Lorient. Du breton dans les transports publics
Communiqué de presse

Publié le 4/12/22 20:45 -- mis à jour le 05/12/22 17:12

Le breton, une langue vivante !

Selon l’étude sociolinguistique commandée par la Région Bretagne en 2018, on estime à 9 % le nombre de locuteurs du breton dans le pays de Lorient. 34 % des parents aimeraient ou auraient aimé que leurs enfants parlent le breton. Dans le Morbihan, c’est 30 % de la population qui souhaite ou aurait souhaité savoir parler breton et 60 % qui aimerait plus de breton dans les services publics.

Pourtant, malgré un apparent soutien à la langue bretonne de la part des élus, celle-ci peine toujours à trouver une place dans la vie publique en Bretagne. Tantôt on explique que cela coûte cher, tantôt on part du principe que cela gênerait les personnes en situation de handicap.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Visiblement, le bilinguisme semble à géométrie variable puisque certaines rames de métro de la ville de Paris annoncent les stations en 3 langues : français, anglais, espagnol. À Bruxelles, le bilinguisme français-flamand est omniprésent. Les exemples sont multiples…

Aujourd’hui, Brest est sans doute la seule commune de Bretagne où l’on entend désormais du breton, dans le tramway ou son téléphérique. Ailleurs, « c’est compliqué » !

Une langue vivante s’entend et se parle. L’UDB réclame donc des annonces en breton dans les transports en commun du pays de Lorient.

Section UDB du pays de Lorient

Voir aussi :

Ar brezhoneg, ur yezh vev !

Hervez an enklask sokioyezhoniel urzhiet gant Rannvro Breizh e 2018, tro-dro 9 % eus an dud e Bro An Oriant a gomz brezhoneg. Plijout a rafe pe en dije plijet da 34 % eus ar gerent e vije gouest o bugale da gaozeal brezhoneg. 30 % eus an dud o deus pe o dije c’hoant da gomz brezhoneg amañ e Morbihan ha 60 % anezho a souten muioc’h a vrezhoneg er servijoù publik.

Koulskoude, daoust ma vez diskouezet ur souten d’ar yezh gant an dilennidi, eo diaes dezhi kavout ur gwir blas er vuhez foran e Breizh rak re nebeut a oberoù pleustrek a vez kaset da benn. Gwezh ha gwezh emañ an dilennidi o tisplegañ e koust ker, pe e vefe diaes evit an dud ampechet.

Hervez ar c’hêrioù n’eo ket memes kont war a seblant rak kavout a reer linennoù tren-buzhug e Pariz o kemenn an ehanoù e teir yezh : galleg, saozneg ha spagnoleg da skouer. E Brusel, an divyezhegezh galleg-flandrezeg zo e pep lec’h. Hag all hag all.

Hiriv eo Brest ar gêr nemeti e Breizh e-lec’h ma vez posupl klevout brezhoneg, en tramgarr hag er c’harr-dre-fun. E lec’h all eo « luziet » !

Ur yezh vev zo klevet ha komzet. Setu perak emañ Unvaniezh demokratel Breizh o c’houlenn kemennadennoù e brezhoneg e treuzdougen boutin Bro an Oriant. N’eo ket ker an oberenn-mañ. Ret eo d’ar bolitikourien da vezañ youlek nemetken. Evit implijout brezhoneg er vuhez pemdeziek e vefe un araokadenn vras. Neb a venn hennezh a c’hell !

Kevrenn UDB bro an Oriant

L’article Lorient. Du breton dans les transports publics est apparu en premier sur UDB.Ce communiqué est paru sur UDB

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.