Loïk Le Floc'h-Prigent, sauvé par la solidarité des pétroliers?

-- Economie --

Dépêche de Christian Rogel

Publié le 8/05/13 12:54 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le Monde, daté du 8 mai, fait un survol des affaires faites en Afrique par Claude Guéant, haut fonctionnaire devenu récemment avocat d'affaires, à partir d'une interview de l'intéressé. Claude Guéant mentionne, au passage, qu'il a participé, en parallèle avec d'autres personnes, dont certaines travaillant à l'Élysée à la libération de Loïk Le Floc'h-Prigent, qui était incarcéré au Togo. ( voir l'article )

De l'aveu de Me Patrick Klugman, avocat de l'expert pétrolier, plusieurs personnes auraient conseillé à Marlène Le Floc'h, épouse du prisonnier, de s'adresser à Claude Guéant. Celui-ci explique son empressement par ses états de haut-foctionnaire et d'avocat qui l'ont amené à «(servir) son pays de la meilleure façon.» et parce qu'il estime que Le Floch-Prigent est «un patriote».

Une autre clé d'interprétation est pourtant possible, car, Le Monde indique plus haut que le gendre de Guéant, Jean-Charles Charki, dirige la société Iota, spécialisée dans le conseil à des groupes pétroliers en Afrique. Une activité qui est proche de celle exercée jusqu'ici par Loïk Le Floch-Prigent. Ce qui est plus qu'une coïncidence dans un monde très petit.

Pour compléter, il faut rappeler que Claude Guéant est avocat associé avec son fils, François, qui a tenté, l'année dernière, de devenir député pour le compte de l'UMP à Ploërmel et a été battu par Paul Molac.

Christian Rogel

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.