Mutualiser la dette ? non ! Réformer la structure du Pouvoir d'abord !

-- Territoire --

Chronique
Par Yvon Ollivier

Publié le 14/05/20 12:08 -- mis à jour le 14/05/20 16:22
50472_1.jpg
couverture du livre "lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne"

Il n’est pas surprenant de voir la France faire des pieds et des mains pour convaincre ses partenaires européens du Nord -Allemagne, Pays-Bas, Autriche, Finlande- d’accepter la mutualisation de la dette, via les corona bonds ou dans le cadre du plan de relance. Et le Président Macron d’invoquer le défaut de solidarité, voire le risque politique que feraient peser les populismes. Il n’est pas moins étonnant de voir les pays du nord, le refuser, comme ils l’ont fait. La mutualisation de la dette pour le passé ou pour l’avenir dans le cadre du plan de reconstruction européen d’après la crise sanitaire, c’est la possibilité pour la France de se soustraire à la réforme de son système administratif et politique centralisé et peu efficient.

Avec la mutualisation de la dette, la France éloignera la perspective cruelle de voir le marché sanctionner l’incurie de son système centraliste. Sans mutualisation, le jour est proche où les marchés financiers ne croiront plus en la capacité française de rembourser sa dette publique. Et ce sera l’augmentation des taux d’intérêt et la faillite nationale.

C’est moins la dette qui importe ici en valeur absolue, que l’existence d’un système France déséquilibré au profit d’une sphère publique hypertrophiée (la dépense publique se monte à plus de 57% du PIB) et source d’une complexité administrative paralysante. Dans une économie ouverte, la France subit le poids de ses déséquilibres. Elle n’a d’autre alternative que de financer le fonctionnement de sa sphère publique par l’endettement. Aussi prélève-t-elle près d’un milliard d’euro par jour sur les marchés, et même si pour l’instant, l’argent n’est pas cher, viendra le temps où il faudra payer l’addition.

La dette française n’ouvre pas sur des dépenses publiques d’avenir, pour préparer la grande transition écologique à laquelle nous aspirons tous. Elle permet juste de pourvoir aux besoins de fonctionnement d’une administration pléthorique.

Si au moins la dépense publique française était gage d’efficacité. Mais ce n’est pas le cas. La France dépense beaucoup mais surtout elle dépense mal ! La crise sanitaire nous montre qu’avec une dépense de santé publique plus importante qu’en Allemagne et en Autriche, les résultats sont inférieurs avec moins de soignants et moins d’équipements sanitaires. C’est le système centralisateur qu’il faut changer. L’administration d’Etat avec ses pesanteurs, comme l’a illustré l’ARS, a du plomb dans l’aile.

Avec moins d’argent public, on peut dépenser mieux ! Il y a tant de prébendes et de structures où se noie l’argent public, à remettre en cause ! A commencer par toutes ces dépenses de grandeur qui ne servent plus à rien. On peut vivre heureux sans porte-avion. Il suffit de se faire à sa condition de puissance moyenne et d’arrêter de singer les grands.

Nos hauts responsables ne cessent de nous dire qu’il faudra réduire la dette. Mais c’est impossible sans changer le système de Pouvoir ! La crise sanitaire va encore aggraver une dette colossale (près de 120 % du Pib demain) qui ne sera jamais remboursée. Comment le ferions-nous ? Réduire la dépense publique ? Baissons le niveau des dépenses publiques et des allocations et c’est le peuple qui gronde ! La vague des gilets jaunes n’est pas encore passée. Le feu social couve toujours sous la cendre et ne demande qu’à reprendre !

Alors augmenter les impôts ? Mais nous sommes déjà les champions du monde de l’impôt. La moindre augmentation de l’impôt encourt le risque d’une réaction sociale et de départs accrus pour des contrées moins spoliatrices.

Confisquer l’épargne des Français ? Je songe à ce plan élaboré en haut lieu et qui consiste à transférer un pourcentage notable de la propriété immobilière des Français à l’Etat pour renforcer son crédit en cas de crise financière. Les propriétaires se laisseraient-ils dépouiller sans rien dire ?

Au lieu de chercher à dépouiller les citoyens, nos responsables politiques seraient mieux avisés de modifier la structure du Pouvoir et d’initier une véritable révolution juridique, en délocalisant massivement les décisions et les responsabilités vers les territoires de France.

Une vraie réforme du système de Pouvoir s’impose, et non ces artifices centralisateurs et autres concepts creux comme l’expérimentation ou la différencialisation, qui n’ont d’autres objet que de conférer à l’Etat centralisateur un vernis démocratique.

