-- Politique --

M. Mélenchon serait-il atteint de la maladie d'Alzheimer ?

Communiqué de presse de Bemdez (porte parole Bertrand Deléon) publié le 7/10/07 14:46

je fais don de ma personne au maréchal Pétain comme il a fait don de la sienne à la France. Je m'engage à servir ses disciples et à rester fidèle à sa personne et à son œuvre __Serment de Francois Mitterand (sur la photo avec le Maréchal) en décembre 1943
je fais don de ma personne au maréchal Pétain comme il a fait don de la sienne à la France. Je m'engage à servir ses disciples et à rester fidèle à sa personne et à son œuvre __Serment de Francois Mitterand (sur la photo avec le Maréchal) en décembre 1943

A l'occasion de la Breizh Touch, M. Jean-Luc Mélenchon a vomi toute sa haine de la Bretagne sur son blog. Dans un post daté du 23 septembre 2007, il effectuait les amalgames les plus odieux en reprenant la logorrhée parue dans le journal proche du Parti Socialiste Français « Libération », du vendredi 21 septembre sous la plume de Mme Françoise Morvan, autoproclamée tour à tour linguiste, universitaire, historienne et cette fois essayiste, affiliée régulièrement aux organisations lambertistes. Depuis, M. Mélenchon a réitéré ses propos sur la Radio France-Info.

Pour M. Mélenchon, les acteurs de la Breizh Touch comme l'ensemble du mouvement breton sont assimilables à des néo-nazis.

Pourtant, quand les Bretons de Sein partaient pour Londres, que faisaient donc les ancêtres politiques de Monsieur Mélenchon ?

1 / Le Lambertisme :

Durant la guerre et sous l'occupation, le principal dirigeant trotskyste, Testu (Henri Molinier), ne « voit de solution que dans les organisations fascistes et staliniennes qui naîtront du triomphe du pacte germano-soviétique». Testu préconise jusqu'en 1941 de poursuivre le travail d'entrisme, mais aussi dorénavant dans certains mouvements collaborationnistes. Une petite fraction clandestine pénètre le Rassemblement national populaire de Marcel Déat (Testu y aurait même pris, selon certaines sources, la parole lors d'un meeting). En 1940-1941, Pierre Boussel, dit Lambert, futur dirigeant de l'Organisation communiste internationaliste (OCI), s'oppose clairement et nettement à l'orientation de Testu et milite sur des positions internationalistes. En 1943, exclu du parti, il demande alors son adhésion au Parti ouvrier internationaliste (POI) qui développe notamment une fraternisation avec les travailleurs allemands sous l'uniforme, paradoxalement contre le patronat et les nazis...

2/ Le Parti Socialiste :

M. Mélenchon écrivait le 7 janvier 2006 dans l'un de ses articles : «François Mitterrand incarne la légende de la gauche universaliste et sa valeur utile la plus constante : la passion de l'égalité, l'union des gauches, le Parti unitaire».

En effet, François Mitterrand, né le 26 octobre 1916 à Jarnac, fut député de la Nièvre, plusieurs fois ministre sous la IVe République (dont, ministre de l'Intérieur de juin 1954 à février 1955, ministre de la Justice de janvier 1956 à juin 1957) président de la République de 1981 à 1995.

L'Histoire de François Mitterrand, c'est aussi :

Fin 1934, il adhère en tant que « volontaire national » au mouvement des jeunes du colonel de la Rocque, fondateur des Croix de feu. Ses meilleurs amis sont les responsables de groupes d'extrême droite et monarchistes (Charles Maurras et Claude Roy de l'Action Française, Pierre Guillain de Bénouville de La Cagoule). Mitterrand en diffuse les idées dans le journal Combat.

Le 2 février 1935, Mitterrand conspue « les métèques » en manifestant contre les étudiants étrangers visant l'exercice de la médecine en France.

Début 1942, en pleine guerre, Mitterrand trouve un emploi de renseignement à Vichy, à la Légion des Combattants et des Volontaires de la Révolution Nationale.

Juin 1942, il acquiert de nouvelles fonctions au Commissariat au reclassement des prisonniers, organe de propagande maréchaliste.

En décembre 1943, Mitterrand reçoit, à sa demande, la plus haute décoration remise par le maréchal Pétain à ses fidèles, la Francisque. Elle portait le numéro 2202. Mitterrand prêta ce serment : « Je fais don de ma personne au maréchal Pétain comme il a fait don de la sienne à la France. Je m'engage à servir ses disciples et à rester fidèle à sa personne et à son œuvre ».

Plus tard, ministre de l'Intérieur pendant la guerre d'Algérie, il préconise une répression féroce et encourage la torture des prisonniers. Le 5 avril 1956, un journaliste du Monde écrit : « Je ne puis éviter de parler de la Gestapo. Partout en Algérie, la chose n'est niée par personne, ont été installés de véritables laboratoires de torture, avec baignoires électriques et tout ce qu'il faut… ». Un autre journaliste de «Libération» témoigne : « Des ordres ont été transmis afin d'obtenir des informations par tous les moyens. Ces ordres se sont propagés oralement du haut en bas de l'armée. Le Haut Commandement a obtenu que jamais un officier ne serait jugé pour une »bavure«. C'était une loi non écrite convenue entre Guy Mollet, son ministre de la Justice, Mitterrand, et le Haut Commandement. Je voyais des militaires qui s'en vantaient : »On est couvert, on vous emmerde«. »

En outre, les propos tenus par F. Mitterrand pendant cette période sont connus et sans équivoque. Suivant cette ligne directrice, en dix-huit mois d'exercice du ministère de la Justice par Mitterrand, il y eut entre 44 et 61 condamnés à mort exécutés (selon les sources : Le Monde ou A. Peyrefitte).

En octobre 1959, soucieux de faire remonter sa cote de popularité et de devenir un véritable «héros», victime des ultras de l'OAS, des activistes de l'Algérie française, Mitterrand prémédite un attentat bidon contre lui-même, avenue de l'Observatoire à Paris. Très protégé, il bénéficiera d'un non-lieu en 1966.

En 1971, une alliance avec Jean-Pierre Chevènement lui permet de prendre la place de premier secrétaire du PS et en 1972 de signer un programme commun avec son pire ennemi jusqu'alors, le PC.

Enfin, la présidence de Mitterrand c'est :

Le financement occulte du PS ; l'affaire des Irlandais de Vincennes ; les milliers d'écoutes téléphoniques ; le placement de ses amis et proches à des postes clés du pouvoir ; les messages subliminaux lors de la campagne présidentielle de 1988 sur les TV publiques ; l'explosion criminelle du Rainbow Warrior, navire de Greenpeace ; l'affaire du sang contaminé ; celle de la Société Générale, etc.

Il n'y a là que quelques «petites erreurs de jeunesse» de Mitterrand, diront ses défenseurs. C'est encore probablement à ce titre qu'il fleurit la tombe du maréchal Pétain à l'île d'Yeu jusqu'à la fin de sa vie ! ? Et puis, c'était sûrement un homme très honnête, puisqu'il n'a jamais caché ses amitiés avec René Bousquet, l'un des responsables de la rafle du Vel' d'Hiv'.

Alors M. Mélenchon, l'amnésie vous gagne-t-elle ?

Pour Bemdez,

Bertrand Deléon.

Kevredigezh / Association BEMDEZ Ti ar c'hevredigezhioù / Maison des associations 6 straed ar Govuerezh / 6 rue de la Tannerie 56 000 GWENED / VANNES – Pgz / Tél. 06 11 51 43 15

Cet article a fait l'objet de 3064 lectures.
mailbox imprimer

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 3 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.