Modification des limites régionales : Philippe Grosvalet prend acte de la mobilisation citoyenne

-- Politique --

Communiqué de presse de Conseil général de Loire-Atlantique
Porte-parole: Philippe Grosvalet

Publié le 27/11/18 19:58 -- mis à jour le 27/11/18 19:58
46315_1.jpg
Logo du Conseil général de Loire-Atantique.

Communiqué du Conseil général de Loire-Atlantique, 27 novembre à 19 h 08

Échanges avec les groupes politiques du Département dans les prochains jours.

Philippe Grosvalet, président du Département de la Loire-Atlantique, va examiner, en lien avec les deux groupes politiques qui réunissent les élus départementaux, les suites à donner à la pétition pour laquelle l’association Bretagne réunie revendique 100 000 signatures.

Nous ne pouvons pas ignorer une démarche d’une telle ampleur et je prends acte de la mobilisation citoyenne qui s’exprime à travers cette pétition. Je reçois donc cette démarche avec toute la considération qu’elle mérite, par son importance et la mobilisation qu’elle a nécessitée, indique Philippe Grosvalet.

La question du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne est ancienne. Elle traverse les sensibilités politiques et ne faisait pas partie des engagements que j’ai portés, avec mon équipe, devant les électeurs en mars 2015 et pour lesquels ils nous ont fait confiance.

C’est pourquoi je vais réunir, dans les prochains jours, les représentants des groupes politiques du Département pour évoquer ensemble les suites à donner à cette pétition.

Document PDF 46315-limitesregionalesnov2018commpr.pdf Communiqué de presse. Limites régionales. 27 novembre 2018. Source : Conseil général de Loire-Atlantique
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1048 lectures.
mailbox imprimer
Le Conseil général de Loire-Atlantique, département de toutes les solidarités.
Hôtel du Département
3 quai Ceineray
BP 94109
44041 Nantes Cedex 1
Tél. 02 40 99 10 00
Fax 02 40 99 11 48.

Vos commentaires :

yvon ollivier
Mardi 27 novembre 2018

Je ne penses pas que ce doit un bon signe. Il arrive sans peine à voiler son enthousiasme. Il veut l'avis de l'ensemble des groupes, comme s'il souhaitait noyer la responsabilité d'un enterrement de première classe par l'ensemble des formations politiques. On lui demande de mettre le vote à l'ordre du jour de son assemblée, pas autre chose. J'espère qu'il mesure ce qu'il en coûterait d'étouffer dans l'œuf une démarche populaire à un moment où la fracture territoriale s'impose à tous, comme une évidence et où les Français n'en peuvent plus de leurs représentants et du système….....

Lheritier jakez
Mardi 27 novembre 2018

La Loire Atlantique a été détachée de son territoire historique ,SANS VOTE.

Des positions politiques en faveur de la réunification ont été votées avant 1977 sur St Nazer (Mr E Caux) et même au CD44.Election de Patrick Maréchal.

MM Evin,Mauduit etc de St Nazer ont été pour la réunification.

Pour une Bretagne réunifiée économiquement,culturellement ,sportivement..bien identifiée en international.

Le droit des peuples doit s'exercer en France,en Europe et ce n'est pas dangereux.

On voit bien les désirs des peuples de l'hexagone pour une autre construction territoriale avec des régions cohérentes,par exemple:

A venir la Nouvelle Calédonie,la Guyane,la Corse,le pays basque,la Catalogne,l'Ecosse,la Réunion.etc

Lucien Le Mahre
Mercredi 28 novembre 2018

Certes, le Président du CD de LA a été élu à ce poste en partie pour assurer le statu quo territorial plutôt que la réunification, parmi bien d'autres motivations.

Cependant, en démocratie bien comprise, un élu reste en principe un délégué des volontés de la base et non un chef autoritaire imposant ses vues ou celles de son groupe à la population concernée.

C'est même, me semble-t-il, ce qui distingue un Etat de Droit d'un régime autoritaire.

Rappelons une fois de plus que la Bretagne fut annexée en 1532 à la couronne royale française par le tour de passe-passe des Edits du Roi de France (François 1er) présentés comme un Traité d'Union, alors que la signature de la Bretagne n'y figure aucunement. ( La trahison de plusieurs grands noms de la noblesse bretonne accompagna l'opération, on le sait, pour quelques bourses garnies de pièces d'or).

Puis elle fut intégrée autoritairement dans la France en 1789/90 par annulation de son Parlement et émiettement en cinq départements.

Enfin sa partie sud, son Comté de Nantes, fut détachée du périmètre historique millénaire (Traité d'Angers de 851) par le Décret Pétain de 41, aboli avec le reste à la Libération puis repris par Guy Mollet en 1956 (sous couvert de pleins-pouvoirs nécessités par la guerre d'Algérie)… et cautionné de fait par tous les gouvernements de la République depuis 3/4 de siècle.

Si je me répète sur ce contentieux, c'est parce que cela vous jette, quoi qu'il arrive, les bases d'un joli dossier devant une cour européenne ou internationale, dont nous devons déjà anticiper l'éventualité.

A moins que ce ne soit un jour - mais la question devient urgente - devant des instances françaises enfin soucieuses de démocratie moins verticale et donc mieux partagée, voire de décolonisation intérieure comme en Polynésie, Nlle Calédonie et peut-être Corse ?

Néanmoins, quelle que soit la valeur inoxydable de ces considérations sur le long terme, revenons plus prosaïquement au niveau des pratiques habituelles.

Poussé par la curiosité, je suis allé voir les résultats des dernières élections de 2015, ce qui intéressera sans doute surtout ceux qui, comme moi, sont extérieurs à la LA.

ELECTIONS DEPARTEMENTALES DE LOIRE-ATLANTIQUE DE 2015.

Majorité : Groupe de Gauche : 32 élus sur 62

( PS 23 + Divers Gauche : 8+ EELV :1)

Président issu de cette majorité : Grosvalet (PS)

Minorité : Groupe de Droite : 30 élus sur 62

(LR : 7 + Divers Droite : 20 + UDI : 3)

La Présidentielle de 2016 a brusquement bouleversé ces classifications et fait plonger les deux partis qui alternaient au pouvoir : LR et PS. De ce fait, peut-on prédire exactement les tendances d'élections identiques proposées aujourd'hui avec les contestations en cours contre le parti présidentiel émergent, et connait-on davantage le schéma des élections prochaines de 2019, sans oublier les Départementales de 2020 ?

Sur 1 million d'électeurs de LA mais en cas de prochaine "consultation réunification" quelle sera l'abstention ? Vus les bouleversements en cours, mettons 50 % pour avoir une base de calcul. Cela ne nous fait plus que 500.000 votes pris en compte et un potentiel de 100 000 voix pro-réunif' particulièrement motivées.

De même, un volet de voix de "100 000 électeurs pro-réunification" aux prochaines élections départementales de 2020 - c'est-à-dire dans deux ans ! - cela ne se trouve pas pour tout le monde sous le sabot d'un cheval ! Cela se replace même illico sur le plateau d'une balance et si celui-ci plonge sans hésitation, cela peut marquer au moins une reconsidération plus aimable de certaines orientations électorales antérieures.

Ce qui n'est encore qu'une étape du parcours entrepris, on est bien d'accord.

Dans l'immédiat, un mouvement stratégique de captation des voix en déshérence se met en place en ce moment, ratissant toute la France pour l'un et spécialisé dans la seule Bretagne pour l'autre...

Jacques
Mercredi 28 novembre 2018

"Elle traverse les sensibilités politiques..."

Comprendre=>Ben oui, vous ne m'apprenez rien....!

"... et ne faisait pas partie des engagements que j’ai portés, avec mon équipe, devant les électeurs en mars 2015 et pour lesquels ils nous ont fait confiance..."

Comprendre=>Mais avec vos 10% vous m'amusez, je vous rappelle que j'ai été élu alors que la majorité des électeurs savait parfaitement que je m'oppose à cette réunification... donc la majorité est contre la réunification!

As-t-on besoin de plus de précision sur la distance entre son bras et la corbeille?

Combien de gens du Mouvement Breton se félicitent de voter pour le ''camp du bien''... sans même évoquer ceux qui votent breton mais qui fonce dès le 2ème tour rejoindre le ''camp du bien''...

Où, nous les Bretons, avons vu en Europe d'autres peuples se comporter comme nous?

Les Catalans votent catalan, les Écossais votent écossais, les Corses votent corses, les Kanaks votent kanak mais les Bretons.....

Réponse typique du militant breton => A ben, en fait.... Nous, on n'a pas le même ''histoire'' qu'eux!

On peut penser ce qu'on veut de Grosvalet... mais au-moins sur ce sujet, ce qu'il affirme a du sens!

Le problème n'est PAS chez Grosvalet!

Pierre Robes
Jeudi 29 novembre 2018

@ Lucien Le Mahre

" A moins que ce ne soit un jour - mais la question devient urgente - devant des instances françaises..."

il ne faut rien attendre des instances françaises, la France étant partie au vrai traité de Nantes de 1499, ainsi qu' au faux traité de 1532 et à l'annexion de 1790. Elle ne peut être juge et partie.

le devenir des Bretons et de la Bretagne ne dépend que d'eux-mêmes, ou des instances internationales CEDH ou ONU mais avec une forte mobilisation des Bretons pour créer un rapport de force positif (comme chez les Kanaks ou en Polynésie).

C'est la même chose pour la partie Nantaise de la Bretagne, ou celle-ci sera détachée définitivement et rattachée à la "mère patrie", comme Mayotte a été détachée des Comores, contre le droit international.

Lucien Le Mahre
Jeudi 29 novembre 2018

Il y avait bien sûr un brin d'ironie dans cette phrase, car je ne suis pas né de la dernière pluie et ce que vous dites de la responsabilité des Bretons, je l'écris - en particulier ici même - depuis des années.

Néanmoins personne ne peut prédire l'avenir avec une trop grande certitude et tout en restant circonspect, il faut se souvenir par exemple que l'empire soviétique a brusquement implosé en 1989 alors que personne ne s'y attendait.

ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 1 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.