Ceux qui sont aux commandes sont à mille lieux de raisonner ainsi car ils ont été éduqués dans les vertus du centralisme, comme la plupart des élites qui demeurent à Paris. Et nos notables locaux les soutiennent. Mais je persiste à penser qu’il faudra bien changer de système. L’équilibre, l’équité entre les territoires y gagneraient et même l’unité nationale, car on ne construit rien de solide dans un rapport d’injustice et de spoliation. Comment les Bretons pourraient-il se considérer comptables d’une dette abyssale, alors qu’ils en bénéficient si peu au regard de la destination des dépenses publiques ?

Voici pourquoi je prie fortement les Allemands, et les autres, de ne pas consentir à mutualiser leur dette avec celle de la France, avant, bien sûr, le jour heureux où nous connaîtrons l’ Europe fédérale. Mais nous en sommes si loin ! Un fond de relance, oui, à base de prêt ou de subvention, mais pas de mutualisation de la dette ! Les Allemands ont compris, comme l’a rappelé de manière brutale leur Cour constitutionnelle, qu’ils ne doivent pas payer le prix des réformes que les autres n’ont pas su accomplir.

Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. Bientôt, la France devra se résoudre à réformer la structure du Pouvoir. Ce n’est qu’à partir de ce moment-là que la question d’une intégration de type fédérale de l’Union européenne pourra se poser.

Yvon Ollivier

auteur

mailbox imprimer
logo
Yvon OLLIVIER est juriste, auteur de l'ouvrage "la désunion française essai sur l'altérité au sein de la République" ed l'harmattan 2012 et membre de la coordination des juristes de Bretagne blog associé desunion-francaise.over-blog.com

Vos commentaires :

Burban xavier
Jeudi 14 mai 2020

L'idée que tu défends est réelle en finir avec le centralisme pyramidale parisien et décentraliser . OK,

Mais la crise hospitalière actuelle nous montre que nous avons besoin de services de biens communs accessibles à Tous , hôpitaux , transports , énergie , eau ....

L'Etat français est défaillant par ce qu'il a amputé les ressources des hôpitaux face au Corona virus et il manque cruellement de personnel pour assurer les missions et des lits pour accueillir des malades en urgence , la gestion financière est devenue la règle , les directions des hôpitausx "empruntent sur les marchés " .... pour se financer participant à l'accumulation des dettes souveraines comme certaines collectivités ...

L'Etat français est en quasi faillite comme beaucoup d'autres , les taux actuels d'emprunts ne continueront pas à demeurer si faibles c'est certain ... Il y a 8 coditions pour en finir avec la dette mais la première arme c'est l'inflation (hausse des prix ) pour l'effacer mais si il y a demande c'est à dire consommation des ménages forte et des investissements de la part des entreprises et de l'embauche . C'est la méthode" la lus souvent utilisée par les Etas , il en existe de + radicales la guerre , le défaut de paiement assorti du non remboursement du capital mais les intérêts de nos jours sont toujours remboursés et les refinancements de la dette si les créanciers ont confiances seront conditionnés c'est ce qui nous arrive depuis 2007 . A savoir que le capital le sera aussi , là d'autres mesures seront prises par les Etats : hausse des impôts , taxes diverses , prélèvement supplémentaires sur l'épargne des déposants dans les banques en Italie 0,6°/° sur tous les dépôts

depuis des années , L'Etats français pourrait prélever 10°/° au dessus de 100 000 euro et 5 °/° au dessous , c'est évoqué au titre d'une action exceptionnelle comme en 1976 impôt sécheresse sous le mandat Giscard . L'Etat est souverain en matière financière et fiscale ....

La France a fait 8 fois défaut depuis son existence moderne . La dette publique est une créance des générations actuelles sur les suivantes ,lesquelles finissent toujours par la payer d'une manière ou d'une autre . C'est acquis ! La solution de l'étalement des dettes existe mais il faudra rembourser plus cher !

La dette publique peut être bonne pour la croissance , néanmoins la dette souscrite doit être destinée à la création , la modernisation , l'innovation ....Ce n'est pas le cas , il est vrai ....en France.

La dette ne peut être combattue que par des dépenses publiques soutenables au regard des recettes et de la croissance , faute de quoi les dépenses s'affolent ...

