-- Société --

Manifestation anti-aéroport samedi à Nantes : chaud devant !

Samedi 24 mars a eu lieu une très importante manifestation contre l'aéroport, qui a réuni près de 6.000 personnes dans le centre-ville de Nantes, sur le cours des 50 Otages.

25286_1.jpgManifestation anti-aéroport : une mobilisation avant tout bretonne !


Plus de 200 tracteurs et des militants anti-aéroport de toutes tendances ont défilé : militants d'associations et partis bretons contre l'aéroport, mais aussi écologistes, collectifs locaux (ACIPA, CEDPA, collectif d'élus doutant de la pertinence du projet aéroportuaire (voir notre article) ), écologistes, altermondialistes…tous unis contre le projet de futur aéroport nantais, implanté sur le bocage entre Vigneux-de-Bretagne et Notre-Dame des Landes, et qui devrait, d'après l'appel d'offres, être réalisé en partenariat public-privé par la société Vinci. Ce projet est soutenu par une grande partie des élites politiques locales, dont le primat est Jean-Marc Ayrault, maire de Nantes et pressenti comme Premier Ministre si François Hollande remportait les élections présidentielles. L'accord éléctoral PS-Verts s'est d'ailleurs conclu sur le dos du projet aéroportuaire (voir notre article) , Europe Écologie n'a pas pu alors imposer sa résistance au projet à un PS, tant local que national, qui voit dans le dispendieux projet une manne tombée du ciel sur le « Grand Ouest ».


Parmi les partis Bretons, l'UDB l'a en partie accepté en 2005 et le Parti Breton a pris en 2010 une décision résolument contraire, se fondant sur le saccage d'espaces naturels ou encore l'absence de budget fixé (voir notre article) Ajoutons que le projet menace la nappe aquifère la plus pure du département et qui, compte tenu de la croissance rapide de l'agglomération nantaise (voir notre article) va être de plus en plus nécessaire à l'alimentation de la métropole bretonne.


De nombreuses forces policières ont été mobilisées pour l'occasion, formant un dispositif très impressionnant. Cars de police sur la place Royale, barrage sur la ligne de tramway au débouché de la rue du Calvaire, clôtures métalliques pour refouler les manifestants des abords de la Préfecture, gendarmes en tenue d'intervention l'arme au pied dans tout le centre ville, on eut dit une ville en état de siège. En tout 1500 policiers et gendarmes ont été mobilisés.


La manifestation s'est déroulée essentiellement dans une ambiance bon enfant, sous le ciel clément et ensoleillé. La file de tracteurs en pleine ville a fait grand effet sur les Nantais qui dans l'ensemble ont bien accueilli les manifestants. Une mobilisation qui est un franc succès pour les opposants au projet, la dernière manifestation n'ayant réuni que 4000 personnes. Cependant, la présence d'une cinquantaine de casseurs prêts à en découdre a quelque peu terni le tableau en fin de journée et justifié la présence très importante des forces de l'ordre. Vitrines taguées, vitres cassées et feu de joie en plein milieu des 50 Otages, était-ce vraiment nécessaire pour affirmer son opposition au projet ? Et ce alors même que l'opposition se déplace sur le terrain juridique, avec une véritable guerre de tranchée que se livrent propriétaires opposés au projet et pouvoirs publics : il reste encore un peu moins de 300 hectares à exproprier sur l'emprise du futur projet d'aéroport.

Voir aussi :
©agence bretagne presse

Cet article a fait l'objet de 1222 lectures.
mailbox imprimer

Étudiant en droit-histoire expatrié en Orléans, passionné par l'histoire et le patrimoine de la Bretagne. S'intéresse aussi à l'économie bretonne et à l'actualité de Loire-Atlantique.

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 8 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.