Moralisation de la vie politique : La réserve parlementaire sera supprimée
Depeche de philippe argouarch

Publié le 23/05/17 11:33 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

La réserve parlementaire va être supprimée dans le cadre de la prochaine loi sur la moralisation de la vie politique. Bonne nouvelle. ABP, qui depuis 2015 publie la liste des destinataires de la réserve parlementaire de nos députés, l'avait dénoncée, signalant des tas d'abus, mais surtout, une pratique du clientélisme non conforme aux principes de base de la démocratie et digne des privilèges des aristocrates de l'ancien régime. ( voir l'article ) et ( voir l'article )

La réserve parlementaire est un fond spécial s'élevant à environ 140 000 euros par député, mais varie selon l'ancienneté et les responsabilités (un président de comité peut disposer de plus de 300 000 euros). Le tout s'élevant à 90 millions pour le parlement et 60 millions pour le sénat. Le parlementaire la distribue dans sa circonscription sans aucune forme de contrôle.

La fin du clientélisme et de la république des copains ?

Le rôle des parlementaires dans une démocratie est de légiférer et pas de distribuer des subsides selon leur gré et encore moins de financer leur ré-élections en détournant des fonds publics vers les grands électeurs dans le cas des sénateurs ou vers des mairies, qui, en faisaient ce qu'elles voulaient, ou des associations douteuses comme le faisait des parlementaires.

Les parlementaires qui votent eux-même leurs propres privilèges risquent de rechigner

Il restera au gouvernement le choix entre ordonnance ou 49-3 puisque les référendums d'initiatives populaires ont vraiment du mal à arriver en France. Il en sera de même pour l'interdiction stricte du cumul des mandats, pour la limitation des mandats dans le temps à trois mandats maximum et pour l'interdiction d'embaucher des membres de sa famille, trois autres aspects de la prochaine loi. La réduction du nombre exorbitant de députés n'est pas à l'ordre du jour semble-t-il.

philippe argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 2 commentaires
Paul Chérel
2017-05-24 10:27:13
Si cela passe, quelle que soit la méthode employée (plus ou moins démocratique, voire dictatoriale), c'est une bonne chose ! Cette mise à disposition d'argent public sans aucun contrôle était une aberration, d'autant plus que les salaires des élus ne sont pas négligeables par rapport à ceux de la société civile. Reste quand même à savoir à quel niveau et selon quels nouveaux critères, et avec quelle réserve budgétaire, la France solidaire et sociale, comme elle le claironne à tous bouts de champ, fera face à des aides imprévues en cas de sinistres, des subventions locales aux associations, quelques coups de pouce à des entreprises en difficulté passagère, des animations à caractère culturel, etc. Dans un pays où toutes les recettes sont centralisées dans la capitale ? Paul Chérel
(0) 
philippe biet
2017-05-24 17:19:09
Je pense que cette suppression va avoir du mal à aboutir. Les mauvaises habitudes ont la vie dure ! Le sénateur Marini a distribué jusqu'à 12 M€ . La transparence est un long combat. Parmi les autres combats ,les bénéficiaires de la pension de réversion.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.