La dette est soutenable lorsqu'elle est financée par de l'épargne interne , 70°/° des dettes actuelles en 2020 appartiennent à des fonds internationaux pour ce qui concerne la France ....Nous nous en sortirons pas de cette situation dans la mesure ou chacun croit qu'une solution providentielle ou un homme de ces types sortiraient . Tout ceci est a associé a la confiance subjective des marchés dans les Etats solvables à terme si une reprise conjoncturelle démarrait durablement ....

Quasiment tous les pays surendettés finissent par faire défaut , hélas ! car la majeur partie des Etats fonctionnent sur l'emprunt donc créent des dettes souveraines et de plus s'ils ne limitent pas leur investissements en fonction de la capacité de remboursement( en le consacrant à l'innovation essentiellement ) , c'est le défaut assuré !

Je crains les mois à venir car de nombreuses personnes seront frappées par le chômage en le découvrant à la rentrée et les générations seront opposées sur les mesures à prendre car plus le temps passe plus nous échappons au réel sans doute . C'est difficile d'y voir clair il est vrai !

Yannig Coraud
Jeudi 14 mai 2020

L'Europe Federale devient la seule voie fiable de sortie du système .

A ma grande surprise dans un article du journal The Guardian ce souhait d'une République Fédérale Européenne était considéré la seule issue possible .

Vivement que l'on en finisse avec cette république bananière .

Et ici dans le Pays Nantais la propagande PDL (Pétain Darland Laval) continue ses exactions avec l'aide de fonctionnaires parisiens préfectoraux ...

Ceci n'aura qu'un temps ... Même si la monnaie européenne empêche l'économie française de sombrer ...

Wait and see..

Krys44
Jeudi 14 mai 2020

Oui Xav' , pour moi aussi c'est toujours le dilemne . Je suis complètement pour les acquis sociaux du Conseil National de la Résistance , pour éviter le retour à l'État voyou et , en même temps , je suis pour une décentralisation dans le respect des langues et cultures minoritaires ! Nos services publics ont été bradés alors que l'État faisait des bénéfices sur les services publics .S'ils n'avaient pas été "intéressants" , aucune entreprise ne les aurait achetés ! C'est la logique managériale partout et il est souvent tellement ridicule de voir d'anciens employés de La Poste , par exemple , se sentir une supériorité en disant "c'est du management !" Mot employé à tord et à travers et qui n'a plus de sens , si ce n'est d'être synonyme de privatisation de DRH , de pôle emploi , de gens employés pour deux soirées au tri postal ou ailleurs , comme ce fut le cas pour le mari d'une amie designer de formation , mais licencié à trois ans de la retraite pour employer un jeune moins payé !

Combien d'hôpitaux publics fermés pour voir fleurir de pseudos hôpitaux privés , en fait cliniques , dont le but est de gagner un maximum d'argent y compris en pratiquant des actes inutiles , et en étant désastreux pour des cas plus délicats et qui finissent à l'hôpital public !

L'État est totalement défaillant ! C'est grave et dangereux pour nous tous !

Francois Quintin
Jeudi 14 mai 2020

Tu fais parfaitement le point mais tu touches aussi aux vaches sacrées des Francais, qui sont assez rétifs à des réformes de fond qui risqueraient de miner ce qu’ils croient être leur sécurité, leurs droits acquis une fois pour toute. La fonction publique reste le rêve de quantité de générations...Alors pas touche, surtout quand on La repeint aux couleurs de service public... J’ai dirigé plusieurs établissements scolaires et j’ai toujours fait le même constat : au mieux 50% de gens qui font bien ou très bien leur travail, s’investissent, 30% qui en font le moins possible et 20% de bons à rien...Face à cela tous les gouvernements tergiversent, font le dos rond et assaut de démagogie pour ne pas dire de populisme. Le secteur public n’est pas prêt de dégonflera Les générations futures? On s‘en moque, on veut consommer un Max et dépenser le moins pour cela. Carpe diem ou après nous le déluge, car comme tu le dis, un jour, il faudra bien rembourser. Les Allemands n’ont pas diminué leur dette à 60% sans efforts. Ils ont beaucoup moins de fonctionnaires, tout le monde paye des impôts, les riverains participent aux frais de réfection des voies publiques, le km/h coûte plus de 32 cents, Le 100% rembourse sécurité sociale n’existe pas, les 35 heures sont inconnues...

Plus dure sera la chute, hélas!

Bill Breizh
Vendredi 15 mai 2020

Y a t-il une mutualisation de la dette au niveau des Régions françaises ?

Par exemple la Région Pays de la Loire est trois fois plus endettée que la région Bretagne et à ma connaissance il n'y a pas de mutualisation (?)

kris braz
Vendredi 15 mai 2020

"Les Allemands n’ont pas diminué leur dette à 60% sans efforts." Effectivement, la réforme Hartz 4, sous Schröder, a paupérisé 20% de la population, les investissements dans les infrastructures publiques ont cessé, la main d'oeuvre est-européenne sous-payée fait tourner l'agriculture et les abattoirs, la sécu est à 2 vitesses (OK pour les riches qui cotisent à des fonds privés). A part ça, tout va bien…

Krys44
Vendredi 15 mai 2020

@Francois Quintin

Notre système scolaire , ne vous en déplaise , est bien meilleur que le système allemand ! Et je sais de quoi je parle ! Les fonctionnaires ne sont que 2% de la population active : expliquez-moi leur si grand impact sur les finances . J'ai été Normalienne et enseignante publique , et ne me permettrais certainement pas de parler ainsi de mes collègues ! Ce ne sont d'ailleurs pas les meilleurs qui le font , plutôt les Narcisse. Vous ne semblez pas près non plus de concéder quoi que ce soit de ce à quoi vous semblez croire à acquérir une fois pour toutes !

Quand on voit l'état de notre société à la suite de cette dérive vers le néo-libéralisme , il n'y a plus de questions à se poser quand au caractère indispensable des services publics ! Notre bien commun !

Bill Breizh
Vendredi 15 mai 2020

@ Kris Braz, merci pour ce rappel tout à fait pertinent. Le modèle allemand n'en est pas complétement un, mais en revanche n'en demeure pas moins qu'il est injuste de mutualiser les dettes.

Burban xavier
Vendredi 15 mai 2020

Ce que je veux vous dire , c'est que j'aime la vie et les gens tout comme j'aime la nature et en particulier les arbres depuis l'enfance , vous allez me dire quel rapport avec notre sujet ?

Les arbres sont des "êtres vivants qui coopèrent dans la nature " , je m'explique les racines coopèrent avec quantités de champignons qui fournissent des éléments minéraux vitaux aux arbres en échange les arbres délivrent des "sucres " les rhizomes souterrains et leurs ramifications font de la coopération à grande échelle entre des diazaine de millions d'arbres pour chacun tire sa substance c'est à dire un bénéfice pour sa durée de vie , de même les insectes comme les escargots par exemple fournissent du calcaire d'autres éléments sont transformés par les vers ect ... la fôret elle- même préserve son harmonie , les cimes (houpiers ) ne piétinent pas leurs congénèrent voisins pas plus que les autres espèces un hêtre dont le feuillage , les branches arrêtent en symbiose avec un arbre voisin sa course vers la lumière pour que chacun croisse , de plus le feuillage agit comme une pompe à l'aide de la photosynthèse pour aller chercher l'eau indispensable à travers des canaux minuscule dans l'aubier (partie vivante de chaque arbre ) , il n'y a point de moteur pour pomper , il n'y point d'organes comme ceux des hommes ou des animaux et pourtant ce système coopératif existe , par extension il est encore plus coopérateur que nous l'imaginons car dans les échanges carbonés , en retour nous avons de l'oxygène et par conséquent de l'eau , "Pas d'arbres = pas d'eau " lire "l'homme qui plantait des arbres" ouvrage de Jean Giono , c'est du St Exupéry . L'arbre nous fournit du bois d'oeuvre , de chauffe , du compost et sa beauté dans les paysages . SA COOPERATION EST UNE ECONOMIE complète douée d'une intelligence naturelle mais fonctionnelle et mm philosophique , nous poussant à la réflexion et à la poésie .

"Le chêne et le roseau " le chêne est certes arraché par le vent , le roseau quant à lui plie et résiste mais le chêne s'adapte en effet quant il est sur pied en développant plus massif lorsque les vents sont répétitifs sur son site d'installation et pousse moins haut pour échapper aux éléments . C'est ainsi ....et il va coopérer encore là car en étant de taille plus modeste , il freinera le vent ...

Alors me direz-vous , que veux -t-il nous dire en dérivant ainsi ???

