Livre : Sur la route des plus belles légendes celtes

-- Littérature --

Presentation de livre
Par Philippe Argouarch

Publié le 18/12/13 13:36 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Un livre magnifique qui fera un superbe cadeau de Noël. Rempli de l'érudition d'Alan Stivell sur les thèmes de légendes que l'auteur-compositeur breton a fouillés en long et en large depuis soixante ans pour ses chansons et sa musique. Thierry Jolif a mis aussi son grain de sel de mer en ce qui concerne la mythologie. Mythologie d'un côté et histoire de l'autre ?... « Je suis de ceux qui refusent de choisir entre le scientifique et l'imaginaire » déclare Alan Stivell dans son avant-propos.

Les photos originales d'Yvon Boëlle sont sans concession, du brut, des paysages celtes à vous couper le souffle et, avec ce temps couvert en mouvement des penn-ar-bed, les couleurs de ciel et les lumières qui vont avec. On est loin des cartes postales ensoleillées de sentiers et lieux battus. C'est un coup d'oeil neuf sur des pierres posées il y a 1000 ans ou plus et des roches vieilles de 400 millions d'années... les terres celtes sont les plus vieilles du monde puisque le massif Hercynien remonte à l'ère Primaire et qu'elles n'ont pratiquement jamais été submergées depuis l'émergence du continent ! Là se trouve une certaine magie pour les uns. Un sacré pour les autres. Chaque motte de terre est composée d'atomes qui ont fait partie de milliers de générations qui ont foulé ce sol avant nous -- donnant tout son sens aux mots «la terre de nos ancêtres». Chaque horizon est chargé de légendes venant d'une histoire interdite ou d'épopées inscrites pour l'éternité dans la toponymie et les contes pour enfants. Les nouveaux druides sont ceux qui savent déchiffrer la géographie, les contes et le légendaire.

Brocéliande, Azenor, Ker-Ys...Bran, Taliésin, Merlin, Morrigan, autant de noms qui peuplent les mèmes culturels et l'inconscient collectif de peuples qui ne pourront jamais mourir car mus par un passé devenu mythes universels. Le passé, même effacé, comme la nature, finit par avoir le dernier mot. Mieux, cette mythologie est porteuse d'une extraordinaire vitalité qu'Alan résume par ces mots « je crois au pouvoir d'envoûtement de la celtitude ».

Philippe Argouarch

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1174 lectures.
mailbox imprimer