Monsieur Josselin de ROHAN
Lettre ouverte de Blanc C exprimé

Publié le 7/11/03 22:07 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Monsieur le Président,

Je vous ai fait parvenir au début du mois de septembre un texte intitulé «VOIES EXPRESS PAYANTES : MOBILISATION GENERALE » J'avais été interpellé, concernant ce «projet» par vos propos, pour moi inquiétants , indiquant que vous ne prendriez pas de position formelle, franche tant que les résultats d'une éventuelle étude d‚impact ne seraient pas connus J'avais compris, comme d‚autres, qu'il fallait être méfiant.

A la veille des élections régionales vous avez fait entendre votre voix en posant une question d‚actualité au Sénat. Vous avez eu la courtoisie de me faire parvenir le texte officiel de votre intervention et la réponse apportée par Monsieur Le Premier Ministre. Je vous en remercie. Il ne m'a pas échappé pour autant que cela était fait pour apporter la preuve de votre hostilité, en tant que Président de la Région Bretagne, à cette initiative et vous placer ainsi dans le camp des défenseurs des intérêts de la Région.

Le vote intervenu hier lors de l'examen en première lecture du projet de loi sur les responsa-bilités locales de la disposition autorisant la création de péages sur les voies express est un nouveau coup bas porté à notre région : la quasi totalité des voies express concernées est située, en effet, en Bretagne.

Cela m'amène à vous évoquer un certains nombre de remarques.

Tout d'abord le fait que vous avez été absent, sans doute pour de fort louables raisons, lors d‚un débat aussi important. cela alors qu allait être évoqué l‚amendement que vous aviez déposé. Ce dernier tendait à exclure les Régions périphériques de la possibilité d‚instituer un péage. Ce dernier point démontre, de facto, que toute vérité n'avait pas été dite jusqu‚alors, par Monsieur RAFFARIN, par Monsieur MEHAIGNERIE et par Vous-même : le projet n'était pas qu‚un «ballon d'essai» et vous le saviez !

Le fait que l' U.M.P ait voté cette nouvelle disposition cela alors que vous êtes Président de leur groupe parlementaire démontre que vous avez participé à cette nouvelle atteinte du pouvoir jacobin et parisien contre la Bretagne que pourtant vous êtes sensé défendre !

En effet votre collègue Monsieur DEVEDJIAN n'aurait pas pris le risque de vous discréditer aux yeux de vos pairs en réussissant à obtenir de leur part le rejet de votre propre amendement. Cela me semble particulièrement significatif.

Ce qui s'est passé met également en lumière, une nouvelle fois, la nocivité du cumul des man-dats. Le fait que vous soyez en même temps le législateur et l'utilisateur de la loi votée vous met face aux réalités et à vos responsabilités que vous n' avez d‚ailleurs pas prises au bénéfice de vos mandants. Cela donne toute la justification à ma demande réitérée de ne pouvoir cumu-ler, comme vous le faites, un mandat national et un mandat régional. J'ai d‚ailleurs, sur ce plan, interpellé également, votre collègue Monsieur Jean-Yves LE DRIAN, représentant en Bretagne d‚un autre parti jacobin et parisien.

En tout état de cause les électeurs bretons ont maintenant, si besoin était, la preuve que vous n'êtes pas du côté des défenseurs de la Bretagne.

Je vous assure, Monsieur Le Président, de l'expression de mes sentiments dévoués.

Gérard GAUTIER

Saint-Brieuc le 7 novembre 2003

Président du Mouvement «BLANC C‚EST EXPRIME»

Ancien Conseiller Régional de Bretagne

Philippe Argouarch


mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1340 lectures.
L’association Blanc C’Est Exprimé a fait, depuis 1989, de très nombreuses propositions pour permettre une meilleure expression de la démocratie, rénover la vie politique et redonner une crédibilité et une légitimité aux élus dans notre Pays.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.