NDDL : Une troisième solution, l'État doit se dessaisir

photo du débat public http://cpdp.debatpublic.fr/debatpublic-nddl/
photo du débat public http://cpdp.debatpublic.fr/debatpublic-nddl/

L'impasse dans laquelle se trouve le gouvernement au sujet de Notre-Dame-des-Landes est une consequence directe de la philosophie politique qui règne en France depuis des siècles, connue d'une façon globale sous le nom de «jacobinisme» ou pour les économistes sous le nom de «colbertisme». On sait que le micro-management ne donne jamais rien de bon.

En effet la décision de transférer ou pas l'aéroport de Nantes-Atlantique n'aurait jamais du quitter la sphère de Nantes-métropole. Aux Etats-Unis d'ailleurs, les aéroports appartiennent aux villes et ce sont les élus qui nomment et contrôlent la commission qui gère l'aéroport. En 2016, la ville de San Francisco a commencé la renovation du terminal 1 de SFO et s'occupe de tout. C 'est sa décision et sa responsabilité.

La loi de décentralisation de 2004 avait pourtant vu l'Etat transférer aux collectivités territoriales la propriété de quelque 150 aéroports sauf Lyon, Marseille, Nice Toulouse, CDG et Orly. Nantes-Atlantique était déjà gérée par la ville (la CCI de Nantes-Saint-Nazaire donc aucun transfert n'avait eu lieu). Toulouse sera vendu aux Chinois en 2014 sans aucune consultation avec la ville elle-même. En 2016, Nice et Lyon seront partiellement privatisés.

Le management de ou des aéroports de Nantes-Saint-Nazaire , a défaut d'être issu de la Nantes-métropole, n'aurait jamais du quitter la Chambre de Commerce et d'Industrie de Nantes Saint-Nazaire. Or par un décret de 2010, sous la présidence Sarkozy, l'État a transféré la gestion de ces infrastructures à une entreprise privée d'une façon arbitraire et certainement pas démocratique, brisant le principe de subsidiarité et continuant pas là sa tendance à l'ingérence partout.

Ce n'était pas au gouvernement de decider si on construit ou pas NDDL. La decision avait déjà été prises par les élus locaux et par consultation. La responsabilité du gouvernement est de faire respecter la loi et les droits fondamentaux comme celui de la propriété privé et celui de la liberté de circulation, des droits qui sont bafoués à NDDL impunément depuis des années. L'État aurait du évacuer les zadistes depuis des années. Autrement dit, l'État fait des choses qui ne sont pas ses prérogatives et il ne fait pas ce qui sont ses prérogatives.

On apprend dans wikipedia qu'un décret du 29 décembre 2010, a créé la société «Aéroports du Grand Ouest» qui détient une concession d'exploitation de 55 ans pour gérer, à partir du 1er janvier 2011, les aéroports Nantes Atlantique et de Saint-Nazaire - Montoir, en remplacement de la Chambre de commerce et d'industrie de Nantes et de Saint-Nazaire. La construction et la gestion de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est aussi confiée à cette société dont le capital est détenue à 85 % par Vinci, 10 % par la Chambre de commerce et d'industrie de Nantes et de Saint-Nazaire et 5 % par Entreprise de Travaux Publics de l’Ouest (ETPO – CIFE).

La ville de Nantes et sa Chambre de commerce ont été dessaisies du projet de NDDL par décret et celui-ci a été confié à une société privée. Ce n'était pas le rôle de l'État de s'ingérer dans ce dossier. Cette opération n'aurait jamais du avoir lieu. L'impasse actuelle en est le résultat.

Il n'y a qu'une solution raisonnable à court terme pour le gouvernement pour sortir de cette crise, redonner le pouvoir de décision et la responsabilité de cette décision à Nantes-métropole et à sa Chambre de commerce. Oui refiler la patate chaude à ceux qui sont concernés directement.

Modifié le 14 janvier 2018

©agence bretagne presse

.
Cet article a fait l'objet de 1081 lectures.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

spered dieub
Samedi 13 janvier 2018

J"ai suggéré une troisième solution ,voir mon dernier commentaire sur ce communiqué du blog de Marc Le Fur .Et surtout il ne faut pas perdre de temps ,urgence .

(voir le site)

Paul Chérel
Samedi 13 janvier 2018

Félicitations pour cet article qui apporte beaucoup d'informations délaissées, négligées par la GRANDE presse. J'apporte mon petit bémol habituel au sujet de l'objet et du possible avenir de NDdL. Que Nantes-métropole ait son mot à dire, c'est une évidence du fait que l'aéroport projeté se situe dans sa zone d'influence commerciale et industrielle. Mais selon MA théorie, ce magnifique projet devrait plutôt être du ressort du pays (territoire) tout entier concerné, à savoir principalement la Bretagne et ses 5 départements, ainsi que ses tout proches voisins. A eux donc, et non pas seulement à Nantes métropole d'en prévoir, voire d'en dessiner un avenir qui créerait une demande venant de l'extérieur, comme celle de l'exemple de Francfort que je cite souvent. Un aéroport international/intercontinental et pas un simple "délestage" des deux aéroports parisiens mal foutus et mal interconnectés et, tout ceci, au nez et à la barbe de Air-France et de AdP (Aéroports De Paris) qui sont, même si cela n'est pas mis en avant, les principaux opposants à un projet, quel qu'il soit. Une véritable plateforme de dispatching entre Amériques (au pluriel) et Europe (de l'Alantique à l'Oural). Dessinons un second Roissy à NDdL. Paul Chérel

Rafig2
Samedi 13 janvier 2018

Le seul bénéfice de ce projet et de la bataille qui s'en ai suivi, c'est que NDDL est "redevenue" bretonne.

en effet sur France inter, à plusieurs reprises, j'ai entendu :

"c'est comme une légende celte ... sur des terres bretonnes"

" un projet en Bretagne" ... par rapport au nouveau projet en Sarthe ...

En Sarthe, comme cela les Pays de la Loire auront enfin leur aéroport ... loin de la Bretagne.

marc iliou
Samedi 13 janvier 2018

La solution c'est l'abandon de Notre Dame des Landes , cet aéroport inutile , couteux , destructeur de terres agricoles , qui ne sera jamais un aéroport international comme certains veulent le faire croire et d'entretenir Nantes Atlantique ! détruire ce dernier reviendrait à faire comme à Angers qui a déplacé le sien à 30 kms tout cela pour faire le bonheur des promoteurs immobiliers et dont l'actuel ne sert qu'à l'aéroclub et à une liaison avec Londres par jour , le restaurant sur le site ayant aussi fait faillite faute de clients suffisants car trop excentré par rapport à la ville !

Paul Chérel
Dimanche 14 janvier 2018

@Rafig 2. Comme toujours, France Inter raconte n'importe quoi. Je ne sais d'où sort cette nouvelle ineptie : opposer NDdL à un quelconque projet dans la Sarthe. La Sarthe, c'est comme Beauvais, trop proche de Paris. Autant construire une nouveau Roissy, un nouvel Orly à Argenteuil ! Paul Chérel

Écrire un commentaire :

Combien font 9 multiplié par 9 ?

Publicités et partenariat