Manifestation à Brest pour la fermeture de la mosquée de Pontanézen
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 10/10/15 23:20 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

A l'appel d'ADSAV !, un parti indépendantiste breton situé à l'extrême droite sur l'échiquier politique, environ 150 manifestants se sont rassemblés devant la mairie de Brest ce samedi pour demander la fermeture de la mosquée du quartier de Pontanézen. Une cinquantaine de manifestants proches de l'extrême-gauche ont aussi manifesté à la fois contre les propos du prédicateur salafiste Rachid Houdeyfa et contre ADSAV .

Ronan Le Gall, porte-parole d'ADSAV, et Christine Tasin du mouvement Résistance républicaine, ont pris la parole pour exiger des autorités la fermeture de la mosquée Sunna. Christine Tasin aurait déclaré à Ouest-France "C'est merveilleux, n'est-ce pas, de voir les Jacobins et les indépendantistes réunis...". Une alliance qui effectivement pose question à beaucoup de militants de la cause bretonne.

La petite mosquée controversée est située dans le quartier pauvre et défavorisé, peuplé d'immigrants récents, de Pontanézen. C'est là que prêche l'imam Rachid Abou Houdeyfa. Une école coranique dans le même quartier, aurait aussi été approuvée par la mairie socialiste de François Cuillandre.

Rachid Houdeyfa est au centre d'une polémique à propos d'une vidéo faite il y a plus d'un an (voir le site) . La vidéo complète a été retirée de la chaîne youtube de Abou Houdeyfa, une chaîne qui rassemble 85 000 abonnés. Dans cet extrait, l'iman, dont les prêches du vendredi sont souvent dirigés contre la "fornication", tient des propos choquants contre la musique :"Ceux qui écoutent la musique écoutent le diable", explique Rachid Houdeyfa aux enfants. " Ceux qui écoutent la musique seront engloutis et seront transformés en singes et en porcs" poursuit-il. "Peu importe la musique elle est en quelle langue. Dès que vous entendez des instruments, c'est Haram (interdit) . Celui qui aime le Haram, il sera avec Sheitan (le diable). Il faut choisir son camp. Videz vos téléphones et vos MP3 et remplacez par la meilleure parole qui est le Coran.". A noter que les prêches du prédicateur musulman sont introduits par des chants, mais que ceux-ci sont uniquement des cantiques musulmans ou des incantations coraniques chantées, non-instrumentales. On l'aura compris, l'iman s'en prend à la musique occidentale: variété française et musique anglo-saxonne.

Rachid Abou Houdeyfa a aussi participé récemment au salon de la femme musulmane qui s'est tenu à Pontoise, où il a tenu des propos ultra conservateurs sur la femme, condamnant les musulmanes qui sortent sans le voile, des propos contraires aux lois républicaine en cours. "« Comment une femme peut dire qu'elle a de la pudeur, alors qu'elle sort sans voile ?" aurait-il déclaré.

Rachid Houdeyfa se défend dans ce communiqué publié sur son site (voir le site) disant que ses propos sont hors de contexte. Dans une autre vidéo (voir le site) Rachid Houdeyfa s'en prend à tous les extrémistes et condamne le terrorisme citant le prophète "prenez garde à l'exagération"... c'est-à-dire "dépasser les limites et les textes de l'islam".... L'iman y réaffirme "que l'islam est une religion de paix". Dans une autre vidéo de la chaîne, il condamne fermement les attentats de Charlie Hebdo. "Ce sont eux les corrupteurs", déclare t-il au sujet des terroristes déplorant l'islamophobie qui a résulté de ces attentats. "Avant d'agir, il faut toujours demander aux savants.." déclare-t-il...les "savants" étant les théologiens de l'islam. On ne sait pas si l'iman fait partie de ces savants. Ce qui est sûr, c'est que Rachid Houdeyfa est capable de citer le coran de mémoire plusieurs fois par minute.

Mais que sait-il de la Bretagne ?

Philippe Argouarch


mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 3544 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 3 commentaires
Jack Leguen
2015-10-11 12:12:29
Finalement j'ai fini par comprendre pourquoi les militants bretons d'extrême gauche et même de gauche tout court, s'en prennent plus à ADSAV qu'au Front National, pourtant bien plus dangereux électoralement et partageant les mêmes idées sauf sur la nation en question et la république qu'ils prétendent défendre. Le FN, qui d'ailleurs avait été boosté par Mitterand par une réforme électorale appropriée, servait à diviser la droite et à gagner les elections pour la gauche. Il fallait le ménager. Le calcul déjà dangereux dès le départ est en train de se retourner contre eux, mais les vieilles habitudes et les mots d'ordre demeurent : les antifafs sortent du bois pour le petit parti ADSAV, électoralement insignifiant, et rarement pour le FN pourtant bientôt omniprésent aussi en Bretagne et surtout bien plus musclé par le nombre. Une fois bien compris ce phénomène, on est en droit de se poser des questions : qui lance les mots d'ordre ? qui désigne les cibles ? qui manipule qui ? Les clashs entre les anti-fafs et ADSAV, qui existent depuis 15 ans, ne seraient-ils pas organisés juste pour qualifier de "fasciste" l'ensemble du mouvement breton via l'utilisation des médias ? Pour le pouvoir à Paris, le FN est beaucoup moins dangereux que les nationalistes bretons car, eux, remettent en cause l'unité de la république, ce que ne fait certainement pas le Front National, un parti super républicain en dépit de ce qui est dit.
(0) 
Yann le Bleiz
2015-10-12 10:54:13
Que des jacobins manifestent auprès d'indépendantistes bretons, où est l'incohérence?
Qu'est-ce que c'est que ce monde, où l'on voudrait que les gens soient en opposition totale, c'est absurde!
Ce qui compte, c'est le sujet sur lequel se porte cette convergence d'opinion : réprouver le fait qu'un Imam explique à des enfants que le fait d'écouter de la musique va les transformer en cochon et les conduire chez Satan!
Donc, si on est indépendantiste, on devrait être d'accord pour laisser des enfants écouter ce discours traumatisant sous prétexte que les jacobins s'y opposent.
Et si on est jacobin, on devrait être d'accord pour laisser des enfants écouter ce même discours, sous prétexte que des indépendantistes s'y opposent.
Donc les enfants, qu'ils aient la tête polluée par de telles inepties, peu importe...!
Drôle de morale!
Par contre, totalement d'accord avec Jack Leguen.
La gauche bretonne considère que le fascisme n'a pas sa place en Bretagne et que le fascisme en Bretagne commence avec les sympathisants sociaux-démocrates jusqu'à l'extrême droite (théorie intéressante dans ce quelle a de surprenant).
Du PB à ADSAV, personne ne serait fréquentable... voir le rejet d'une liste d'union pour les régionales.
Par contre, il est vrai que les anti-fa bretons semblent moins motivés par le FN français...
Et que dire de l'admiration pour Syriza qui pourtant gouverne avec l'extrême droite.
Pourtant entre extrêmes droites, il y a des nuances.
Par exemple : ADSAV est l'un des rares partis à être pro-européens, quand aux amis de Syriza ils sont ouvertement néo-nazi.
Mais après tout, le parti nazi ne s'appelait-il pas : le Parti National Socialiste des Travailleurs Allemands...?
Les opposés sont certainement plus proches que la légende le voudrait!
Et la droite bretonne certainement moins fasciste qu'une autre légende, toute Républicaine celle-là, le souhaiterait!
(0) 
Jack Leguen
2015-10-12 19:07:59
ben il nous restera toujours le Kan ha Diskan !
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.