L’interdiction de l’enseignement en russe en Ukraine à l’origine de la guerre ?
Chronique

Publié le 3/03/22 8:53 -- mis à jour le 11/03/22 14:28

En 2017, le parlement ukrainien a voté une loi qui prévoit progressivement l’enseignement en ukrainien dans toutes les écoles. Le 25 avril 2019, la Rada a adopté un projet de loi n ° 5670-d visant à assurer le fonctionnement de la langue ukrainienne En février 2021 le gouvernement précipite les choses et demande l'interdiction de l’enseignement en russe dans les écoles dès septembre 2021. Cette mesure n’est même pas débattue à la Rada (le parlement). 125 écoles publiques de langue russe sont concernées et 43 écoles privées. La mesure est d’autant plus injuste que l’enseignement dans une langue de la communauté européenne continue à être autorisé. Ceci se passait au même moment où, en France, le Conseil constitutionnel déclarait anti-constitutionnel l’enseignement des langues régionales en langue régionale (immersion), comme le font les écoles Diwan.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Selon le site France-Ukraine très bien informé, le Conseil de la Fédération de Russie aurait appelé le haut commissaires de l'ONU en charge des minorités (1), l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), et même le Conseil de l’Europe afin d’intervenir pour protéger les droits des citoyens russophones d'Ukraine. Apparemment, aucune réaction de l’Ukraine et rien dans les médias français.

Le russe est la langue maternelle de millions de personnes en Ukraine. Rappelons aussi que les accords de Minsk 2 du 5 septembre 2014, que l’Ukraine n’a pas appliqués, prévoyaient une très large autonomie des oblasts de Donetsk et de Lougansk. Ce qui parait incroyable est que le russe n’est même pas langue co-officielle à côté de l’Ukrainien.

La langue ukrainienne est la seule langue officielle en Ukraine. Donc c’était, c’est et sera comme ça. Il n’y a pas de compromis sur cette question. L’État va devoir prendre en charge le développement de la langue ukrainienne, son élargissement et son utilisation. -Volodymyr Zelensky (président de l’Ukraine)

Bien sûr, ces mesures vexatoires envers les russophones d’Ukraine ne justifient pas l’invasion russe et les menaces de Poutine envers toute l’Europe, mais il y a une leçon à tirer de cette histoire : la liberté et la démocratie ne peuvent pas être séparées des droits fondamentaux des peuples et des minorités nationales ou linguistiques. Cette guerre n’aurait jamais eu lieu si l’Ukraine avait choisi comme modèle la République confédérale suisse plutôt que la République française centralisée et jacobine.

(1) Contacté par ABP, Fernand de Varennes, haut commissaire de l’ONU aux minorités, n’a pas voulu répondre.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

5  1  
mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 4669 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 49 commentaires
Heol
2022-03-03 09:47:52
Merci, ce "détail" est complètement oublié des grands médias occidentaux et pourtant c'est un élément clef pour comprendre la situation. Évidemment ici on est entre cons de bretons qui râlent pour leur reconnaissance, cependant la situation actuelle pouvait être évitée si le régime de Kiev avait respecté certains points des accords de Minsk, en programmant des élections avec plus d'autonomie dans ces "régions", la langue russe officielle et l’éducation faite en russe. Pour leur défense au moindre débat dans ce sens au parlement, les nationalistes armés par l'Otan commence à s'énerver et à menacer d'une nouvelle révolte, cela aussi est un élément clef de la situation...
J'ai été très étonné que M. Molac ne le commente pas dans son communiqué, pourtant cela montre que l'organisation fédéral de l'Europe et la reconnaissance des peuples et de leurs langues penchent plutôt vers la paix que vers le "séparatisme" bête et méchant, dans le cas présent personne dans le Donbass ne voulait l'indépendance au départ, et pourtant vu l'avancée des choses, il est difficile d'imaginer qu'ils rejoignent de nouveau un état Ukrainien unitaire.
(4) 
Michel Bernard
2022-03-03 10:47:40
Il est en effet évident que la langue russe a sa place en ukraine comme le breton en bretagne ,le probleme la bas c est que le russe est associé aux massacres et aux déportations des communistes,de Lénine a Trotsky puis au predecesseur de Poutine ,Staline .poutine et staline meme bête meme poil
Quand on voit les maigres restes des communistes s' exhiber en tête des manifs suivis a notre surprise des maigres restes des socialistes et des verts pour appeler à leur paix en Ukraine,celle de Poutine,c 'est à dire celle proposée par Hitler a Petain,on les voit tels qu' ils sont des candidats collabos en cas d' invasion,souvenons nous leurs chefs avaient demandé aux nazis de faire paraitre l 'Humanité .la Bretagne na pas ete traitée comme l Ukraine par le pouvoir national que les bretons élisent à chaque fois démocratiquement.
(0) 
Loïc
2022-03-03 12:49:51
Intéressant et nécessaire de poser sur cette guerre un regard autre que celui porté par les journaux nationaux français. L'Ukraine est sous influence des USA - Et la France aussi-. L'Amérique n'est pas exempte de reproches avec ses nombreuses interventions à commencer par les guerres contre les amérindiens. Rappelons aussi ses bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, Plus récemment la guerre en Irak...
Toujours avec de bons arguments.
(voir le site)
(0) 
Thomas
2022-03-03 13:05:36
A ce détail, on peut ajouter l'aspect religieux. L'importance de kiev est d'ailleurs au centre de cet aspect puisque les rus sont devenus chrétiens en même temps qu'ils ont pris kiev pour capitale et sont devenus les mercenaires de byzance. La pologne-lithuanie catholique, les tatars sunnites et les russes orthodoxes se sont affrontés de nombreuses fois pour le contrôle de ce territoire et, aujourd'hui, les boches protestants entrent dans la danse.
Sinon, suisse = 8 millions d'habitants, france = 60. Il faut comparer ce qui est comparable.
(0) 
Rafig du 44
2022-03-03 13:24:10
@Michel Bernard : " la langue russe a sa place en ukraine comme le breton en bretagne"
Ok mais de quelle Bretagne parle-t-on ?
Lorque l'on parle de Bretagne, il faut bien sûr, parler de la seule et légitime Bretagne découpée en 5 (cinq) départements à la Révolution française puis en 1941 (régime de Pétain = collabo nazi), découpée en 2 régions administratives.
Découpage repris par tous les gouvernements de la république française :1956, 1964, 1972, 1983 et 2015 gouvernement Hollande Ayrault.
Pour avoir la Paix, il faut respecter les territoires historiques et légitimes. Ne pas avoir une seule langue nationale qui efface les autres du même pays. Admettre la différence et la complexité naturelle des cultures humaines (qui sont toutes égales en valeur)
(5) 
Iffig2
2022-03-03 13:43:39
Les russes ont commencé leur politique aggressive bien avant les lois ukrainiennes favorisant la langue ukrainienne.
La Russie aurait quand même lancée cette guerre même si l’Ukraine avait été une fédération plus respectueuse de ses minorités! Poutine veut recréer la grande Russie!
(1) 
Heol
2022-03-03 15:12:10
@Thomas La fédération suisse compte 8 millions d'habitants et la fédération indienne plus d'un milliards 300 millions. C'est une simple question de partage des pouvoirs, rien à voir avec le nombre d'habitants.
(1) 
Reun Allan
2022-03-03 15:38:41
C’est trop tard pour pleurer mais il ne l’est pas encore pour prendre une leçon de choses de ces événements dramatiques pour les populations civiles qui n’y sont pour rien. De toute évidence le pouvoir politique qui a pris place en Ukraine après son affranchissement de Moscou s’est empressé de manifester une certaine arrogance de « nouveau riche » contre ses minorités russophones en leur Interdisant de parler leur langue. A nous Bretons cela nous parle, du moins à ceux qui se battent pour garantir un statut au breton. Certes on ne parlera pas des Bretons qui se proclament fiers d’être monolingues francophones, ceux là auront toujours du mal à comprendre certaines réserves.
Un mal a été fait, rien ne dit que si le pouvoir central ukrainien avait respecté ses minorités, il aurait été évité la tragédie actuelle mais il aurait tout au moins trouvé des alliés dans l’est du pays s’il avait respecté les droits de ses minorités culturelles.
(4) 
P. Argouarch
2022-03-03 15:46:56
@ Thomas : La démocratie n’a rien à voir avec la taille. L’Inde a 23 langues officielles inscrites dans la constitution plus 15 autres officielles dans certains états, plus deux langues communes : l’hindi et l’anglais. Le russe n’est même pas une langue officielle de l’Ukraine alors qu’il y a 7,5 millions de locuteurs du russe, soit 17,2 % des habitants de l'Ukraine.
(4) 
Yann Fraslin
2022-03-03 15:52:37
«  la liberté et la démocratie ne peuvent pas être séparées des droits fondamentaux des peuples et des minorités nationales. » —> d’accord sur ce point
« Cette guerre n’aurait jamais eu lieu si l’Ukraine avait choisi comme modèle la République confédérale suisse plutôt que la République française centralisée et jacobine. »—> pas d’accord sur ce point. C’est une constante chez Poutine d’utiliser la communauté russophone d’un pays comme prétexte à l’occupation (par ex. : Géorgie avec l’Ossetie du sud et Abkhazie, Moldavie avec la transnistrie,…) de tout ou partie d’un pays. La lecture des événements est à faire via le prisme russe et non occidental. Poutine a un objectif impérialiste Russe (continental) par intérêt économique et géopolitique (y compris par volonté de créer des zones opportunes d’instabilité dans la perspective de servir les intérêts du pouvoir russe). Il n’a que faire des préoccupations des populations fussent elle russophones ni même des populations de son propre pays. D’ailleurs, quand les petits dictateurs qui lui sont inféodés, qu’il met au pouvoir dans ces territoires conquis, prennent un peu trop d’indépendance, les mercenaires de Wagner s’en occupent. Sa seule raison de défendre les communautés russophones, qui de fait se retrouvent également pris en otages de Poutine, est de servir de prétexte à ses ambitions.
L’égoïsme envers les pays qui frappent à la porte de l’UE d’une par, l’aveuglement et la volonté d’apaisement systémique de l’Europe à l’égard de Poutine, d’autre part, ont certainement favorisé et précipité les événements actuels (un dictateur à qui on n’oppose pas de résistance s’avance toujours). Mais en aucun cas le problème du Donbass (qui est d’ailleurs très complexe et pour lequel les actions de la Russie ne sont pas étrangères) n’est pas la raison de la situation actuelle, sinon par son instrumentalisation par Poutine et le prétexte, en conséquence, qu’elle lui a servi.
Pour mettre en perspective, si Poutine venait « sauver » la Bretagne pour lui donner son indépendance le souhaiterions nous ? Moi non. Cela ne serait par par intérêt pour les bretons mais par intérêt pour lui. Et personnellement, si je souhaite cette indépendance, jamais au grand jamais je ne la voudrais au prix du massacre injustifiable des français ni au pris de notre asservissement par Poutine.
Bien évidemment, si nous nous en sortons, le modèle à suivre est le modèle fédéral suisse. Mais avant cela, il nous faut défendre sous peine de tomber sous le joug d’une dictature sans nom, ce qui existe aussi critiquable et imparfait soit il. C’est du pragmatisme (a moins que quelqu’un n’ait une solution miracle que je ne connais pas) et pas de la soumission. Après, si nous arrivons à nous en sortir, alors il sera du devoir des peuples de forcer nos états à se réformer et à aller urgemment vers plus de démocratie. Car, dans cette affaire, ce qui manque le plus, c’est le manque de démocratie, je parle de celle qui implique directement les personnes, comme en Suisse, dans sa dimension internationale. Car ce que j’ai appris de cette crise, à ma grande et heureuse surprise, c’est que même des personnes, en grand nombre, y compris provenant de pays à régimes totalitaires, inclue la Russie, soutenaient, sans le cacher, les ukrainiens. Les peuples sont biens plus intelligents que leurs gouvernements, même ceux dits démocratiques, et le monde vivraient beaucoup mieux si nous commencions par nous parler sans le vecteur systématique de nos « représentants ».
(4) 
Penn Kaled
2022-03-03 16:04:59
Même s'il est une scorie du bolchevisme , le paradoxe de Poutine , c'est que une d'une part il réhabilite Staline et de l'autre ,il est chrétien pratiquant , il a eu un échange récemment avec le pape dans le but de rapprocher les églises catholiques et orthodoxes .Par contre il a pris position contre Lénine ,qu'il considère comme un des fossoyeurs de l'empire tsariste .Considérant l'occident comme dégénéré , il se donne un destin messianique ,se voyant le futur maitre d'un immense territoire qu'il dénomme l'Eurasie .Et la Bretagne dans tout çà comme je l'ai écrit dans des commentaires précédents , je crains qu'elle paye un prix sans précédent , apocalyptique en cas de mondialisation du conflit .du fait de sa positions géographique la présence de la base de l''ile longue .Une confrontation terrible entre deux armées surtout sur la partie ouest ,avec une débarquant sur la pointe bretonne et l'armée française venant de l'est .le fait que la péninsule étant étant étroite dans le sens nord sud étant un facteur nettement aggravant .Cependant le pire n'est jamais sur ,mais la réalité peut aussi dépasser la fiction .
(0) 
Pierre robes
2022-03-03 17:30:40
Si un jour les bretons prennent les armes pour défendre leur pays colonisés par l état colonial français, celui-ci prendra fait et cause pour la minorité française qui vit en 35 et 44 et voudra protéger cette enclave pro-francaise, comme les russes le font au DOnbass.
Le français étant même une langue majoritaire dans cette colonie nommée bretagne à 98% parlant le patois parisien.
(5) 
Yann Houarno
2022-03-03 19:15:16
Les crimes de guerre commis par les jacobins Ukrainiens dans le Donbass/Vendée, et soutenue par Paris.
(voir le site)
(voir le site)
(0) 
Iffig2
2022-03-03 19:55:52
Prendre le prétexte de défendre la langue russe n’a aucun sens, tout simplement parce qu’elle n’est absolument pas menacée de disparition. L’ukrainien par contre a énormément reculé au XXeme siècle, il était parlé sur tout le territoire actuel de l’Ukraine ainsi qu’en Russie au nord est de Karkhiv côté russe.
(2) 
Per Manac'h
2022-03-03 20:17:12
Merci à Philippe Argouarc'h pour ce rappel, merci également à Reun Allain pour ce complément et ces précisions. Cela ne justifie nullement l'intervention militaire russe car il faudrait prendre en compte beaucoup d'autres paramètres : le rôle joué par les Américains, l'OTAN, le suivisme de l'E.U... quant à la position de la France et de son président, comment dire... pitoyable !
Dans ce douloureux conflit le président Poutine n'est pas irréprochable, mais le gouvernement ukrainien n'est pas non plus une référence démocratique. Je suis étonné de voir certains prendre une position tranchée dans un conflit particulièrement complexe.
(4) 
Kerbarh
2022-03-03 20:48:18
Il est vrai que Kiev n’a rien fait pour protéger les minorités russes. Mais Poutine vient de déclarer que l’Ukraine c’est la Russie. Il dévoile ouvertement ses objectifs nationalistes.
(1) 
Thomas
2022-03-03 20:56:33
@P. Argouarch
La démocratie indienne est gangrénée dans des luttes communautaires avec des émeutes et des affrontements toutes les semaines.
La finlande me semble un meilleur exemple pour comparer.
Au moins, eux ne font pas fonctionner leur pays en étant une plaque tournante de tous les traffics contrairement aux suisses.
Les différences culturelles sont une des raisons de ce conflit mais c'est surtout le base de sebastopol qui de tout façon rend la situation intenable pour la russie. Quelle idée bizarre d'avoir fait un découpage aussi pourri, ça me rappele une autre situation ;)
(0) 
Choqué
2022-03-04 10:30:06
@Thomas La Finlande est une bonne référence puisque les diplomates européens auraient dû encourager l'Ukraine à prendre un statut à la finlandaise, neutre, pacifique et reconnu par tous. Mais les politiques finlandais de l'époque étaient évidemment plus fins que les actuels ukrainiens, sinon ils auraient aussi fini dans le pacte de Varsovie, tout simplement... Au contraire ils ont profité pendant des décennies de leur statut neutre.
La situation ici est extrêmement complexe et le cas de la Crimée doit être traitée à part. La péninsule est peuplée d'une extrême majorité de russes, qui vivaient très bien au sein de l'Ukraine jusqu'en 2014, et le choix qu'ils ont fait à ce moment-là est plutôt logique, ils ont pris le chemin le plus court pour se protéger des violences. Moscou pour sa part ne pouvait évidemment pas permettre que la base de Sébastopol se trouve sur un territoire potentiellement rattachable à l'Otan.
A présent la Russie grignotent toute la zone sur sa frontière et sur la côte au sud, prévoient-ils de demander l'établissement d'une zone démilitarisé sur ces territoires ? On le saura bientôt. La grande question maintenant est s'ils arriveront à gérer cela rapidement comme ils le voulaient ou si Washington arrivera à transformer la situation en "guerre sans fin", l'apport massif d'armes et de mercenaires, euh non pardon de volontaires, prouve que telle est leur intention, la diplomatie ne rentre pas dans leurs plans. Malheureusement pour les ukrainiens, si ça tourne en guérilla entre mercenaires professionnels des deux côtés, il ne restera pas grand chose du pays.
(0) 
Alter Écho & Ego machin
2022-03-04 11:30:48
Je voudrai comprendre, bien comprendre ! Expliquez-moi !
Lors de la dissolution de l’URSS, un accord a t-il été établi entre La Russie et « l’Ouest », ou Occident sous « OTAN» : OUI ou NON ?
Les deux parties engagées dans cet accord avaient-ils accepté et signé la « non-extension » de l’OTAN vers l’Est, ainsi que la « non-entrée dans l’UE » des ex-pays de l’URSS dont une partie est aujourd’hui dans L’Union Européenne et l’Otan : OUI ou NON ?
Ces accords ont-ils été scrupuleusement appliqués et respectés : OUI ou NON ?
L’affaire des missiles de CUBA en 1962, présente t-elle une forme de jurisprudence qui autorise, ou peu autoriser, ou être évoquée par la Russie pour s’en prévaloir et mettre en garde les USA…et l’Ouest : OUI ou NON ?
S’en prévaloir, d’abord sur le plan de la relation politique en protestant des dérogations successives appliquées unilatéralement par l’Otan et l’UE: OUI ou NON ?
Et selon, pour justifier à leurs yeux, comme en ce moment l’utilisation des armes pour faire respecter le contenu et l’application des accords passés, en s’estimant à un moment en danger : OUI ou NON ?
En considérant les seuls points de vue des deux organisations signataires, les coups de canifs occidentaux au contrat signé il y a près de trente ans sont-ils « respectables » du point de vue russe, si considérée comme une démarche et objectifs d’agression : OUI ou NON ?
Ensuite, le temps passant, eut-il fallu par eux ou/et autres instances politiques, faire l’évaluation, l’estimation qualitative des relations humaines, politiques, économiques et prospectives réelles de l’avenir, et que les deux « blocs » se soient mis d’accord sur la validité ou non de ce contrat, ou de certaines clauses : OUI ou NON ?
En considérant les points de vue de « tous les pays » de l’ex-URSS qui ne sont pas la Russie, les conditions du contrat établies sans eux, devaient et doivent-elles toujours être « respectées », imposées de toute éternité : OUI ou NON ?
Et Avant que toute modification, « dans les faits », du contrat établi par les deux blocs signataires, il se soit reposé la question sur la pertinence encore existante concernant les clauses de ce contrat: OUI ou NON ?
Réévaluation rendues nécessaires, et qui auraient dues être obligatoires par les premières intentions légitimes de certains pays de l’Est, et libération après avoir au moins considéré les résultats de l’évaluation globale réalisée et surtout la volonté des pays concernés : OUI ou NON ?
Mais les méthodes primitives de gouvernance, et les manques d’évolutions équilibrées, civilisées, de part et d’autres sur toute la planète ne permettent pas encore un plan d’ensemble et général pour la Terre. Gouvernances de profits, de bas instincts, que même les philosophies, les religions et idéologies malgré leurs nobles mots et concepts séduisants d’humanisme sont atteintes car ceux qui prétendent les servir, qui les utilisent parfois, souvent négativement en moyens d’ambitions personnelles !
Reste, après rééquilibrage de puissance de L’UE, reste une intégration de la Russie elle-même à l’UE, car elle est d’Europe aussi ! : OUI ou NON ?
En faire de cette grande part d’Eurasie un puissant bloc de paix, d’innovation, d’évolution, un modèle envié, choisi et non imposé par les armes toujours, un bloc vigilant à ne plus se laisser influencer, noyauter, infecter et détruire de l’extérieur !
Éventuellement, il resterait à savoir le rôle qu’elle, la Russie entendrait avoir, jouer prendre et que nous lui accorderions, partagerions, mais ceci est, serait une autre histoire ! Pour d’autres modes de pensée, d’évolution.
Comprendre ! Rien de plus !
(1) 
Naon-e-dad
2022-03-04 14:24:34
Pour un éclairage historique, très synthétique et très clair, on pourra consulter la vidéo youtube suivante (première demi-heure) d'une vidéo-conférence donnée le 2 mars 2022 par Mgr Pascal Gollnisch,.directeur de l'Oeuve d'Orient.
.
(voir le site)
.
L'Oeuvre d'Orient (initialement créée au XIX siècle, aujourd'hui association) agit au fil des décennies sur le terrain dans de très nombreux pays orientaux. Elle est évidemment concernée par l'Ukraine.
.
Setu ur gevredigezh pouezhus-kenañ pa vez anv eus digas un tamm sikour da dud e broioù ar reter (Kristenien hag all).
(0) 
Heol
2022-03-04 16:15:57
@Alter Écho & Ego machin il y a eu une entente, mais pas de traité signé ni rien de formel, même si dans le fond tout le monde sait que cette promesse a été faite. Seule l'Allemagne de l'Est devait rejoindre l'Otan, puisque la RFA en faisait déjà parti. Cela concerne l'Otan et pas l'UE, mais à présent, qui rentre dans l'UE intègre l'Otan, c'est presque devenu automatique.
L'arrivée au pouvoir de Poutine était l'occasion du rapprochement entre la Russie et l'UE, c'était sa volonté initiale. Évidemment les USA et l'Angleterre ne le permettront jamais. Et à partir de l'intégration des pays baltes dans l'Otan, en plus de l'installation des boucliers anti-missiles, on peut considérer qu'il y a un revirement. Je crois que c'est en 2007 que poutine déclare qu'il ne croit plus en un destin commun européen, et affirme son hostilité face à l'unilatéralisme de l'Otan. Un an plus tard il envoyait ses troupes en Ossétie du sud.
Mais votre commentaire renvoie à une réflexion basique: si le projet européen consistait à protéger la paix en Europe de l'Ouest par l'union de la France et de l'Allemagne, alors l'union de l'UE et de la Russie peut-elle assurer la paix sur le continent ? C'est une saine réflexion, qui peut apporter de multiples solutions.
(0) 
Thomas
2022-03-04 22:34:11
@Choqué
C'est surtout la suède normalement neutre qui a jouer un rôle déterminant durant la deuxième guerre mondiale en fournissant des armes.
A la fin de la première guerre mondiale, l'ukraine retourne dans le giron russe dû à son importance stratégique, grenier de l'empire russe, tandis que la finlande devient indépendante. Situation qui perduera tout en étant un proxy de l'urss, comme elle l'avait été sous l'empire russe.
Ca faisait une bonne zone tampon avec finlande + suède neutre avant d'arriver au danemark.
En plus à part du bois et des lapons, y a pas grand chose^^.
Les choses me semblent plutôt claires, y a un tiers de l'ukraine qui est russe (la carte linguistique le montre bien). C'est plutôt l'annexoin qui est prévue propablement de tout ce qu'il y a à l'est du Dniepr, retour à la situation du XVIIIe en gros.
(0) 
Pierre robes
2022-03-05 14:01:57
Il ne faut pas oublier que l ex président ukrainien parlait de mettre ceux de langue ukrainienne dans les écoles et ceux du Dombass de langue russe les enfermer dans des caves.
Voir sur YouTube le reportage de 2014 de la journaliste censurée par macron Anne-Laure Bonnel/Dombes.
(1) 
Alter Écho & Ego machin
2022-03-06 08:42:05
Bien Héol, tout d’abord vous utilisez le terme entente, pour moi une entente est un contrat, qui par la parole donnée, l’honnêteté, et l’honneur de respecter les décisions écrites ou verbales acceptées qu’ils ont arrêtées d’un commun accord ! Et cela est fait au nom des citoyens qui laissent en démocratie, sur les bureaux des politiciens un chèque bien négligent, en blanc. Un bulletin que l’on laisse tomber dans les urnes !
Nous connaissons plusieurs ententes politico-militaires (Petite Entente, Entente Cordiale, Triple Entente) qui toutes concernent diverses alliances, associations, connivences entre plusieurs états européens pour lesquels les petits contrats devant notaires n’ont pas été la préoccupation principale. Quoi qu’il en soit et a été, c’était une forme de contrat à durée très limitée souvent, une promesse mal tenue souvent, d’état à état voire d’un individu à un autre individu ! La preuve en faite une fois de plus ici!
Quant aux contrats et traités « signés » nous sommes bien placés en BRETAGNE comme Bretons, pour savoir ce que la France et ses rois en ont fait. Nuls doutes que cela s’est fait ailleurs ; et pourquoi pas maintenant ?
Ensuite l’OTAN étant quasiment le réel et seul moyen de défense de la majorité des pays de L’UE, ce qui se passe étant une menace possible envers L’UE, celle-ci « à poil » et frileuse se tait et dépend donc l’OTAN qui dicte sa loi ! C’est une dépendance de faibles, qui pèse lourd, très lourd !
L’Europe ne doit pas avoir qu’une seule ambition, fusse la paix qui ne doit jamais être perdue de vue dans toutes les autres actions de développement et les politiques entreprises ! Mais elle doit se donner tous les moyens de la maintenir, de la défendre au moins sur tout son sol et dans ses frontières, et de la faire souhaiter partout où cela sera possible. Il faut s’en donner les meilleurs moyens !
Quant à l’adhésion de la Russie, à l’UE lorsque celle-ci sera réellement « indépendante », et que là-bas les Poutine ne seront plus, ou seront inactivés, cette adhésion pourra peut-être s’envisager par l’UE et la Russie. C’est déjà peut-être d’intérêt réciproque, pressant et essentiel pour nos avenirs à tous deux..
De Scandinavie , les viking nommés Rouss qui ont donné son nom à la Russie, descendant par les fleuves et rivières ont fondé le comptoir commercial de Kiev puis se sont développés avec d’autres marchands sans doute,créant Moscou etc. Ce sont bien des Européens aussi, et s’il fallait dire cela, bien comme nous. Donc comme tels, à plus forte raisons si l’on a estimé un temps que les Turcs pouvaient y entrer, ça l’était également pour eux ! Mais ces diables de ROUSS n’ont pas l’heure de plaire aux américains ces anciens européens devenus très prétentieux (bien plus que les Russes encore),et que nous avons bien aidé à le devenir.
Quoi qu’il en soit, les Russes seront sans doute bien obligés un jour de faire un choix, qui va peut-être s’imposer plus vite qu’on ne le pense.
Cela en raison de deux choses : Primo en raison de leur démographie en chute libre, puis secundo, en raison de l’étendu de leur immense territoire qu’ils ne peuvent pas, à mon avis, vraiment contrôler, exploiter, défendre et entretenir, en raison du point Primo.
Ajoutons tiertio : Je ne crois pas que la CHINE ne pense pas à ces territoires, et aux ressources qu’ils recèlent et qu’un jour pas très lointain, lorsque sa puissance sera établie au niveau où elle la souhaite, elle ne commence à s’ y infiltrer, ou plus. Á moins que les dirigeants Russes d’alors ne fassent affaire avec eux, et leur vendent la Sibérie bout par bout, ou bien que les Chinois la leur prenne d’un seul coup…
Une Europe forte et indépendante de tout protecteur par ailleurs, avec une Russie intégrée avec ses atouts jouant et bénéficiant aussi des atouts de l’ UE, il y de quoi y réfléchir intelligemment pour l’UE et la Russie
C’est sûr qu’une telle Confédération Européenne de l’Eurasie, ne plaira peut-être pas aux « Euro-Américains » ! … Ni à d’autres encore plus nombreux ?
(1) 
Thomas
2022-03-07 02:41:56
@Alter Écho & Ego machin
Les seuls peuples européens restants sont surtout les basques et quelques peuplades à droite à gauche. Le reste c'est de l'envahisseur venus après, comme les vikings qu'on peut comparer aux huns. Ils n'ont pas fondé kiev tout comme moscou qui étaient déjà présentes bien avant que ceux-ci n'atteignent la scandinavie.
Il y a eu déjà des tentatives d'unifier la russie à l'europe, il semblerait que par manque de volonté ça ne s'est pas fait et donc propablement ça ne se fera pas.
(0) 
le webmaster
2022-03-07 09:33:00
Le lien vers le site France-Ukraine a été corrigé.
(0) 
Alter Écho & Ego machin
2022-03-07 10:05:47
@Thomas
/www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/archeologie/guerre-ukraine-russie-un-conflit-fratricide_161956
Sans avoir nécessairement besoin de remonter plus loin que le 8 ième siècle, vous pouvez aussi taper, sur votre Pc, « varègues » ou « formation de Kiev » cela permet d’avoir une appréciation depuis le 9 ième siècle, qui peut faire comprendre partiellement l’évolution de la Russie et les rapports avec Kiev ; et se qui se passe aujourd’hui qui impacte aussi la perception et ressentis sur des liens qui unissent, ou que partagent, Russes et Ukrainiens.
La Scandinavie (Suède, Norvège, Danemark) est l’espace d’origine des vikings, il me semble ?
(0) 
le wevmaster
2022-03-07 12:22:38
@ Christophe David : Nous avons reçu aucun commentaire de votre part pour cet article.
(0) 
Naon-e-dad
2022-03-07 12:46:36
Ci-après, lien vers un excellent article (en français) publié sur un site spécialisé ukrainien.
(voir le site)
Cet article (daté de 2018) fait le point sur la situation des langues en Ukraine (Ukrainien, russe, mais pas seulement). Au-delà des cartes et des statistiques), il donne des indications très intéressantes sur les pratiques (professionnelles, personnelles, familiales…) des locuteurs.
Nul doute, et au-delà de la situation en cours, qu’il apporte un éclairage précieux et une matière à réflexion pour les défenseurs de la langue bretonne.
Ur pennad (e galleg), kalzig-kalz a ditouroù ennañ, embannet dre ul lec’hienn ukreniek, diwar-benn ar yezhoù (ukrenieg, rusieg, hag all) er vro-mañ.
(1) 
Christophe David
2022-03-08 14:56:26
Webmaster. Voici pour résumer ce que je disais
Je suis atterré par ce que je lis ici. Prétendre que les Ukrainiens oppriment la langue russe ou les russophones c est comme si on soutenait que les Québécois oppriment les anglophones ou que les bretons oppriment les francophones. Beaucoup de personnes ici qui seraient prêtes à rendre l'enseignement du breton obligatoire condamnent ici les tentatives peut-être effectivement maladroites d'un peuple qui lutte pour sa survie et celle de sa culture et de sa langue depuis la chute de la Rus' de Kiev. Je connais très très bien le problème, par mes lectures mais aussi par ma belle famille dont une partie dors actuellement dans le métro de Kiev alors que l'autre en Russie lui expliquait encore il y a deux jours qu'il n'y a pas la guerre en Ukraine et qu'il devraient regarder les bonnes chaines d'informations (c est du vécu!).
Un seul exemple: bon nombre d'Ukrainiens de langue natale autour de la 50 aine et plus souffrent aujourd'hui encore du complexe d infériorité que connaissaient bien nos parents bretonnant vis à vis de la langue de l'occupant/colon/bienfaiteur (je vous laisse choisir)' En Ukraine pour "réussir" il fallait parler russe. Ne vous y trompez pas, l'ukrainien c'est le breton, le russe c'est le français. L'ukrainien la langue des "ploucs", le russe "la langue du progrès et de la civilisation" (Dans les universités de linguistiques à Moscou on entend même des professeurs dire à leurs élève que l'ukrainien n'existe pas et que c'est une invention qui date de 30 ans créeés par les nationalistes ukrainiens forcément nazis. Ca devrait quand même rappeller des choses à tous les bretons!!!
Le lecteur de bonne foi se reportera à la lecture des pages du site de l'université de Laval au Québec. Et on peut faire confiance au jugement des Québecois je crois pour comprendre le problème des langues minoritaires. Il faut regarder cette histoire de "guerre des lois linguistiques" sur le long temps pour comprendre. N'en regarder que les derniers rebondissements est une erreur grossière.
Ci dessous le lien vers le site. Les paragraphes 4 et 5 en particulier sont sans appel. Le paragraphe 8.7 parle de cette "guerre des lois". N'en relever que les derniers épisodes donne une image totalement fausse du problème et c'est ce que Poutine exploite. pour justifier une invasion que même les populations des provinces russophones rejettent.
(voir le site)
A Gallon
(0) 
P. Argouarch
2022-03-08 17:53:23
@ Christof : Je comprends que l’ukrainien a été une langue persécutée par les Russes, sous l’empire tsariste, puis les Soviets. Votre comparaison avec le breton est valide mais pour aller plus loin dans la comparaison : que penseriez vous d’une Bretagne indépendante qui ne mettrait pas le français comme langue co-officielle ? c’est bien ce qui se passe en Ukraine, le russe parlé par des millions de citoyens n’est pas une langue officielle et la loi vient de rendre l’enseignement en ukrainien obligatoire. C’est comme si une Bretagne indépendante imposait l’enseignement EN breton obligatoire. Ceci étant dit, et je le répèterais autant de fois que possible, cette invasion russe est inacceptable et est vouée à l’échec.
(0) 
Christophe David
2022-03-08 19:16:47
Bonjoour M. Argouach.
Encore une fois je souligne ce que l'université de Laval nomme une guerre de loi linguistique, les coups portés au russe répondent aux coups portés à l'ukrainien sous Ianoukovitvch par exemple et réciproquement. Mais dans la vraie vie ce problème de loi est monté en épingle par les politiques car dans la vraie vie tout le monde s'adapte et utilise la langue qui permet de se faire comprendre (bien sûr il y a toujours des radicaux dans les deux camps).
Ceci dit, ces lois (dans les deux sens) étaient incontestablement maladroites, nous sommes d'accord et il leur faudra trouver un consensus. Mais le problème linguistique n'est absolument pas la raison de cette guerre de l'avis des ukrainiens eux-même y compris ceux qu'on présentait comme pro-russe/Poutine
Merci
(1) 
Kerbarh
2022-03-08 22:06:48
Poutin veut avaler l’Ukraine , faire disparaître l’état et la nation ukrainienne. Et malheureusement,il va réussir. Ce ne sont pas les sanctions occidentales qui vont l’arrêter. Kiev n’est pas exempt de tout reproche mais de là à se faire engloutir par la Russie,les bornes sont dépassées.
(2) 
Kerbarh
2022-03-12 14:30:57
Poutin veut avaler l’Ukraine , faire disparaître l’état et la nation ukrainienne. Et malheureusement,il va réussir. Ce ne sont pas les sanctions occidentales qui vont l’arrêter. Kiev n’est pas exempt de tout reproche mais de là à se faire engloutir par la Russie,les bornes sont dépassées.
(0) 
Alter Écho & Ego machin
2022-03-13 10:33:09
Nucléaire force de dissuasion ?
Poutine soi-disant joueur d’échec, ne serait qu’un joueur de poker, menteur de surcroît ?
Il a dégainé le premier SA force de dissuasion ! Et il semble être le gagnant…
Il tient l’OTAN, les USA, surtout l’EUROPE en caleçon comme seule arme et armure, en joue! Bluffe t-il ou non ?
Peu importe, les trois larrons largement « occidés » restent tranquilles !
Les USA et leur bras très armé l’OTAN, maintiennent donc l’EUROPE confinée aux analyses inutiles, aux belles paroles lénifiantes, aux envolées nerveuses et stériles et pansements généreux, mais gardent essentiellement l’œil très vigilant et préoccupé sur la CHINE et TAÏWAN! Les US, qui ne sont pas « nous », mûrissent et jouent, le coup d’après !
L’EUROPE impotente, obèse commerçante de la pax américana, désarmée et soumise se trouve avec ses seuls « lance-pierres », dissuadée de fait d’intervenir ! Ce qu’elle trouve bien et souhaiterait encore longtemps pour ses petites affaires de temps de paix, sans négliger les grosses affaires de temps de guerre ?
J’ai dit « dissuadée », mais dites donc la « dissuasion » de Poutine par son double effet, voir triple, ne serait-elle pas plutôt celle des bombes « thermo barriques », Une seconde dissuasion, mais pas vraiment contre poutine, au bénéfice sans investissement des USA ?
Ce n’est qu’un débat, hein ? N’allez surtout pas croire que je fais du mauvais esprit, du complotisme !
Ainsi vont et viennent, les FORCES de la DISSUASION !
(0) 
Penn Kaled
2022-03-14 09:34:26
Le coup d'après ,guerre mondiale ??? Einstein disait je ne sais pas comment elle se passera ,mais je sais que la quatrième guerre mondiale se fera avec des bâtons et des pierres ....donc de toute façon ni vainqueur ni vaincu .La Bretagne sera anéantie au vu de sa position géographique et la présence de la base de l'ile longue entre autres ,la partie sud est , pourrait toutefois être relativement épargnée .Toutes les civilisations étant mortelle pourquoi la notre échapperait t-elle à cette règle
Sans nier les conséquences du dérèglement climatique ainsi que l'extinction de masse en marche ,à court terme le plus grand danger vient des armes de destruction massive .
(0) 
Penn Kaled
2022-03-16 10:54:31
Devezh mat ,je sors complètement du sujet ,car je viens d'être abasourdi par une info que je viens de lire sur le télégramme , Cueff se prononce pour Mélenchon pour cette mascarade de présidentielle ,reconnaissant tout de même qu'il va voter pour un jacobin ,ubuesque .....
(0) 
Alter Écho & Ego machin
2022-03-17 11:02:19
Penn Kaled ? J’ai tendance à considérer, depuis pas mal de temps, aussi insignifiante soit-elle estimée par beaucoup (et il n’y en a aucune qui le soit), que toute guerre au Temps T où elle se déroule, n’est que la partie visible de la Grande Guerre permanente et mondialement née des origines lors des sympathiques bastons enfantines de l’humanité naissante faites à coup de fémurs de mammouths ! Alors seule force de dissuasion massive, ou à peu près.
Et donc d’après Einstein, après une humanité « radiographiée et radiodésactivée », les rescapés nous retournerions, enfin eux, du fémur de mammouth disparu aux cailloux et éventuellement aux fémurs humains plus légers et nettement alors plus faciles d’accès, qui joncheraient une grande partie de la surface de Gaïa ; et cela pour se payer, s’enivrer de bastons écologiques à l’ancienne ?
Difficile de se prononcer sur l’évolution de nos (s’il serait encore approprié d’utiliser cet adjectif possessif) aptitudes guerrières, mentales et intellectuelles (?) nous rescapés, et de la nature des interrelations encore humaines que nous pourrions positivement établir, à condition que nous serions en mesure de penser tout à fait autrement et seulement avec nos... (faites votre choix).
Mais qui sait si l’atome nucléaire du genre agressif et libéré, de nationalité et d’identité multiple, ne pourrait pas déboucher « incidemment » comme conséquence heuruse, sur un atome de raison, le Cromagnium + 2022 ! Chiche ? (^0^)
Le coup d’après ? L’on peut librement « s’amuser » à imaginer quelques configurations d’une déflagration plus ou moins étendue. Selon le ou les lieux où elle éclatera, selon la composition des « belligérants » impliqués ou qui s’impliqueront!...Et selon les intérêts et buts de guerre, ; les idéologies des systèmes politiques, les pouvoirs et personnalités de leurs « responsables » et « nomenklaturas » qui en profiteraient, de ceux qui sont/seraient dominants dans des coalitions plus ou moins obligées par les évènements en cours ou déterminées à l’avance depuis des années/décennies par des Contrats et/ou des Ententes « assujettissantes » pour les uns et profitables pour d’autres moins nombreux, et toujours pour le meilleur dans lequel le pire, se taille toujours la part du lion !
NB : Ceci est une plaisanterie, ne vous abstenez pas de consommer cinq fruits et cinq légumes par jour… et faire entre 7000 et 10 000 pas journaliers
Tant que vous le pouvez encore !
(0) 
Pierre Robes
2022-03-25 13:19:40
Il ne s'agit pas seulement de la langue Russe, mais aussi que Zelensky proclama le 24 mars 2021 un décret pour la reconquête de la Crimee, contraire aux accords de Minsk qui devaient trouver une solution au Dombass.
Zelensky amène ses troupes ukrainienne face à la Crimee et bombarde le Dombass le 16 février 2022.
(Voir sud radio Bercoff, interview de Jacques Baud : les américains... you tube) les américains et européens ont poussé Zelensky à la faute.
(0) 
Alter Écho & Ego machin
2022-03-26 08:50:31
Penn Kaled , le coup d’après, ou sans doute un des coups d’après, a été pour moi, donné hier durant la réunion générale à Bruxelles, de l’OTAN principalement comme organisme dominant sur les autres présents.
Ce qui en est ressorti est que notre liberté effective, la « dépendance « énergétique, politique et militaire, de l’Europe pour faire court « a été transférée » aux USA, dont les compagnies, pétrolières, d’armement et informatiques , et du renseignement, vont faire d’énormes profits, de toutes natures !
Les regards de madame Van Der Leyen lancés à BIDEN lors de son intervention, avaient tout de la soumission reconnaissante au mâle ALPHA, qui comme Allemande devait sans doute être très soulagée ,et plus pour son pays davantage encore que pour l’UE qui s’est remise en davantage pour un temps (voire longtemps) dans la nasse américaine.
Toute l’indigence de l’UE, l’échec des petits hommes verts politiques européens ( ?), a été étalée là !!! La faiblesse de l'UE, la duplicité des Hommes et l’impossibilité de s’organiser lors du demi siècle passé, qui nous laisse nus et désarmés !
Á merci ! …quand la bise fût venue !!!! Elle souffle en ce moment de l’Est et un jour pas si lointain du Pacifique peut-être !
Nous voyons toute la mesure de ceux prophètes aux petits pieds, qui nous « construisent » la destruction de nos rêves et de nos avenir ? Pas mal doivent reposer les pieds sur Terre, dans la réalité. Celle qui est seule réelle !
(0) 
Alter Écho & Ego machin
2022-03-28 10:53:28
Pour évaluer la situation, de ce je ne sais plus de quelle structure politique cohérente il s’agit, lorsque l’on parle de l’UE en matière de « défense commune » ; défense commune que l’on pouvait imaginée comme une volonté et une justification « commune » d’investissements et de développements scientifiques de haut niveau, avec bien entendu les retours partagés et bénéfiques pour l’ensemble européen et pour chaque membre, tant économiquement que militairement, je fais passer cette information une « seule fois » entendue de puis sa diffusion, hier matin sur l’une des quatre grandes chaînes d’info/intox.
La voici, malgré que je n’ai pas pu recevoir la confirmation par une seconde diffusion que je n’ai pas réentendu sur aucune d’entre elles : « Israël qui se protège d’un système de protection nommé (Dôme de fer), et bien l’Allemagne serait prête à l'acheter clef en main, et s'en doter pour « SE » protéger ( seule?). Le coût était même donné, soit deux milliards d’euros » !
Après les 35 F américains, et maintenant ce « Dôme de fer » israélien, les 100 milliards germaniques ont entamé un curieux voyage européen, ce qui est sûr (et heureux ?), c’est que les investissements allemands pour l’heure ne favoriseront pas les efforts de guerres aventureuses de l’UE, mais peut-être qu’elle ne pourra pas refuser d’y participer, dans un « copinage » de bon aloi ! Allemagne en tête et avec quelques autres partenaires dans son sillage !
Mais comme mère cane elle est suivie de quelques canetons bleus étoilés ; et L’UE qui se voulait un lac, d’eau pure buvable et régénérante, prend singulièrement des allures visibles de marécage, en raison du déballastage poutinien !
Bon Dieu ! Pourquoi cette information n’a t-elle pas été reprise ! Si je fais erreur dites-le moi.
(0) 
Ben
2022-04-03 02:43:03
Je savais pas que avec 10%de russophones cela était à l’état ukrainien de financer des écoles où on parle russes. Pour rappel ils interdisent le russes en langues principal mais en seconde langue le russe était éduqué comme nous en France il y a en seconde langue l’allemand ou l’anglais. Donc si on vous écoutent tous et que l’on retranscrit cela en France ils y a sur le territoire français 10% d’anglais donc faut que l’on construise des écoles où il parle que anglais et étudie l’histoire de l’Angleterre, il y a 10% d’allemand donc on va construire dans toute la France des écoles où ils parlent allemand et étudie l’histoire de l’Allemagne d’accord chacun sa vision des choses. Moi si je vais à l’étranger je vais pas demander aux autres de faire des efforts pour parler français mais cela est à moi de me mettre à parler leur langue juste logique
(0) 
Krys 44
2022-04-16 14:32:10
Le russe leur avait été imposé comme le français en Bretagne !!!
(voir le site)
(1) 
P. Argouarch
2022-04-16 15:22:26
Ce n'est pas une raison valide. En ce qui concerne le droit des langues parlées, seul le présent compte.Le russe doit être officialisé.
(0) 
Pierre Robes
2022-04-17 13:39:18
Zelensky au lieu de laisser une vraie autonomie aux russophones du Dombass et garder entièrement l'Ukraine dans un territoire complet va sûrement perdre le Dombass et peut être bien plus encore malheureusement pour la population ukrainienne, mettre un comique incompétent face à un militaire à été une vrai catastrophe, il a bien fait rire les ukrainiens en faisant le Charlot et les amusants, et maintenant ils pleurent et meurent de son incompétence et de son gouvernement de mafieux.
L'incapable et nul Le Drian à qualifié de génocide, mais un général l'a remis en place sur LCI, en expliquant que pour l'instant il ne s'agissait que probablement de crimes de guerre.
(0) 
Krys 44
2022-04-17 17:43:43
Je ne pense pas qu'un général soit le plus "compétent" pour qualifier ou nom de génocide le comportement bestial de militaires particulièrement "incompétent" . Massacre , torture , viols , assassinats par centaines et délibérés de civils dont nombre d'enfants dans les conditions les plus abjectes qui soient , de la part d'ivrognes drogués et sans aucune raison pour cette invasion! Poutine serait-il à ce point "humain" qu'il se pencherait sur une question linguistique ? Poutine et sa bande de voyous sont des gens pour qui une vie humaine est absolument sans importance ! Ce sera de la compétence de la cour pénale internationale de qualifier ces faits !
Le reste n'est qu'appréciation personnelle et peut convaincre ...
(1) 
Evea
2022-04-30 04:11:46
Bonjour,
Votre article est intéressant mais mériterait d'être nuancé je pense.
Dire que "Cette guerre n’aurait jamais eu lieu si l’Ukraine avait choisi comme modèle la République confédérale suisse plutôt que la République française centralisée et jacobine " est une affirmation bien discutable.
Cela fait plus de 20 ans que l'ukrainien est la seule langue officielle en Ukraine,et, si le procédé gouvernemental concernant l'enseignement de la langue est bien discutable, il est tout de même bien présomptueux de poser comme un fait que la guerre n'aurait pas été déclenchée sans cette mesure.
Poutine a décrit ses projets pour l'Ukraine il y a plusieurs années, c'est public et accessible :
(voir le site)
La négation de l'état Ukrainien est bien présente dans son esprit, et depuis plusieurs années. Poutine a annoncé ce qu'il allait faire il y a un certain temps maintenant.
On peut légitimement penser que cette loi que vous évoquez, et que l'on peut trouver contestable, est un prétexte. Peut-être un bon prétexte, mais un prétexte tout de même.
J'ajoute qu'à mon sens, s'il peut être contestable d'interdire l'enseignement du Russe à l'école; on peut imaginer qu'il soit légitime de renforcer l'enseignement de l'ukrainien dans les classes. Certaines écoles ne dispensaient que des cours en Russe et n'enseignaient pas l'ukrainien.
Vous imaginez ça en France. Une école de la République où on n'enseigne pas un mot de français ?
La langue commune est un objet de passions, de transformations, de contestations... il n'en demeure pas moins que c'est un élément essentiel de notre cohésion nationale. Cela contribue grandement à notre sentiment d'appartenir à un même pays, de faire partie d'une communauté et d'avoir un mode de communication commun pour pouvoir se parler, débattre, se passionner, transformer, contester ...ensemble.
(0) 
Alter Écho & Ego machin
2022-04-30 11:52:18
Le dernier Crépuscule des Dieux ? Et des chérubins !
En considérant seulement la totalité du vingtième siècle, comme scène sur laquelle s’est jouée « la Chute de l’EUROPE », Russie comprise qui n’y échappera pas non plus malgré la persistance de ses illusions démentes et mortifères actuelles, ni ses derniers spasmes des splendeurs sombres antiques qui tout au contraire offrent , ici, là et maintenant, la touche finale, la finition de l’artiste qui dans la rage de ses colères infantiles de ne pouvoir obtenir les résultats qu’il recherche détruit non seulement son travail rejeté , mais tout l’atelier, et toute la demeure qui l’abrite !
Un des derniers tableaux de la grande œuvre européenne, se peint sous nos yeux, au présent,comme une porte déjà bien largement ouverte sur l’enfer vers lequel ce tableau nous appelle à passer, nous attire et nous allons passer allègrement , extatique, le sourire de l’Idiot bien affiché !
La Guerre du Donbass et de l’Ukraine, si par malheur elle s’étend à toute l’Europe, nous détruira définitivement. Qui peut y avoir un intérêt, tous les intérêts ?
Le vingtième siècle, et plus avant, nous montre un modèle, les conséquences induites, les causes de l’abrutissement et les bénéficiaires passés, actuels et de demain.
Si l’Europe et les Européens, principaux migrants là-bas, donc les Russes aussi, ont fait les USA depuis 1492 la grande colonie qui a presque totalement réussi, et à leur image pendant longtemps, cela a été réalisé avec aussi l’aide des états européens, leurs interactions permanentes culturelles, coloniales, leurs propres et divergences et guerres intestines, pour aboutir à la création et l’indépendance des États-Unis d’Amérique ! Elle a beaucoup évolué la petite depuis ; et elle s’est même mise à son compte en 1776, dans le bel esprit, des Européens qu’ils sont encore relativement en grande partie, puisque mêmes les latinos sont eux-mêmes, pour beaucoup, de cette origine de colons européens.
Mais ils ont orgueilleusement largué les amarres, enfin ils le pensent et c’est de cela nous devons ternir absolument compte pour nos choix , décisions et actes d’Européens…d’Europe, Russes compris bien entendu !
Les, leurs acquisitions qu’elles soient techniques, scientifiques, religions, cultures et plus, viennent de l’Europe , même l’indépendance de LA colonie, leur indépendance n’en sont que les fruits toujours améliorés! La France leur a apporté beaucoup, Napoléon leur a même vendu la Louisiane qui représentait au moins le tiers des territoires actuel des USA continentaux, pour quelques millions de francs or ! Et pourquoi l’avoir fait ? Où est-il passé cet argent, ce pognon, cet artiche ? Enfoui dans des poches privées? Ou dans la Bérézina ? Á Austerlitz ? Á Iéna ? Bref dans un foutoir quelconque et européen qui semble la règle éternelle ici!
L’on dit même que ce que nos dirigeants nous ont extorqué pour cette indépendance , ces bons Lafayette et Beaumarchais…et de la Rouerie ?, nous l’avons en plus payé d'impôts et d’une sale révolution en 1789, et de la Terreur qui vit la décapitation de centaines de milliers de « citoyens » et « ci-devant », Bien joué !
Bref, leur puissance à ces euro-américains est principalement issue du grand bagage de l’Europe apporté, emporté d’abord avec eux, puis « enrichi » au fil des siècles par les relations permanentes et étroites entre Amériques et Europe.
Enrichi ? Oui le vingtième siècle, et cette Europe des Fous, en a ajouté aux richesses de leur grand territoire, et en en faisant ainsi l’Empire triomphant que l’on connait. C’est assez risible pour ceux qui peuvent encore en produire, du rire!
Oui l’Europe des Fous, non pas les fous des rois, mais celle de ces folies des rois, kaisers et tsars et empereurs austro-hongrois eux-mêmes qui ont fomenté, monté pièce par pièce le pire Opéra dramatique que la planète ait connu ! Ces fous de 1900 à 1920 enclenchaient la première guerre mondiale qui entamait la phase quasi finale de l’Europe prolongée 20 ans après par une autre valse du feu non moins dramatique mais organisée puis menée dans les années 30/45 qui amenait presque à terme la civilisation européenne.
Une Europe qui dans la même période et simultanément se donnaient ou acceptaient d’autres fous ! Quatre dictateurs : « Staline- Hitler-Franco-Mussolini » Il fallait (il faut ?) bien constater que dans ce premier demi-siècle les cerveaux des intellectuels, des élites, des hommes politiques, et collectifs des partis étaient sérieusement atteints !!! Et ceux de maintenant ?
Résultat en tournant à nouveau le regard vers les Amériques les gouvernances du Nord au/et Sud donnaient à penser. Les USA prenait conscience d’elle-même en 14/18, un peu plus, de ses capacités montantes, et ambitions…
En 39/45, les dictateurs, sans oublier les ventres mous français et anglais de Munich qui tous« nous » suicidaient, lui ouvrait le continent par le désastre Nazi, leur apportait la richesse, et le Monde en empire. Pour longtemps?... Et toutes nouvelles acquisitions scientifiques qu’ils ne possédaient pas.. Bien joué une fois de plus ! Nazis, qu’importe ! Dieu reconnaîtra les siens.
Les Russes ont pensé aussi à ce trône impérial et planétaire ! Ils ont trahi pour cela le Communisme et en s’en servant, il est devenu petite chose littéraire, doctrinale des messes russes, chinoise, cubaines et j’en passe, des petit mots noirs sur des pages dorénavant sales! Trahis les Peuples mais restait et reste ailleurs la liturgie de nostalgiques entêtés et stériles qui ont de fortes chance de n’avoir pas davantage de capacités de dépassements, de domestication des instincts mauvais pas si dépassés que cela, ni disparus, quoi qu’en disent les « psy ». Aujourd’hui en 2022, ils (les Russes) trépignent devant l’Ukraine, ils ne sont pas tous sortis là-bas de leur démences. Pensons-nous avoir pu le faire, Sommes-nous capables d’un auto diagnostique fiable pour cela?
J’ai plutôt l’impression que l’U.E par la somme des neuroleptiques consommée et l’insignifiance de notre organisation, ses désordres ordonnés, dépendances et laisser-aller politiques de toutes sortes, démontre et semble confirmer l’avachissement conséquent aux « administrations » médicamenteuses !
En conclusion, la mienne, il pourrait être considéré par les US, les pires d’entre eux (?), d’une manière plus ou moins subtile étendre la guerre sur le sol européen, recréer de chez eux le schéma qui a si bien marché sans qu’ils l’aient voulu à cette époque des années 40, et réduire la Russie à l’impuissance définitive et structurelle. Gérer le Grand Territoire d’Eurasie jusqu’au Détroit de Béring, l’Alaska américaine…
Pendant le conflit un formidable enrichissement par armement, après quand ? Enrichissement par reconstruction européenne et réarmement européen à l’allemande et Japonaise, reconstruction des marchés des énergie et,…etc !.. Puissance et domination encore accrues de l’Empire USOTAN ++++, avec des gouverneurs à Bruxelles… et en route pour le Pacifique !
Et le jeu continuerait donc comme cela en 2022, ou plus ? Je suis parfaitement tranquille que ça ne se passe pas tout à fait comme cela, parce que si nos intellos nous ont appris que l’Histoire ne se répète jamais, mais, mais elle peut cependant bégayer de manière « intéressante ». Pour peu que l’on sache créer le bon traumatisme, il y a des bégaiements pires que le premier pet.
L’EMPIRE attaque ! Rassurez-vous c’était juste l’idée, saugrenue d’ailleurs, cette idée de faire le concours du plus mauvais scénario, de film pour NETFLIX. Bien entendu, je profite à plein de la matière présente.
C’est vrai il y avait déjà « La Fondation de l’Empire » d’Isaac Azimov. En trois chapitres : Le général-Le Mulet-Le clown.
(0) 
Penn Kaled
2022-05-16 15:57:54
D'après la chercheuse britannique Samantha de Bendern spécialiste de la Russie ,les droits des russophones en Ukraine n'étaient pas bafoués ,par contre dans les pays baltes ils le sont bel et bien .
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.