L’UDB revendique le pilotage de l’enseignement immersif et bilingue en Bretagne

-- Langues de Bretagne --

Communiqué de presse de UDB
Porte-parole:

Publié le 21/09/21 14:38 -- mis à jour le 21/09/21 20:35
53471_1.jpg

L’UDB Kreiz Breizh appelle à participer au rassemblement de soutien à l’enseignement de la langue bretonne et aux enseignants du bilingue qui aura lieu à 16 h à Carhaix le mercredi 22 septembre à Kerampuilh devant les locaux du Conseil régional.

L’appel à ce rassemblement concerne des sujets qui relèvent des compétences de l’État central : créations de postes, dotations horaires, formation des enseignants… mais nous attendons de Christian Troadec, nouveau vice-président aux langues de Bretagne et aux Bretons du monde, et du Conseil régional qu’ils aient des exigences fortes envers l’État sur la partie linguistique du contrat État-Région. Nous voulons également des chiffres précis concernant l’augmentation du budget langue bretonne de la région et une véritable mise en place de l’utilisation de la langue bretonne dans le fonctionnement de la région Bretagne et dans sa communication.

Nous ne pouvons plus laisser à l’État le pouvoir de décider de l’avenir de l’enseignement bilingue et immersif. Du Conseil d’État au Rectorat en passant par le gouvernement, aucun rouage de la République ne s’avère digne de confiance. L’Union démocratique bretonne revendique le pilotage de l’enseignement immersif et bilingue en Bretagne, par la Région, comptable de ses choix politiques devant le peuple breton.

UDB Kreiz Breizh

Unvaniezh Demokratel Breizh a c’houll ma vo graet war-dro ar gelennadurezh dre soubidigezh hag ar gelennadurezh divyezhek gant Rannvro Breizh.

UDB Kreiz Breizh a c’halv an dud da gemer perzh er vodadeg skoazell d’ar gelennadurezh e brezhoneg ha d’ar gelennerien(ezed) divyezhek a vo e Karaez, da 4eur g. m., d’ar Merc’her 22 a viz Gwengolo e Kerampuilh dirak burevioù Rannvro Breizh.

Ar goulennoù savet gant saverien ar vodadeg eo ar Stad C’hall a ra war o zro : digeriñ ha serriñ ar postoù kelenn, niver a eurvezhioù kelenn, stummañ ar gelennerien… padal e c’hortozomp digant Christian Troadec, isprezidant nevez a zo war e garg d’ober war-dro yezhoù Breizh ha Bretoned ar bed, ha digant ar c’huzul Rannvro ma lakfent gwask war ar Stad-C’hall evit ma vo sinet ur gevrat Stad-Rannvro a-feson evit pezh a sell eus yezhoù Breizh. Fell’a ra deomp gout, ivez, pegement a vo postet resis gant ar c’huzul Rannvro e budjed ar brezhoneg hag e c’houlennomp ma vo implijet da vat ar brezhoneg e mont en-dro pemdeziek hag e kehentiñ ar c’huzul Rannvro.

N’hellomp ket lezel ken gant ar Stad-C’hall ar galloud da zivizout eus dazont ar gelennadurezh divyezhek ha dre soubidigezh. Pe vije ar c’huzul Stad, ar rektordi, ar gouarnamantoù, n’hellomp ket kaout fiziañs ken enne nag e aozadurioù ar Republik C’hall.

Unvaniezh Demokratel Breizh a c’houll ma vo graet war-dro ar gelennadurezh dre soubidigezh hag ar gelennadurezh divyezhek gant Rannvro Breizh ; ar Vretoned a c’hello e-giz-se choaz o dilennidi diouzh al labour vo bet kaset da benn gante.

UDB Kreiz Breizh

Voir aussi :
tags : UDB,,
mailbox imprimer
Vos 1 commentaires
Naon-e-dad
Jeudi 23 septembre 2021

Le titre en français de l'article est un peu ambigu.
.
A la lecture de l'article, iI s'agit bien de comprendre que l'UDB demande que la région assure le pilotage de l'enseignement immersif.
.
La phrase bretonne est claire et sans équivoque:
Unvaniezh Demokratel Breizh a c’houll ma vo graet war-dro ar gelennadurezh dre soubidigezh hag ar gelennadurezh divyezhek gant Rannvro Breizh
.
Pour la phrase française équivalente, il faut bien la lire... jusqu'au bout. Afin d'éviter tout contresens. Sait-on jamais?
.
Piv a c'hellfe krediñ ne vefe ket resis a-walc'h hon yezh?

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.