MAESTRAL : quand le Jazz rencontre la musique celtique
Musique de Philippe Argouarch

Publié le 7/04/16 17:36 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

On connaît les connections entre la Bretagne et l'Amérique comme l'École de Pont-Aven dont l'origine remonte à un peintre américain tombé amoureux de ce petit village de Cornouaille alors qu'il passait en diligence pour se rendre à Quimperlé. Il y a aussi le Jazz qui a débarqué pour la première fois en Europe, à Brest, en 1918, avec les troupes américaines venues aider les alliés. Certains des soldats étaient noirs et jouaient leur musique dans les bars de la ville dès qu'ils avaient une permission.

Celto-Jazz combo

La rencontre de la talentueuse harpiste Anne Postic avec des musiciens de Jazz, Pierre-Antoine Colas, Henri Loquet, et Stéphane Goasguen, a donné un quartet : MESTRAL. Leur premier album : Confluences, est un mélange de terroirs composé de musiciens d'horizons différents, musique celtique, jazz, musique du monde, musique classique ; c'est un succès apportant une chaleur de Louisiane à cet air marin iodé d'Armor souvent enveloppé de brume.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.