Ligerium tremens : l'opération anti-ligériose à Saint-Nazaire
Dépêche de Bernard Le Tellier

Publié le 12/12/09 12:03 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le vendredi 12 décembre, les comités locaux de la Presqu'île et de Nantes (voir le site) Bretagne Réunie et des jeunes du Collectif 44=Breizh (voir le site) ont mené une action symbolique : la "décontamination de la Ligériose" dont souffre le nouvel hôtel de région des Pays de la Loire sis juste en face de la gare de Saint-Nazaire. Une vingtaine de militants de ces associations ont bravé le froid et le vent pour réclamer la réunification administrative de la Bretagne.

Les sondages réalisés depuis des décennies montrent en effet le refus des habitants de la Loire-Atlantique vis-à-vis de la séparation de leur territoire du reste de la Bretagne. Sur le plan administratif, le "5e département breton" forme avec la Vendée, le Maine-et-Loire et la Sarthe les Pays de la Loire, aujourd'hui région fort contestée.

Une première du genre à Saint-Nazaire : "Décontamination et vaccination"

"Déjà les voyageurs prennent une vraie dose de Ligériose à leur arrivée en train à Saint-Nazaire, avec le nouveau panneau Bienvenue en Pays de la Loire, arborant un logo tout neuf", explique Antoine. "Mais en plus, ils prennent double dose avec l'Espace régional tout neuf, en face ! Alors nous avons décidé de décontaminer les lieux et de vacciner les voyageurs", intervient Erwan. "La vaccination est une nouvelle idée. On a fait des pipeaux à Nantes pour le forum des Droits de l'Homme, et dénoncer leur non-respect chez nous..." ( voir l'article ) "Ici, on a apporté des seringues. Elles sont bidons, je vous rassure ! Mais il fait trop froid, les gens sont pressés, on les vaccinera une autre fois".

Les Pays de la Loire tournés en dérision

Sur l'esplanade à l'entrée de la passerelle menant à la gare, le décor est planté. Devant l'espace régional aussi où sont à l'oeuvre militants bretons, hommes ou femmes de tous âges dont beaucoup de jeunes. Certains d'entre eux sont revêtus de combinaisons blanches et de masques blancs de "décontamineurs". La décontamination se fait à même le sol avec de l'eau, au moyen de pulvérisateurs de jardins à l'image d'actions similaires menées à Nantes. Mais le vent froid arrête les militants qui préfèrent se concentrer sur la distribution aux voyageurs de tracts expliquant l'intolérable situation. Ils répètent aussi à la presse : "Y en a marre des PDL qui se permettent d'infiltrer sur un dépliant touristique notre Château des Ducs de Bretagne dans les 'châteaux de la Loire'. Cela se fait sous couvert de la zone de Patrimoine mondial de l'Unesco, en plus, vous vous rendez compte ? Ils ont tout faux, géographiquement et historiquement : un château fait pour lutter contre les rois de France ! C'est inadmissible", hurle presque Erwan. "Sans parler du vignoble nantais. Le muscadet un vin de Loire ? De qui se moque-t-on ?" renchérit Aziliz. Sur la question du château et du vin ( voir l'article ) et ( voir l'article )

Les Bretons de Loire-Atlantique ont de l'imagination

Les Bretons de Loire-Atlantique ont de l'imagination pour renouveler leurs actions en espérant une médiatisation de leur cause : la réunification de la Loire-Atlantique et de la Bretagne administrative.

Les militants sont intarissables sur la discrimination des Bretons et pire, la négation de leur existence dans le département de la Loire-Atlantique. Ceux de Saint-Nazaire, dont des membres du CREDIB (voir le site) dénoncent le gommage systématique de l'histoire bretonne de leur ville... "Nous voulons de la démocratie et donc que l'on tienne compte des désirs de la population. Les politiciens sont au service du peuple, ils ne commandent pas. Et en Loire-Atlantique, la population s'est clairement exprimée via les sondages. Il n'y a de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre", déclarent en gros les militants. Les trois policiers à l'écoute finissent par partir sans incident.

(voir le site) de 20minutes.fr : Des Bretons vaccinés contre la «ligériose» ? La réunification de la Loire-Atlantique et de la Bretagne

À noter que pour une fois Ouest France semble comprendre puisque le jour même il annonce la manifestation. (voir le site) En maquillant bien fort toutefois une affirmation d'un militant « C’est une maladie qui atteint le cerveau et qui discrimine les Bretons qui habitent en Pays de la Loire. Le principal symptôme est l’utilisation de l’adjectif ligérien. »

"...les Bretons qui habitent en Pays de la Loire" : aucun Breton n'ira jamais dire ça puisque les Pays de Loire n'existent pas pour eux ! Et évidemment l'écho est faible... car OF n'a fait qu'un saut rapide au tout début.


Rédaction Maryvonne Cadiou

Bernard Le Tellier

Document PDF 16879_2.pdf Tract des Bretons du Vignoble pour Bretagne Réunie. “4 régions authentiques plutôt que 6 artificielles”.. Source : Bretagne Réunie. Comité Vignoble nantais
Document PDF 16879_3.pdf “Précis de langue (et vocabulaire) français à l'attention de la presse concernée par la Bretagne”. Première version.. Source : Militants bretons...
Document PDF 16879_4.pdf “Je suis un Berlinois”. Réflexions d’un Breton exilé derrière la ligne de démarcation vichyste de Bretagne-Sud. Composé en automne 2009. . Source : André Corlay
Document PDF 16879_5.jpg Le cauchemar d'Auxiette.... Source : JTP 09
Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2524 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.