Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Photo Pasco and Co
Photo Pasco and Co
- Reportage -
Manuel Valls contre l'officialisation de la langue corse
A l'occasion de son voyage en Corse, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls s'est dit défavorable au statut de co-officialité de la langue corse, votée par l'Assemblée de Corse (lire notre enquête sur ce que font les vraies démocraties)
Philippe Argouarch pour ABP le 3/06/13 20:13

A l'occasion de son voyage en Corse, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls s'est dit défavorable au statut de co-officialité de la langue corse, votée par l'Assemblée de Corse en mai.

Inconcevable pour les jacobins

L'instauration de la co-officialité de la langue corse à côté du français risque fort d'être invalidée par le Conseil constitutionnel. Elle avait a été décidée le 17 mai par l'Assemblée de Corse, au terme de deux jours de débats. ( voir l'article )

"Il n'est pas concevable qu'il y ait sur une partie du territoire, une 2e langue officielle", a déclaré le ministre de l'Intérieur Manuel Valls dans une interview à Corse-Matin.

La constitution de la république a été révisée 25 fois, mais apparemment la changer pour permettre des langues co-officielles en outre-mer et dans certaines régions de l'hexagone est "inconcevable" pour Manuel Valls et Jean Marc Ayrault, Premier ministre. Sans parler du président de la république, dont une des promesses non tenue, et de toute évidence faite pour attirer les votes de la gauche bretonne, basque ou corse, sensible à ces questions, était de faire ratifier la charte des langues régionales et minoritaires..

L'Afrique du Sud a 23 langues officielles

De nombreux pays ont plusieurs langues officielles. L'Irlande en a deux la Belgique en a trois, la Suisse en a quatre, l 'Afrique du Sud en a 11. L'inde en a 23 dont 2 officielles sur tout le territoire (l'hindi et l'anglais), les 21 autres étant officielles uniquement dans les états où elles sont parlées. C 'est le cas aussi du hawaiien aux États-Unis, langue co-offcielle de l'état de Hawaii. C'est ce que l'Assemblée corse a demandé, comme d'ailleurs la Polynésie française dont le français est la seule langue officielle.

L'argument constitutionnel est-t'il fallacieux ?

Il est a noté de plus, que ni les Etats-Unis, ni l'Inde n'ont du changer la constitution pour autoriser des états à adopter des langues officielles sur leur territoire. La constitution indienne ne déclare que deux langues officielles mais les gouvernements successifs ont pensé, à juste titre, que si les états fédérés voulaient co-officialiser une ou plusieurs langues régionales, ce n'était pas du ressort du gouvernement central. Même chose pour la constitution américaine de 1786, qui elle, ne déclare aucune langue officielle.

Quand on a renié les droits de sa culture d'origine, c'est plus facile de vouloir oblitérer celle des autres

Étrangement, Manuel Valls est de nationalité catalane. M. Valls, citoyen espagnol, a obtenu la citoyenneté française en 1982 suite a des études universitaires faites en France. Il est né en Catalogne, une région autonome d'Espagne, d'un père catalan qui parlait pourtant le catalan. Lui même le parle comme d'ailleurs l'italien et l'espagnol. Si en Catalogne, la langue catalane est co-officielle avec le castillan, la récente demande de Madrid à la généralitat de dé-officialiser le catalan en Catalogne est-elle une suggestion de notre ministre de l'intérieur, histoire d'éviter des précédents et de refermer la "boite de Pandore" une fois pour toutes ? A force de pousser sur le couvercle, la fameuse boîte risque de finir par exploser.

Philippe Argouarch

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1504 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 17 commentaires
Ronan Badouel IB Le Lundi 3 juin 2013 20:56
Dans cette démocratie exemplaire, qui se dit ambassadrice des droits de l'homme, toutes les langues régionales et minoritaires doivent être reconnues dans un soucis de liberté d'usage, d'égalité avec le français et de fraternité entre les cultures. Exception culturelle? Intégration? Respect des identités? Décidément la France sera toujours lanterne rouge...
(0) 

Gwendal Le Lundi 3 juin 2013 21:26
Et c\'est également le cas dans la région natal de ce cher Manuel Valls.
(0) 

iffig cochevelou Le Lundi 3 juin 2013 23:01
Je ne me faisais vraiment pas d'illusion . si ce triste sire était resté dans son pays d'origine, la Catalogne, il serait membre de la droite réactionnaire espagnole : gauche française, droite espagnole même combat ! eh oui Monsieur le Drian
(0) 

Yves-Alain LE GOFF Le Lundi 3 juin 2013 23:11
On allait voir ce qu'on allait voir comme grandes avancées de la décentralisation avec le retour du PS au pouvoir : on est servi !!!
- reniement de la parole du président Hollande concernant la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires
- pas de réunification de la Bretagne
- mépris de Valls pour une collectivité basque
- mépris de Valls pour l'officialisation de la langue corse
Ils vont ramer dur les élus socialistes (et en particulier bretons) lorsqu'ils seront de nouveau dans l'opposition et qu'ils referont encore ces mêmes promesses.
(0) 

Yannig BARON Le Mardi 4 juin 2013 10:15
Il n'y a pourtant pas besoin d'aller loin pour trouver des exemples de multi-officialité: Belgique, Luxembourg, Suisse; Italie, Espagne...La France est encerclée....
Quand à la Bretagne,on nous présente comme une grande avancée, le fait que le sénat ait voté la possibilité d'en enseignement bilingue, mais il a aussi refusé un amendement voulant introduire l'enseignement immersif comme troisième voie d'accès et je n'ai pas encore vu le moindre commentaire sur ce fait pourtant capital pour l'avenir de Diwan...
C'est pas un peu bizarre cela ? Yannig Baron
(0) 

eugène Le Mardi 4 juin 2013 10:55
iffig cochevelou
Cultivons nos désillusions ( résultat des péchés de notre P.... de société politisée )
Yves-Alain LE GOFF
cher ami , mais les français et leurs bons bretons (tous républicains et ultra formatés )voteront encore et encore (ils veulent constamment du fouet,ils adorent la garcette!), nous sommes dans l'extrême soumission.
Devons nous continuer à obéir aux idées de Paris?
(0) 

Michel Prigent Le Mardi 4 juin 2013 16:29
Il ne faut pas oublier que les autonomistes corses ont rassemblés 37% des voix aux dernières régonales.
Une fois encore, comme pour le pays Basque dont 6 000 citoyens, y compris les élus de toute tendance, manifestaient il y a quelques jours, pour obtenir, comme dans les pays voisins, un minimum de reconnaissance et d'autonomie, le pouvoir centraliste hégémonique parisien, oppose un refus méprisant catégorique.
C'est çà la vision d'une France forte de "nos" élites de Versailles: un Paris omnipotent régnant sur des régions faibles.
(0) 

Ar Vran Le Mardi 4 juin 2013 19:55
A tous les naïfs
Parce que vosu croyez qu'il allait en être autrement avec la Gauche ? Peine perdue.
La république française est irréformable car elle s'est construit dans le mensonge et le déni des peuples minoritaires. La seule chose qui la fait plier est la pression. Actuellement cette dernière vient de Bruxelles mais la république peut dormir de ses deux oreilles car les membres des ces peuples sont mentalement soumis voire pour certains totalement zombiifiés. Pourquoi voudriez-vous qu'il en soit autrement ? Ce ne sont pas deux péquins et quelques manifs qui vont changer la donne.
Dans cette triste histoire, ce qui me fait doucement sourire,c'est de voir la mine déconfite de tous ces gens qui avaient appelé à voter la Gauche pour que cela change. On voit effectivement le résultat !!!!
On n'a pas fini de boire la tasse et croyez moi cela ira de pire en pire.
Encore heureux que la république française est gouvernée par tout un tas de bureaucrates imbus de leurs personnes et incompétents car sinon la république pourrait se relever. Mais avec l'Enarchie (de droite comme de gauche d'ailleurs), le modèle français ne fait plus envie à l'étranger et au contraire est en train de couler la France.
Reste à savoir quand la Bretagne et les Bretons comprendront et largeront les amarres avant qu'ils ne sombrent dans la faille abyssalle que la France est en train de creuser....
(0) 

Christine Viard Le Mardi 4 juin 2013 20:19
Vive la démocartie à la française !
(0) 

marc iliou Le Mardi 4 juin 2013 20:43
Et le catalan il va l'interdire aussi du côté de Perpignan ? ministre de l'intérieur et du culte comme ces prédécesseurs il ne vaut pas mieux qu'eux ! j'ai commencé la lecture du livre "la désunion française" aux éditions L'Harmattan c'est édifiant sur ce qu'est la "république" française ainsi que les 4 qui l'ont précédées!a lire de toute urgence pour tout bon démocrate !
(0) 

eugène Le Mardi 4 juin 2013 23:28
Question
Y-a-t-il une Démocratie en France ..?.pour moi elle s'appelle république "à la française" ou République de Paris.
(0) 

