L’Institut de Locarn change de nom

-- Prospective --

Interview
Par Philippe Argouarch

Publié le 17/02/21 14:35 -- mis à jour le 17/02/21 19:17

L’Institut de Locarn n’est plus. Dans le cadre d’une renaissance, les administrateurs ont décidé de capitaliser sur le site et ses infrastructures. Il est certain que le développement de l’industrie touristique en Centre-Bretagne est inévitable au vu des richesses archéologiques et historiques qui foisonnent partout. Locarn est aussi tout près de la Vallée des Saints, un site qui attire 400 000 visiteurs par an et du canal de Nantes à Brest en cours de métamorphose vers la navigation de plaisance. La crise sanitaire a aussi mis en valeur ce havre de paix pastoral qu’est le Centre-Bretagne où on a beaucoup moins de chances d’attraper le SARS_cov2 que dans un grand centre urbain.

Il s’agit donc de mettre en valeur le complexe immobilier et foncier, l’hôtel, le restaurant et autres facilités. Toutefois, désirant s’inscrire dans la continuité, les anciennes activités de l’Institut (conférences et formations) devraient être reprises par la nouvelle association dénommée IDL le Keréden où IDL signifie « Institut de Locarn ». Le Keréden comprend donc le campus Le Keréden (anciennement centre de formation stratégique) et le Breizh Ecolodge Hôtel Le Keréden. Toutes les chambres ont été rénovées et équipées de la fibre optique et le restaurant remodelé. Le président est Gilbert Jaffrelot et le Conseil d’administration comprend aussi Christian Chevance, Régis Coat, Christophe Grolleau, Gilbert Jaffrelot, Germain Le Dréau, Rémi Loyer, Xavier Moal, Cédric Troadec. Gilbert Jaffrelot a répondu à nos questions.

[ABP] Il n'y a plus de conférences à l'Institut de Locarn : l'Institut a-t-il fermé la porte en raison du confinement ou une nouvelle structure s'est-elle mise en place ?

[Gilbert Jaffrelot] Au printemps 2018, Alain Glon a souhaité passer le relais. Mais l’aventure continue pour cet Institut original en Bretagne. Tout en conservant la vocation pour une « Bretagne belle, prospère, solidaire et ouverte sur le monde », un nouveau Conseil d’administration s’est mis en place. Pour l’animer, Florentin Le Strat et Gilbert Jaffrelot. Alors que le renouveau se met en place, le contexte n’est pas favorable. La nouvelle loi sur la formation professionnelle nous oblige à nous adapter.

Et ensuite, la crise sanitaire ne permet plus d’organiser des conférences-débats. Par contre, nous avons en attente des sujets pertinents dans le respect de la diversité des opinions. Les conférences reprendront dès que les conditions seront à nouveau favorables pour des échanges. Il y aura de quoi maintenir l’esprit d’ouverture et aider la confrontation des idées.

Lors de l’Assemblée générale de décembre 2019, un projet de Re-Naissance a été voté avec la volonté d’amplifier les axes suivants :

  • favoriser l’attractivité du centre Bretagne, avec en particulier la transformation de la résidence hôtelière en Ecolodge-hôtel de 40 chambres,

  • développer l’employabilité par les formations dans le cadre du Campus Le Kéreden,

  • soutenir l’émergence de projets et initiatives économiques, sociales, culturelles ou éducatives en Bretagne (Ex : projet de STEM Bretagne),

  • poursuivre la mise à disposition d’outils de prospective pour les décideurs en lien avec les acteurs tels, Centre Jules Verne et les Chroniques pour demain… et l’attente des nouvelles conférences sur place.

[ABP] Pourquoi Alain Glon et Joseph Le Bihan, des piliers de l'Institut ont-ils quitté le bateau ?

[GJ] Si Alain Glon a souhaité se retirer après près de 20 ans à la présidence, il est toujours adhérent. Joseph Le Bihan est toujours adhérent aussi et actif dans l’apport sur la prospective et ses éclairages sur la géopolitique. Si l’histoire est présente dans les lieux, l’histoire longue avec la statue d’Anne de Bretagne et des pierres mémoires du passé, l’histoire plus récente avec la trace des fondateurs et des acteurs successifs est aussi toujours là. Le « Salon de Joseph » est témoin de la volonté de partages intergénérationnels.

[ABP] Le Keréden c'est quoi ? c'est qui ?

[GJ] La vocation de cette association d’intérêt général reste la même au service de la Bretagne et des Bretons. Seuls les moyens s’adaptent pour être plus efficaces et attractifs.

En transformant l’Institut de Locarn en I.D.L. Le Keréden, c’est la marque d’un ancrage dans la Bretagne équilibrée entre les richesses du passé et les qualités d’innovations des nouvelles générations. Le Conseil d’administration de l’association est composé de personnes bénévoles au service de cet intérêt général, sans appartenance partisane.

[ABP] L'Observatoire Jules Verne de prospective économique existe-t-il toujours ?

[GJ] Le Centre Jules Verne, animé par Joseph Le Bihan, est toujours actif et alimente en réflexions les activités de l’association IDL Le Keréden et propose des interventions.

[ABP] Le centre de formation professionnelle va-t-il continuer ?

[GJ] Non seulement la formation continue et continuera dans ce lieu emblématique et inspirant du Centre Bretagne en particulier pour les créateurs et repreneurs d’entreprises, mais encore, notre ambition est de développer plusieurs thématiques en lien avec un Campus de la ruralité.

Dans l’attente de retrouver la liberté de rassemblement et de déplacement, nous espérons vous accueillir prochainement à Locarn et vous faire découvrir ce nouvel espace Le Keréden et son Campus.

mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

L'auteur a décidé de ne pas autoriser les commentaires pour cet article.