Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Bourrichon — self-made/Image:Az-qa-location-es.svg (GFDL) + information de Image:NK-Map.PNG. CC BY-SA 3.0
Bourrichon — self-made/Image:Az-qa-location-es.svg (GFDL) + information de Image:NK-Map.PNG. CC BY-SA 3.0
- Chronique -
Nagorno Karabakh : un blocus destiné à asphyxier le peuple arménien d’Artzakh
Depuis le mois de novembre 2020 et la défaite militaire de l’Arménie, la situation du peuple d’Artzakh, enclave de culture arménienne en Azerbaïdjan qui avait été appelée « oblast du Nagorno-Karabakh » du temps de l’Union Soviétique de Staline, est très difficile.
Par François Alfonsi le 29/01/23 6:11

Depuis le mois de novembre 2020 et la défaite militaire de l’Arménie, la situation du peuple d’Artzakh, enclave de culture arménienne en Azerbaïdjan qui avait été appelée « oblast du Nagorno-Karabakh » du temps de l’Union Soviétique de Staline, est très difficile.

Militairement, la supériorité azérie, appuyée par ses alliés turcs, a permis à la dictature de Bakou d’occuper de nouveaux territoires, réduisant le lien entre le territoire enclavé et l’Etat d’Arménie à un seul lien routier, le corridor de Latchine, reproduisant dans les montagnes du Sud Caucase ce qu’a vécu la ville de Berlin-Ouest durant les années du rideau de fer.

Lors de l’accord de cessez-le-feu de 2020, la liberté de circulation dans ce corridor a été placée sous garantie de l’armée russe présente sur place et alliée historique de l’Arménie qui abrite une base militaire russe, face aux bases militaires américaines situées en Turquie.

Mais cette alliance historique, issue de l’ex-URSS dont l’Arménie était une des républiques, se retourne aujourd’hui contre le gouvernement arménien. Car la Russie, depuis le début de la guerre d’Ukraine, est en train de changer d’alliances stratégiques et s’est rapprochée de l’Azerbaïdjan comme de la Turquie.

Il est ainsi de notoriété publique que les contrats d’approvisionnement en gaz et en pétrole négociés par l’Union Européenne avec Bakou servent en bonne partie de débouché à des hydrocarbures russes qui trouvent ainsi à s’exporter malgré l’embargo européen. D’un autre côté la Turquie, grâce à la maîtrise des détroits vers la Mer Noire, occupe une place stratégique pour les deux belligérants, Russie comme Ukraine, et les deux camps sont amenés à composer avec Erdogan dont la position n’a jamais été aussi forte sur la scène internationale.

Dans ce contexte très préoccupant, depuis le 12 décembre dernier, un blocus du corridor de Latchine a été mis en place à l’instigation de l’Azerbaïdjan qui empêche le ravitaillement de l’Artzakh depuis l’Arménie. Ce blocus est habillé du faux nez d’une « manifestation écologique » afin de mieux embobiner l’opinion internationale. Mais tous les observateurs sont formels : ce sont des agents du régime azéri qui campent depuis un mois sur le terrain sans que l’armée russe n’intervienne pour dégager la circulation dans le corridor placé sous sa responsabilité internationale.

Ces « manifestants » participent en fait à un plan concocté à Bakou pour aller vers une épuration ethnique de l’Artzakh en provoquant l’exil d’un maximum d’arméniens qui y vivent, et en préparant ainsi le terrain pour une invasion totale du territoire et au remplacement de la population arménienne par une colonisation azérie.

L’impuissance de la communauté internationale à faire lever le blocus de Latchine est un scandale humanitaire total. L’Europe, tenue par ses nouveaux contrats gaziers avec l’Azerbaïdjan, et par des complaisances bien établies avec la Turquie en compensation d’accords sur les migrants, en reste à des communiqués sans lendemain. La seule intervention notable avait été l’envoi d’observateurs aux frontières qui ont permis que s’arrêtent les bombardements contre l’Arménie. Mais leur mission a été interrompue et rien n’est fait pour l’Artzakh et ses populations privées de gaz, d’électricité et de nourriture et médicaments en plein hiver.

La Russie a déserté ses responsabilités en tant que signataire de l’accord de cessez-le-feu, et les USA, liés par leurs accords avec la Turquie dans le cadre de l’OTAN, ont une action diplomatique minimum, malgré le voyage officiel d’Anthony Blinken à Erevan.

L’Arménie cherche à obtenir de véritables solidarités pour éviter le scénario du pire, et se tourne vers l’Europe où les opinions publiques refusent que le scénario d’une nouvelle épuration ethnique contre un peuple qui a subi le tout premier génocide de l’histoire de l’Humanité en 1915. Le Parlement Européen se mobilise dans ce sens. Je ferai partie le mois prochain d’une délégation de parlementaires qui ira à Erevan pour apporter leur solidarité politique. Mais la situation est grave et la mobilisation plus que jamais nécessaire en solidarité avec les Arméniens du Nagorno-Karabakh et d’ailleurs.

Ce communiqué est paru sur François Alfonsi

Voir aussi :
2  0  
logo
Membre de Femu a Corsica et préside depuis 2014 l'Alliance libre européenne (ALE). Élu une première fois député européen le 7 juin 2009, Il est de nouveau élu député européen le 26 mai 2019, sur la liste Europe Écologie Les Verts.
Voir tous les articles de François Alfonsi
Vos 1 commentaires
KLG Le Dimanche 29 janvier 2023 10:33
Les liens suivants permettent de mieux comprendre l'historique de la région (assez neutre et synthétique) :
https://www.axl.cefan.ulaval.ca/asie/azerbaidjan1.gnrl.htm
https://www.axl.cefan.ulaval.ca/asie/armenie1-genrl.htm
A mon avis, la situation ne pourrait se stabiliser qu'après une renégociation globale de la frontière car, la situation actuelle est intenable.
Cette renégociation incluerait le rattachement de toutes les micro-enclaves typiques du système soviétique aux Etat les entourant (c'est déjà le cas actuellement dans les faits).
La cession du Haut Karabakh dans le périmètre qui échappe actuellement au plein contrôle azéri de ce territoire (qui lui appartient en droit international) et du corridor de Latchin sensiblement élargit (pas juste une route), et de l'autre la cession d'un territoire équivalent en superficie au niveau du corridor de Meghri au sud de l'Arménie et qui relie le Nakichevan au reste de l'Azerbaidjan. Le Nakivevan ne survit actuellement que par la continuité territoriale avec la Turquie.
Sans cela, seule la seule et unique force des armes règlera la question.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 3 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons