-- Entreprise --

Marine Harvest Kritsen revient en Bretagne

En 2013 la société norvégienne Marine Harvest Kritsen avait fermé deux de ses sites d'empaquetage de saumons en Bretagne. Il s'agissait des usines de Poullaouen en Centre Bretagne près de Carhaix et de celle de Châteaugiron. 450 emplois avaient été supprimés.

En juillet 2018, l'usine Marine Harvest-Kritsen basée à Landivisiau (Finistère) a été à 95% détruite par un incendie et 80% des 442 salariés avaient été mis au chômage technique.

En février 2019 l'usine Marine Harvest de Lorient avait été vendue au groupe Le Saint.

Mais aujourd'hui l'espoir renait pour le conditionnement du saumon d'élevage en Bretagne. Dans un communiqué ce matin (jeudi 23 mai) Marine Harvest Kritsen (Groupe Mowi) a annoncé sa décision de construire un nouvel outil industriel automatisé et performant sur le site de Landivisiau. Ce projet permettrait de mettre en œuvre une nouvelle stratégie de Marine Harvest Kritsen. La société souhaite développer le segment du saumon d’excellence à destination du marché français. Flatteur pour le savoir-faire breton le porte-parole de la société reconnait le «savoir-faire de la main d’oeuvre du Finistère, terre de tradition de l’agro-alimentaire et en particulier de la transformation du poisson».

Les travaux de construction de cette usine devraient commencer dès la fin de l’année 2019 pour que les premiers saumons fumés soient produits au début de l’année 2021. Les volumes produits seraient de 2 000 tonnes par an lors du lancement en janvier 2021 pour atteindre 3 000 tonnes en janvier 2022, activité conduisant au maintien de 166 emplois.

Dans l’attente de la construction de cette nouvelle usine, Marine Harvest Kritsen étudie la possibilité d’une reprise anticipée et partielle de la production sur les anciens sites Gad à Lampaul-Guimiliau.

Document PDF 47715-annoncemhkldv.pdf Annonce de la construction de l'usine de Landivisiau. Source : Marine Harvest
Voir aussi :

mailbox imprimer
logo

Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford. Voir le site et Voir le site

Vos commentaires :

Léon-Paul Creton
Vendredi 24 mai 2019

Conclusion!

La Bretagne et les Bretons ON s'en sert, La Bretagne et les Bretons ON les jette ensuite, puis en fonction des intérêts, la Bretagne et les Bretons ON les réutilise! Bretagne et Bretons c'est kleenex...

Trois petits tours joués aux Bretons et puis s'en vont!

Que l'on soit Norvégiens opportunistes, ou Bretons bateleurs et non moins opportunistes, ou prenant leurs simples désirs pour des réalités en devenir !

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 2 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.