L'Europe telle qu'elle est va devoir coopérer et le Monde avec . Sur le plan financier la mutualisation des dettes est devenue impérative . Si nous prenons l'exemple de L'Allemagne en 2020 , elle se devra de valider "le plan Lagarde " de sauvetage des pays endettés en dépit de ses lois nationale inscrites dans ses textes de leur Constitution et vraisemblablement la dette moyenne prévue de 85°/°par nation européenne dépassera ce cadre , L'Italie + 150°/° déjà , la France sans doute 120°/° et ce très vite , les 25 milliards d'euro consacré à l'aide financière des salariés ne sera pas suffisante pourquoi car cela représente le 1/4 de ce qui a été budgété par L'Eeurope 100 milliards prévus . Les excédents commerciaux des pays riches et le déséquilibre des balances de paiement entre les Etats devront être corrigés , c'est évidents mais comment font donc les USA la Californie supporte l'endettement des états pauvres de L'UNION car elle est riche et pratique la subsidiarité comme d'autres états à l'endroit des + faibles . En Europe nous nous devons de faire de mm sinon le chaos ! L4Europe pleinement fédérale est une chance de développement harmonieux par la coopération et pour donner un avenir aux plus jeunes ! C'est un devoir !

Burban xavier
Vendredi 15 mai 2020

Ce que je veux vous dire , c'est que j'aime la vie et les gens tout comme j'aime la nature et en particulier les arbres depuis l'enfance , vous allez me dire quel rapport avec notre sujet ?

Les arbres sont des "êtres vivants qui coopèrent dans la nature " , je m'explique les racines coopèrent avec quantités de champignons qui fournissent des éléments minéraux vitaux aux arbres en échange les arbres délivrent des "sucres " les rhizomes souterrains et leurs ramifications font de la coopération à grande échelle entre des diazaine de millions d'arbres pour chacun tire sa substance c'est à dire un bénéfice pour sa durée de vie , de même les insectes comme les escargots par exemple fournissent du calcaire d'autres éléments sont transformés par les vers ect ... la fôret elle- même préserve son harmonie , les cimes (houpiers ) ne piétinent pas leurs congénèrent voisins pas plus que les autres espèces un hêtre dont le feuillage , les branches arrêtent en symbiose avec un arbre voisin sa course vers la lumière pour que chacun croisse , de plus le feuillage agit comme une pompe à l'aide de la photosynthèse pour aller chercher l'eau indispensable à travers des canaux minuscule dans l'aubier (partie vivante de chaque arbre ) , il n'y a point de moteur pour pomper , il n'y point d'organes comme ceux des hommes ou des animaux et pourtant ce système coopératif existe , par extension il est encore plus coopérateur que nous l'imaginons car dans les échanges carbonés , en retour nous avons de l'oxygène et par conséquent de l'eau , les échanges chimiques propices à la stabilité du climat et à l'apaisement, nous sont profitables . "Pas d'arbres = pas d'eau " lire "l'homme qui plantait des arbres" ouvrage de Jean Giono , c'est du St Exupéry . L'arbre nous fournit du bois d'oeuvre , de chauffe , du compost et sa beauté dans les paysages . SA COOPERATION EST UNE ECONOMIE complète douée d'une intelligence naturelle mais fonctionnelle et mm philosophique , nous poussant à la réflexion et à la poésie .

"Le chêne et le roseau " le chêne est certes arraché par le vent , le roseau quant à lui plie et résiste mais le chêne s'adapte en effet quant il est sur pied en développant plus massif et robuste lorsque les vents sont répétitifs sur son site d'installation et pousse moins haut pour échapper aux éléments . C'est ainsi ....et il va coopérer encore là car en étant de taille plus modeste(en hauteur notamment) , il freinera le vent ...

Si les conditions climatiques changent , l'arbre mute et s'adapte si un délai suffisant lui est laissé ...

Nouvelles coopérations à mettre en oeuvre qu'il recherchera et trouvera ....

Alors me direz-vous , que veux -t-il nous dire en dérivant ainsi ???

L'Europe telle qu'elle est va devoir coopérer et le Monde avec . Sur le plan financier la mutualisation des dettes est devenue impérative . Si nous prenons l'exemple de L'Allemagne en 2020 , elle se devra de valider "le plan Lagarde " de sauvetage des pays endettés en dépit de ses lois nationales inscrites dans ses textes de leur Constitution et vraisemblablement la dette moyenne prévue de 85°/°par nation européenne en moyenne dépassera ce cadre , Il faut permettre le rachat des dettes souveraines par la BCE ; ( ce que refusent les Hollandais ces mms Hollandais qui migrèrent en 1778 en Angleterre par ce que la Bourse d'Amsterdam était en faillite ils aimaient tellement leur pays qu'ils prirent la nationalité brittanique ! ) L'Italie + 150°/° déjà , la France sans doute 120°/° et ce très vite , les 25 milliards d'euro consacrés à l'aide financière des salariés ne sera pas suffisante. Pourquoi ? Car cela représente le 1/4 de ce qui a été budgété par L'Europe soient 100 milliards prévus . Les excédents commerciaux des pays riches et le déséquilibre des balances de paiement entre les Etats devront être corrigés , c'est évidents mais comment font donc les USA la Californie supporte l'endettement des états pauvres de L'UNION car elle est riche et pratique la subsidiarité(ou la péréquation) comme d'autres états : Idaho, Wyoming... à l'endroit des + faibles . En Europe nous nous devons de faire de mm sinon le chaos ! L'Europe pleinement fédérale est une chance de développement harmonieux par la coopération et pour donner un avenir aux plus jeunes ! C'est un devoir !

Pour ce qui concerne les réformes Schroder en Allemagne , elles ont appauvri effectivement le salariat allemand et cassées le régime social tout comme le fit Mme Thatcher au RU à partir de 1980 , la situation n'est pas des meilleurs au Ru , la dévaluation de la livre est un moyen pour redevenir compétititif( dans la version ultra ) libérale , c'est pourquoi une société plus juste est capitale ! L'argent pour sauver les banques en 2008 par les Etats a permi aux banquiers de s'en sortir mais ces sommes consacrées à la finance ont manqué aux systèmes sociaux , aux hôpitaux , transports ,aux énergies nouvelles pour combler une dette finalement privée que les contribuables ont payé ....Chaque fois que çà va mal les Marchés demandent des refinancements aux Etats pour redresser leurs fautes spéculatives , c'est une réalité de nos jours éprouvée....

Tout de mm le capitalisme libéral est paradoxal dans un monde fini (en ressources) il demande une croissance continue aux mépris des règles sociales et environnementales , en France nous avons pris une inflexion identique . OUi , il nous faut muter ! La compétition vantée dans les écoles de commerces n'est pas la solution !

En dernier lieu , l'arbre n'est pas en COMPETITION avec son environnement , il est en COOPERATION avec celui-ci !

Krogomp e- barzh diouzhtu !

Pcosquer
Vendredi 15 mai 2020

Kryss44 Si vous aviez un tant soit peu de recul sur votre métier il y a longtemps que vous feriez le distinguo entre enseignement et éducation nationale, au même titre que le fait de "jouer au football" doit être séparé de "environnement footballistique". Dans le premier terme, on a un besoin humain ouvert sur l'envie de vivre et dans l'autre un environnement humain conditionné. Un service publique n'a jamais été le gage d'une quelconque honnêteté morale en France...C'est de la propagande. L'étude de la langue Bretonne est extraordinairement révélatrice... un véritable laboratoire qui explique énormément de chose ... Quant à la dérive néo-libérale, si c'est une malheureuse réalité, j'estime personnellement que l'éducation nationale en est la première responsable en ce qu'elle a usé de toute sa capacité d'autorité barbare, c'est le moins , pour promouvoir l'idéologie de la troisième république raciste et colonialiste qui n'a eu de cesse de détruire les cultures: Ces cultures qui justement sont les seules, aujourd'hui, capables d'enrayer ce Néo-libéralisme qui semble vous étouffez. Avec le niveau d'étude que vous semblez avoir je vous engage à regarder à travers le miroir. Les langues du monde en valent la peine et sauveront le monde...Diversité humaine = préservation de la Diversité naturelle et Diversité naturelle engendre la diversité humaine...Le reste c'est de l'uniformisation et donc de l'aliénation...

Krys44
Vendredi 15 mai 2020

Toute les langues sont aussi belles , et toutes les langues , y compris leurs dialectes , sont nécessaires les unes aux autres . Claude Hagège l'explique très bien . L'hégémonie de l'anglais sera la fin de l'anglais ...

Quant à rendre d'éducation nationale responsable de tout et du reste , c'est n'importe quoi . Le pouvoir étatique en porte la complète responsabilité . Le système est draconien , il a besoin d'évoluer , mais dans le bon sens . C'est à dire celui du respect des Droits Humains , des Droits de l'enfant ... Droits Sociaux Économiques et Culturels . "L'École" ne fait que reproduire un modèle social , hélas ! Je peux aussi vous conseiller les livres d'un psycho-sociologue de mes amis , Yves CAREIL .

Rendre responsables ceux-ci ou ceux-là ne fait en rien avancer les choses , même si nous avons , presque tous , en travers de la gorge l'éradication de notre langue ancestrale (voir l'abbé Grégoire) ... Nous n'avons d'autre choix que celui de voir où nous en sommes aujourd'hui et de faire en sorte de dynamiser cette source si près de se tarir .