Dr LE MEE J L Le Mercredi 5 juin 2013 11:06
Hag estonet oc'h ? Ce qui est surtout navrant c'est de constater que tant de militants bretons se sont raccrochés aux basques du PS...dans l'espoir d'une hypothètique prise en compte de leurs revendications.
Ne serait-il pas temps d'explorer d'autres voies politiques ne serait qu'en faisant chuter "pour l'exemple" quelques baronnies locales ?
Pour le bureau de l'AFB-EKB
(0) 

bernard Guyader Le Mercredi 5 juin 2013 11:20
Bon dia ..Merci à Iffig de rappeler l'existence du connétable LeDrian ... bras armé de l'état français ... celui là même qui "canonisa" le Tortionnaire Bigeard à Toulon ... J'ose encore espérer que sa présence parmi ses amis ultra jacobin marquera sa fin sur notre territoire , en Bretagne . Mr Vaills est un réac doublé d'un opportuniste tout comme Sarko. Gueant et toute la clique de l'ultra droite franc.Vive le Catalan .. le Breton .. le Corse ...le Basque avec le fr'ançais ou sans.B.Guyader
(0) 

eugène Le Mercredi 5 juin 2013 11:20
Breton.....
Depuis deux siècles,vous vous êtes fait rouler dans la farine française et parisienne!
Qu'avez vous fait de votre âme?
Quel péché véniel avons nous fait?
Je pense à un horrible ,un mortel!Refuser une soumission depuis 1532!
Le boeuf renacle sous le joug et l'aiguillon!
(0) 

Yann LeBleiz Le Vendredi 7 juin 2013 19:26
Oh, il y peu on a m'expliqué que sans renier ses origines... les bretons étaient maintenant des français...! Concept intéressant!
M. Wall a visiblement eu la même démarche, de Catalan il est devenu français!!!
Mais qu'est-ce qu'un français..?
Bien malin qui peut vraiment y répondre, car depuis la révolution cette nation s'est autodétruite en colonisant les nations voisines et en créant de toute pièce une identité artificielle, bourgeoise et parisienne comprise comme supérieure!
Aryen, soviétique ou français républicain, ce mythe de l'homme nouveau encore et toujours!
Oser prétendre ne pas vouloir appartenir à cette "supériorité" ne peut qu'être très mal reçu par ceux qui y croit!!!
(0) 

Naon-e-dad Le Samedi 8 juin 2013 12:21
@Christine Viard
Dans "démocratie à la française", il y a "démocratie". L'avez-vous remarqué?
Dans "démocratie", il y a "démos" qi signifie "peuple", vous ne l'ignorez pas. La notion de peuple présuppose, implicitement, certains marquages forts (territoire, langue, histoire, volonté de projection dans l'avenir, etc...). Ceci est vrai pour la Bretagne.
Donc, en résumé: la Démocratie, certes, mais la Démocratie pour tous! Y compris pour la Bretagne!
Il peut y avoir différents niveaux d'homogénéité et d'organisation dans un état politique, ce que souligne parfaitement et à juste titre Philippe Argouarc'h.
Bonne réflexion à vous! Deoc'h-c'chwi da brederiañ war ar poent-se!
(0) 

Louis Thomasic Le Lundi 12 octobre 2020 10:15
Valls n'a d'opinions que lui-même, républicain en France, royaliste en Espagne et j'en passe.
Par contre pour ce qui est de la co officialité des langues régionales j'ai l'immense regret d'être d'accord avec lui.
Le faire c'est définir des lieux où la loi ne serait pas la même qu'ailleurs. Pourrait-on toujours être professeur à Rennes sans savoir parler le breton ?
Comment définir ces lieux ? La Bretagne historique (terme tellement souvent entendu) ne peut avoir de signification que si on dit à quelle période de l'histoire on fait référence, les frontières de la Bretagne ont beaucoup changé dans l'histoire. Si on veut faire référence à la langue il faudrait alors en exclure la haute Bretagne où le breton n'y est pas plus parlé qu'autour de la gare Montparnasse.
C'est aux Bretons de faire vivre cette langue et accuser "l'état français jacobin" d'être responsable de sa disparition est très confortable mais totalement inefficace.
Dans le nord Picardie, le chti est communément parlé et il n'y a pas de revendication d'officialisation, la langue vit grâce à ses locuteurs.
Salutations républicaines à tous
LT
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 3 multiplié par 2) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons