Livre : Métaphysique de la pêche à la crevette
Présentation de livre de Philippe Argouarch

Publié le 31/08/13 16:46 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

La pêche à pied à la crevette était en fait un métier pratiqué en Bretagne par les femmes pendant que le mari était en mer sur son bateau. Ces bretonnes aguerries aux rigueurs sortaient par tous les temps étés comme hivers. Elles pouvaient rester dans l'eau froide quatre heures de suite ou plus avec leur haveneau cherchant sous les rochers les crevettes grises. La pêche était vendue fraîche sur les marchés avec les poissons ramenées par le mari.

Ce petit livre est un joyau tant il est écrit avec style et profondeur pour un sujet à première vue anodin et banal concernant une activité en voie de disparition : la pêche à pied. La pêche à la crevette peut être Zen. C'est une méditation comme le confie Marika à ABP. Et puis il y a cette communion avec la mer et ses secrets et même, avoue Marika, une communication avec les oiseaux de mer, les vrais gardiens du temple sous-marin.

Marika Doux est agrégée de lettre et inspectrice des collèges, elle fait aussi souvent partie des jurys de thèses. Malgré tout, elle a déjà publié plusieurs ouvrages dont "Orient et les maitres de l'Arc".

"Métaphysique de la pêche à la crevette". Les éditions du net. 12 euros.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2447 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.