L'uniformisation est une horreur et la pire injustice est le "tout le monde pareil" ! Nous sommes tous différents et le diversité est une richesse , mais les pouvoirs d'argent qui mènent le monde et les politiques élus , ne voient que ce qui va servir leurs intérêts financiers ...

krys44
Samedi 16 mai 2020

J'ai entendu hier , un médecin dire sur BFM TV , que le centralisme français avait été un très lourd handicap pour nos hôpitaux durant cette crise . Je ne retrouve plus la courte vidéo .

Un dentiste m'a dit hier : "Le problème , c'est l'état de nos hôpitaux !" Il n'y en a plus à Pont L'abbé , Concarneau , Douarnenez ... Il y a tellement d'argent à se faire là-dessus , tellement de "groupes financiers" qui attendent de se jeter sur cette manne , depuis si longtemps !

Article sur Médiapart :

Covid-19 et minorités: un non-dit français

15 mai 2020 Par Camille Polloni

"Dans les pays du Nord qui mesurent les inégalités ethniques, les études disponibles montrent que la crise sanitaire frappe plus durement les minorités. En France, faute de données, le constat reste pour l’instant impossible. "

jo charruau
Samedi 16 mai 2020

C'est le professeur Juvin sur BFM tv qui annonçait hier que les professionnels de santé ne représentaient que 50 % du personnel à l'Hôpital public dont 35 % d'administratifs. Les hôpitaux allemands décentralisés fonctionnent avec 25 % d'administratifs.

Les allemands consomment trois fois moins de médicaments que les français. Qui peut expliquer ?

Pour un nombre semblable de contaminés au coronavirus, les allemands recensent 8 000 décès, les français, 27 000. Il y a sûrement une explication.

Pour le professeur Juvin, la France est devenue un petit pays, un pays dont la voix ne compte plus. Notre président Macron a beau s'époumonner à Bruxelles ou à Berlin pour mutualiser les dettes, nous faisons partie d'un pays , d'après lui, en voie de paupérisation. S'il y a une nouvelle vague , toujours d'après le Pr Juvin, la France va s'écrouler. Pensons donc à l'avenir de notre Bretagne. C'est un nantais qui vous le dit de sa campagne. Ne lâchons pas en commençant par nos élus territoriaux et aussi les entrepreneurs qui ne comptent pas leurs heures.

Dans la pratique, en tant que breton, çà ne m'intéresse pas, par exemple, de participer, comme tous les provinciaux, à la restauration prévue du Grand Paris qui s'élèvera à la somme de 35 milliards d'euros.

Nos élus régionaux seraient idiots de participer un tant soit peu, à ce nouveau camp de concentration francilien, le prélude à toute sorte d'épidémie à venir. Avant d'évoquer la mutualisation, force est de constater qu'il y a de l'ordre à mettre dans la "haute" administration française. Je suis pour une Europe fédérale autour de l'Euro.

Place donc à la transparence et à la probité. En Suède, il y a bien une sorte de "Bottin" qui recense les revenus et les impositions de chaque suédois. Pourquoi pas en France ?. C'est trop demander ?

pcosquer
Dimanche 17 mai 2020

Kryss 44 " vous pouvez aussi citer qu'en "1972 un inspecteur voulait fusiller le Créole"... ce n'est pas l'accusation qui fait avancer les choses mais c'est le silence qui donne raison...à l'acte aussi sale soit-il. Taire ce qui à ce qui à été fait...voilà la stratégie d'aujourd'hui...Croyez-vous que les jeunes soient mis au courant d'une façon officielle????Leurs avez-vous enseigné ce que vous pensez de l'action de vos aînés implantés à Rennes et qui ont fait des émules sur les enseignants Bretons? ( jusqu'en 1960 pour le moins) La barbarie en col blanc est toujours-là, l'étouffement par le silence ...le travail systématique de destruction puis d'étouffement de l'enseignement pour les 50 / 75 ans d'aujourd'hui et avant eux pour ceux qui sont né au début du 20ème... le mépris paternaliste d'une idéologie que l'on continue à protéger... c'est le ton que l'on peut entendre dans votre éducation nationale... Votre éducation nationale n'a point changée... Elle fait semblant...Si elle l'avait fait, elle se serait excusée , aurait condamné ses aînés et aurait REPARE...Elle se serait détachée définitivement de l'idéologie jacobine et Les langues Régionale seraient largement enseignées...Votre éducation nationale ATTEND comme le lui demande son chef ( ou ses chefs)... gouvernement après gouvernement depuis l'erreur absolue de cette révolution des barbares...

Yann D
Lundi 18 mai 2020

Tout doit partir de la base, des citoyens.

Présentement, nous sommes en France. En ce moment Il faut agir dans cet espace, Pourquoi ?

Des opportunités sont là : D'autres régions que la nôtre souffrent et souhaitent une réorganisation de l'Etat français. Il semble intéressant de soutenir et même de participer à ces mouvements. Des voix se font entendre. Elles remettent en cause la gestion des hôpitaux mais aussi de la réforme territoriale, de l'éducation si fondamentale ( Michel Onfray dans ses interventions/ Nathacha Polony dans son entretien avec justement Michel Onfray / et autres personnalités )..

Cela n'empêche aucunement de continuer à agir et à observer ce qui se passe au niveau de l'Europe. D'agir quand on peut ( pétitions etc...). Cependant ne doit-on pas craindre en voyant, par exemple la réaction de l'Europe envers la Catalogne, que la solution de nos problèmes ne soit pas encore là ? Et que les gouvernants des pays européens règlent nos affaires entre eux sous l'influence des institutions privées? Le choix est clair. En ce moment.

Krys44
Lundi 18 mai 2020

Je ne suis pas sûre que Michel Onfray soit le meilleur exemple !

Les propos insultants du philosophe Michel Onfray, qui parle des langues régionales comme «d'un outil de fermeture sur soi, d'un dispositif tribal, machine de guerre anti-universelle...»

(voir le site)

Réponse de Nolwenn Korbell :

"Entendez bien : Ma langue me remue les tripes et le coeur car elle me relie à mes grand-mères, à mes ancêtres, à mes parents, à mon fils, à mes amis, à ma terre... qui porte des noms de villes, de lieux-dits, de rivières, de champs qui me parlent et me disent leur histoire et me permettent d'y inscrire la mienne "__Nolwenn Korbell

Il n'y a rien à attendre de l'Europe !

Anne Merrien
Mardi 19 mai 2020

Il me semble que Michel Onfray avait fini par admettre son erreur. Si c'est exact, merci à lui. Rares sont les gens qui changent d'avis sur ce sujet.

Yann D
Jeudi 21 mai 2020

C'est certain le qualitatif « clivant » s'applique à Michel Onfray. Ce philosophe semble pourtant évoluer. Sans doute avec l'âge et en fonction des événements. Dernièrement il indique que le Front Populaire a vocation à rassembler des gens de gauche, des gens de droite, des croyants, des non- croyants... » : une union ayant pour but la réorganisation de l'Etat. Une union semble en effet indispensable dans un premier temps. Et la philosophie a un rôle de réflexion indispensable à jouer près des groupes politiques et autres. Ne serait-ce que pour éviter une guerre civile.

Dans cette réorganisation la place des territoires est évidente. Avec en particulier la révision de la dernière réforme territoriale – Elle est essentielle afin qu'à partir des intérêts particuliers à chaque Région, ou ancienne Province, puissent émerger rapidement des intérêts communs.

Les intérêts communs avec les autres territoires français n'ont jamais manqué à divers niveaux. Par exemple concernant l'alimentaire : le sel de Bretagne. – quelles histoires à l'époque de la gabelle- le poisson, le café, le cacao, le sucre embarquaient sur la Loire, sans trop polluer, vers les régions voisines..../ Le blé très important, la chaux de l'Anjou repartaient vers la Bretagne.

Concernant Michel Onfray : attendre la première lettre du Front Populaire pour y voir plus clair est cependant, il est vrai, plus prudent.

YBLB
Lundi 25 mai 2020

A France Inter, au journal de 13 h, un responsable de la Fédération Hospitalière plaidait pour une réforme. Selon lui, il faudrait "pouvoir tenir compte des réalités locales"; Cela permettrait d'économiser 20 à 30 Mds € soit 10 à 15% du budget global annuel des hôpitaux.

Si la décentralisation permet des économies et si les élus s'en aperçoivent, elle a de l'avenir.

Il y a quelque temps, JJ URVOAS plaidait, dans OF, pour une régionalisation de la gestion hospitalière. signe des temps?

krys44
Mardi 26 mai 2020

Sauf qu'en ce moment et depuis la dernière "réforme" des régions , c'est plutôt à une re-centralisation qu'on assiste !

Il ne faudrait pas non plus que , sous prétexte de "tenir compte des réalités locales" , on assiste à une dégradation encore plus grande de notre système de santé , avec des régions qui n'en sont pas et certaines plus riches que d'autres ...

Il faut mettre des garde-fous !

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 0 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.