Louis XIV a fait brûler toutes les archives sur la révolte des Bonnets Rouges de 1675
Reportage de Philippe Argouarch

Publié le 13/02/14 3:01 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Puisque que l'on parle beaucoup de la révolte des Bonnets Rouges ces derniers temps, ABP est allée interviewer l'historien Frédéric Morvan, spécialiste de l'Histoire de Bretagne et qui a enseigné l'Histoire médiévale à l'université de Bretagne Occidentale. Il a aussi été chargé de recherche au CNRS.

Les bonnets étaient plutôt bleus au pays Bigouden et rouges en centre Bretagne autour de Carhaix. La répression féroce des troupes de Louis XIV a laissé des traces, nous explique l’historien breton... Jusqu'à la révolution et même après (voir la vidéo). A la Révolution, ces régions ont basculé dans le camp des bleus plutôt que vers la Chouannerie, comme d'ailleurs Rennes, centre de la révolte du papier timbré et aussi d'où sont partis en 1788 les troubles qui aboutiront à la révolution. Pendant la Révolution, le Finistère se souviendra des abus de la monarchie française ce qui ne sera pas forcement le cas pour le Morbihan qui bascula dans le camps des Blancs. Il y aurait même une continuité entre les zones insurrectionnelles de 1675 et celles des Bonnets rouges de l’automne 2013 !

Toutes les archives sur les Bonnets rouges ont été détruites sur ordre de Louis XIV, nous explique Frédéric Morvan. Il reste néanmoins deux ou trois ouvrages clés dont Les révoltes du Papier Timbré advenues en Bretagne en 1675  de La Borderie. Et Les buts et les revendications des paysans lors de la révolte bretonne de 1675  du Russe Boris Porchnev paru à Moscou en 1940. Gwenael Mazé a rappelé récemment que Boris Porchnef a vu dans la révolte des Bonnets rouges un embryon de lutte de libération nationale. "Les historiens français n'aiment pas signaler ces traits, d'une lutte de libération nationale, qui apparaissent dans la révolte de 1675 " a écrit Porchnef.

Les revendications furent rassemblées dans un code paysan, des cahiers de doléances avant l’heure. Ce qu’il en reste est incomplet. Après tout, Louis XIV avait sans doute de bonnes raisons de faire tout disparaître...Les revendications étaient souvent légitimes et remettaient en cause l’absolutisme.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1677 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 3 commentaires
JP. Touzalin
2014-02-14 11:25:37
Le "Grand siècle" avait aussi ses bassesses!
A quand une réécriture de cet épisode de l'histoire de France?
(0) 
Ronan Badouel IB
2014-02-15 18:35:59
On aimerait voir Frédéric Morvan sur les chaînes de télés nationales, ça nous changerait des historiens aux ordres. Mais par les temps qui courent on communique tellement sur le roi "soleil"!
(0) 
Paul Chérel
2014-02-16 15:15:54
Ce qui pose question, c'est la façon dont Louis XIV a donné l'ordre de détruire toutes les archives sur les bonnets rouges. Comment s'y est-il pris ? Où ces archives étaient-elles centralisées ou éparpillées ? Comment quelques documents ont-ils pu échapper a la destruction ? On s'y perd un peu dans le bleu-blanc-rouge. cent ans après la révolte alors que ce brave Louis XIV est mort depuis longtemps. Ah' L'Histoire avec un grand H ! Paul Chérel
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.