Aéroport du Grand Ouest : Représentant 300 000 entreprises, les acteurs économiques des Pays de la Loire et de Bretagne soutiennent plus que jamais le transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique vers Notre-Dame-des-Landes et en appellent au respect du droit et de la démocratie.

Alors que le président de la République doit se prononcer très prochainement sur le transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique vers le site de Notre-Dame-des-Landes, les acteurs économiques des Pays de la Loire et de Bretagne réaffirment leur soutien indéfectible à ce projet de plate-forme aéroportuaire pour le Grand Ouest.

Chargé d’éclairer l’exécutif sur ce dossier, le rapport des médiateurs a fait montre d’inquiétantes insuffisances, les collectivités locales, réunies au sein du Syndicat mixte aéroportuaire (SMA), y relevant de graves lacunes, erreurs et omissions, débouchant sur des « conclusions pour le moins orientées ».

Ce rapport précise notamment que la procédure de réaménagement de Nantes-Atlantique durerait 2 ans alors qu’elle a pris plus de 15 ans pour le projet Notre-Dame-des-Landes !

Le même rapport survole également la question des coûts financiers liés à un réaménagement de Nantes-Atlantique, n’apportant par exemple aucune réponse sur la gestion de l’aéroport durant les neuf semaines de fermeture de la piste en cas de travaux.

Nous, acteurs économiques des Pays de la Loire et de Bretagne, affirmons que nos territoires ne peuvent plus se passer de cette plate-forme aéroportuaire interrégionale.

Dans une économie mondialisée, empêcher l’Ouest de la France de se doter de cette infrastructure reviendrait à pénaliser les entreprises de ce territoire éloigné du centre de gravité économique de l’Europe, en bridant leur capacité de développement.

Le transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique s’impose comme une condition indispensable pour l’attractivité de notre territoire. De nombreuses entreprises conditionnent aujourd’hui leurs implantations et leurs projets de développement à la mise en service d’une plate-forme aéroportuaire moderne et internationale, adaptée à la croissance du trafic aérien des prochaines décennies.

L'espace libéré autour de l'aéroport de Nantes-Atlantique permettra à des filières industrielles d’avenir de s’implanter sur place autour d’Airbus, de l’IRT Jules-Verne et du Technocampus Océan avec la création de 5 000 emplois industriels et de 1 000 postes de chercheurs.

La future plate-forme aéroportuaire revêt aussi un enjeu d’aménagement régional puisqu’elle doit permettre de mieux interconnecter les territoires par une liaison ferroviaire rapide entre Nantes et Rennes, mais aussi via le nouveau franchissement de la Loire aujourd’hui à l’étude.

Nous, acteurs économiques des Pays de la Loire et de Bretagne, ne pouvons nous résoudre à voir ce dossier pris en otage par une minorité subversive, parfois violente, qui défie depuis plusieurs années l’autorité de l’Etat.

De Zone d’Aménagement Différée (ZAD), cet espace s’est transformé en zone de non-droit où le retour à l’ordre public devient impérieux.

Ce projet de transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique constitue un marqueur de la capacité de notre pays à se doter d’équipements structurants. Si demain Notre-Dame-des-Landes ne se fait pas, il sera démontré que la validation juridique d’un projet par les plus hautes institutions de notre pays vaut moins que la contestation de quelques-uns.

Nous, acteurs économiques des Pays de la Loire et de Bretagne, en appelons au Président de la République pour que soit respectée la démocratie.

Lors de la consultation du 26 juin 2016, consultation initiée par l’Etat, 500 000 citoyens de Loire-Atlantique ont voté à 55 % en faveur du transfert, rejetant ici l’hypothèse d’un réaménagement de Nantes-Atlantique. Selon un sondage IFOP paru le mois dernier, 74 % des Français estiment que le vote des habitants de Loire-Atlantique doit être respecté. Quel signal enverrait-on à nos concitoyens en ne considérant pas leur vote ?

Nous, acteurs économiques des Pays de la Loire et de Bretagne, en appelons désormais au courage politique afin de prendre la seule décision qui permettra d’accompagner le développement économique et l’emploi sur nos territoires.

Voir aussi :

mailbox imprimer

Les organisations membres du Collectif des acteurs économiques bretons et ligériens pour la Croissance et l’Emploi :

MEDEF Bretagne, UIMM Bretagne, Fédération Régionale du Bâtiment, Association Bretonne des Entreprises Agroalimentaires, Fédération Nationale des Transporteurs Routiers de Bretagne, Nutrinoë (nutrition animale), Prism’emploi (travail temporaire), Plasti-Ouest, Union des Industries Chimiques – Ouest-Atlantique, Union des Groupements de Producteurs de Viande de Bretagne (UGPVB), Union des Industries de Carrières, Matériaux de Construction et Minéraux Industriels de Bretagne, Fédération Régionale des Travaux Publics, Fédération Nationale des Transports de Voyageurs de Bretagne, Comité des Banques de Bretagne, Fédération Française de l’Assurance, Fédération des Entreprises d’I

Vos commentaires :

spered dieub
Jeudi 21 decembre 2017

Sans prendre une position tranchée quand à l'utilité ,il est certain que cet aéroport est un grand pas vers la fusion de la Bretagne et les PDL ,un acte de foi dans le grand ouest ,d'une part ,de l'autre il contribue à mettre davantage en évidence la fracture territoriale de la Bretagne ,ce qui pourrait avoir comme conséquence inattendue ,la renaissance de cette nation à partir de sa frontière originelle, territoire ,comprenant,les côtes d'Armor le Morbihan sauf la partie sud est ,et évidemment le Finistère .Il est clair aussi que dans ce cas de figure il contribue davantage à décongestionner les aéroports parisiens que servir la Bretagne à cinq départements .

Mickaël
Jeudi 21 decembre 2017

La propagande ouestienne se diffuse et s'affiche sans aucune honte. Tous les plus dégoulinants poncifs sont ici réunis :

exit la Bretagne, place à "l'ouest de la France", et tant qu'à faire, autant parler des PDL comme s'il s'agissait d'un terroir, et non d'une construction technocratique sans substance ! Et bien sûr, ressortons le vieux poncif de la "zone de non-droit", avec, in fine, le non-argument pervers qui veuille que, la toute-puissance et l'autorité de l'Etat français ayant été bafouée, il faut absolument construire cet aéroport !

Cette tribune écoeurante a au moins le mérite de montrer, si cela n'était pas déjà clair, que cet aéroport, s'il existe un jour, ne pourra que contribuer à l'effacement, par la France, de la Bretagne. Les Ouestitis sont en marche !

Hervy Frederic
Vendredi 22 decembre 2017

Bonjour

une chose m'agace prodigieusement. C'est lorsque tous ces gens parlent de démocratie et se retranche derrière le vote sur l'aéroport. Personnellement, je n'ai pas vu de débat, lors de ce vote. Les partisans de NDDL ont passé leur temps à dire que l'aéroport actuel était saturé et qu'il fallait supprimer la ZAD.

Rien sur le coût réel du transfert, rien sur la construction de NDDL ( 400 millions pour deux pistes en France, 1 milliard pour une piste en Espagne, la France 4 fois moins cher que l'Espagne c'est une première), rien sur l'ancien préfet maintenant cadre chez Vinci.etc..

J'aimerai bien connaître le nombre de nantais qui ont voté OUI, uniquement pour supprimer les zadistes, cela pourrait être amusant

Il serait aussi amusant de retrouver les anciennes intervention de M. Mustière, lorsqu'il nous répétait que la ligne est saturée. Maintenant , et depuis longtemps il ne parle plus de l'aérogare.

cdt

Alain BREUIL
Vendredi 22 decembre 2017

Bonjour,

Le référendum ne prenait en compte que les pays de Loire, la Bretagne et la Vendée étaient pourtant parties prenantes de ce projet. Notamment la Bretagne qui en cas de construction de ce nouvel aéroport devra financer en partie son fonctionnement. En conséquence, ce référendum est frappé de nullité.

Boned ruz
Vendredi 22 decembre 2017

Il me semble que les amateurs du nouvel aéroport devraient réfléchir sérieusement aux évènements qui viennent de se produire en Catalogne: Pour l'histoire Européenne c'est une première dans la mesure où il s'agit d'un des plus gros état nation qui va perdre ses oreilles. Quelques soient le traitement fait à ce résultats sans équivoque, l'Europe est définitivement marquée officiellement d'une résurgence inéluctables des peuples originels... A partir d'aujourd'hui une majorité de personnes qui ont le respect d'un idéal démocratique ne pourront faire autrement que de reconnaître la volonté des Catalans... Ceux qui agiront en sens inversent se verront irrévocablement considérer comme les "méchants"...médias y compris. En ce qui nous concerne et bien " la France s'est faites à coup d'épée " disait De Gaulle... Pas d'unité harmonieuse pour lui...qui reconnaissait des peuples originels en hexagonnie. Cet unité et cet universalisme à la française n'est donc qu'un simple mythe patiemment développé et entretenu... qui a laissé des traces moribondes en matière de culture partout où elle est passée dans le monde. Ce mythe s'appuie sur la francisation des bourgeois au cours du temps... Doit on détester les bourgeois à priori non ...si ils savent rester à leurs places évidemment, c'est la condition incontournable...valable pour tout un chacun dans une communauté humaine qui se respecte. Cet évènement sans précédent amènera probablement la fin des états nations. Nos anciens partent et ils sont probablement l'électorat majeur de ces anciens projets politiques... Je crois que la Bretagne sera indépendante. Et je me demande bien ce que fera un tel aéroport perdu entre deux nations distinctes...

Écrire un commentaire :

Combien font 7 multiplié par 5 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.

Ul Liam etrezomp ! Un Lien entre nous !
pub