Maison de la culture de Nantes : un hôtel particulier dans un état très préoccupant

-- Patrimoine --

Article
Par Louis LECOMTE

Publié le 16/03/12 18:48 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
25193_1.jpg
Ty Keltiek rue Harrouys à Nantes.

La Maison de la Culture de Nantes est un hôtel particulier datant de la fin du dix-neuvième siècle, situé rue Harrouys. Avant de devenir les locaux d'associations bretonnes, ce bâtiment était l'antenne nantaise du conservatoire national de musique et de théâtre, comme peut encore en témoigner une pancarte sur la façade; une grotte de Lourdes dans le jardin, vide mais de dimensions imposantes, témoigne d'un passé plus pieux dans un quartier où les implantations religieuses étaient légion : l'ancienne clinique Saint-François, dont le bâtiment néogothique héberge Presse-Océan depuis quelques jours, est à deux pas. Aujourd'hui, ce très bel exemple du patrimoine architectural nantais est dans un état de dégradation très préoccupant.


Les façades, en pierre de Loire sculptées, sont usées et effritées ; il en est de même pour les moulures des fenêtres et les encadrements de porte. Les grilles en fer forgé sont complètement rouillées. Le jardin voit ses murs couverts de lierre ou de mousse, et un tas de terre sert occasionnellement de piste de vélo pour des enfants du quartier, qui y laissent outre les ordures de leurs goûters, des graffitis sur les murs. A l'intérieur, le constat est le même : les plafonds se désagrègent, et les murs tombent en poussière...

Seulement voilà : le statut de ce bâtiment n'est pas très clair : si le panneau Nantes Métropole à l'entrée indique bien que cette maison appartient à la municipalité, celle-ci considère que c'est aux occupants de s'occuper de l'entretien, comme c'est malheureusement souvent le cas dans ce genre de situation. Occupants et municipalité se renvoient la responsabilité des réparations lourdes, dont l'urgence commence à se faire pressante.

Alors finalement, on a une proposition : au lieu d'un nouvel animal dans le hangar à bananes, ou d'une nouvelle ligne Chronobus, on pourrait peut-être donner au patrimoine nantais en péril les moyens dont il a besoin pour demeurer intact ? Après tout, il en vaut la peine non ?

Par Louis Lecomte

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1169 lectures.
mailbox imprimer
logo
lycéen en première STI à Nantes, passionné de géopolitique et d'histoire.

Vos commentaires :

BIGOTTE Bernard
Mardi 20 mars 2012

Bravo! Mais pour cela, il faudrait que notre municipalité et son cher (dans le sens d'onereux) maire ne gaspillent pas l'argent de leurs contribuables dans des réalisations qu'ils n'hésitent pas à baptiser 'culturelles'!

FhB
Mercredi 21 mars 2012

Les associations qui utilisent les locaux ont peu de subventions... je ne vois pas comment elles pourraient s'occuper des travaux !

Sur le site (voir le site) il est indiqué "Un certain nombre de bureaux sont disponibles pour les associations qui en font la demande.

Elles s'acquittent d'une redevance d'occupation qui varie selon la catégorie du bâtiment." Les associations payent déjà une redevance et il faudrait qu'elles payent les travaux ??? On marche sur la tête !

ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 2 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner