Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Liberté, égalité, sororité : les voeux de Sandrine Rousseau
Un des grands événements de 2017 est la libération de la parole des femmes qui osent parler de la maltraitance dont elles ont été l'objet
Fanny Chauffin pour Kerne Multimédia le 31/12/17 19:51
:
Réalisation :

Pour les désormais traditionnels voeux de Médiapart, un nouveau ou une nouvelle président.e nous offre une cérémonie solennelle. Le ton y est, l'environnement aussi, mais la grande différence est la place donnée à Marianne la République vue d'un point de vue féministe, et humaniste.

En ces temps où l'orthographe inclusive commence à marquer des points, bonne année à tous.tes !

Voir aussi :
Youtubeuse, docteure d'Etat en breton-celtique à l'Université Rennes 2 / Haute Bretagne, enseignante, militante des droits humains à Cent pour un toit Pays de Quimperlé, des langues de Bretagne avec Diwan, Aita, GBB, ...., féministe, enseignante, vidéaste, réalisatrice, conteuse, chanteuse, comédienne amateure, responsable depuis vingt ans du concours de haikus de Taol Kurun, des prix littéraires Priz ar Vugale et Priz ar Yaouankiz, ...
Vos 2 commentaires
Jean-Luc ROBERT Le Lundi 1 janvier 2018 23:12
Médiapart a dit : « Je vous autorise » Madame la présidente!
31 DÉC. 2017 PAR LEZHAËN BLOG : LE BLOG DE LEZHAËN
Que Sandrine Rousseau ait été désignée comme présidente symbolique du soir par Médiapart est un symbole fort envoyé aux médias et à la société. En s'en prenant vivement à celle qui fut la porte-parole de 2013 à 2016 du parti Europe Écologie-Les Verts (EELV), Christine ANGOT, soutenue par Laurent RUQUIER et son équipe, a commis un dérapage télévisuel qui aujourd'hui fait l'indignation de tous.
En octobre dernier je m’indignais de la réaction spectaculaire de Christine ANGOT, et encore plus du montage fait par l’équipe de « On n’est pas couché » (ONPC) et des commentaires du genre : « Circulez il n’y a rien à voir » de Laurent RUQUIER et de ses acolytes :
« Mais Christine ANGOT est-elle légitime lorsqu'elle adopte cette posture ?
Que Christine ANGOT n'ait pas supporté ceci ou cela, qu'elle ait confondu son histoire avec celle de Sandrine ROUSSEAU, lui interdisant, vous m'entendez, lui interdisant avec je ne sais quelle autorité, de dire ceci ou cela, ne m'inspire que désolation. Car en agissant avec un tel débordement, une telle subjectivité, elle revendique (=Réclamer une chose dont on est légitimement propriétaire) un droit à la parole au même niveau que l'invitée, oubliant qu'elle ne peut pas de sa place le faire.
Elle n'était en effet pas propriétaire de cette chose que l'on pourrait appeler "la douleur d'avoir été harcelée sexuellement" dans cette émission. Elle ne pouvait pas réclamer cette chose au même titre que l'invitée. Elle ne pouvait d'ailleurs rien réclamer du tout.
Je reste comme sidéré que des personnes légitimisent la réaction de cette chroniqueuse sur un fond d'indulgence pour une personne qui a connu l'inceste, une souffrance telle qui l'autoriserait à confondre sa place / son histoire et celle de l'invitée. » Article complet :
A lire aussi : France Télévisions mis en demeure pour sa « virulence » contre Sandrine Rousseau
21 DÉCEMBRE 2017 PAR LA RÉDACTION DE MEDIAPART
Le Conseil supérieur de l’audiovisuel considère que la fragilité de Sandrine Rousseau n’a pas été prise en compte par l’émission On n’est pas couché. Le Parisien dévoile la décision du CSA.
Je constate aujourd’hui avec un certain contentement que Médiapart joue pleinement son rôle de média libre et indépendant en désignant Sandrine Rousseau comme présidente de la république d’un soir, montrant ainsi que cette affaire passée sous silence par ce qu’on appelle les GRANDS médias, n’a pas échappé à son œil aiguisé. Les vœux de liberté de Sandrine ROUSSEAU ici :
Jamais on ne s’indignera assez en effet que le témoignage d’une victime puisse être ainsi vilipendé à l’antenne, de surcroît par une professionnelle qui, meurtrie dans sa chair, ose faire usage de son pouvoir audiovisuel pour mettre (implicitement) son histoire personnelle sur le devant de la scène, encore une fois aux dépends de l’invitée.
« Je vous interdis ! » a dit Christine ANGOT.
Médiapart a dit : « Je vous autorise » Madame la présidente!
Par Jean-Luc ROBERT
Psychologue clinicien
www.LezAPe.fr
(0) 

Jacques Le Mercredi 3 janvier 2018 13:39
Il est toujours intéressant de voir des Bretonnes qui sont détentrices d'un patrimoine culturelle d'égalité homme-femme de plusieurs millénaires, faire table rase pour revêtir le manteau de militante des droits des femmes conforme à la pensé unique du moment de leur existence...
On clame vouloir construire/reconstruire la Bretagne, mais quelle Bretagne, un clone de la France où le patrimoine culturelle serait oublié/occulté pour le bonheur d'une minorité en quête d’égocentrisme idéologique...?
Le plus intéressant, c'est que la partie féminine de cette minorité bretonne est la même qui nous réécrit l'histoire pour nous affirmer l'existence de bourkini traditionnels bretons du coté de Douarnenez, le bourkini qui est devenu l'un des symboles de leur combat féministe.
On appréciera le sens de l'évolution souhaitée pour la société bretonne...
Le socialisme en mourant a muté vers un projet de dictature de la pensée... de quoi en effet faire de beaux et bons vœux pour l'avenir!
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 6 multiplié par 8) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons