat, Je préfère me baser sur le chemin parcourru, j'attends de voir la suite. Une journée de mille pas commence par un 1er pas.
Si il y bien de "vrais artistes créatifs et originaux" qui surfent sur la culture bretonne et par derrière jouent le jeu de la collaboration c'est bien les Tri Yann.
(0) 

Léon-Paul Creton Le Dimanche 24 juillet 2011 14:53
Je rêve, oui je rêve… Je plane… Je dors…Oui je rêve !.........Je plane…
Et puis je sursaute! Et je m’énerve un peu. Inutilement c’est sûr, tant je suis étreint car pour la Bretagne, à lire tous ces commentaires,il me parait « éclatant » qu’il n’y a plus de Bretagne réelle !
N’y a t-il plus une Bretagne à construire mais seulement à rêver, dans ce que le rêve a de moins mobilisateur???
Il n’y a donc plus qu’une Bretagne estrade, Une Bretagne pompière, une Bretagne bibliothèque, une Bretagne aux coiffes de papier de chiottes ou de "sopalin"? Une Bretagne archive dans laquelle l’on vient puiser les images, des ambiances et des sons pour (films, séries, pub…), des histoires dans l’Histoire légendaire ? Avec des Arthur et Genièvre ! Tristan hag Ysolt ! Lancelot et malédictions de menhir ! Des histoire loties de pêcheurs d’Iceland ou de langoustines! De Sébastien ar Balp hag ar bonnedoù ruz ?
Que Pontcallec me pardonne et bon vent aux Kersauzon et Tabarly…
Alè !!!
Une lampée de Star académie recharge les batterie . Un coup de FIL et voilà tout le monde sur le pont ! Un recteur à l’Île de Sein et Dieu est avec nous ! Un nabab à Mahé, nous rend le Chandernagor a-dreuz ! Un coup de Kerguelen sous les 40ièmes, et c’est l’aventure boréale ! Un Cornouailles au cul et je m’envole …
Je pense en ce moment que vous êtes tous des fumistes ou plutôt je pense, au mieux, sincèrement que vous êtes perdus ! Vous vous êtes égarés et vous n’avez plus de compas (boussole pour les paysans)…Et j’en passe !
Je te salue Glenmor, je t’embrasseYouenn Gwernig, je vous fais la bise Andréa Ar Gouill pour ton hermine ,et à toi sa fille Nolwenn Korbell sans oublier un clin d’œil pour Hervé…
Une pensée pour Anjela Duval, une larme pour Xavier Grall… et mon Dieu que j’en oublie…Tant d’autres !

(0) 

lambig Le Lundi 25 juillet 2011 00:24
moi j'aime pas N. Leroy, que ce soit à Quimper ou Lorient ^^
(0) 

JY Le Touze Le Lundi 25 juillet 2011 08:07
Au-delà des querelles autour de Nolwenn Leroy, je voudrais souligner un point important qui a participé de façon significative à son succès.
Nolwenn Leroy mène sa carrière comme elle l’entend et je ne vois pas au nom de quoi on lui reprocherait d’interpréter des chansons en breton . On devrait plutôt la féliciter de ce choix, non ?
Bref, son succès tient aussi au fait que N Leroy est connue d'une très grande partie de nos compatriotes grâce à la télé et à sa présence à la star ac il y a quelque temps. Ce n'est guère le genre de programmes que je suis mais il faut reconnaître ici la puissance du media de masse qui touche tout le monde.
Pendant ce temps la très grande majorité des artistes bretons restent des quasi inconnus pour la plupart des Bretons du fait de l'absence de media de masse couvrant les 5 départements bretons.
Au lieu de critiquer et souvent de jalouser Nolwenn Leroy qui vit sa vie, il serait plus utile de se focaliser sur ce sujet : obtenir un véritable service public audiovisuel pour la Bretagne ( comme Via Stella en Corse) qui permettrait de refléter la richesse de notre culture en mettant en avant nos créateurs et ainsi en les faisant connaître au plus grand nombre .
ps: concernant la querelle Cornouaille / FIL, il ne sert à rien de se jeter à la figure des chiffres fantaisistes comme les 600 000 de Lorient . Seuls comptent les entrées réelles aux spectacles . Disons pour arrondir 65 000 à Quimper et 115 000 à Lorient . Pour mémoire, 240 000 aux Vieilles Charrues.
(0) 

Pierre CAMARET Le Lundi 25 juillet 2011 11:40
Que puis je dire?? ce sont des emotions que j'ai partagees dans mon temps dans d'autres circonstances. Cette chaleur qui vous monte au coeur et qui envie la tete.
1962 Tribunal des Forces Armees a Alger . Arrete , comme officier pour mon appartenance a l'OAS..Ma declaration ( j'avais 32 ans ) Patrie ingrate ( La France ) je me suis battu pour vous: Indochine , Suez , mais un jour je me battrai contre vous pour liberer mon pays : La Bretagne .
3 ans de reclusion criminelle .
Je ne regrette rien du tout .........mais une chose, cela va quand meme trop lentement .
(0) 

Philippe Le Lundi 25 juillet 2011 11:52
Contrairement à ce qui avait été écrit initialement dans cet article la tunique que portait Nolwenn Leroy à Quimper n'a pas été conçue par le grand couturier de Quimper, Pascal Jaouen. Celui-ci prépare bien une collection pour Nolwenn mais elle ne sera prête qu'en septembre. Merci au lecteur qui nous l'a signalé.
(0) 

Yann Le Bleiz Le Lundi 25 juillet 2011 16:01
La Bretagne n'est pas le seul pays au monde, où les chanteuses populaires aiment leur pays!
Son succès est d'avoir réussi à faire connaître à des milliers de bretons l'existence de leur hymne nationnal, le "Bro Gozh"!
Grâce à Nolwenn, on vera peut-être un jour un chanteur de r.a.p, de variété, de rock et de trad chanter ensemble l'hymne nationnal. Peu importe si cela se passe au FIL ou aux Vieilles Charrues!
Ce jour-là, la musique "bretonne" sera toute la musique bretonne! (Made in Brittany!)
Et la culture bretonne redeviendra enfin autre chose qu'un musée vivant!
(0) 

Alwenn . Le Lundi 25 juillet 2011 17:14
1 - Dans le magasine Bretons, en 2006, Nolwenn y parlait déjà de la langue bretonne, disant que c'était une très belle langue et que c'était dans son intention de l'apprendre.
Combien de Bretons sont à même de dire que le breton est une belle langue et de faire la démarche de l'apprendre ?
2 - Philippe a raison, on ne doit juger que des actes et des paroles, pas supputer des intentions. Quelles sont les intentions de ceux qui critiquent Nolwenn ? Douteuses, sans aucun doute. Mais peu importe.
3 - Tous ceux qui sont soucieux de l'avenir de la langue bretonne et qui ont un minimum d'intelligence ne peuvent que se réjouir qu'une artiste ayant une grande "envergure médiatique" (qui grandie d'ailleurs à vue d'oeil grace à ce projet) fasse cette démarche d'apprendre le breton et se donne en modèle.
Les "stars" chantent toutes en anglais (et les "starsfrançaises en français ou anglais). On ne devient pas star en chantant dans une langue minoritaire, normalement, en chantant le "Bro Gozh va Zadoù" ou Angela Duval.
On ne sauve pas une langue en l'enfermant dans des ghettos. Nolwenn Leroy lui donne une visibilité et une "attractivité" dont elle a une besoin urgent.
4 - Nolwenn est entourée d'une superbe équipe de musiciens et est elle même une musicienne de grande qualité, ne serait-ce que vocalement parlant. Elle est d'ailleurs reconnue par les "connaisseurs", qu'ils soient Bretons, Français, ou autre.
(0) 

Caroline Le Douarin Le Lundi 25 juillet 2011 18:36
Maintenant, pour que les Bretons et tous les habitants de la Bretagne apprennent enfin le Bro Gozh, je propose qu'on prenne l'habitude de le chanter/jouer à la fin de chaque fest noz, à la fin de chaque concert de matière bretonne, au moins, et ceci dans les 5 départements bretons.
Comme était joué le God Save the Queen en Grande-Bretagne quand j'étais ado, à la fin de tous les spectacles. Je suppose que c'est toujours le cas.
(0) 

anissa beneldjouzi Le Mardi 1 novembre 2011 00:25
je ne suis pas bretonne, je me définie comme citoyenne du monde, je voudrais simplement dire que j'éprouve une immense admiration pour cette Nolwenn Leroy et je trouve que pour moi c'est l'une de vos plus grandes chanteuses actuelles ! n'en déplaise à certains... au lieu de la dénigrer vous devriez au contraire la soutenir ! elle a un talent fou, une voix hors du commun ! je lui souhaite une longue et belle carrière ! bon courage Nolwenn pour la suite !
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 5 multiplié par 3) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons